Navigation – Plan du site
2008

Angoulins – Loiron

Responsable(s) des opérations : Denis Briand
Notice rédigée par : Denis Briand

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204469

Date de l'opération : 2008 (SD)
Inventeur(s) : Briand Denis (BEN)

1La commune d’Angoulins présente, sur sa côte méridionale, un secteur archéologique que l’on a coutume de borner entre les lieux dits Loiron- La Manon- Les Coudranset La Douane. Il fut renseigné par différentes prospections pédestres mais aussi grâce à quelques mises au jour contingentes, depuis la nécropole inventée par l’abbé Mongis à la fin du XIX e s. jusqu’aux découvertes fortuites de mobilier gallo-romain récemment publiées (navette à filet, monnaies romaines, applique zoomorphe en bronze, pendeloque de harnais de cheval, etc.).

2C’est dans ce contexte que des travaux de construction d’une habitation, projetée au lieu-dit Loirontout près du petit port du même nom, ont fait l’objet d’une demande de suivi archéologique. Ce dernier, motivé par un faisceau d’indices assez concordants ne fut pas vain puisque l’arasement du terrain, puis, le creusement du réseau des tranchées de fondations, n’ont pas tardé à livrer une concentration de vestiges parmi lesquels nous relevons :

3    - des couches de démolition en relation avec des fondations de murs, qui nous livrent des débris de mortiers et de tuiles romaines mais aussi bon nombre d’autres éléments d’architecture plus intéressants comme des fragments d’enduits peints, des petits blocs de marbres, trois segments de colonnes, diverses pierres équarries, suspensura, etc. ;

4    - un alignement de grosses dalles de pierre calcaire originaire de Paussac (Dordogne) ;

5    - deux dépotoirs domestiques recelant des restes culinaires (principalement d’origine malacofaunique) mêlés à de la céramique commune, sigillée ou à l’éponge ;

6    - deux grandes fosses avec tessons de céramique, morceaux d’amphores, monnaie, portions d’architecture, petit  instrumentumen bronze, etc. ;

7    - un bassin sans cupule, étanche et en béton rose, de 3,70 m sur 2 m, à usage artisanal indéterminé, dont la fouille du comblement nous a offert quelques vases.

8Les sondages complémentaires autorisés ne nous ont pas permis de mieux renseigner les premières conclusions de ce suivi. Au demeurant, l’observation, in situ, de toutes ces structures confère déjà à cette intervention une modeste portée scientifique sur un site archéologique qui n’a jamais réellement été documenté. C’est alors que l’on regrette que l’emprise de la parcelle étudiée (moins de 1 500 m 2) n’ait pu offrir une vision plus large du site en question, état de fait qui n’est pas sans poser quelques problèmes d’interprétation. Malgré tout, la phase d’étude, toujours en cours, apporte tout de même quelques enseignements sur la nature et le statut de l’habitat soupçonné proche des vestiges observés, notamment en considération des matériaux assez qualitatifs mis au jour (enduits peints, marbres grecs ou turcs, colonnes, etc.). C’est le mobilier issu du bassin et des fosses qui nous apportera le terminus ante quemde l’abandon des structures, une fin d’occupation que l’on peut d’ores et déjà à la fin du III e s. apr. J.-C.

9BRIAND Denis

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Denis Briand, « Angoulins – Loiron », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1192

Haut de page

Responsable d'opération

Denis Briand

BEN

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals