Navigation – Plan du site

AccueilRégionsOccitanie199311 – AudeDuilhac-sous-Peyrepertuse – Châte...

1993
11 – Aude

Duilhac-sous-Peyrepertuse – Château de Peyrepertuse

Sondage (1991-1993)
Responsable d’opération : Lucien Bayrou

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1991 - 1993 (SD)
Inventeur(s) : Bayrou Lucien (Service départ. de l'architecture et du patrimoine)

1Après l'échec devant Carcassonne de l'armée méridionale, Peyrepertuse devient, de fait, en 1240, la forteresse la plus importante au sud du royaume de France. Pendant l'hiver 1367-1368, Charles V autorise Henri de Transtamare, prétendant à la couronne de Castille, à se réfugier dans le château après la défaite de Navarette (Espagne) où Du Guesclin est fait prisonnier lors de l'expédition des Grandes Compagnies.

2Le château se compose essentiellement de trois parties (Fig. n°1 : Plan du château) : l'enceinte basse et le donjon-vieux, l'enceinte médiane reliant l'ensemble ci-dessus au donjon Sant-Jordi.

L'enceinte basse

3L'enceinte basse affecte la forme d'un triangle très allongé, dont l'accès s'effectue dans l'angle nord-ouest. Elle garde au nord l'intégralité de ses murailles au flanquement assuré par deux tours de plan semi-circulaire, ouvertes à la gorge. Elle se termine à l'est par une tour triangulaire formant éperon. Le côté méridional est défendu par le retour de la courtine. Les vestiges d'une construction polygonale, au bord même de l'abîme protége la poterne dérobée, accessible par une faille courant le long de la falaise.

Le Donjon-vieux

4L'angle sud-ouest est occupé par : le donjon-vieux formé de deux bâtiments parallèles axés est-ouest :

  • l'église Sainte-Marie des XIe s. et XIIe s., au nord ;

  • le logis du gouverneur, au sud,

5qui cantonnent une courette.

6Le chevet fortifié de l'église et la tour orientale du logis participent à la défense.

L'enceinte médiane

7L'enceinte médiane de forme irrégulière épouse étroitement les bords déchiquetés de l'abîme. Au-dessous du sentier d'accès au donjon Sant-Jordi, se dressent les vestiges d'un bâtiment de plan polygonal, dominant les courtines.

Donjon Sant-Jordi

8On accède au donjon Sant-Jordi par un escalier taillé à flanc de falaise. La tradition nomme cet ouvrage « l'escalier dit de saint Louis ». Une courtine flanquée d'une tour semi-circulaire au pied de laquelle est percée la porte, barre le sommet du site. Derrière cette muraille, on aperçoit les vestiges de bâtiments en appentis dont l'un abrite une citerne. Enfin, un ensemble de deux tours, aujourd'hui arasées, conservent, au nord, une citerne, et au sud, une chapelle dédiée à Sant-Jordi (Saint-Georges).

9En 1992, dans l'enceinte basse, le sondage de la tour nord-ouest – opéré dans la surface limitée par la construction – montre qu'un nivellement du terrain d'assiette a été effectué avant la construction, à partir des années 1240. Un niveau de mortier de chaux occupe toute la surface, une recharge de mortier est visiblement destinée à caler une installation de chantier pour la construction de la tour. Peu utilisé à l'époque médiévale, l'espace est occupé aux périodes postérieures. Un sondage situé à proximité met au jour les traces d'un mur associé à des lambeaux de sol, parallèle à la courtine nord. Cette structure appartient, sans doute, au village lié à l'église Sainte-Marie-de-Peyrepertuse. Elle date d'une époque antérieure à l'occupation du site par la monarchie capétienne.

10Dans l'enceinte médiane, la désobstruction du bâtiment polygonal et du bâtiment qui lui est accolé à l'est, permet d'affirmer le caractère simultané de leur construction et d'en préciser le rôle vraisemblable de magasin et d'écurie.

11La poursuite des différents sondages dans le donjon Sant-Jordi, a entrainé l'identification d'une chronologie relative de l'utilisation du site. De construction homogène, pratiquement terminé en automne 1250, nous avons pu reconnaître le soin apporté à l'implantation des courtines par rapport à la topographie. Les résultats des différentes excavations indiquent le manque des vestiges d'époque médiévale, perceptible à travers quelques rares tessons de céramique commune ou glaçurée d'importation, quelques objets métalliques (boucles et fers de trait) ainsi qu'un monnayage homogène dont la fourchette chronologique s'étale du  XIIIe s. au XIVe s. Partiellement en ruine, certaines parties du site sont réaménagées. Une nouvelle utilisation du lieu se traduit par la construction de murs de refend, en pierre tout-venant mêlés de pierre de taille récupérée, dont les assises sont calées par des éclats de tuile. Ainsi, dans la pièce de l'angle ouest, un four est établi à proximité d'un mur de refend. Vers l'est, la construction d'un mur de refend permet l'établissement d'un bâtiment de deux niveaux au revers de la courtine. La pose de deux corbeaux de récupération indique la mise en place d'une hotte de cheminée. Probablement au cours de la même période, XVIe s. ou XVIIe s., la salle centrale, débarrassée de ses décombres reçoit une couche de mortier destinée à diriger les eaux pluviales vers l'orifice de la citerne toujours utilisée. Deux murets, parallèles au mur sud, délimitent une sorte de bassin destiné à collecter les eaux de ruissellement issues des anciens fronts de carrière situés en amont. Les typologies observées sur l'ensemble des céramiques confirment le caractère tardif de l'aménagement de cet espace, correspondant à un habitat précaire ou saisonnier et convenant à des activités pastorales.

12La campagne 1993, très courte, a eu pour objet la surveillance archéologique des tranchées pour la mise en place d'un paratonnerre. Un mur en pierre sèche, composé de pierre de taille de récupération, est mis au jour avec pour rôle de retenir les remblais provenant de la construction du mur de refend évoqué plus haut (Bayrou, Lucien (dir.). 2000.).

Haut de page

Bibliographie

Bayrou, Lucien (dir.). 2000 : « Peyrepertuse, forteresse royale, " Naissance, Evolution et Fonction, une forteresse de la frontière " », Archéologie du Midi médiéval, Supplément n° 3.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan du château

Fig. n°1 : Plan du château

Auteur(s) : Bayrou, Lucien. Crédits : ADLFI - Bayrou, Lucien (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan du château
Crédits Auteur(s) : Bayrou, Lucien. Crédits : ADLFI - Bayrou, Lucien (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/11977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucien Bayrou, « Duilhac-sous-Peyrepertuse – Château de Peyrepertuse » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Occitanie, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/11977 ; DOI : https://doi.org/10.4000/adlfi.11977

Haut de page

Auteur

Lucien Bayrou

Service départ. de l'architecture et du patrimoine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Lucien Bayrou

Service départ. de l'architecture et du patrimoine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search