Navigation – Plan du site
2008

Nouaillé-Maupertuis – Logis abbatial

Responsable(s) des opérations : Fabrice Mandon
Notice rédigée par : Fabrice Mandon

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204417

Date de l'opération : 2008 (SD)

1L’ancien logis abbatial de l’abbaye de Nouaillé-Maupertuis, classé Monument Historique, fait l’objet depuis le début de l’année 2008 de travaux de restauration et d’aménagements en vue de l’agrandissement de la Mairie. Ces travaux font l’objet d’un suivi archéologique (étude de bâti et sondages). La partie du logis abbatial concernée se situe dans l’aile occidentale, orientée nord-sud. L’étude du bâti a permis de repérer de multiples phases de constructions/aménagements, dont les premières sont antérieures à l’abbatial de Raoul du Fou (1468-1511) à qui était attribué l’ensemble du logis.

2Les deux premières phases ne sont pas calées chronologiquement entre elles, en raison de l’absence de relation stratigraphique. L’une d’entre elles correspond à l’enceinte de l’abbaye (mur ouest, XIIe  s.-XVe  s.) qui cerne tout le nord du site, sans aucune tour à l’origine. Cette maçonnerie fait l’objet d’une datation par 14 C. La seconde phase correspond au mur oriental (XIIe  s.-XVe  s.). Conservé sur deux niveaux, il possède une porte, ainsi que des petites baies (du type soupirail) aux deux niveaux. Son implantation ainsi que les techniques de construction employées permettent de le rapprocher d’autres bâtiments de l’abbaye (conservés ou trouvés en fouille) datables de la  seconde moitié du XIIe s. au début du XIIIe s. Bien que formant un bâtiment logé dans l’angle nord-ouest de l’enceinte, cette construction peut être antérieure à celle-ci qui l’aurait alors recoupé. La fonction de l’édifice est indéterminée. Il s’agit d’un grand corps de bâtiment de 8 m de large (dans l’œuvre) sur plus de 20 m de long, sans mur de refend. L’éclairage est peu abondant. On ne peut dire s’il s’agit d’un lieu de stockage ou d’un lieu d’accueil (grande salle d’une aumônerie ?). Une datation par  14 C est envisagée.

3À partir du XVe  s., le bâtiment change nettement de fonction. Un premier mur de refend est construit (mur nord de l’espace étudié), comprenant une cheminée monumentale sur chaque face, au second niveau. Deux baies sont aussi percées dans les murs ouest et est, assurant un éclairage abondant, plus adéquat pour un bâtiment qui a désormais une vocation résidentielle (logis abbatial). Le premier niveau devient une cave semi-enterrée (la porte est transformée). La tour nord-ouest de l’enceinte semble avoir été construite à ce moment-là. Une quatrième phase, pouvant suivre très rapidement la troisième, correspond aux travaux de l’abbé Raoul-du-Fou (fin XVe  s., début XVIe  s.). Le bâtiment est surélevé d’un étage, surmonté par un niveau de combles. L’aile nord du logis (avec le porche et la tourelle d’escalier, portant les armes de l’abbé) est construite en même temps. On retrouve de grandes baies et des cheminées au troisième niveau (Fig. n°1 : État à la fin du XVe s. début du XVIe s.) .

4À la fin du XVIe  s., le bâtiment est partiellement incendié (1569, pillage par les troupes protestantes de Coligny). Les deux sondages réalisés dans la cave ont permis de trouver les traces de cette ruine : planchers et carrelages calcinés ou non, « tombés » en fond de cave. La cave est alors entièrement remblayée et un deuxième mur de refend est construit au sud (fin du XVIe  s. début du XVIIe  s., phase 5). Une latrine en encorbellement est aménagée au-dessus des douves. La charpente a vraisemblablement été transformée à ce moment là (toiture à faible pente, structure partiellement conservée : poinçon, chevron, entrait). Le bâtiment carré accolé au nord-ouest du porche peut avoir été construit à cette époque (travaux de Jean de Mareuil, avant 1574 ?). La sixième phase correspond au réaménagement du bâtiment : percement de porte, réfection des cheminées (moins monumentales), réfection des baies. Des cloisons en pans de bois sont ensuite ajoutées au deuxième niveau.

5Au XIXe  s., la moitié orientale de l’ancienne cave est dégagée (un muret venant maintenir les remblais à l’ouest). Une porte y donne accès au sud, depuis la maison qui vient remplacer l’extrémité sud du logis abbatial, détruite. Les planchers sont tous transformés et les baies du mur oriental sont intégralement refaites. Le bâtiment abrite alors un four de boulanger, un café et une habitation à l’étage.

6L’opération doit s’achever par une fouille partielle de la cave et par un sondage réalisé du côté est, à l’extérieur du bâtiment.

7MANDON Fabrice

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : État à la fin du XVe s. début du XVIe s.

Fig. n°1 : État à la fin du XVe s. début du XVIe s.

Auteur(s) : Mandon, Fabrice (DOC). Crédits : Mandon, Fabrice (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : État à la fin du XVe s. début du XVIe s.
Crédits Auteur(s) : Mandon, Fabrice (DOC). Crédits : Mandon, Fabrice (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Nouaillé-Maupertuis – Logis abbatial », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1231

Haut de page

Responsable d'opération

Fabrice Mandon

DOC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals