Navigation – Plan du site
1997

Sud du Montpelliérais

Responsable(s) des opérations : Claude Raynaud
Notice rédigée par : Claude Raynaud

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 2000 (PI) ; 1997 - 1999 (PI)
Inventeur(s) : Raynaud Claude (CNRS)

1À l'initiative du service régional de l'Archéologie (SRA) qui souhaitait disposer d'un outil d'évaluation du patrimoine dans une zone à forte croissance urbaine, l'UMR 1540 du CNRS a entrepris, en 1997, une révision de la documentation ainsi que de nouvelles prospections, dans le but d'élaborer la carte archéologique du Montpelliérais sud. Le présent rapport dresse le bilan des deux premières années de recherches. Celles-ci ont été conduites avec une contribution importante de la cellule de la Carte archéologique du SRA, conduite par Pierre‑Yves Genty, auteur de plusieurs notices concernant la révision de l'inventaire des sites et les prospections.

2Lattara, Sextantio, Maguelonne, Montpellier : de l'âge du Fer jusqu'à nos jours, quatre pôles politiques d'importance régionale se sont succédé dans la basse vallée du Lez. C'est dans cet axe que l'urbanisation montpelliéraine ne cesse de croître depuis plus de vingt ans. Habitat, immeubles de services, voirie urbaine et régionale occupent un espace grandissant, sans qu'aucune évaluation du patrimoine archéologique ne permette de mesurer et de maîtriser les effets destructeurs d'une telle croissance. Un simple pointage des sites connus anciennement par des fouilles ou des découvertes fortuites laisse envisager la disparition de bon nombre d'entre eux, à l'image de l'oppidum de Sextantio, à peu près totalement détruit par l'extension de l'agglomération de Castelnau-le-Lez. La ville littorale de Lattara/Lattes a longtemps subi un sort analogue, jusqu'au rachat par l'État d'un quartier épargné par les lotissements, terrain où se développe aujourd'hui la fouille extensive de la zone portuaire antique.

3La région montpelliéraine se trouve aujourd'hui dans une situation paradoxale, avec à Lattes l'un des plus importants chantiers archéologiques nationaux tandis que la campagne alentour voit disparaître son patrimoine historique, que l'on ne parvient pas à protéger efficacement faute d'en avoir une connaissance précise. Une telle situation ne peut se prolonger sous peine de devoir renoncer à terme à l'une des ambitions affichées par le programme d'étude de Lattes antique : les rapports de la ville avec le monde rural, l'exploitation du milieu, enfin les mutations environnementales liées à l'emprise humaine. On insistera sur ce dernier aspect, particulièrement sensible dans une zone littorale et marécageuse, milieu fragile et en permanente évolution.

4Ce programme, dont le déroulement est prévu sur trois années (1997-1999, achèvement prévu en 2000), concerne un territoire de 100 km2, entre l'aéroport de Fréjorgues à l'est, la Mosson à l'ouest, la ville de Montpellier au nord et la Méditerranée au sud. Ce projet a pour objectif de compléter la Carte archéologique des communes de Montpellier, Lattes, Pérols, Castelnau-le-Lez, Le Crès, Vendargues, Palavas, Saint-Jean-de-Védas, Villeneuve-les-Maguelonne. L'entreprise s'impose d'urgence, pour répondre à l'expansion urbaine et à celle des villages périphériques. Plus largement, le patrimoine archéologique de la périphérie montpelliéraine se trouve menacé par d'importants projets d'infrastructure : doublement de la RN 113, future ligne TGV, extension de l'aéroport de Fréjorgues.

5L'une des finalités d'une action cohérente et de longue haleine sur le terrain sera de conduire avec la meilleure efficacité la liaison entre la prospection, qui enrichit la Carte archéologique, et la fouille de sauvetage des sites promis à la destruction.

Le cadre physique

6Des collines calcaires jusqu'au cordon littoral, l'espace traversé par la vallée du Lez présente des facettes contrastées, juxtaposition de ces unités morphologiques. De cette diversité découle l'un des intérêts majeurs de la zone, qui rassemble sur un espace restreint tous les ingrédients d'un géosystème littoral méditerranéen. Ainsi s'ouvre la possibilité d'étudier l'insertion de sociétés rurales dans un tel milieu et d'en suivre les mutations (Fig. n°1 : Géomorphologie du littoral du Languedoc oriental et localisation de la zone d'étude).

7On parle souvent, à propos de la morphologie de cet ensemble, d'un amphithéâtre dominé au nord par des collines calcaires culminant entre 30 m et 60 m, puis vers le sud par les terrasses alluviales rhodano-duranciennes, extrémité occidentale de la Costière, entre 15 m et 40 m. Vient ensuite la plaine, qui n'excède pas une dizaine de kilomètres de large et s'incline doucement vers le sud, pour passer de 15 m à 2 m d'altitude. Plus bas encore, apparaissent les marais où la terre le dispute à l'eau avant de céder la place à la lagune : les étangs de l'Or, de Méjean et de l'Arnel, séparés de la mer par un mince lido. Voilà les vestiges d'une petite mer intérieure, le stagnum Latera jadis décrit par Pline, aujourd'hui cloisonné par les deltas et grignoté par la conquête de terres agricoles.

8Dans cet ensemble littoral, il importe de retenir l'étroite imbrication de ces unités disparates et l'ampleur des mutations accomplies depuis les débuts de l'occupation humaine. Érodées par le ruissellement, les collines livrent leur tribut d'argile et de limon aux zones basses, vallées, plaine et lagune où s'accumulent les sédiments. Le climat méditerranéen, par son alternance de périodes sèches et de précipitations brutales, a joué son rôle dans ces transformations, mais c'est bien l'homme qu'il convient de placer au cœur du processus. Protégeant les sols au cours de périodes de faible exploitation, les exposant aux éléments à d'autres phases de mise en valeur, cette action humaine a laissé des traces, souvent ténues, que les recherches tenteront de mettre en évidence. De cette évolution résulte l'actuelle mosaïque des sols, dominée par quatre catégories aux caractères bien distincts (Arnal, H.. 1984.).

  • Des sols fersiallitiques, sols rouges argileux, à forte charge de galets siliceux, sur les terrasses et mamelons de la « Costière » ; ces formations occupent essentiellement la partie orientale de la zone, à la jonction des communes de Mauguio, Montpellier et Pérols [Arnal, 1984 : unités n° 42, 48, 50, 70 ; (Arnal, H.. 1984.)].

  • Des sols bruns calcaires, limono-argileux à argileux, peu épais, sur encroûtements calcaires de formation colluviale, ou sur bancs calcaires ; à l'est, ils restent étroitement circonscrits aux vallées de la Lironde et du Nègue Cats, tandis qu'ils s'étalent à l'ouest du Lez, jusqu'au pied de la Gardiole [Arnal, 1984 : unités n° 21, 23, 26, 29, 37 ; (Arnal, H.. 1984.)].

  • Des sols alluviaux, limons fins tapissant le lit majeur de la Lironde, du Lez et de la Mosson, d'une épaisseur supérieure à 1,2 m ; circonscrites au nord et à l'ouest, ces formations récentes s'étalent largement dans le delta commun aux trois fleuves côtiers (unités n° 9, 10, 13).

  • Des sols hydromorphes non salés dans les dépressions intérieures de l'Estagnol, des Montouzières (Lattes), des Mouillères (Pérols) (unité n° 52), plus ou moins salés dans la zone lagunaire au sud de Lattes et au sud-ouest de Villeneuve-les-Maguelonne (unités n° 53, 54, 57, 68).

Historique des recherches et jalons chronologiques

9Depuis le XIXe s., le sud du Montpelliérais n'a pas manqué de livrer nombre de vestiges antiques et médiévaux, mais il s'agissait généralement de découvertes fortuites n'ayant donné lieu à aucune recherche coordonnée. Autour de Lattes en particulier, on recense plusieurs découvertes funéraires ainsi que des vestiges d'habitats, vaguement localisés dans les terres de tel ou tel domaine. Quoique diffuses, ces informations mettent l'accent sur la présence, autour de Lattara, de pôles de peuplement majeurs aux abords des domaines de Sorièch, Fromiga et de L'Estelle et Rignac [(Landes, Christian. 1988.) et (Favory, François. 1988.)]. L'existence de la ville antique, localisée dès 1917 grâce à la finesse d'observation de Joseph Berthelé, archiviste de la ville de Montpellier et remarquable prospecteur, n'était pas admise par tous et c'est seulement dans les années 1960 que les réserves furent levées, grâce à l'inlassable activité d'Henri Prades et du groupe Painlevé. À cette époque, des prospections et une attention portée aux travaux agricoles ou de voirie permirent à cette équipe d'élaborer une première Carte archéologique raisonnée de la basse vallée du Lez, entre Castelnau-le-Lez et Lattes [Majurel, 1970 : fig. 80-81 ; (Majurel, René ; Menager, J. ; Prades, Henri. 1970-1973.)]. Fondé sur des observations de surface et sur les résultats de fouilles de sauvetage, ce document demeurait sommaire par la méthode de localisation des vestiges, mais il jalonnait les étapes du peuplement grâce à une vingtaine d'établissements, et demeure irremplaçé jusqu'à présent.

10Sur la commune de Montpellier, les travaux se développaient à la fin des années 1980, avec l'aménagement du quartier d'Antigone et des zones périphériques, notamment le stade Richter où d'importants vestiges néolithiques étaient exhumés. Par ailleurs, la commune de Lattes bénéficiait de plusieurs fouilles pratiquées par Christian Landes et l'équipe du musée dans l'emprise médiévale du village. Malgré ce, de nombreux secteurs en cours d'urbanisation échappaient encore à l'archéologie préventive, faute d'une couverture homogène du territoire par des prospections systématiques. On doit notamment déplorer que le castrum de Lattes n'ait pas fait l'objet d'interventions plus développées, que l'intérêt du site au Moyen Âge justifiait amplement. Aujourd'hui, l'essentiel du site est urbanisé.

11Découvertes fortuites et fouilles de sauvetage réalisées depuis près de deux siècles livrent des éléments pour cerner la dynamique du peuplement autour du delta du Lez. Le dépouillement de la documentation antérieure à 1995, réalisé par François Favory et Claude Raynaud, a livré trente-sept établissements qui permettent de résumer à grands traits les phases de peuplement. Malgré l'empirisme et le hasard qui ont présidé à la constitution de cette base de données, elle traduit des lignes de forces comparables avec celles des zones voisines (Fig. n°2 : Dynamique du peuplement de la basse vallée du Lez, calculée à partir des trente-sept établissements connus antérieurement à l'enquête systématique).

12Sans surprise, s'affirme à la période néolithique le démarrage des sociétés agricoles, avec la naissance d'habitats, en plaine (Richter), sur le rivage de la lagune (Lattes) ou sur les collines (Richemont, Montpellier). Nul doute que cette occupation ait entraîné l'exploitation de larges portions de territoire, qu'il reste à mesurer par l'extension des artefacts hors des sites habités.

13L'âge du Bronze semble répondre à une plus faible emprise, comme on le constate de façon générale dans une large part du bas Languedoc. Le peuplement se cantonne alors sur le rivage lagunaire, notamment à l'emplacement de Lattara qui connaît alors sa première occupation. Ce peuplement ténu et instable, polarisé sur le littoral lagunaire, marque aussi les débuts de l'âge du Fer, la plaine et les premières collines semblant peu occupées en l'état de nos connaissances. Un pas majeur est franchi dans le dernier quart du VIe s., lorsque le peuplement se concentre et se fixe sur l'un de ces établissements lagunaires, à l'embouchure du Lez où naît alors une bourgade opulente, Lattara, qui atteint rapidement une taille urbaine, tandis que les anciens sites autour de l'étang de l'Or se trouvent désertés pour plusieurs siècles. Étrange paradoxe que cette désertion, au moment où s'observe par ailleurs le dynamisme des communautés indigènes qui s'ouvrent largement aux échanges méditerranéens. L'opposition entre la courbe du nombre d'établissements, très faible, et celle de la superficie occupée traduisent ce contexte particulier, caractéristique d'un processus de concentration urbaine, peu sensible dans les régions voisines du Lunellois, de Vistrenque et de Vaunage.

14Les analyses environnementales pratiquées à Lattes témoignent des déboisements et de la mise en valeur d'un territoire, essentiellement dans la proche périphérie de la ville, sur les collines de la Costière (autour du village de Pérols) et dans les terres basses du delta du Lez et du rivage lagunaire (Ambert, Martine ; Chabal, Lucie ; Bats, Michel ; Blanchemanche, Philippe. 1992.). C'est probablement là qu'il faut situer l'apparition d'une première agriculture sédentaire et l'organisation d'un finage permanent. L'extension, l'agencement et les modes d'exploitation de ces terroirs, et a fortiori l'impact paysager d'une telle emprise demeurent incertains faute de prospections et de fouilles hors du site. Doit-on envisager une disparition de la forêt, ou à tout le moins une grande mutation du milieu ? Les éléments manquent encore pour établir une telle évolution.

15Dans quelle mesure la conquête romaine a-t-elle modifié cette occupation ? Comme au second âge du Fer, le peuplement semble concentré dans le port de Lattara, dont la superficie ne cesse de s'accroître tandis que l'on n'observe encore aucune création nouvelle. C'est seulement au Haut-Empire que l'on observe un processus de diffusion du peuplement, hors de la ville, sous la forme d'établissements dispersés de rang variable, encore mal caractérisés dans leur assise et dans leurs fonctions : villæ, fermes, établissements secondaires ? (Fig. n°3 : Carte des établissements connus anciennement et par les recherches récentes). Concurremment, on peut même envisager l'émergence d'une petite agglomération sur le site de Cavalade, anciennement prospecté par Henri Prades, et dont la nécropole de Saint-Michel, tardive, matérialiserait la permanence. Il s'agit évidemment d'hypothèses restant soumises à la discussion et susceptibles de trouver divers éléments de validation ou de récusation avec le développement de recherches systématiques. Parallèlement, la ville entre en déclin à partir du milieu du Ier siècle de notre ère, au moment où dans le Lunellois voisin le nombre de sites occupés se trouve multiplié par quatre. La courbe préliminaire marque bien autour de Lattes et sur le territoire montpelliérain cette éclosion de l'habitat dispersé et des installations agraires imprimant leur marque dans le paysage, en liaison avec un considérable travail d'arpentage du territoire (Favory, François. 1988.).

16Aux IIe s. et IIIe s., l'abandon de plus de la moitié des habitats et annexes agraires marque un nouveau tournant sur le sens duquel on doit s'interroger : crise ou mutation ? C'est le moment où se rétractent les agglomérations de Sextantio et Lattara, sans que l'on sache si l'élan reprend dans l'Antiquité tardive. Signe d'une organisation nouvelle, peut-être, c'est au IVe s. que prend vigueur l'occupation d'une île, Maguelonne, où s'établira au VIe s. le siège épiscopal.

17L'obscurité demeure complète pour le haut Moyen Âge, entre les VIe s. et VIIIe s., dont les vestiges ont échappé aux inventaires anciens. C'est là une carence habituelle des inventaires anciens et partiels, les problèmes d'identification des vestiges de cette période étant réellement maîtrisés depuis quelques années seulement et demandant toujours un examen attentif. Crise démographique ou simple lacune documentaire, régénération forestière, nouvelles mutations du paysage, paludification des zones humides ? On butte encore sur la faiblesse des données pour préciser et démêler les causes et les effets du phénomène.

18Les IXe s. et Xe s. affichent incontestablement un nouvel essor, probablement accompagné de nouveaux défrichements et de la reconquête de terroirs délaissés depuis l'Antiquité tardive. Les textes du riche fond régional des cartulaires de Maguelonne et des Guilhems prennent alors le relais de la documentation archéologique. À en juger par la cartographie établie dans une synthèse récente, on pourrait même penser à un contexte carolingien particulièrement faste dans la région montpelliéraine, dont la densité rompt avec le vide alentour [Fabre, Lochard, 1992 : 22 ; (Fabre, Ghislaine ; Lachard, Tierry. 1992.)], . On doit, en fait, corriger cette perception, fruit d'un travail partiel que l'on peut nuancer avec la documentation accumulée autour de Mauguio (Parodi, Anne. 1992.). Non, la naissance de Montpellier n'est pas le fruit d'une avance acquise antérieurement dans le semis carolingien. Dans l'ample mouvement qui remodèle le visage des campagnes depuis la fin des temps carolingiens, un fait singulier résisterait à l'interprétation si les textes ne venaient éclairer ses ressorts : la naissance d'une ville sur une colline déserte auparavant, Montpellier. Là où les écrits mentionnent seulement une exploitation agricole en 985, un bourg opulent et fortifié émerge cent vingt ans plus tard. Rien, dans les qualités du site ni dans les antécédents locaux, ne distingue Mons Pestelarius de ses voisins de Mauguio ou Lunel ni ne justifie sa fulgurante réussite. Peut-on pour autant présumer que rien ne serait advenu si un lignage de la plus haute aristocratie, la famille des Guilhem, n'avait établi le chef-lieu de son patrimoine près des bouches du Lez ? C'est une première impression, tant le projet dénote une claire analyse du contexte économique et hisse brusquement la ville nouvelle au rang des premières places commerciales de Méditerranée. Le choix de Montpellier n'est pourtant pas purement conjoncturel, car il se place au centre même de l'ancien comté wisigothique, dont le siège changea plusieurs fois depuis le VIe s., entre l'île de Maguelonne, l'ancienne bourgade de Substantion (Castelnau-le-Lez) et le nouveau château de Mauguio. Sous des apparences modestes, sans jamais briguer d'autre titre que la seigneurie de Montpellier, la famille des Guilhem évince rapidement ces anciens chefs-lieux qui conservaient des bribes de pouvoir. Au plan économique, elle assoit sa prépondérance en assurant sa seigneurie sur la bourgade voisine de Lattes, l'antique port gaulois de Lattara où elle trouve son débouché maritime dès le début du XIIe s. Bien loin d'un déterminisme géographique favorable au site, point de contact entre la mer, le fleuve et l'arrière pays, voyons là l'effet d'une habile stratégie géopolitique qui sut tirer profit de ce potentiel économique et, au plan politique, réinvestir la coquille vide de l'ancien comté.

19La répartition de l'habitat ne semble pas traduire instantanément cette nouvelle polarisation, les anciennes villæ poursuivant leur existence jusqu'au XIIIe s. ou XIVe s. (Fabre, Ghislaine ; Lachard, Tierry. 1992.). Le maillage territorial quant à lui, n'enregistrera jamais totalement cette nouvelle dimension du peuplement, le finage montpelliérain - sa commune par la suite - dominant à peine celui des castra voisins et demeurant très inférieur à celui de l'antique Nîmes. Ainsi, une lecture purement spatiale des réseaux ne peut totalement rendre compte des hiérarchies nouvelles. On en tirera la leçon que, malgré son ampleur, la mutation du peuplement féodal composa avec des polarisations antérieures, imperceptibles à travers les seuls documents écrits et dont l'analyse impose la réalisation d'une carte archéologique précise.

Bilan des prospections

20Sur le terrain, la priorité a été accordée aux zones en cours d'urbanisation, délimitées en fonction de l'état des projets connus ou prévisibles à moyenne échéance. En ce qui concerne l'état des connaissances inédites, plusieurs entretiens oraux ont été réalisés avec les personnes susceptibles de connaître des sites ou indices archéologiques, entretiens conduits par Pierre‑Yves Genty (SRA), et par Claude Raynaud (CNRS) auprès de Christian Landes, conservateur du musée de Lattes, qui a recueilli les observations de Henri Prades mais aussi enregistré un certain nombre d'observations récentes. Sur le terrain, la localisation de ces sites a été soigneusement contrôlée, dans la mesure de l'accessibilité des terrains.

21En second lieu, la prospection pédestre des terres cultivées et lisibles fait l'objet d'un travail systématique. Dans la mesure où environ 50 % de la zone considérée est déjà urbanisée ou couverte par l'infrastructure de communication (aéroport, autoroute, rocades, routes), ce travail consiste essentiellement à enregistrer les indices d'occupation archéologique afin de localiser les zones sensibles, à soumettre à des interventions préalables à tout projet d'aménagement ou de construction.

22Le bilan de ces travaux apparaît contrasté. On ne peut taire la faible rentabilité des prospections en ce qui concerne la découverte de nouveaux établissements. Ce n'est d'ailleurs pas une surprise, dans la mesure où trois dimensions du contexte local laissaient envisager dès le départ les limites du potentiel documentaire :

  • d'une part les prospections anciennes, certes sommaires et peu documentées, avaient enregistré les établissements majeurs, limitant d'autant l'aspect « novateur » de toute nouvelle recherche ; de fait, les découvertes nouvelles demeurent limitées à de petits établissements, dont les recherches anciennes se préoccupaient peu mais qui constituent des jalons décisifs pour asseoir une analyse du semis agraire et de l'extension des terroirs ;

  • d'autre part le mitage urbain, l'ampleur des masques laissant un territoire mutilé de ses zones les plus propices à l'occupation, zones de piémont ou lisières de vallées, entre Lez et Lironde, l'axe Lattara-Sextantio polarisant l'essentiel du peuplement ;

  • enfin, l'ampleur des zones alluviales, noyées sous d'épais sols limoneux récents, constituait un cache pour les occupations les plus anciennes, comme vient de le confirmer la découverte à En Civade (chantier port Ariane, 1999), de vestiges gallo-romains et néolithiques enfouis à deux mètres sous le sol actuel.

23La zone accessible à l'étude demeure trop limitée pour que l'on puisse renouveler sensiblement l'approche des processus historiques évoqués en première partie à partir des données préalables. En revanche, le croisement des informations livrées par les prospections systématiques, les données anciennes et les conditions de révélation, essentiellement la pédologie, permet de proposer de premières orientations pour une maîtrise des problèmes d'archéologie préventive. Dans ce domaine, on doit évidemment partir du connu pour l'instruction des demandes d'intervention (études d'impact, diagnostics, sondages), et considérer au premier chef les sites dûment repérés et leur périphérie. Mais il serait illusoire de s'en tenir à cette information accessible quand l'abandon de certaines cultures, et plus encore la couverture alluviale, masquent peut-être 50 % du patrimoine archéologique. On peut néanmoins, sur cette information lacunaire, tenter une approche des rythmes de développement.

De Lattara à Sextantio, décalage temporel des territoires

24Si l'on en juge par les modèles de déploiement spatial des activités autour des bourgades antiques et médiévales, mis en évidence tant en Languedoc oriental qu'autour du bassin de Thau, ces zones polarisaient probablement l'essentiel des établissements satellites de l'agglomération de Sextantio, irrémédiablement perdus aujourd'hui pour la connaissance historique. Seuls subsistent encore, pour peu de temps, les modestes établissements du domaine des Mazes dans les communes du Crès et de Saint-Aunès, ceux du Clos de l'Armet, de Sarnelly, du Grès et de Sérane à Castelnau-le-Lez.

25Il s'avère difficile dans ces conditions d'envisager la dynamique du peuplement et les étapes de mise en valeur du territoire, sans le support d'une carte archéologique fournie. J'ai néanmoins tenté de le faire en exploitant les indices témoignant de pratiques agricoles. Dans 19 US (unités sitologiques) interprétées comme des zones d'épandage, la répartition chronologique des poteries collectées donne, en effet, un certain reflet de l'activité agraire et partant du peuplement. Il s'agit d'un reflet indirect et affaibli par la minceur des séries (deux cent quarante-trois artéfacts pour 116 ha d'épandage), mais c'est la seule source d'information dont on dispose pour une vue d'ensemble dépassant l'évolution locale de tel ou tel établissement. Ces indices ont été traités en deux séries séparées, l'une concernant les abords de Lattes, costière et plaine littorale, l'autre embrassant la zone au sud de Castelnau, essentiellement la plaine intermédiaire entre les reliefs de la garrigue calcaire et les collines siliceuses de la Costière. Pour cette analyse, sont utilisées les catégories céramiques dont la chronologie se prête à un découpage en phases : amphore italique et céramique campanienne pour la période républicaine, amphore gauloise, tarraconnaise, bétique, sigillée pour le Haut-Empire, amphore africaine et commune à pisolithes pour le Bas-Empire, céramiques grises pour le haut Moyen Âge, glaçurées pour le bas Moyen Âge et les Temps Modernes. Pour pallier l'inégal degré de précision des datations, les totaux par périodes ont été ramenés à un ratio par siècle (nombre d'indices : nombre de siècles de la période). Ces chiffres demeurent évidemment très bas, la prospection ayant été conduite en ligne à espacement de 7 m entre chaque prospecteur. Des tests de 100 m2 donneraient évidemment des densités plus élevées, mais la comparaison reste possible dans la mesure où la méthode employée est la même pour l'ensemble des US étudiées. Ces données sont exprimées en valeur absolue, la minceur des échantillons interdisant de calculer des pourcentages (Fig. n°4 : L'occupation des sols à travers les épandages agraires anciens, identifiés en prospection systématique (1997-1999)).

26L'évolution du nombre d'indices révèle deux tendances distinctes autour des deux pôles urbains. On observe d'une part, autour de Lattara une faible densité des épandages, qui ne sont réellement marqués que durant le Haut-Empire, les périodes républicaine et tardo-antique restant peu sensibles. L'occupation de la périphérie sud de Sextantio marque un contraste avec une densité déjà forte à la période républicaine et ne s'accroissant guère au Haut-Empire, tandis que l'Antiquité tardive voit presque tripler le nombre d'indices. Le territoire de Sextantio se conforme en cela à l'évolution observée en Lunellois et en Vaunage, où la densité d'épandage tardif apparaît très supérieure à celle des périodes antérieures (Raynaud, Claude. 2001.). Si dans le cas de Sextantio l'absence d'information sur l'évolution de la bourgade durant l'Antiquité tardive limite la portée de l'observation, il est par contre intéressant de noter dans le cas de Lattes un certain parallélisme entre l'occupation des terroirs et le déclin de la ville puis sa désertion au IIIe s. Les données demeurent toutefois trop lacunaires pour que l'on puisse les interpréter de façon aussi univoque. En particulier, on doit envisager, à l'exemple de la basse vallée du Vidourle, l'intérêt de l'agriculture de l'Antiquité tardive pour les terroirs alluviaux et humides, qui en Litoraria concentrent les établissements majeurs et leurs zones d'activité. Si c'était aussi le cas dans le delta du Lez, cette occupation tardive serait masquée par les dépôts alluviaux post-antiques, dont les fouilles de port Ariane ont révélé la puissance. Dans cette perspective, l'extension des recherches en 2000 sur la commune littorale de Villeneuve-lès-Maguelonne pourrait s'avérer décisive en permettant de suivre, plus aisément qu'à Lattes, l'évolution de l'occupation des sols agricoles à travers l'Antiquité.

27En regard des épandages gallo-romains, le Moyen Âge apparaît très faiblement et c'est là encore un cas général dans la région. Pour cette période, on doit s'interroger sur la valeur heuristique des indices collectés, gravement sous-évalués du fait de l'absence des amphores qui constituent l'essentiel des effectifs pour les périodes antiques. De plus, les céramiques de ces périodes demeurent mal datées ou indéterminables, ce qui affaiblit encore les effectifs retenus, certainement inférieurs à une réalité bien difficile à cerner. Enfin, la période moderne se caractérise plus nettement avec des productions aisément identifiables, quoique toujours minorées, en particulier par l'impossibilité de départager les productions non glaçurées qui, pouvant aussi appartenir à la fin du Moyen Âge, ne peuvent être retenues dans les effectifs. Malgré cette lacune, la période s'affiche au deuxième ou troisième rang, ce qui est encore une observation générale et qui s'accorde bien avec la croissance démographique et économique traduite par les sources historiques.

28Bien qu'incertains, de tels résultats demeurent indispensables pour comprendre le phénomène majeur du Montpelliérais : le processus urbain. Les conditions d'émergence de la ville, d'abord à Lattes et à Sextantio à l'âge du Fer, puis à Maguelonne à la fin de l'Antiquité, enfin à Montpellier au XIIe s. seulement, demeurent obscures au-delà des tautologies sur le pouvoir des élites, chefferies gauloises, administration romaine, grands féodaux. De toute évidence, ce pouvoir ne surgit pas du néant mais se trouve porté par un développement des forces productives, par l'accumulation de la valeur et du profit, enfin seulement par son investissement dans la sphère du pouvoir dont la ville reste l'un des produits. Effet et non cause première, la ville demeure inexpliquée dans sa genèse. La question se pose avec d'autant plus d'acuité que le processus, quatre fois initié depuis le Ve s. av. J.-C., ne s'établit pas durablement avant le milieu du Moyen Âge. Phénomène singulier en regard de l'ancrage inébranlable des principales villes de la province de Narbonnaise (malgré des aléas multiples, s'entend) ce problème de la vallée du Lez ne peut se réduire à la seule dimension environnementale - l'instabilité du fleuve - mais demande une claire vision des questions de dynamique du peuplement et de valorisation du territoire. La poursuite des prospections et, au-delà, les fouilles de sauvetage qui devraient suivre, prennent tout leur sens dans cette problématique.

Naissance d'un évêché sur l'île de Maguelonne

29À côté des recherches aléatoires dans la zone périurbaine, une opération systématique a été réalisée sur l'ancienne île de Maguelonne. Cette étude, qui n'avait jamais été réalisée, avait pour objectif de préciser la chronologie de l'occupation de l'île, particulièrement afin de saisir le contexte d'émergence de l'évêché à la fin de l'Antiquité. Ce travail est conduit dans des conditions exceptionnelles de visibilité et d'exhaustivité, grâce à la culture de la vigne qui couvre la quasi-totalité de l'île. Ce travail, mené selon une méthodologie en carroyage, se poursuivra jusqu'en 2000. Sans attendre le dépouillement de l'abondante documentation collectée, on peut déjà brosser un tableau chronologique de ce milieu insulaire.

30Une singularité de l'histoire languedocienne réside dans le fait que le siège de l'évêché de Maguelonne - démembré de la cité de Nîmes avant la fin du VIe s. - se soit établi sur une île du littoral lagunaire. C'est là une position insolite, adoptée par de rares exemples, l'évêché breton d'Alet, érigé sur une île avant de rejoindre Saint-Malo au Moyen Âge, les sièges épiscopaux de Torcello ou de Grado, en Vénétie.

31Négligée jusqu'à ces dernières années, l'île a fait l'objet, en 1998, d'une fouille de sauvetage concernant une église funéraire de l'Antiquité tardive (fouille Guy Barruol et Alexandrine Garnotel). Autour de la fouille, la prospection a pour objectif d'étudier l'ampleur de l'occupation et les étapes de son développement.

32L'île offre l'opportunité d'étudier de façon exhaustive un petit territoire, 25 ha dont 20 ha occupés par la culture de la vigne. Un parcours rapide de l'île montrant la densité, l'extension et la diversité des vestiges, il a paru nécessaire de pratiquer une prospection de haute précision. Pour cela, le travail a été conduit en carroyage, chaque parcelle étant divisée en carrés de 10 m x 10 m. Dans chaque carré, on a collecté l'ensemble des éléments céramiques et métalliques, compté et enregistré le nombre des différents matériaux (tuile ronde, tegula, calcaire dur, calcaire tendre, basalte, mortier, etc. Cette méthode très contraignante a permis d'étudier, en un mois avec une équipe de trois à cinq prospecteurs, environ le tiers de l'île, soit un peu plus de 7 ha. L'ensemble des céramiques collectées a été inventorié et la saisie est en cours sur Syslat. Il sera ensuite possible, grâce à la mise au point par Michel Py d'un module de cartographie automatique, d'éditer des cartes thématiques, chronologiques et/ou de densité d'occupation, avec une résolution de 100 m2. Sans attendre les résultats de ce traitement en cours, on peut dès à présent dresser une synthèse schématique sur l'évolution de l'occupation sur la surface prospectée, qui couvre les trois quarts de l'île (Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge).

33Malgré la découverte fortuite d'une hache néolithique, aucune présence de cette période n'est encore attestée. Le premier habitat se manifeste au Bronze final IIIb, qui a livré quelques exemplaires de céramique à décor mailhacien. L'occupation semble encore limitée à quelques centaines de mètres carrés, en bordure occidentale de l'île, à moins que les vestiges ne soient partiellement masqués ou détruits par les habitats postérieurs. Au même endroit, l'installation s'étend au début du premier âge du Fer, avec une phase de faciès Suspendien, du VIIe s. av. J.‑C., sur environ un millier de mètres carrés. L'établissement semble moins dense par la suite, mais quelques éléments d'amphore massaliète, épars, manifestent une présence qu'il reste à préciser. Après cette occupation intermittente et probablement ponctuelle, le site est nettement réoccupé à partir du IIe s. av. J.-C. L'établissement devient alors permanent mais demeure modeste.

34On a pu localiser deux secteurs distincts d'habitat du Haut-Empire, qui témoignent d'un établissement encore limité. La première zone, près du rivage nord, couvre environ 0,5 ha et a livré un mobilier céramique abondant, mais assez peu de matériaux de construction [ (Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge), zone 1]. Cette observation, jointe au fait qu'une épitaphe antique a été découverte dans ce secteur dans les années 1980, pourrait laisser envisager un secteur funéraire, mais aucun vestige d'incinération n'a été recueilli en prospection. Un second secteur est occupé dès le Haut-Empire, au chevet de la cathédrale romane [ (Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge), zone 2]. L'emprise est mal cernée car les vestiges disparaissent sous le bâti médiéval, mais le fait que du mobilier de cette période ait été localisé dans des sondages réalisés dans les années 1960 (fouilles Jean-Claude Richard, inédit), laisse entrevoir un développement qui pourrait atteindre 1 ha. Cette extension, jointe à l'abondance des éléments de construction soignée, briques, conduits de chaleur, plaques de marbre, tesselles de mosaïque, semblent dénoter la présence d'un établissement confortable, peut-être une villa, établie au centre et au sommet de l'île. Relatives à cette phase, les structures agricoles mises au jour lors de la fouille de l'église paléochrétienne (trous de plantation de vigne et d'arbres, épandage de fumures) soulignent l'existence d'une exploitation, soit dans un cadre domanial, soit sous l'emprise de la ville voisine de Lattara/Lattes.

35Les indices s'étendent et s'intensifient dans la seconde moitié du IVe s. avant de connaître leur extension maximale au Ve s., où les vestiges couvrent une quinzaine d'hectares (approximation avant la prospection fine), soit presque la superficie du site urbain de Lattes, 3 km au nord-est, qui est alors déserté. Cette opposition dans l'évolution, abandon de Lattes, essor de Maguelonne, incite à envisager une complémentarité possible entre les deux sites, qui auraient successivement occupé la fonction de pôle commercial et de peuplement. L'établissement de l'évêché à Maguelonne manifeste, en effet, l'importance de l'île qui avait peut-être pris au sein de la vie régionale la place du port antique de Lattes. Ce choix singulier - cas rare d'un siège épiscopal en marge de son ressort territorial - n'avait pas manqué de frapper PaulAndré Février qui insistait sur la nécessité de « restituer une vie économique, sinon on ne comprendrait guère pourquoi une série de sites portuaires sortent de l'ombre avec la réorganisation ecclésiastique : la vieille cité d'Agde [...] de même que Maguelonne qui a pris le relais de Lattes » [Février, 1978 : 215 ; (Février, Paul-Albert. 1978.)]. C'est exactement la réalité que restituent les travaux en cours, en révélant la quantité sans égale des importations méditerranéennes jusqu'au VIIIe s. inclus, la prospérité de l'agglomération portuaire ne faiblissant pas avant cette date. Quel meilleur exemple chercher pour illustrer la complexité de la mutation de l'Antiquité tardive : permanence des fonctions portuaires, déplacement affirmé (probablement pour des raisons de navigation lagunaire, toujours difficile), et promotion administrative d'un pôle urbain longtemps demeuré soumis à Nîmes ?

36Les soubresauts liés à l'occupation musulmane et à la destruction par Charles Martel, au VIIIe s., se trouvent confirmés par les prospections. À l'époque carolingienne, les indices d'occupation demeurent, en effet, très rares. C'est seulement au Xe s. ou au XIe s. que l'île retrouve une activité soutenue, et les textes concordent une nouvelle fois avec les observations archéologiques, mais les prospections révèlent une emprise bien inférieure à celle de l'Antiquité tardive. L'occupation se trouve désormais confinée dans deux secteurs, le port Sarrazin, au sud, et les abords de la cathédrale, au centre de l'île [ (Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge), zones 1 et 2]. L'anse sud est à son tour délaissée vers le XIIe s., période à partir de laquelle on ne trouve plus de vestiges qu'autour de la cathédrale [ (Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge), zones 4 et 5]. Si les textes attestent en nombre de la vitalité de l'évêché à la fin du Moyen Âge, avec d'importants travaux de réfection et de construction, il semble que l'île se dépeuple irrémédiablement, sous l'effet de la concurrence de la ville voisine de Montpellier, alors en plein essor.

Haut de page

Bibliographie

Arnal, H.. 1984 : Carte pédologique à 1/100 000e, feuille de Montpellier, INRA, Olivet.

Arnal, H.. 1984 : Carte pédologique à 1/100 000e, feuille de Montpellier, INRA, Olivet.

Arnal, H.. 1984 : Carte pédologique à 1/100 000e, feuille de Montpellier, INRA, Olivet.

Landes, Christian. 1988 : « Les découvertes archéologiques anciennes sur Lattes et ses environs », Lattara, 1, p. 58-63.

Favory, François. 1988  : « Le site de Lattes et son environnement (France, Hérault), d'après les images aériennes et les documents planimétriques », in Mélanges d'Histoire et d'Archéologie lattoise, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, Lattara, 1, p. 15-56.

Majurel, RenéMenager, J.Prades, Henri. 1970-1973 : « L'habitat et la nécropole de Saint-Michel (commune de Montpellier) : les origines de Montpellier », Ogam, tradition celtique, 22-25, p. 49-124.

Ambert, MartineChabal, LucieBats, MichelBlanchemanche, Philippe. 1992 : « L'environnement de Lattarain Michel Py (dir.) Recherches sur l'économie vivrière des Lattarenses, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, Lattara, 5, p. 9-26.

Favory, François. 1988  : « Le site de Lattes et son environnement (France, Hérault), d'après les images aériennes et les documents planimétriques », in Mélanges d'Histoire et d'Archéologie lattoise, Lattes, Association pour la recherche archéologique en Languedoc oriental, Lattara, 1, p. 15-56.

Fabre, GhislaineLachard, Thierry. 1992 : Montpellier : la ville médiévale, Paris, Imprimerie nationale, Coll. « Étude du patrimoine », 3, 309 p.

Parodi, Anne. 1992 : La Plaine du Languedoc oriental au haut Moyen Âge : du IVe à la fin du XIe siècle, textes et archéologie de l'espace rural, thèse de doctorat, Paris, université de Paris I, 3 vol, 860 p.

Fabre, GhislaineLachard, Thierry. 1992 : Montpellier : la ville médiévale, Paris, Imprimerie nationale, Coll. « Étude du patrimoine », 3, 309 p.

Raynaud, Claude. 2001 : « Les campagnes languedociennes aux IVe s. et Ve s. », in Ouzoulias Pierre, Pellecuer Christophe, Raynaud Claude, Van Ossel Paul, Garmy Pierre (dir.), Les campagnes de la Gaule à la fin de l'Antiquité, actes du IVe colloque de l'association Ager, Montpellier, 11-14 mars 1998, Éd. APDCA, 640 p.

Février, Paul-Albert. 1978 : « Problèmes de l'habitat du Midi méditerranéen à la fin de l'Antiquité et dans le haut Moyen Âge », Jahrbuch des römisch-germanischen Zentralmuseums Mainz, 25, p. 208-247.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Géomorphologie du littoral du Languedoc oriental et localisation de la zone d'étude

Fig. n°1 : Géomorphologie du littoral du Languedoc oriental et localisation de la zone d'étude

Auteur(s) : Raynaud, Claude ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; UMR 5140 (2003)

Fig. n°2 : Dynamique du peuplement de la basse vallée du Lez, calculée à partir des trente-sept établissements connus antérieurement à l'enquête systématique

Fig. n°2 : Dynamique du peuplement de la basse vallée du Lez, calculée à partir des trente-sept établissements connus antérieurement à l'enquête systématique

Auteur(s) : Raynaud, Claude ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; UMR 5140 (2003)

Fig. n°3 : Carte des établissements connus anciennement et par les recherches récentes

Fig. n°3 : Carte des établissements connus anciennement et par les recherches récentes

Auteur(s) : Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140 (2003)

Fig. n°4 : L'occupation des sols à travers les épandages agraires anciens, identifiés en prospection systématique (1997-1999)

Fig. n°4 : L'occupation des sols à travers les épandages agraires anciens, identifiés en prospection systématique (1997-1999)

Auteur(s) : Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140 (2003)

Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge

Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge

Auteur(s) : Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140 (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Géomorphologie du littoral du Languedoc oriental et localisation de la zone d'étude
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; UMR 5140 (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Titre Fig. n°2 : Dynamique du peuplement de la basse vallée du Lez, calculée à partir des trente-sept établissements connus antérieurement à l'enquête systématique
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; UMR 5140 (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Fig. n°3 : Carte des établissements connus anciennement et par les recherches récentes
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140 (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12098/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Fig. n°4 : L'occupation des sols à travers les épandages agraires anciens, identifiés en prospection systématique (1997-1999)
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140 (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12098/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Fig. n°5 : Développement du peuplement de l'île de Maguelonne de l'âge du Fer à la fin du Moyen Âge
Crédits Auteur(s) : Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140. Crédits : ADLFI - Raynaud, Claude ; Panouillères, Th. ; UMR 5140 (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12098/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Claude Raynaud, « Sud du Montpelliérais », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/12098

Haut de page

Responsable d'opération

Claude Raynaud

CNRS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals