Navigation – Plan du site
1994

Nîmes

Saint-André-de-Codols
Responsable(s) des opérations : Laurent Pomarèdes et Laurent Sauvage
Notice rédigée par : Laurent Pomarèdes et Laurent Sauvage

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage programmé (SP)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1994 (SP) ; 1995 (SP)
Inventeur(s) : Pomarèdes Laurent (AFAN) ; Sauvage Laurent (AFAN)

1Plan général des opérations extra muros de Nîmes (Fig. n°2 : Plan général des principales opérations rurales (1991-1998)).

2Les deux fouilles de sauvetage réalisées à Saint-André-de-Codols ont été planifiées préalablement à la construction, sur près de 9 ha, d’un important complexe médical (polyclinique Grand-Sud) et à l’aménagement de deux nouveaux axes routiers périurbains (axe Nîmes – campagne et voie urbaine sud). Les décapages, pratiqués sur 1,6 ha, ont permis de mettre en évidence les vestiges de plusieurs réseaux de fossés antiques (Ier s. – IIe s. apr. J.-C.), d’une nécropole tardive (IVe s. – VIe s. apr. J.-C.) et de plusieurs établissements antiques et médiévaux (Ier s. – XIIe s.) qui se succèdent au même emplacement (Fig. n°1 : Saint-André-de-Codols, plan général des vestiges). Ces installations ont été établies à 1,8 km au sud de l’enceinte augustéenne de la ville (Pomarèdes, Hervé ; Barberan, Sébastien ; Maufras, Odile ; Sauvage, Laurent. 1996.).

3Le premier établissement couvre une surface de près de 5 000 m2. Il a été bâti vers la fin du Ier s. apr. J.-C. et reste occupé jusqu’au début du IIIe s. Son organisation est marquée par deux ensembles de constructions.

4Le premier, implanté aux abords d’une voie reliant la ville aux campagnes méridionales, est composé de trois unités. L’une d’entre elle a livré les vestiges de deux salles équipées d’une suspensura.

5Le second, plus à l’ouest, comprend quelques pièces de vie (terrazzo et enduits muraux), des bâtiments d’exploitation ainsi qu’un second petit complexe thermal.

6Au début du IIIe s. apr. J.-C., on note l’abandon de l’ensemble des constructions au profit d’une imposante villa à cour centrale, occupant une surface d’un hectare environ. À côté de vastes parties résidentielles implantées dans les ailes nord et est, de nouveaux corps de ferme et des installations de production sont aménagés au sud et à l’ouest. Entre le milieu du IVe s. et le début du Ve s. apr. J.-C., la partie résidentielle de la villa est encore agrandie suite à l’édification d’un vaste bâtiment à abside.

7On observe donc une succession d’importants chantiers qui participent d’une monumentalisation de l’édifice allant certainement de pair avec le dynamisme économique de l’établissement mais peut-être aussi avec son statut particulier. Dès le début du Ve s., la démolition raisonnée de l’extrémité occidentale de l’aile nord et la construction d’une petite unité excavée marquent la fin de ces grands travaux, sans que soient affectées les fonctions vitales de l’établissement. Jusqu’au milieu du Ve s. au moins, la villa conserve donc une partie de sa force productrice. Celle-ci, comme l’ensemble des constructions encore en élévation, nous assurent de son maintien dans le réseau de peuplement se développant aux abords de la ville et de la permanence de ses relations avec celle-ci.

8Postérieurement et malgré une documentation de moins en moins abondante, la permanence d’une occupation de l’édifice paraît assez clairement avérée (la présence de mobilier des VIe s. – IXe s. en est l’une des preuves les plus tangibles). Pourtant, le statut de l’établissement semble évoluer progressivement et le rôle de centre domanial apparaît à présent incertain.

9À partir du Xe s., des transformations notables sont observées : une grande partie des corps de bâtiment est démolie méthodiquement et deux modestes constructions au moins sont insérées dans les ruines des grands ensembles antérieurs. Parallèlement, plusieurs centaines de silos sont creusés dans la cour ainsi qu’à l’intérieur de certaines constructions. Ces infrastructures de stockage, comme les premières études portant sur la faune de cette période, nous poussent à penser que l’établissement fixe encore, durant cette période, une population dont les activités restent essentiellement agricoles.

10Au XIIe s., l’établissement antique semble définitivement abandonné. L’étude du cartulaire de Notre-Dame-de-Nîmes nous signale cependant la présence d’une église paroissiale fréquentée entre le début du XIe s. et le XIIIe s. (Parodi, Anne. 1989.), ce qui laisse entrevoir une possible organisation polynucléaire de l’occupation entre le XIe s. et le XIIe s. Cette église aurait été repérée, au début du siècle, au sud-est de nos interventions (Mazauric, Félix. 1917.).

Haut de page

Bibliographie

Pomarèdes, HervéBarberan, SébastienSauvage, LaurentMaufras, Odile. 1996 : « Saint-André-de-Codols », in Forme de l'habitat rural en Gaule Narbonnaise, 3, spécial villa romaine, Juan-les-Pins, APDCA.

Parodi, Anne. 1989 : « Saint-André-de-Codols, commune de Nîmes (Gard) », in Fixot M. (dir.), Zadora-Rio Elisabeth (dir.), L'église, le terroir, Paris, CNRS, Monographies du CRA 1, p. 128-129.

Mazauric, Félix. 1917 : Registre manuscrit des recherches et acquisitions du musée archéologique de Nîmes, année 1917, conservé au musée archéologique de Nîmes.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Saint-André-de-Codols, plan général des vestiges

Fig. n°1 : Saint-André-de-Codols, plan général des vestiges

Auteur(s) : Pomarèdes, Hervé ; Sauvage, Laurent ; Recolin, Anne ; Vidal, Laurent ; Chadefaux, Xavier ; Marchand, Georges ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Pomarèdes, Hervé ; Sauvage, Laurent ; Recolin, Anne ; Vidal, Laurent ; Chadefaux, Xavier ; Marchand, Georges ; Thernot, Robert (2004)

Fig. n°2 : Plan général des principales opérations rurales (1991-1998)

Fig. n°2 : Plan général des principales opérations rurales (1991-1998)

Auteur(s) : Vidal, Laurent. Crédits : ADLFI - Vidal, Laurent (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Saint-André-de-Codols, plan général des vestiges
Crédits Auteur(s) : Pomarèdes, Hervé ; Sauvage, Laurent ; Recolin, Anne ; Vidal, Laurent ; Chadefaux, Xavier ; Marchand, Georges ; Thernot, Robert. Crédits : ADLFI - Pomarèdes, Hervé ; Sauvage, Laurent ; Recolin, Anne ; Vidal, Laurent ; Chadefaux, Xavier ; Marchand, Georges ; Thernot, Robert (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11924/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. n°2 : Plan général des principales opérations rurales (1991-1998)
Crédits Auteur(s) : Vidal, Laurent. Crédits : ADLFI - Vidal, Laurent (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11924/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Laurent Pomarèdes et Laurent Sauvage, « Nîmes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11924

Haut de page

Responsables d'opération

Laurent Pomarèdes

AFAN

Laurent Sauvage

AFAN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals