Navigation – Plan du site
1996

Vendres – Aqueduc

Responsable(s) des opérations : Didier Paya
Notice rédigée par : Didier Paya

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Nature des opérations :

Fouille d'évaluation (EV)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1996 (EV)
Inventeur(s) : Paya Didier (INRAP)

1L'aqueduc a été construit en entaillant le « taparas ». Les parois, larges de 0,45 m, étaient verticales sur 1,30 m de hauteur avant de s'évaser. Deux murs maçonnés ont ensuite été élevés contre chacune des parois de la tranchée qui faisaient offices de coffrage pour les parements externes. Des planches ont fait le même travail pour les parements internes. Le mur occidental était moins profond que le second. Cette différence demeure inexpliquée, à moins que la présence de la banquette située contre la paroi en soit la cause. Une fois l'édification des murs terminée, une voûte, d'une épaisseur variant de 0,35 m à 0,40 m, a été construite. Les maçons ont travaillée dans une tranchée plus large. Un coffrage en berceau a été placé entre les murs. La voûte de plein cintre est composée de blocs « noyés » dans le mortier et l'on peut voir les empreintes des planches constituantes des arcs de coffrages sur les intrados. Des regards ont été aménagés dans la voûte afin de permettre l'accès aux canalisations contenues par le souterrain, une fois dans la tranchée définitivement comblée Nous avons recensé six de ces ouvertures réparties sur les 94 m explorés. Dans le souterrain une canalisation a été posée. Il nous est impossible de savoir si cette dernière a été précédée d'un cours d'eau. Une banquette aménagée contre le mur occidental a d'abord supporté des tuiles « canal » emboîtées. La rigole a été progressivement encombrée par des dépôts de calcite. Le changement, voire le changement des tuiles, étant une entreprise trop fastidieuse, des canalisations tubulaires ont, par la suite, été installées (Fig. n°1 : Plan de l'aqueduc ).

2Malgré sa qualification de « romain », l'aqueduc de Vendres ne présente aucun caractère de construction antique. Et s'il existe une partie gallo-romaine, nous ne l'avons pas identifiée.

3L'absence de mobilier céramique, autre que les restes de canalisations, ne permet pas de datation précise. La structure a fonctionné jusqu'en 1864. À cette date, prenant prétexte de l'écroulement d'une partie du souterrain sur une longueur de 450 m, le conseil municipal décidait de faire aménager une autre canalisation, avec des tubes en tôle cette fois.

4Quand l'aqueduc fut-il construit ? Nous ne pouvons le dire. Nous savons qu'il existe en 1830, puisque l'aménagement de 1 000 m de long est dessiné sur le cadastre et porte le nom de « Conduite des eaux de la fontaine ». La construction peut être moderne et nous pouvons émettre l'hypothèse d'un aménagement durant le XVIIe s. ou XVIIIe s. Cette période est riche en construction de ce type avec des exemples à Pézénas et à Montpellier.

5Il est vrai que la direction de la première moitié du cheminement de l'aqueduc amène vers le fameux « temple de Vénus ». Toutefois, lors de la fouille du lieu, rien n'a été découvert en relation avec l'aqueduc. Le chemin, en pente douce, que décrit l'aménagement permet à l'eau de prendre assez d'élan pour s'écouler sur plus d'un kilomètre. Faire passer l'eau sur le haut de la colline qui domine le village et qui fait obstacle entre ce dernier et la source, était inconcevable, il valait mieux se servir des reliefs existant et faire épouser leurs formes par le souterrain. De fait, une partie du tronçon prend une direction qui n'est pas celle du village d'origine médiévale.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de l'aqueduc

Fig. n°1 : Plan de l'aqueduc

Auteur(s) : Paya, Didier. Crédits : ADLFI - Paya, Didier (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de l'aqueduc
Crédits Auteur(s) : Paya, Didier. Crédits : ADLFI - Paya, Didier (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Didier Paya, « Vendres – Aqueduc », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/12107

Haut de page

Responsable d'opération

Didier Paya

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals