Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202169D – RhôneChaponost – 3 rue Jean-Baptiste-B...

2021
69D – Rhône

Chaponost – 3 rue Jean-Baptiste-Blanc et rue René-Chapard

Opération préventive de diagnostic (2021)
Responsable d’opération : Sylvie Bocquet

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Bocquet S. 2021 : Chaponost (Rhône, Auvergne-Rhône-Alpes) 3 rue Jean-Baptiste Blanc et rue René Chapard, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic s’inscrit en amont d’un projet de construction de logements couvrant 1 986 m2 sur des parcelles localisées entre le tracé supposé de l’aqueduc romain du Gier, au nord, et le bourg médiéval et moderne, qui s’est développé en contrebas et au sud-est. L’opération comprend une étude du bâti qui porte sur les bâtiments occupant l’emprise du projet, dont l’un est réputé être une demeure prébendale, dite maison Vautherin (bâtiment D), établie à la fin du xvie s. (1591), et une évaluation sédimentaire qui concerne une cour et des jardins (fig. 1).

Fig. 1 – Plan du diagnostic, des sondages sédimentaires et des vestiges

Fig. 1 – Plan du diagnostic, des sondages sédimentaires et des vestiges

Échelle : 1/500.

Fond de plan : Cabinet Gillot, Géomètre-Expert, Craponne ; topographie : J. Boudry, E. Martinet (Inrap) ; DAO : S. Bocquet, J. Boudry, E. Martinet (Inrap).

221 sondages muraux ont été ouverts (26 m2) ainsi que sept sondages sédimentaires, lesquels offrent une surface d’étude de 149,73 m2, ce qui représente 10,07 % de la surface accessible du projet (1 486,80 m2).

3L’examen des bâtiments présents dans l’emprise prescrite permet une approche de leur état de conservation et de leur datation. Le plus intéressant et le plus ancien est le corps principal du bâtiment dit D (21 à 21,50 m x 7 à 6,40 m), d’axe nord-nord-ouest – sud-sud-est, établi à une distance de 9 à 10 m du tracé actuel de la rue Jean-Baptiste Blanc (fig. 2). Ce bâtiment montre un plan symétrique en trois parties disposées sur le même alignement, avec, en façade antérieure, des parties nord et sud en légère avancée qui encadrent un corps central en renfoncement, et une façade postérieure sans ressaut qui donne sur les jardins.

Fig. 2 – La façade postérieure du bâtiment D et le jardin ouest, vus vers l’est-nord-est, en janvier 2021

Fig. 2 – La façade postérieure du bâtiment D et le jardin ouest, vus vers l’est-nord-est, en janvier 2021

Montage de deux photographies.

Clichés : S. Bocquet (Inrap).

4La porte nord en rez-de-chaussée de la façade antérieure donne accès à un grand escalier qui dessert, au premier étage, au moins deux pièces en enfilage et au moins une pièce plus étroite au nord-ouest, avant d’offrir un accès aux combles. Cette organisation semble correspondre globalement au premier bâtiment, avec des volumes qui se superposent au rez-de-chaussée, au premier étage et à l’étage des combles.

5La partie inférieure du bâtiment compose un haut soubassement (2,20 m minimum) maçonné au moyen de blocs de granite, qui protège la construction contre les remontées capillaires ou le rejaillissement de l’eau de pluie et porte les élévations en terre coffrée. Le recours au pisé, bien représenté dans l’architecture régionale et locale, témoigne ici de l’évolution de la technique à l’époque moderne avec l’apparition des joints de chaux et des banchées moins hautes qu’à la fin du Moyen Âge. Au moins un mur transversal du premier étage est aussi construit en pierres, peut-être parce qu’il se situe entre deux parties du bâtiment dont il doit recevoir certaines poussées et charges.

6La plupart des portes et des fenêtres, à arc surbaissé notamment, possèdent des encadrements en granite. Trois baies en rez-de-chaussée de la façade antérieure se distinguent par l’usage du calcaire ou d’une pierre sédimentaire claire : la porte nord à arc en anse de panier et à piédroits moulurés et bases prismatiques, qui peut être remontée (chiffres ou marques de pose incisées sur les blocs), une porte-fenêtre centrale, une porte sud à arc clavé surbaissé, d’époque moderne.

7Le grand escalier nord, à larges volées droites et à marches taillées dans un calcaire sombre à gryphées courant en région lyonnaise (fig. 3), occupe un peu plus de la moitié de la surface de la partie nord du bâtiment et environ 16,50 % de sa surface intérieure totale. Les blocs taillés de son mur-noyau conservent des traces de boucharde et, aux extrémités, différentes marques géométriques taillées au ciseau (fig. 4). D’autres marques se trouvent sur le seuil d’une porte-fenêtre et sur une fenêtre des combles. Ces marques lapidaires s’apparentent aux exemples connus sur l’îlot Gadagne à Lyon en tant que marques de tailleurs, dans les constructions datées du xviie s. selon I. Parron-Kontis qui les a étudiées.

Fig. 3 – En bâtiment D, vue de la première volée de l’escalier en pièce 6, vers le nord-nord-ouest

Fig. 3 – En bâtiment D, vue de la première volée de l’escalier en pièce 6, vers le nord-nord-ouest

Cliché : S. Bocquet (Inrap).

Fig. 4 – Marques de tailleur repérées sur le mur-noyau de l’escalier (pièce 6) et une fenêtre des combles du bâtiment D

Fig. 4 – Marques de tailleur repérées sur le mur-noyau de l’escalier (pièce 6) et une fenêtre des combles du bâtiment D

Clichés et DAO : S. Bocquet (Inrap).

8La datation de la construction du premier état retenu pour le bâtiment D est proposée à partir de la fin du xvie s. ou au xviie s., d’après ses caractéristiques de construction, certaines ouvertures ou la présence des marques de tailleurs sur le mur-noyau du grand escalier (fig. 5).

Fig. 5 – Propositions et hypothèses de chronologie mises en couleur

Fig. 5 – Propositions et hypothèses de chronologie mises en couleur

Échelle : 1/500.

Fond de plan : Cabinet Gillot, Géomètre-Expert, Craponne ; topographie : J. Boudry (Inrap).

9Le plan tripartite et la volumétrie du bâtiment évoluent ensuite peu (des cloisonnements, des créations de pièces et d’escalier, des modifications d’ouvertures, des décors peints), en dépit d’extensions nord et sud-est tardives. Les cheminées conservées sont mises en place, d’après leurs caractéristiques techniques et les morphologies des manteaux, au plus tôt au xviiie s. pour l’une en rez-de-chaussée, et principalement à partir du xixe s., voire de la seconde moitié du xixe s. La construction du pavillon nord contre le bâtiment D principal est supposée du xviiie ou du xixe s. La mise en place de la partie sud du bâtiment C, qui masque une partie de la façade antérieure du bâtiment D, peut également être tardive (xixe s. ?).

10Les sondages sédimentaires révèlent des vestiges modernes à contemporains. Les parcelles sondées occupent un secteur présentant une pente du nord vers le sud, qui répercute la topographie du socle granito-gneissique sous-jacent. Une seconde pente, marquée apparemment de l’est-nord-est vers l’ouest-sud-ouest, perceptible dans les sondages, incline à restituer une petite rupture du socle rocheux sur la frange sud-ouest des parcelles. Ce dénivelé est aujourd’hui estompé en raison des terres anthropisées accumulées sur le rocher et d’un remblai à petits blocs gneissiques qu’un peu de mobilier céramique date des xvie-xviie s. Seule une sédimentation de type terre de jardin rehausse ensuite les sols, avant le développement de la couche de terre végétale d’époque contemporaine.

11Les structures mises au jour se répartissent sur l’ensemble de l’emprise prescrite. Deux caniveaux enterrés, en partie creusés dans le rocher et maçonnés, attestent de la présence d’un réseau d’évacuation des eaux se faisant en direction du sud-ouest ou de l’ouest/nord-ouest, dans la pente. Leurs liens avec les bâtiments restent hypothétiques, bien que probables pour l’ouvrage nord qui peut partir du bâtiment D. Au nord, des vestiges de murs et un sol en galets, en mauvais état de conservation, pourraient s’inscrire dans l’emprise d’un bâtiment disparu qui figure sur le cadastre de 1822.

12L’ensemble des données collectées oriente vers une mise en valeur du site à partir des xvie-xviie s. ou du xviie s. Aucun autre vestige construit ou fossoyé ni aucun mobilier pouvant être rattachés à l’environnement de l’aqueduc romain du Gier ou à des occupations marginales du bourg médiéval n’ont été découverts.

13La mise en place de la maison prébendale Vautherin, s’il s’agit bien du bâtiment D, sur un site qui surplombe le bourg médiéval et moderne, pourrait se faire sur des terrains vierges d’occupations antérieures. Ces terrains ont pu être remaniés et modelés par l’apport de terres et de remblais, à l’ouest, pour la création de jardins ou pour un gain d’espace.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du diagnostic, des sondages sédimentaires et des vestiges
Légende Échelle : 1/500.
Crédits Fond de plan : Cabinet Gillot, Géomètre-Expert, Craponne ; topographie : J. Boudry, E. Martinet (Inrap) ; DAO : S. Bocquet, J. Boudry, E. Martinet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Titre Fig. 2 – La façade postérieure du bâtiment D et le jardin ouest, vus vers l’est-nord-est, en janvier 2021
Légende Montage de deux photographies.
Crédits Clichés : S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Titre Fig. 3 – En bâtiment D, vue de la première volée de l’escalier en pièce 6, vers le nord-nord-ouest
Crédits Cliché : S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Fig. 4 – Marques de tailleur repérées sur le mur-noyau de l’escalier (pièce 6) et une fenêtre des combles du bâtiment D
Crédits Clichés et DAO : S. Bocquet (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Fig. 5 – Propositions et hypothèses de chronologie mises en couleur
Légende Échelle : 1/500.
Crédits Fond de plan : Cabinet Gillot, Géomètre-Expert, Craponne ; topographie : J. Boudry (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bocquet, « Chaponost – 3 rue Jean-Baptiste-Blanc et rue René-Chapard » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 11 mai 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/122000

Haut de page

Auteur

Sylvie Bocquet

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Bocquet

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search