Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNormandie199576 – Seine-MaritimeLa Houssaye-Béranger – La Bouteil...

1995
76 – Seine-Maritime

La Houssaye-Béranger – La Bouteillerie, La plaine du Moulin de la Houssaille

Responsables d'opération : Valérie Gonzalez et Yves Desfossés
Notice rédigée avec Laurence Ciezar-Epailly

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 7972

Date de l'opération : 1995 (SU) ; 1995 (EV) ; 1993 (SD)
Inventeur(s) : Gonzalez Valérie ; Desfossés Yves

1Cette opération s’inscrit dans le cadre des travaux liés à la construction de l’autoroute A 29.

2Une première occupation de La Tène ancienne s’insérant dans un tissu dense d’habitats installés au sud-est – représentée par un bâtiment rectangulaire de 13 m x 15 m à subdivision tripartite interne, associé à deux greniers à cinq et trois poteaux, des fosses disséminées en périphérie et une incinération de La Tène finale – précède l’installation d’une villa. L’espace est structuré par la mise en place de fossés parcellaires dont l’orientation diverge de quelques degrés par rapport à celle de la villa.

3L’hypothèse selon laquelle la villa gallo-romaine succède immédiatement à la ferme indigène n’est actuellement pas formellement prouvée par les sources archéologiques. Les analyses palynologiques (analyses : F. Reckinger, 1997) et micromorphologiques (études : C. Cammas, 1997) révèlent une couverture végétale constituée de zones arborées denses, de prairies et de zones de culture de céréales pouvant correspondre à l’entretien ou à la mise en valeur des terres.

4La villa de la Houssaye-Béranger est l’un des rares sites de ce type bénéficiant d’un décapage extensif sur 4 ha permettant l’étude des parcelles agricoles, ici au nord. L’exploitation débute lors de la seconde moitié du Ier s. et perdure jusqu’à la première moitié du IIIe s.

5La villa, orientée nord-est – sud-ouest (Fig. n°1 : Plan général de la villa), occupe une légère pente tournée vers le sud-est (Ciezar-Epailly, Laurence ; Gonzalez, Valérie.1998.).

6Un fossé délimite un enclos rectangulaire de 260 m x 140 m, doublé sur les côtés nord, ouest et sud. L’exploitation adopte un plan classique avéré pour ce type d’établissement dans le Nord, notamment en Picardie, avec une partie résidentielle et une partie agricole réparties de manière asymétrique et séparées par une palissade ouverte côté nord.

7Le premier bâtiment résidentiel (Fig. n°2 : Bâtiment résidentiel) édifié vers le milieu du Ier s. apr. J.-C. est construit sur poteaux. À la fin du Ier s., deux pièces longilignes à soubassement de pierre encadrent la partie centrale.

8L’ensemble connaît une phase d’occupation synchrone assez brève car le bâtiment nord est, en partie ou totalement, détruit dès le début du IIe s. Des activités, liées à l’artisanat du feu, s’y déroulent dès la première phase d’occupation. Ces observations confèrent à l’ensemble un plan « classique » proche des modèles picards : division en trois parties avec un bâtiment central à galerie en façade, un balnéaire au nord et une tour d’angle au sud.

9L’abandon de la partie résidentielle est datée du début du IIIe s. par les rejets domestiques stockés dans de grandes fosses et dans une partie du fossé occidental.

10La partie septentrionale est comblée à la fin du Ier s. afin de permettre l’édification des bâtiments agricoles. Ceux-ci sont disposés sur une seule aile de dépendance, au nord ; quelques-uns ont une position plus centrale dans la cour intérieure ; d’autres, enfin, sont isolés le long du fossé occidental. Cette répartition apparemment désordonnée est connue sur des sites de l’est de la Gaule et de Germanie entre la fin de La Tène et le début de la période romaine où elle est considérée comme indicatrice de la romanisation des sites ruraux. Toutes les constructions agricoles sont érigées vers la fin du Ier s. et surtout au début du IIe s., exceptés les bâtiments nord-est qui semblent édifiés plus tardivement durant la seconde moitié du IIe s. Ces différentes phases de construction indiquent un agrandissement spatial progressif de l’exploitation : les bâtiments les plus précoces sont localisés à proximité de la partie résidentielle ; les plus tardifs s’en éloignent et s’implantent en limite des parcelles nord-est. Tous les bâtiments paraissent abandonnés au début du IIIe s.

11La majorité des constructions est en soubassement de silex liés à la terre. L’utilisation de la plupart des bâtiments ne peut être clairement établie, aucune découverte particulière de mobilier ne permettant de se démarquer des observations générales faites sur des sites de nature semblable. En revanche, des analyses pratiquées sur un bâtiment de construction mixte permettent d’identifier un lieu de stabulation et d’envisager pour les parcelles adjacentes une zone de pacage. De même, les analyses palynologiques mettent en évidence des céréales, cultivées intensivement, semble-t-il ; ces analyses ont permis de localiser, à l’intérieur de la cour agricole, les aires de battage, de mise en gerbe et de stockage du fumier.

12Les parcelles ont été principalement dégagées sur la partie nord de la villa, mais il est probable qu’elles se développaient tout autour d’elle. Leurs dimensions sont variables et de plan régulier. La présence de greniers dans certaines d’entre elles suggère une culture locale de céréales, tandis que l’existence de palissades renforce l’idée de parcage de bétail, hypothèse déjà suggérée précédemment par les premiers résultats paléo-environnementaux.

13Les bâtiments agricoles sont disposés sur le côté nord de la cour. Les plus anciens sont installés à proximité de la partie résidentielle tandis que les plus récents, érigés durant la seconde moitié du IIe s. s’en éloignent. L’artisanat du textile, la fonte ou la forge, la fabrication du verre ou de la céramique, l’élevage (chevaux et/ou bovidés) et les cultures céréalières sont attestés.

14Deux mares, l’une résultant de l’accumulation des eaux de ruissellement localisée en bas de pente au nord, et la seconde entièrement anthropique, située près du bâtiment agricole, constituent les points d’eau de l’exploitation.

15La villa est abandonnée, sans qu’aucune trace d’incidents violents ne soit attestée, dans la première moitié du IIIe s. Cet abandon est diversement perçu : certaines zones paraissent retourner à un état sauvage avec reprise de la végétation ; l’ensemble des cultures de céréales diminue, mais la mare, localisée en contrebas, reste fréquentée de manière épisodique. Seul l’impact anthropique lié à l’habitat, de même que sa déprise, sont directement perceptibles. Les terrains situés aux alentours ne semblent pas abandonnés et l’environnement paysager demeure constant au cours de la période du Bas-Empire.

Haut de page

Bibliographie

Ciezar-Epailly, LaurenceGonzalez, Valérie. 1998 : « Les villae de Seine-Maritime : première approche », in Delestre Xavier, Woodcock Andrew (dir.), Actes de la table ronde archéologique, Dieppe, 17-18 septembre 1996, Proximus, 2, p. 85-96.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général de la villa

Fig. n°1 : Plan général de la villa

Auteur(s) : Gonzalez, Valérie ; Brunet, Vianney. Crédits : ADLFI - Gonzalez, Valérie ; Brunet, Vianney (2003)

Fig. n°2 : Bâtiment résidentiel

Fig. n°2 : Bâtiment résidentiel

Auteur(s) : Gonzalez, Valérie. Crédits : ADLFI - Gonzalez, Valérie (2003)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général de la villa
Crédits Auteur(s) : Gonzalez, Valérie ; Brunet, Vianney. Crédits : ADLFI - Gonzalez, Valérie ; Brunet, Vianney (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12339/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. n°2 : Bâtiment résidentiel
Crédits Auteur(s) : Gonzalez, Valérie. Crédits : ADLFI - Gonzalez, Valérie (2003)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12339/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Gonzalez, Yves Desfossés, Laurence Ciezar-Epailly, « La Houssaye-Béranger – La Bouteillerie, La plaine du Moulin de la Houssaille » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Normandie, mis en ligne le 01 mars 2004, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/12339

Haut de page

Auteurs

Valérie Gonzalez

Articles du même auteur

Laurence Ciezar-Epailly

SRA

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Valérie Gonzalez

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Yves Desfossés

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search