Navigation – Plan du site
1992

Lastours – Castrum de Cabaret

Responsable(s) des opérations : Marie-Élise Gardel
Notice rédigée par : Marie-Élise Gardel

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge*

Nature des opérations :

Fouille programmée (FP)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique :

Date de l'opération : 1992 - 1998 (FP)
Inventeur(s) : Gardel Marie-Elise

1Un village s’est développé autour du château primitif de Cabaret, distinct de l’édifice qui porte actuellement ce nom, à une époque qui reste encore difficile à déterminer précisément, mais qui devait se situer entre le milieu du XIIe s. et la première moitié du  XIIIe s.

2Après onze campagnes de fouilles dans la partie nord-ouest de l’éperon, nous pouvons affirmer que nous sommes bien en présence d’un village castral, structuré, semble-t-il, de la façon suivante (Fig. n°1 : Plan du castrum de Cabaret) :

3C’est au programme triennal 1992-1994 que l’on doit la nouvelle vision du site de Cabaret, avec l’espoir d’avoir contribué à une meilleure connaissance de l’urbanisme d’un castrum de montagne entre le milieu du XIe s. et le milieu du XIIIe s. Quelques tâtonnements et d’importants débroussaillages nous ont permis de dégager les structures qui ont été topographiées, avec le service départemental de l’Architecture de l’Aude, dans un premier temps, puis, en 1994, avec une classe de topographie du lycée Andréossy de Castelnaudary.

4À la même période, en vue de la restauration des châteaux, l’architecte en chef des Monuments historiques avait fait réaliser une photogrammétrie complète de l’éperon (Fig. n°2 : Photogrammetrie du site de Cabaret à Lastours).

5La comparaison de cette « moisson » de documents topographiques, avec les photographies aériennes et nos prospections a rendu possible l’hypothèse majeure de l’existence d’un noyau castral primitif, dominant le village médiéval, et distinct du château actuellement appelé « Cabaret ».

6Cette structure est entourée de deux ensembles d’habitat, l’un sur le versant ouest, l’autre sur le versant nord. Un plan topographique embryonnaire permît pour la première fois de voir la disposition des structures fouillées et leur altitude. Nous avons aussi étudié la Vielha Gleisa, ancienne église abandonnée et rasée, située à l’extrémité sud de l’éperon, précisant ainsi son plan et sa datation (Fig. n°3 : Vue générale des chateaux de Lastours, prise depuis le sud-ouest).

7Le nombre des bâtiments fouillés était alors de sept, tous situés sur le versant ouest ; l’abondance du matériel recueilli a rendu possible une première synthèse chronologique et architecturale, la vérification de l’ampleur du phénomène d’abandon brutal et le début d’une approche sociologique.

8Outre ces observations sur l’urbanisme et l’habitat, certains thèmes apparus dans l’étude d’ensemble méritaient un approfondissement.

9Les ressources du sous-sol, très variées, sont exploitées ici depuis l’Antiquité et attestées au Moyen Âge dans les textes, ce qui nous conduisit à appuyer la recherche en direction des ateliers déjà repérés sur le site : un premier atelier avait été découvert en 1989 (zone 2), puis un second en 1994 (zone 11). Il nous a semblé qu’il fallait considérer ces thèmes technologiques comme prioritaires.

10Pour une meilleure connaissance d’un castrum aussi étendu, il était devenu nécessaire, à cette date, d’élargir notre étude au versant nord, d’autant qu’une question restait sans réponse : le (ou les) accès ou entrée(s) du village. Il apparaît, en effet, que le relief très accidenté voire chaotique de l’éperon sur lequel est construit Cabaret interdit la circulation en de nombreux endroits.

11Défense naturelle du castrum, le relief a été potentialisé par des constructions complémentaires, visibles essentiellement à la transition versant nord/versant ouest.

12Notre souci, durant les années 1995 à 1998, était d’abord d’améliorer notre connaissance du castrum dans l’espace et dans le temps.

13La deuxième priorité nous semblait être d’amorcer l’étude de l’utilisation des ressources naturelles : la pierre, l’eau, le minerai. La pierre locale a été, en effet, débitée sur place à différentes époques pour servir de matériau majoritaire dans la construction. Nous avons alors inventorié les carrières et les traces de débitage de la pierre. Il s’agit d’un calcaire roux cambrien très lourd, très dense, et qui se travaille difficilement. Les couvertures sont en schiste, provenant lui aussi du site ou de ses abords immédiats : il y a un contact schiste/calcaire au nord du site, à proximité du confluent Orbiel-Grésilhou. Et ponctuellement, des grès de Marcory provenant de la vallée de l’Orbiel, plus faciles à tailler, ont été utilisés pour les encadrements. Par ailleurs, les cavités que nous avons fouillées dans les bâtiments ont été réaménagées pour servir, de placards ou réserves.

14Sur le site, une équipe a recensé les citernes, les drains et les récipients de transport ou de stockage de l’eau, pour que ce thème soit approfondi. Une citerne bien conservée et riche en matériel céramique (uniquement des cruches) a été fouillée en 1995.

15En outre, le thème de l’artisanat métallurgique, vaste sujet dont l’étude devait s’étendre au-delà de ce triennal, a été alimenté par la fouille de deux forges (zone 19, zone 14 secteur 11), la première située à la périphérie du faubourg nord, l’autre dans le noyau castral, mais toutes deux sur des axes de communication. Ce programme triennal nous a permis de porter à seize le nombre de bâtiments fouillés (huit complètement et huit en majeure partie), et à huit les zones de circulation. Les orientations et les choix visaient cette fois à équilibrer les connaissances en mettant l’accent sur le versant nord, encore, inconnu, et en explorant les abords du castrum sur la rive droite du Grésilhou.

16Enfin, l’abondance d’informations sur l’extraction de la pierre induisait une étude des techniques de construction et d’extraction (Fig. n°5 : Zone 22. Pierre de taille calcaire découverte dans les couches de destruction du bâtiment. On remarque, en haut, à gauche, la trace laissée par le coin lors du débitage du bloc). C’est désormais vers ces thèmes que s’orientent, en liaison avec d’autres chercheurs, les recherches sur ce castrum.

17La plupart des objets découverts sur le site du castrum proviennent des niveaux d’occupation ou des niveaux voisins. Les circonstances mêmes de la désertion, rapidement interprétée comme soudaine, autoritaire, voire brutale, et suivie d’une destruction des bâtiments, sans récupération des objets qu’ils contenaient, nous permettent une observation ethno-archéologique de sols d’occupation non nettoyés, donc très riches en mobilier entier ou reconstituable. En dix ans (de 1987 à 1997) le castrum a livré, toutes zones confondues, vingt-deux mille cent trente-huit objets

18Les autres artefacts (objets façonnés en terre cuite, en pierre taillée, en os, et en verre) sont présents en quantités infimes (deux cent soixante-quatre témoins, soit 1,20 % du total). Cet ensemble contient néanmoins vingt-deux monnaies, exclusivement médiévales, et frappées dans la seconde moitié du XIIe s. ou au tout début du XIIIe s., à Melgueil, Carcassonne, Toulouse, ou plus rarement à Barcelone.

19[(Gardel, Marie-Élise.1992.), (Gardel, Marie-Élise.1992.), (Gardel, Marie-Élise.1995.), (Colin, Marie-Geneviève ; Darnas, Isabelle ; Pousthomis, Nelly ; Schneider , Laurent (dir.). 1996.), (Gardel, Marie-Élise. 1998.)]

Haut de page

Bibliographie

Gardel, Marie-Elise. 1992 : « La maison à Cabaret », Actes de la 3e Session d'Histoire Médiévale de Carcassonne organisée par le Centre National Etudes Cathares/Centre René Nelli, 28 août-1er septembre 1990, Heresis,2, Centre National Etudes Cathares, p. 69-82.

Gardel, Marie-Elise. 1992 : Les châteaux de Lastours, guide de ruines, Carcassonne, Centre d'Archéologie médiévale du Languedoc/Centre départemental du Patrimoine culturel audois, rééd. revue et corrigée de 1981, 32 p.

Gardel, Marie-Elise. 1995 : « Le castrum de Cabaret (Lastours, Aude) : nouveau programme triennal de fouilles », Heresis, 25, Centre National Etudes Cathares, p. 127-130.

Colin, Marie-GenevièveDarnas, IsabellePousthomis, NellySchneider, Laurent. 1996 : La maison du castrum de la bordure méridionale du Massif central (XIe-XVIIe siècles), CAML, Archéologie du Midi médiéval, supplément numéro 1, 221 p.

Gardel, Marie-Elise. 1998 : « Le Cabardès », Carcassonne, Aude Aménagement, 36 p.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan du castrum de Cabaret

Fig. n°1 : Plan du castrum de Cabaret

Auteur(s) : Lycee Andreossy, Castelnaudary ; Loppe, Frederic. Crédits : ADLFI - Lycee Andreossy, Castelnaudary ; Loppe, Frederic (2004)

Fig. n°2 : Photogrammetrie du site de Cabaret à Lastours

Fig. n°2 :  Photogrammetrie du site de Cabaret à  Lastours

Auteur(s) : Loppe, Frederic. Crédits : ADLFI - Loppe, Frederic (2004)

Fig. n°3 : Vue générale des chateaux de Lastours, prise depuis le sud-ouest

Fig. n°3 : Vue générale des chateaux de Lastours, prise depuis le sud-ouest

Auteur(s) : Gardel, Marie-Elise. Crédits : ADLFI - Gardel, Marie-Elise (2004)

Fig. n°4 : Zone 14, citerne B

Fig. n°4 : Zone 14, citerne B

Auteur(s) : Gardel, Marie-Elise. Crédits : ADLFI - Gardel, Marie-Elise (2004)

Fig. n°5 : Zone 22. Pierre de taille calcaire découverte dans les couches de destruction du bâtiment. On remarque, en haut, à gauche, la trace laissée par le coin lors du débitage du bloc

Fig. n°5 : Zone 22. Pierre de taille calcaire découverte dans les couches de destruction du bâtiment. On remarque, en haut, à gauche, la trace laissée par le coin lors du débitage du bloc

Auteur(s) : Gardel, Marie-Elise. Crédits : ADLFI - Gardel, Marie-Elise (2004)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan du castrum de Cabaret
Crédits Auteur(s) : Lycee Andreossy, Castelnaudary ; Loppe, Frederic. Crédits : ADLFI - Lycee Andreossy, Castelnaudary ; Loppe, Frederic (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12159/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Fig. n°2 : Photogrammetrie du site de Cabaret à Lastours
Crédits Auteur(s) : Loppe, Frederic. Crédits : ADLFI - Loppe, Frederic (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12159/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 820k
Titre Fig. n°3 : Vue générale des chateaux de Lastours, prise depuis le sud-ouest
Crédits Auteur(s) : Gardel, Marie-Elise. Crédits : ADLFI - Gardel, Marie-Elise (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12159/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Fig. n°4 : Zone 14, citerne B
Crédits Auteur(s) : Gardel, Marie-Elise. Crédits : ADLFI - Gardel, Marie-Elise (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12159/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
Titre Fig. n°5 : Zone 22. Pierre de taille calcaire découverte dans les couches de destruction du bâtiment. On remarque, en haut, à gauche, la trace laissée par le coin lors du débitage du bloc
Crédits Auteur(s) : Gardel, Marie-Elise. Crédits : ADLFI - Gardel, Marie-Elise (2004)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12159/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marie-Élise Gardel, « Lastours – Castrum de Cabaret », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Languedoc-Roussillon, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/12159

Haut de page

Responsable d'opération

Marie-Élise Gardel

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals