Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202038 – IsèreAoste – Route de la Steida

2020
38 – Isère

Aoste – Route de la Steida

Fouille préventive (2020)
Responsable d’opération : Véronique Bastard

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

2213170

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Bastard V. 2021 : Aoste (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes) route de la Steida, rapport de fouille, Bron, Inrap.

Texte intégral

1La fouille de la rue de la Steida, dans la commune d’Aoste, a été réalisée préalablement à la construction d’une résidence pour personnes âgées. Le terrain concerné est localisé en périphérie sud de l’actuel centre-bourg de la ville, dans une zone de marge de l’agglomération antique. Il s’inscrit sur une basse terrasse en rive droite de la Bièvre et présente un léger pendage nord-est – sud-ouest.

2Identifiée comme l’un des six vici de la cité de Vienne, dont la création remonterait aux années 16-13 av. J.-C., Augustum fait partie des agglomérations secondaires pour lesquelles les connaissances sont encore très largement lacunaires même si la multiplication des opérations d’archéologie préventive ces dernières années, notamment celles liées au contournement routier de la ville, tend à combler progressivement ces manques.

3La prescription de fouille, qui concerne une emprise totale de 1 500 m2, fait suite aux résultats du diagnostic du même nom effectué au mois de juillet 2018, sous la conduite de Gilles Ackx (Inrap), et portant sur une superficie, plus conséquente, de 8 000 m2.

4Les vestiges apparaissent à une profondeur variant entre 1,20 m à l’ouest et à peine 0,40 m à l’est, et à une cote moyenne oscillant entre 224,20 m au sud-ouest, et 225,20 m au nord-est. Ils ont été extrêmement arasés lors de multiples phases de récupérations de matériaux et de travaux intervenant dès la fin de la période antique mais aussi, et surtout, lors des terrassements liés à la construction d’une usine de confection textile contemporaine (usine Guétat) récemment démantelée dans le cadre du projet d’Ehpad. Ainsi, la puissance stratigraphique des niveaux anciens conservés n’excède pas 20 à 35 cm en moyenne et concerne essentiellement des remblais et fonds de structures en creux.

5Dans ce contexte, il est difficile d’associer les vestiges, qui apparaissent parfois directement dans le substrat, aux différentes phases de l’occupation du site, d’autant que beaucoup n’ont livré que peu, ou pas de mobilier. Malgré ce médiocre état de conservation général, les résultats de la fouille apportent de précieux renseignements concernant notamment la genèse du vicus, son extension et son évolution au cours des siècles.

Fig. 1 – Plan général des vestiges avec restitution des phases d’occupation

Fig. 1 – Plan général des vestiges avec restitution des phases d’occupation

Échelle : 1/200.

Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).

Fig. 2 – Ortho-image de l’emprise à l’issue du décapage

Fig. 2 – Ortho-image de l’emprise à l’issue du décapage

Échelle : 1/200.

Photogrammétrie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : C. Ronco (Inrap).

6Une unique structure très arasée livrant un mobilier attribuable au Néolithique final constitue l’élément le plus ancien observé sur le site, mais les premières traces d’une véritable occupation de la parcelle sont représentées par une série de onze trous de poteaux et/ou petites fosses de La Tène D, tous localisés dans la partie nord du site, sur une superficie d’environ 200 m2. Ces vestiges, souvent mis au jour fortuitement à l’occasion de coupes mécaniques réalisées pour l’analyse de structures gallo-romaines, ne dessinent pas de plan spécifique, mais il est vraisemblable qu’un deuxième décapage intégral de l’emprise à l’issue de la fouille du site antique aurait permis d’en observer de nouveaux. Ainsi, ajoutés à d’autres indices identifiés notamment à l’ouest sur la fouille du contournement d’Aoste, ils posent la question d’une installation préexistante au vicus antique.

7Il est vrai néanmoins que c’est bien vers le changement d’ère qu’apparaissent sur le site les premières constructions clairement identifiées et matérialisées par deux bâtiments installés en limite nord du site et se poursuivant tous deux au-delà de l’emprise, l’un au nord, l’autre à l’ouest. Dans le même temps, un axe de circulation bordé d’un unique fossé est aménagé au sud des constructions. Cette ruelle, de 4,5 m de large environ, est un élément important du site, qui va structurer l’espace et perdurer au moins jusqu’au iiie s. apr. J.-C. Elle traverse le site de part en part selon un axe est-ouest presque parfait, conforme à l’orientation cadastrale identifiée au cœur du vicus. Concernant la fonction des constructions mises au jour pour cette première phase de l’occupation antique, la fouille a notamment révélé la présence, dans l’un des édifices, d’une structure de combustion dont les dimensions très imposantes évoquent un four artisanal, peut-être culinaire, plutôt qu’un foyer domestique.

8Le milieu du ier s. apr. J.-C. marque un changement majeur avec une nette densification de l’occupation et une réorganisation des espaces. De nouvelles constructions, qui paraissent désormais intégrées dans une trame urbaine régulière, sont édifiées au nord de la ruelle. Cette dernière connaît elle-même une phase de réfection et est probablement bordée d’un trottoir et d’un caniveau occupant une bande de terrain de 3 m de large, entre la chaussée et les constructions. Les éléments récoltés lors de la fouille semblent indiquer qu’une partie au moins des espaces identifiés au sein des bâtiments correspondraient plutôt à des arrière-cours, en relation avec des habitats ou des boutiques se développant au nord, hors emprise, peut-être en bordure immédiate d’un axe majeur de circulation reliant Vienne et Lyon à l’Italie et dont le tracé supposé passe environ 30 m au nord de l’emprise.

9En périphérie de la zone urbaine, dans la partie sud du site notamment, il semble qu’une zone artisanale en aire ouverte, dont la nature exacte n’a malheureusement pu être définie faute d’éléments fiables d’interprétation, se développe autour de deux puits. Des indices récoltés lors du diagnostic pourraient indiquer que cette zone s’étendait très largement au-delà de l’emprise en regroupant des activités multiples (forge, boucherie, etc.).

10Le vicus continue vraisemblablement à se développer en direction de l’est, au moins jusqu’à la fin du iie s. apr. J.-C., avec l’adjonction de nouveaux corps de bâtiments dont l’état d’érosion est tel que seuls subsistent, pour cette phase de l’occupation, des restes de tranchées de fondation ne permettant pas d’avancer d’hypothèses quant à la fonction de ces nouveaux espaces. La ruelle, qui est continuellement entretenue, marque toujours une limite nette, sur le site, entre la zone urbaine, au nord, et une aire d’activités extérieures au sud.

11Dans le courant du iiie s., le site connaît une phase de déclin, puis d’abandon, qui se traduit sur le terrain par un arrêt de l’entretien de la ruelle et des tranchées de récupérations d’une partie des murs des anciens bâtiments. Les lieux sont cependant réinvestis dès le ive s. apr. J.-C., notamment dans la partie sud de l’emprise, avec la construction d’un nouvel édifice qui s’installe sur l’ancienne zone artisanale et réutilise des matériaux probablement issus des ruines du vicus. Cet édifice est constitué d’un bâtiment à deux pièces, agrandi par la suite par l’adjonction de trois salles ou annexes. L’édifice n’est plus désormais intégré dans un ensemble urbain et donne plutôt l’image d’un établissement rural isolé, dans lequel aucune couche d’occupation n’était malheureusement conservée.

12La période du haut Moyen Âge est illustrée par un mur, probablement de clôture ou de soutènement, et par un fossé parcellaire. Ces deux aménagements sont associés à un ensemble de fosses très irrégulières interprétées comme des fosses d’extraction. Elles attestent une fréquentation entre les vie et viiie s. apr. J.-C. mais, à ce stade, le site semble être devenu un simple champ.

13Par la suite le site, qui est recouvert d’un remblai brun peu lisible s’apparentant aux terres dites « noires médiévales », n’est plus utilisé que de manière sporadique jusqu’à la construction de l’usine textile du xxe s.

Fig. 3 – Plan des vestiges de l’état 1

Fig. 3 – Plan des vestiges de l’état 1

Échelle : 1/250.

Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).

Fig. 4 – Plan des vestiges de l’état 2

Fig. 4 – Plan des vestiges de l’état 2

Échelle : 1/250.

Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).

Fig. 5 – Plan des vestiges de l’état 3a

Fig. 5 – Plan des vestiges de l’état 3a

Échelle : 1/250.

Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).

Fig. 6 – Plan des vestiges de l’état 3b

Fig. 6 – Plan des vestiges de l’état 3b

Échelle : 1/250.

Topographie : J. Boudry ; DAO : V. Bastrad (Inrap).

Fig. 7 – Plan des vestiges de l’état 4

Fig. 7 – Plan des vestiges de l’état 4

Échelle : 1/250.

Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).

Haut de page

Bibliographie

Ackx G. 2018 : Aoste (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes) route de la Steida, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Bleu S. 2018 : Aoste (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes) contournement d’Aoste, RD 592-RD 1516, phases 1 et 2, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Silvino T. 2019 : Aoste (Isère, Auvergne-Rhône-Alpes) contournement RD 592, RD 1516, rapport final d’opération archéologique, Limoges, Évéha, 5 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des vestiges avec restitution des phases d’occupation
Légende Échelle : 1/200.
Crédits Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Fig. 2 – Ortho-image de l’emprise à l’issue du décapage
Légende Échelle : 1/200.
Crédits Photogrammétrie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : C. Ronco (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 783k
Titre Fig. 3 – Plan des vestiges de l’état 1
Légende Échelle : 1/250.
Crédits Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 4 – Plan des vestiges de l’état 2
Légende Échelle : 1/250.
Crédits Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122415/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre Fig. 5 – Plan des vestiges de l’état 3a
Légende Échelle : 1/250.
Crédits Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122415/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Titre Fig. 6 – Plan des vestiges de l’état 3b
Légende Échelle : 1/250.
Crédits Topographie : J. Boudry ; DAO : V. Bastrad (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122415/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre Fig. 7 – Plan des vestiges de l’état 4
Légende Échelle : 1/250.
Crédits Topographie : J. Boudry (Inrap) ; DAO : V. Bastard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122415/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Bastard, « Aoste – Route de la Steida » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 12 mai 2022, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/122415

Haut de page

Auteur

Véronique Bastard

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Véronique Bastard

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search