Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie2019InterdépartementalLes premiers peuplements de Norma...

2019
Interdépartemental

Les premiers peuplements de Normandie

Prospection thématique (2019)
Responsable d’opération : Dominique Cliquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Cette année encore, la prospection thématique « Les premiers peuplements de Normandie » s’est concentrée sur les thématiques considérées comme prioritaires depuis plusieurs années, à savoir l’analyse des ateliers de production et de consommation d’outils bifaciaux, la recherche d’abris potentiels dans les vallées littorales de la Hague et la poursuite des prospections visant à mettre au jour de nouveaux indices d’occupations de chasseurs-cueilleurs dans des secteurs peu documentés et pour le Paléolithique supérieur, principalement, en Normandie occidentale.

2Au plan individuel, comme pour les années précédentes, l’essentiel de l’activité des acteurs bénévoles de cette prospection thématique consiste en prospections pédestres. Rappelons que, si notre thématique est principalement centrée sur les chasseurs-cueilleurs-collecteurs du Paléolithique et du Mésolithique, ces travaux recensent les indices de sites toutes périodes confondues, et, par là même, alimentent la carte archéologique. Le dynamisme de cette recherche bénévole tient essentiellement à l’investissement de certains membres de notre groupe, principalement Monique Oden, qui outre les prospections conduites dans le secteur de la Ferté-Macé (61) a repris les investigations sur les grands ateliers de Rânes/Saint-Brice-sous-Rânes (61) en périphérie des nappes de concentrations de vestiges déjà connues, espaces délaissés par feu Jean-Jacques Rivard. Ce travail permet de dresser une cartographie des vestiges par densité et des formations superficielles (altérites du substrat, argiles ou biefs à silex, lœss). Au regard de la superficie connue du site 4,5 km2, le recours au drone est envisagé ; un essai a été tenté fin 2019/début 2020 sur le site de Pierrepont (14) de dimension plus raisonnable (350 ha). Ces ateliers ont livré à Joël Bauchet un abondant matériel lithique, découvert à la faveur des labours. Au moins deux grands ensembles à industries bifaciales ont été reconnus dont l’un d’eux atteste de chaînes opératoires de débitage et de façonnage d’outils bifaciaux qui présentent de nombreuses affinités avec les industries de Saint-Brice-sous-Rânes, dans l’Orne. Si l’essentiel de la matière première mise en œuvre semble local, quelques pièces élaborées dans le silex en plaquette de Saint-Pierre-du-Mont ou dans des salifications en dalles et plaquettes reconnues sur les plateaux entre Caen, Saint-Pierre-sur-Dives et Falaise (14), pourraient avoir été apportés sur le site (?). Les résultats obtenus par les relevés effectués par drone permettent de mieux appréhender le gisement dans l’espace et de disposer de données géoréférencées. Ces documents serviront de base à la localisation précise des nappes de vestiges et de matières premières présentes dans les argiles à silex qui tapissent partiellement les versants de la vallée des Loges.

3Un nouvel espace, jusqu’alors délaissé, s’ouvre à la prospection sous l’impulsion du jeune Romain Gosset, avec le secteur de Granville et de la Haye Pesnel et la commune de Fresville, plus à l’est. Plusieurs stations ont livré du mobilier allant du Paléolithique moyen à l’Antiquité. Ces prospections pédestres ont concerné les communes de Granville, Saint-Pair-sur-Mer, Saint-Planchers, La Haye-Pesnel, Le Tanu, Équilly, La Lucerne-d’Outremer, La Mouche et Champeaux.

4Si le Néolithique apparaît dominant, quelques parcelles ont révélé des occupations se rapportant au Mésolithique sur les communes de Saint-Pair-sur-Mer, Saint-Plancher et du Tanu, d’autres au Paléolithique moyen à Granville, La Lucerne-d’Outremer, Saint-Pair-sur-Mer et Champeaux.

5Les investigations vont se poursuivre afin de mieux caractériser les sites.

6Pour achever ce bref bilan inhérent aux prospections pédestres, et comme évoqué précédemment, la recherche d’indices d’occupations du Paléolithique supérieur reste une des priorités de ces prospections. Un nouveau site, qui se rapporterait au Paléolithique supérieur final, a été mis en évidence par Monique Oden à Lougé-sur-Maire (61). Cette parcelle fera l’objet de sondages visant à mieux caractériser le site spatialement et chronostratigraphiquement.

7Parallèlement, notre activité a concerné la recherche de sites potentiels d’occupations dans les vallées de la Hague. Ces prospections, engagées depuis l’hiver 2017 dans les vallées du Nord-Cotentin, se sont poursuivies malgré les conditions météorologiques très défavorables de l’automne et de l’hiver. Sept nouvelles vallées débouchant toutes sur la côte occidentale du Cotentin ont été examinées entre Herqueville et Vasteville. Ce sont, du nord au sud, les vallées du Val et du chemin de Crèvecoeur à Herqueville, d’Herquemoulin à Herqueville et à Beaumont-Hague, de Beaumont à Vauville, du Gardin à Biville, du Bival à Biville et à Vasteville, et enfin, du Val ès Cochard à Vasteville.

8Si la prospection engagée en 2019-2020 a permis de recenser plusieurs secteurs potentiellement propices à des occupations anciennes, et plus particulièrement un replat significatif au pied d’une paroi rocheuse qui s’ouvre sur l’anse de Vauville, « chemin de Crèvecœur », des investigations complémentaires seront nécessaires ; la plupart de ces sites étant inaccessibles lors de notre prospection, dans des conditions de sécurité idoines, du fait de l’état détrempé des sols.

9Ce complément d’information s’effectuera, si les conditions sanitaires le permettent, à l’automne 2020. Il restera aussi à procéder à la prospection du Petit Doué, de la Grande Vallée et de la Vallée Digard à Vauville.

10Parallèlement à la conduite de ces prospections, diverses, observations ont été faites dans le Val de Saire, notamment à Quinéville où un affleurement de grès-quartzite et d’un chaos de blocs rocheux dominant la plaine littorale et les marais du Cotentin a été reconnu (Julien Leréverend et Jean-Luc-Lamache). La partie sommitale du site, un plateau qui marque la limite des reliefs du Val de Saire et son versant ont livré une série lithique principalement constituée de silex, et de quartz. Ce silex a été prélevé dans les cordons littoraux et l’assemblage lithique semble rapportable au Mésolithique. D’autres prospections permettront d’affiner cette diagnose.

11Enfin, en ce qui concerne les opérations de terrain (sondages et fouilles), notre investissement s’est uniquement porté en 2019 sur le site du Rozel (50), du fait des conditions climatiques de l’automne et de l’hiver qui nous ont fait reporter les sondages envisagés sur les ateliers de Rânes/Saint-Brice-sous-Rânes. À l’issue de la campagne 2019, 446 nouvelles traces et empreintes humaines (pieds et mains) et animales, portent le corpus à plus de 1 550 traces et empreintes.

12Dans le cadre des travaux de post-fouille portant sur des opérations menées antérieurement, le travail de caractérisation des matières premières lithiques mises en œuvre par les néandertaliens ayant occupé le pied de la barre rocheuse de Biéroc à Fermanville (Manche) a fait l’objet d’une étude micropaléontologique des silex (Quentin Aubel) visant à tenter de définir le ou les gîte(s) de matière première.

13Cette étude montre outre la diversité micropaléontologique dans les silex du site une origine sénonienne de la matière première. Il reste donc à préciser la localisation du ou des gîte(s) de matières premières exploités par les Paléolithiques. Des plongées de prospections seront effectuées dans le cadre des activités de l’ASSAM-Plongées de Cherbourg, visant à tenter de trouver les dalles de silex signalées par J. Allix et d’éventuels épandages de nodules immergés. Par ailleurs, l’intégralité des cortex des artefacts sera révisée.

14Enfin, comme les années précédentes, nous sommes aussi intervenus en soutien à plusieurs opérations de diagnostic d’archéologie préventive conduites par la Mission archéologique du Département de l’Eure sur l’agglomération ébroïcienne (27), où des industries rapportables au Paléolithique ancien et moyen ont été mises en évidence, sur les sites de Cambolle et du Long-Buisson 3.

15Pour l’année 2020, nous envisageons de poursuivre les investigations sur les ateliers d’outils bifaciaux du Paléolithique moyen, d’achever les prospections des vallées de la Hague et de sonder le site paléolithique supérieur final de Lougé-sur-Maire.

Fig. 1 – Nucléus attribué au Paléolithique supérieur final de Lougé-sur-Maire

Fig. 1 – Nucléus attribué au Paléolithique supérieur final de Lougé-sur-Maire

Clichés : D. Cliquet (SRA).

Fig. 2 – Replat mis en évidence sur le chemin Crèvecœur à Herqueville

Fig. 2 – Replat mis en évidence sur le chemin Crèvecœur à Herqueville

Cliché : D. Cliquet (SRA).

Fig. 3 – Abri potentiel de Quinéville, au-dessus duquel une série lithique vraisemblablement rapportable au Mésolithique a été mise au jour

Fig. 3 – Abri potentiel de Quinéville, au-dessus duquel une série lithique vraisemblablement rapportable au Mésolithique a été mise au jour

Cliché : D. Cliquet (SRA).

Fig. 4 – Bryozoaires Cheilostome sénonien d’un des silex de Fermanville

Fig. 4 – Bryozoaires Cheilostome sénonien d’un des silex de Fermanville

Cliché : Q. Aubel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Nucléus attribué au Paléolithique supérieur final de Lougé-sur-Maire
Crédits Clichés : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Titre Fig. 2 – Replat mis en évidence sur le chemin Crèvecœur à Herqueville
Crédits Cliché : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118838/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3 – Abri potentiel de Quinéville, au-dessus duquel une série lithique vraisemblablement rapportable au Mésolithique a été mise au jour
Crédits Cliché : D. Cliquet (SRA).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118838/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 4 – Bryozoaires Cheilostome sénonien d’un des silex de Fermanville
Crédits Cliché : Q. Aubel.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/118838/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Cliquet, « Les premiers peuplements de Normandie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 14 mars 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/118838

Haut de page

Auteur

Dominique Cliquet

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Dominique Cliquet

Drac Normandie (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search