Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202101 – AinVal-Revermont – Le Mont Châtel

2021
01 – Ain

Val-Revermont – Le Mont Châtel

Fouille programmée (2021)
Responsable d’opération : David Billoin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2021

Numéro d’opération :

2213326

Nature de l'opération :

fouille programmée
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Billoin D. 2022 : Val-Revermont Pressiat (Ain) Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2019-2021, rapport de fin de triennale, 2 vol.

Texte intégral

1Le programme de fouilles pluriannuelles 2019-2021 a permis d’appréhender l’organisation générale de l’établissement perché et fortifié du Mont Châtel, en mettant l’accent sur l’équipement ecclésial de la plateforme sommitale (zones 1, 2 et 6), tout en enrichissant les données collectées les années précédentes sur l’habitat qui se développe sur la pente occidentale (zones 3 et 9) et les aménagements de la terrasse en contrebas (zone 8). L’occupation protohistorique des lieux, et en particulier l’analyse du rempart, ont été achevé et les résultats replacés dans leur environnement régional.

2L’essentiel des travaux a porté sur l’étude de l’église funéraire, au sud de la terrasse sommitale, soit les espaces du chœur, de la nef et des pièces annexes de part et d’autre, dans leur environnement large. On soulignera d’emblée l’excellent état de conservation et la complexité des vestiges de l’église, qui affiche des élévations ponctuelles de plus d’un mètre de hauteur et des lambeaux de niveau d’occupation. Le plan de l’édifice se complète par une modeste pièce (F) ajoutée à l’est de l’annexe C, dans une deuxième ou troisième phase d’évolution de l’église. Cet édicule, par lequel on accède par l’extérieur en raison du dénivelé trop important, prend place sur un horizon funéraire matérialisée par deux sépultures (Sp.136 et 212). Si l’hypothèse de l’existence d’une chapelle attenante à l’église semble pouvoir être écartée, sa fonction reste à ce jour indéterminée. Deux tombes accolées à l’extérieur du mur gouttereau sud (Sp.121 et 124) trouvent une certaine symétrie avec la tombe double (Sp.73) en vis-à-vis le long du bas-côté nord.

3Le chœur de l’église révèle deux sols en mortier successifs, le dernier coloré en rouge, sur des couvercles monolithiques de tombes qui occupent la majorité de l’espace, tandis qu’un autel quadrangulaire, agrandi dans un second temps, occupe le centre. Une banquette presbytérale est aménagée contre l’un de ces murs dans un deuxième état (116). Construite en même temps que le mur du chevet, la sépulture Sp.5 est dotée d’un arcosolium (fig. 1) et peut être assimilée à une formae, comme sa voisine, la tombe Sp.6. On remarquera toutefois qu’aucun dispositif ne sépare l’espace sacré du chœur de la nef de l’église, occupé en partie par d’autres sépultures (Sp.201 et 208). Toutes ces tombes se caractérisent par l’emploi de coffres maçonnés ovalaires épousant le corps des défunts, parfois en moulant des restes textiles dans le mortier, surmontées de dalles de couverture, pour la plupart brisées. Ces cas de pillage ou de visites intempestives, non sans remanier certains squelettes, s’inscrivent dans une phase de décrépitude de l’édifice. Des menus fragments d’enduits muraux sont en effet retrouvés dans les comblements, laissant voir des couleurs polychromes, rouge et jaune ou blanches qui renvoient à la décoration intérieure de l’édifice. La fouille encore partielle de la nef a livré une couche de démolition qui renferme de modestes fragments d’enduit portant des lettres gravées très fragmentaires. Ces éléments témoignent d’inscriptions sur le mur gouttereau nord, peut-être en lien avec les tombes sous-jacentes. Des fragments de vitraux de différents coloris et de formes attestent des montages mosaïques aux baies, tandis que des fragments de luminaires étaient suspendus dans le chœur avec des fixations métalliques.

Fig. 1 – Sp 5 (Sq. 229)

Fig. 1 – Sp 5 (Sq. 229)

Cliché : D. Billoin ; DAO : V. Bourson.

4Outre l’apport précieux à la chronologie d’occupation, l’étude du mobilier en verre confirme le statut privilégié de l’établissement fortifié et de son insertion dans un réseau commercial de très longue distance depuis l’Égypte et la côte méditerranéenne orientale. Le programme d’analyses physico-chimiques mis en œuvre a en effet permis d’identifier l’origine des matières premières et les techniques de fabrication à une période charnière dans l’histoire de cet artisanat.

5Des tessons de céramique et de la faune recueillis dans l’église sud principalement, parfois dans les comblements de sépultures lorsque les couvercles manquent même partiellement, attestent de repas funéraire pris en souvenir des défunts (Reynaud 1988), et dont les restes pouvaient être jetés sur la tombe (Faure-Boucharlat, Reynaud 1986). À ce titre, les assemblages de faune diffèrent singulièrement des habitats par une surreprésentation d’estimateurs sociaux de l’alimentation, tels le porc et la volaille. Ces rejets alimentaires si particuliers reflètent à n’en pas douter un contexte religieux, mais qu’il reste à préciser en regard avec le type d’occupation (éventuellement monastique) ou caractérisant ces repas funéraires. Ces résultats trouvent un écho sur d’autres établissements de hauteur sensiblement contemporains dotés d’églises dans le massif du Jura ou plus lointains dans l’Allier ou l’Hérault.

6Dans le domaine des pratiques funéraire, l’étude du contenu d’un gobelet en céramique livre pour la première fois la présence de vin rouge et d’une pièce carnée d’un ruminant parmi des restes de feuilles ou de fleurs, reflet d’une préparation culinaire. À titre de comparaison, une cruche déposée dans une tombe d’une nécropole voisine offre un résultat très similaire.

7L’analyse exhaustive des restes organiques et de textiles alimente la problématique des vêtements et des accessoires vestimentaires et la restitution dans certains cas des gestes funéraires effectués autour des défunts selon une pratique qui se développe désormais en France (Carré 2018). Tissus en laine, à toile plus ou moins fine commence à être documentés, ainsi que des restes de cuir, de pupes d’insectes (puparia de mouche à étudier dès disponibilité de l’objet) et plus rare, de plumes. Des empreintes textiles dans la chaux des murets de tombe scellée par des couvercles (fig. 2) illustrent une pratique funéraire inconnue jusqu’alors, une pièce de linge placée sur le corps de l’inhumé ou une toile tapissant l’intérieur de la tombe.

Fig. 2 – Individus de Sp 79 (Sq. 217, 218 et 219)

Fig. 2 – Individus de Sp 79 (Sq. 217, 218 et 219)

Cliché : M. Sévère ; DAO : V. Bourson.

8L’église affiche une forte densité de tombes, orientées tantôt est-ouest ou nord-sud, dans un souci d’optimiser au maximum l’espace disponible. Une sépulture triple accueillant deux adultes sur lesquels un immature est déposé mérite d’être signalée au centre de la pièce annexe C (fig. 3), d’autant qu’il s’agit d’une des rares tombes dotée de mobilier, chacun des individus disposant d’une garniture de ceinture damasquinée du viie s. (en bain de stabilisation). La découverte de deux nouveaux sarcophages en grès intacts scellés par des tombes plus récentes illustre la complexité des agencements funéraires, à l’exemple des caissons destinés à recevoir les dalles de sol de l’église construits sur des couvercles de tombes, mais parfois utilisés comme ossuaires. Enfin, l’espace de la nef fait l’objet d’un ultime cloisonnement par des murs montés à sec sur certaines sépultures.

Fig. 3 – Bloc de chaux analysé et état de conservation du textile (sous la forme d’empreinte)

Fig. 3 – Bloc de chaux analysé et état de conservation du textile (sous la forme d’empreinte)

Sépulture 77.

Clichés : F. Médard (Anatex).

9Plus de cinquante tombes ont pu être étudiées à ce jour, renfermant des individus masculins et féminins de tous âges, révélant des cas de superposition, de réduction de corps, de visites de tombe (avec repositionnement des couvercles) et de curieuses manipulations de crâne... Là aussi, la complexité des multiples gestes funéraires n’a pu permettre l’achèvement de la fouille de la nef, que l’on projette de terminer lors d’une dernière fouille triennale 2022-2024, afin d’être en mesure d’en présenter l’analyse complète.

10L’analyse biologique de la population qui débute dans cette église révèle un recrutement privilégié dans le chœur, avec une quasi exclusivité d’individus de sexe masculin d’âge mur, voire même particulièrement âgés pour certains en regard de lésions dégénératives très avancées observées sur les squelettes. Cette spécificité est sans nul doute en lien avec le caractère hautement symbolique de cet espace sacré. Le recrutement des pièces adjacentes est beaucoup plus mixte et intègrent des sujets immatures, à l’image de ce qui transparaît dans la nef à ce stade de la fouille.

11Implantée à l’extrémité de l’éperon nord, la seconde église a été documentée par une fouille presque intégrale, avec l’implantation d’une à deux tombes privilégiées dans chacun des portiques latéraux, le chœur étant libre de sépulture et doté d’un autel quadrangulaire. De plus amples dimensions, ces sépultures font l’objet d’un réaménagement, compartimentant ces portiques en « chapelles » funéraires. Cet édifice se singularise particulièrement de l’église funéraire par de larges espaces interne libres de circulation et de tombes. Seules sept sépultures occupent en effet la partie occidentale de la nef. Ces tombes accueillent des hommes et des immatures, la seule femme présente à l’intérieur de l’église est inhumée dans une tombe double, en compagnie d’un homme. L’analyse biologique révèle également une nette prépondérance des sujets masculins dans les bâtiments mémoriels et la grappe de tombes associées. Ce recrutement traduit une sélection basée sur des critères sociaux et de prestige d’un lieu mémoriel réservé aux fondateurs de l’établissement fortifié, tandis que l’église toute proche correspond à un espace consacré davantage public, sans être communautaire dans les inhumations.

12À l’issue de programme pluriannuel, la confrontation des données entre les deux églises qui s’esquisse s’avère des plus enrichissante dans la dévolution concrète de ces espaces et des personnes qui y sont inhumées. Un rôle mémoriel et prestigieux semble davantage caractériser l’église nord réservée à l’eucharistie et les mausolées successifs à proximité immédiate, à l’origine de l’occupation du mont, tandis que l’église au sud de l’éperon correspond à un lieu d’inhumations plus communautaire.

13Les données collectées à l’occasion de ce programme dépassent le cadre strict des seuls, mais encore rares, établissements perchés et fortifiés fouillés du haut Moyen Âge à l’échelle nationale et enrichissent bien d’autres domaines de cette période.

Haut de page

Bibliographie

Billoin D. 2016 : Rapport de fouille programmée 2016, Val-Revermont anciennement Pressiat, Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2016-2018.

Billoin D. 2017 : Rapport de fouille programmée 2017, Val-Revermont Pressiat, Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2016-2018.

Billoin D. 2018 : Val-Revermont Pressiat, Le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2016-2018, rapport de fin de triennale.

Billoin D. 2020 : Val-Revermont Pressiat, le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2019-2021, rapport de fouille 2019.

Billoin D. 2021 : Val-Revermont Pressiat (Ain), le Mont Châtel, fouille programmée pluriannuelle 2019-2021, rapport de l’opération 2020.

Carré F. 2018 : L’étude des matériaux organiques dans les tombes du haut Moyen Âge (France, Suisse et Allemagne Occidentale) : un apport majeur à la connaissance des pratiques funéraires et du vêtement, Archéologie médiévale, 48, p. 37-99.

Faure-Boucharlat É., Reynaud J.-F. 1986 : Les vases funéraires de la nécropole Saint-Laurent de Lyon (haut Moyen Âge), Archéologie médiévale, 16, p. 41-64.

Reynaud J.-F. 1988 : Lugdunum christianum, Lyon du ive au viiie s., topographie, nécropoles et édifices religieux, Paris, Document d’archéologie française, 69, 288 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Sp 5 (Sq. 229)
Crédits Cliché : D. Billoin ; DAO : V. Bourson.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/123009/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Titre Fig. 2 – Individus de Sp 79 (Sq. 217, 218 et 219)
Crédits Cliché : M. Sévère ; DAO : V. Bourson.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/123009/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Titre Fig. 3 – Bloc de chaux analysé et état de conservation du textile (sous la forme d’empreinte)
Légende Sépulture 77.
Crédits Clichés : F. Médard (Anatex).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/123009/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Billoin, « Val-Revermont – Le Mont Châtel » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/123009

Haut de page

Auteur

David Billoin

Inrap, Université Paul-Valéry (Montpellier)

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Billoin

Inrap, Université Paul-Valéry (Montpellier)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search