Navigation – Plan du site

AccueilRégionsGrand Est199651 – MarneReims – 93-103 rue Gambetta

1996
51 – Marne

Reims – 93-103 rue Gambetta

Sauvetage urgent (1996)
Responsable d’opération : Marek Tycjan Olszewski
Notice rédigée avec David Billoin

Entrées d’index

Année de l'opération :

1996

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération :

Texte intégral

1En préalable à la réalisation d’un projet de construction immobilière dans un quartier sud de Reims concernant une surface de 1 000 m2, une fouille préventive a pu avoir lieu durant un mois.

2Elle a mis en évidence une occupation intensive à partir de la deuxième moitié du ier s. jusqu’à la fin du iiie s., lorsque l’îlot a été abandonné. Ensuite, une activité humaine, plus au moins sporadique, est attestée encore au moins pendant un siècle.

3Deux bâtiments ont été découverts. Ils se développent autour d’une cour se situant de part et d’autre d’une ruelle orientée nord-ouest – sud-est. Cette petite rue (3,25 m à 3,55 m de large), parallèle au cardo maximus, traverse l’îlot en son milieu, assurant la circulation intérieure entre les bâtiments et les ateliers. Cette rue était suffisamment large pour permettre l’accès des véhicules dont les traces d’ornières ont été attestées. Elle est d’une importance secondaire par rapport aux grandes rues rémoises dont la largeur moyenne est comprise entre 6 et 17 m (avec trottoirs).

4Les techniques et l’utilisation des matériaux de construction évoluent durant les deux cents ans de l’existence de l’îlot.

Phase 1

5La phase 1 (deuxième moitié du ier s.-deuxième quart du iie s.) est représentée par des tranchées de fondations témoignant de murs de fondation en pierres, récupérés par la suite. Les murs en élévation étaient, certainement, en brique crue ou en carreaux de terre ; une technique typique pour la région. Les sols sont en craie pilée, dont on retrouve des traces d’exploitation sur le site. Une charpente en bois soutenait des tuiles de type romain (tegula et imbrex). Les maisons sont composées de plusieurs pièces en enfilade, donnant d’un côté sur la ruelle et de l’autre sur une cour, parfois par l’intermédiaire d’un portique en bois ; des puits et des fosses-poubelles ont été retrouvés dans les cours. Une seule grande cave est attestée.

Phase 2

6La phase 2 (deuxième quart du iie s.-après 215) se caractérise par l’agrandissement de la maison A, au détriment de la cour. Plusieurs réfections de pièces et de murs sont attestées. Les fondations sont en blocaille de craie et fonctionnent avec celles de la phase 1. Des scories de fer sont utilisées comme isolant sous des sols en béton et dans des murs de fondation. La plupart des sols sont en craie pilée et en terre battue. La construction d’un hypocauste et de plusieurs caves témoignent d’une richesse relative de l’îlot. La récupération des pierres de construction est attestée dans l’étude des murs des caves.

Phase 3

7La phase 3 (après 215-fin du iiie s.) se caractérise par une réorganisation générale du plan avec abandon de la ruelle. La pièce équipée d’un système de chauffage par hypocauste est toujours en usage. De nouvelles constructions se caractérisent par des murs de fondation en blocaille de craie sur lesquels se placent deux ou trois assises en opus incertum. L’utilisation de briques pour la construction des murs apparaît bien avant la phase 3, dans la cave 314 (en opus mixtum) dont la datation est incertaine. Les sols sont en terre battue, en béton et mortier. Plusieurs caves sont attestées dont l’une d’entre elles est de très grande dimension, haute sous plafond et conserve encore son escalier ; il est construit en craie, pierres calcaires de récupération (tombe ?) provenant des carrières de Saint-Dizier, tegulae et dalles en terre cuite de récupération. Elle a été édifiée sur l’emplacement d’une cuvette d’exploitation industrielle de la craie. L’abandon du quartier correspond à la période des grandes invasions des peuples barbares venus de l’autre côté du limes, lorsque la ville se replie à l’intérieur de ses remparts fraîchement construits.

Phase 4

8La phase 4 (fin du iiie s.-deuxième moitié du ive s.) a laissé des traces d’occupations éphémères de l’îlot. Il est encore fréquenté par une population qui récupère tout ce qui peut être utile. Le quartier fut probablement squatté jusqu’à la deuxième moitié du ive s.

Phase 5

9Elle se caractérise par la construction d’habitats modernes dans la partie ouest du chantier. Quelques caves et fondations de murs en blocs de craie ont été retrouvés. Un puits de ventilation descendant dans les galeries d’exploitation de craie a été identifié. La fouille d’une latrine a fourni plusieurs pièces de monnaie datant de la fin du xviiie s. Une concentration de onze fosses est attestée dans la partie est du chantier ; elles datent des xixe et xxe s., mais certaines d’entre-elles peuvent également témoigner d’une activité plus ancienne.

10Depuis le début de l’existence de ce quartier, une activité artisanale y tient une place importante. Nous pensons qu’une production métallurgique s’y est développée, dont témoigneraient les scories et l’aménagement d’une forge (?). L’extraction minière ou demi-minière de la craie y a laissé des traces incontestables. Une étude préliminaire, réalisée par Christophe Dunikowski, a montré que des scories de fer prélevées sur le chantier s’apparentent à des résidus d’un travail de forge (batitures) ; on a également constaté des parois de bas-foyer scarifiées et fondues ainsi que des parois de tuyère. Ces scories témoignent d’une activité métallurgique permanente dans l’îlot et certainement, plus généralement dans le quartier. L’accumulat ion de scories dans des couches de la phase 1 et leur utilisation dans des constructions, des fondations et des sols de la phase 2 prouvent une activité particulière et le besoin de se débarrasser de ces déchets métallurgiques. Comme nous avons pu l’observer, le meilleur moyen de faire disparaître des scories, est de les enterrer dans des fosses ou de les utiliser pour des fondations et des couches isolantes sous les sols d’hypocauste, par exemple.

11La quantité importante des scories de fer trouvées sur le site, liées à la production métallurgique dans des ateliers, évoque le célèbre texte de Notitia Dignitatum, document officiel dont le sujet est la structure administrative et économique de l’État à l’époque du Bas-Empire. Dans le chapitre XI consacré aux provinces occidentales, il donne une liste de fabricae, organismes étatiques, chargés de la production et de l’approvisionnement de l’Empire. Parmi certaines villes de Gaule, nous trouvons cité Remensis avec une production de spatharia. Le document doit être relatif à l’époque de la fin du iiie s. ou, peut-être, même de sa deuxième moitié. L’installation d’ateliers étatiques, et de fabricae d’épées dans le cas de Reims ou d’autres villes, n’est pas due au hasard ; ils ont été fondés dans certaines régions de longue tradition métallurgique, où de petits ateliers fabriquaient leur artisanat pour des besoins locaux. Il semblerait que les déchets d’une production métallurgique sur ce chantier témoignent bien de ce type d’activité que les Romains ont transformée en arsenal officiel.

12La situation de l’îlot dans le contexte urbanistique du quartier nous apporte une série d’informations non négligeables. Le chantier se situe à une distance médiane entre le cardo et la rue Gambetta ; on soupçonnait déjà cette dernière de reprendre un tracé romain selon· d’anciennes découvertes. La ruelle qui facilitait la circulation à l’intérieur de l’îlot, confirme l’existence de la rue principale dont la rue Gambetta a repris partiellement le tracé ; elle formait la limite ouest de l’îlot antique. Un espace important entre deux cardo, à peu près 160 m, obligeait la création de voies secondaires, facilitant la circulation entre les bâtiments. La ruelle partage l’îlot, à peu près en son milieu, laissant de part et d’autre environ 80 m. L’emplacement du chantier prouve également que l’occupation du terrain par des habitats et des ateliers, à l’intérieur même de l’îlot, était assez dense dans la partie sud de la ville, ou plutôt dans sa périphérie.

13Les résultats de cette étude confirment bien ce que Robert Neiss avait constaté à plusieurs reprises, après avoir suivi de près les opérations archéologiques à Reims. À partir de la deuxième moitié du ier s., on peut parler de quartiers artisanaux s’installant dans la périphérie sud de la ville. Rappelons que l’on note le regroupement d’ateliers de potiers dans le quartier Saint Rémi, sur une surface supérieure à 5 ha. Il faut désormais voir, dans le quartier sud, d’autres types de concentrations artisanales : des ateliers métallurgiques (forgerons, par exemple).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marek Tycjan Olszewski, David Billoin, « Reims – 93-103 rue Gambetta » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Grand Est, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 24 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/123737

Haut de page

Auteurs

Marek Tycjan Olszewski

Articles du même auteur

David Billoin

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marek Tycjan Olszewski

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search