Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202101 – AinNeyron – Les Sarrasinières

2021
01 – Ain

Neyron – Les Sarrasinières

Fouille programmée (2021)
Responsable d’opération : Tony Silvino

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Éveha

Silvino T. 2022 : Les Sarrasinières, chemin de halage, Neyron (01), rapport final d’opération archéologique, fouille programmée (opération 2021).

Texte intégral

1L’ouvrage appelé communément les Sarrasinières correspond à un système de galeries, observé principalement, aux siècles passés, par différents érudits lyonnais le long des berges du Rhône depuis Lyon jusqu’au moins à la commune de Neyron (Ain). Si la première évocation des vestiges fut effectuée par le Père Ménestrier en 1696, des descriptions plus détaillées de l’ouvrage n’apparaissent qu’au milieu du siècle suivant. D’après certains auteurs, le monument serait long de 13 km environ et serait composé de deux galeries séparées et jumelles depuis Lyon jusqu’à Neyron, prolongées ensuite par une seule voie jusqu’à Miribel. Ces galeries, dans lesquelles un homme peut circuler aisément, communiqueraient à intervalles irréguliers avec des salles à deux ou trois voûtes. Selon certains auteurs, des puits de plan carré surmonteraient certaines portions de galeries. Malgré ces anciennes descriptions et les relevés très partiels qui les accompagnent, ce monument n’avait, jusqu’à une date récente, fait l’objet d’aucune étude archéologique à proprement parler.

2Une équipe du Service archéologique de la ville de Lyon est intervenue en 2018 sur cet ouvrage, en particulier sur une portion se trouvant dans la commune de Rillieux-la-Pape (métropole de Lyon). Une première étude détaillée a ainsi pu être réalisée. Elle n’a malheureusement apporté aucune donnée sur la datation, ni sur la fonction de l’ouvrage.

3En 2019, une équipe d’Éveha a engagé une campagne de prospection géophysique par radar alliée à une série de sondages archéologiques qui a porté sur deux portions connues et localisées en bordure du Rhône (canal de Miribel) dans la commune de Neyron. Elle a permis dans un premier temps d’identifier une série d’anomalies sous l’actuel chemin de halage, notamment entre les deux portions qui ont fait l’objet d’une série de sondages. Le premier site testé (appelé « Neyron 10 ») correspond à une salle souterraine voûtée ouverte sur le Rhône, déjà identifiée et relevée à plusieurs reprises au cours des siècles passés. Cette documentation ancienne fait d’ailleurs mention de l’existence d’autres structures dans ce secteur. Des restes de galeries et une petite salle rectangulaire ont effectivement été repérées à proximité en bordure du Rhône. Par ailleurs, la présence de quatre puissants murs parallèles entrant dans le lit du fleuve de manière oblique a été évoquée. La seconde portion (« Neyron 1 »), située à 700 m à l’ouest, en limite de la commune de Neyron, correspond à une galerie dont seuls un piédroit et une partie de la voûte ont été préservés. Elle s’interrompt de manière volontaire à l’est, où elle est chaînée à un gros mur perpendiculaire édifié avec le même type de matériau. Tout comme l’aménagement de la première portion, ces vestiges ont déjà été observés par le passé. Les résultats d’une analyse radiocarbone réalisée sur un charbon retrouvé dans la maçonnerie de la voûte de la galerie permettent d’orienter la chronologie vers l’Antiquité (49 av.-72 apr. J.-C.). Pour ce qui concerne la (les) destination(s) de ces vestiges, l’hypothèse d’un aqueduc antique associé à une prise d’eau a été énoncée. Il convient de signaler que cet ouvrage serait relié à un autre système souterrain localisé sur les pentes de la Croix-Rousse, à Lyon, et communément désigné sous les termes d’« arêtes de poisson » et d’ « extension nord ». Datées du changement d’ère, ces constructions alliant galeries et puits, et dont la fonction reste également sujette à débats, présentent des similitudes très proches avec les Sarrasinières en termes de type de matériau utilisé, de mode de construction et de dimensions internes, notamment en ce qui concerne les galeries.

4En 2020, trois datations AMS, réalisées sur des charbons de bois retrouvés dans les maçonneries des deux portions étudiées, confirment l’origine antique.

5La campagne de fouille 2021 s’est attachée à étudier plus précisément les deux portions situées dans la commune de Neyron. Pour Neyron 10, un sondage manuel a été réalisé contre le mur de façade de la salle souterraine afin de mieux connaître le mode de construction de ce mur, puis d’analyser plus finement les différents dépôts d’alluvions accumulés contre la maçonnerie. Ce sondage a, en l’occurrence, permis d’atteindre les fondations du mur et de mettre en évidence les vestiges d’un sol en béton effondré et reposant sur un radier de galets de gros calibre. Ces éléments attestent de la présence d’une plate-forme en dur à l’aplomb du mur, ce qui pourrait trahir la présence d’un quai. Sous le niveau de galets, un fragment de planche en bois (datation programmée pour 2022) a été récolté. Un dépôt sédimentaire correspondant à des niveaux de crues du Rhône repose directement sur les vestiges antiques et livre du mobilier de la seconde moitié du xxs.

6Sur le second site (Neyron 1), la mise en œuvre de moyens mécanique a permis d’engranger des résultats conséquents.

7Un premier sondage a été réalisé contre le piédroit de la galerie dont la partie méridionale et le niveau de circulation associé ont totalement disparu. Sous plus de 2 m de dépôts sédimentaires du Rhône, également datés de la seconde moitié du xxe s., les vestiges observés documentent un peu mieux les méthodes de construction de l’ouvrage. Ses fondations reposent ainsi sur une chape de béton extrêmement dure, qui repose elle-même directement sur un niveau alluvial caillouteux s’apparentant à un ancien lit du Rhône malheureusement indatable. Un pichet en céramique du Haut-Empire, mis au jour dans la partie supérieure de ce lit, ne doit pas être pris en compte puisqu’il provient très certainement de l’amont. Si le piédroit nord de la galerie est assez bien conservé, le piédroit sud est arasé pratiquement jusqu’à sa chape de béton (fig. 1). La largeur des fondations de ce mur approche le mètre. Un fragment de planche en bois (probablement du résineux) a été retrouvé encore intact au niveau de ces fondations (datation en cours). Il s’agit très certainement d’un élément de coffrage du mur (fig. 2). L’extension du sondage vers le sud n’a malheureusement pas été suffisante pour mettre en évidence les éventuels vestiges d’une galerie jumelle. Il convient de signaler qu’une grande partie de ces fondations a souffert a posteriori d’un glissement de terrain causé par les diverses crues du Rhône.

Fig. 1 – Sondage 1 : structures de la galerie F8

Fig. 1 – Sondage 1 : structures de la galerie F8

Vue du sud.

Cliché : T. Silvino (Éveha).

Fig. 2 – Sondage 1 : traces du coffrage en bois

Fig. 2 – Sondage 1 : traces du coffrage en bois

Cliché : T. Silvino (Éveha).

8Un second sondage a été réalisé contre le mur perpendiculaire situé plus en amont. Si les dépôts de crues d’époque contemporaines sont également bien présents et ont détruit une partie des structures antiques, un ensemble de maçonneries a néanmoins pu être observé (fig. 3). Un mur de béton, doublé par un mur maçonné au nord, est chaîné au gros mur perpendiculaire. Accolée au sud, une autre maçonnerie fortement érodée correspond à la suite du piédroit nord de la galerie. Elle est associée à une chape de béton de chaux également fortement dégradée qui semble être la suite de la semelle observée dans le premier sondage. En définitive, ce second sondage atteste de la continuité de notre galerie vers l’amont qui pourrait s’ouvrir sur un bâtiment (?) aménagé contre le talus de la berge. Deux autres sondages ont été réalisés du côté du chemin de halage afin de documenter le mode de construction de la galerie.

Fig. 3 – Sondage 2

Fig. 3 – Sondage 2

Vue de l’est.

Cliché : T. Silvino (Éveha).

9Il faut par ailleurs signaler l’intervention d’un géologue (Bruno Rousselle), qui a observé macroscopiquement une grande partie des blocs de calcaire employés dans la construction des deux portions. Les résultats de son intervention, puis l’analyse faite sur des lames minces, démontrent la présence d’un faciès récurrent originaire du Mâconnais (calcaire rouge à entroques) déjà attesté dans les galeries souterraines de Lyon. Un autre faciès identifié sur le site de Neyron 1 indique également un approvisionnement dans les carrières du Bugey.

10En conclusion, cette campagne de fouille offre de nouveaux éléments pour identifier un probable aménagement portuaire sur le site de Neyron 10 et de documenter plus précisément les modes de construction de la galerie sur le site de Neyron 1. Celle-ci est, par ailleurs, associée en cet endroit à un éventuel bâtiment se développant sur le talus. La découverte de bois dans les deux portions permettra d’apporter des éléments de datation et de confirmer définitivement l’attribution de cet ouvrage à la période antique.

11L’ensemble des données intègre le PCR sur les galeries antiques de la rive droite du Rhône à Lyon et en amont de Lyon, dirigé par Cyrille Ducourthial (SAVL).

Haut de page

Bibliographie

Silvino T. 2019 : Neyron, les Sarrasinières, rapport final d’opération archéologique, fouille programmée.

Silvino T. 2020 : Les Sarrasinières, chemin de halage, Neyron (01), rapport d’analyses radiocarbones, datations Artemis.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sondage 1 : structures de la galerie F8
Légende Vue du sud.
Crédits Cliché : T. Silvino (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122938/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Titre Fig. 2 – Sondage 1 : traces du coffrage en bois
Crédits Cliché : T. Silvino (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122938/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Titre Fig. 3 – Sondage 2
Légende Vue de l’est.
Crédits Cliché : T. Silvino (Éveha).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/122938/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tony Silvino, « Neyron – Les Sarrasinières » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 28 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/122938

Haut de page

Auteur

Tony Silvino

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Tony Silvino

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search