Navigation – Plan du site

AccueilRégionsGrand Est199551 – MarneReims – 52-54 rue Cérès

1995
51 – Marne

Reims – 52-54 rue Cérès

Évaluation (1995)
Responsable d’opération : François Berthelot
Notice rédigée avec David Billoin

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1La construction d’une station-service et d’un immeuble d’habitation a été précédée d’une opération archéologique préventive limitée. Un diagnostic préalable qui n’a porté que sur la partie non construite du terrain a permis de mettre en évidence le passage du fossé du Bas-Empire, mais la surface concernée est perturbée sur plus de 80 % par la présence de caves récentes et de cuves à carburant. Ces éléments ont impliqué que l’essentiel des observations archéologiques ne pouvaient se faire qu’au moyen des coupes périphériques et des rares espaces non détruits par les creusements modernes.

2En ce qui concerne le contexte archéologique, le site se trouve dans une zone encore peu explorée de la ville, mais dont on sait qu’il s’agit d’un secteur clé de la période romaine jusqu’au xixe s. Il est situé à l’intérieur de l’enceinte primitive, où la présence d’une occupation gallo-romaine précoce immédiatement au-dessus du substrat géologique est fort probable. Le terrain est en limite du principal axe de circulation de la ville antique du Haut-Empire (decumanus maximus), qui débouche sur la voie Reims-Trèves. Les vestiges d’un arc antique du même type que celui de la Porte de Mars y ont été repérés au xviiie s. Le rempart et le fossé du Bas-Empire sont également présents dans le secteur immédiat, selon un tracé nord-sud.

3Le site au Moyen Âge se trouve à l’intérieur de l’enceinte médiévale du xive s., immédiatement à proximité d’une porte, la porte de Chacre. Le livre de la Taille de 1328 relate « le quarrel de porte Chacre, commençant au pignon de la ruelle en allant vers la porte de Chacre ; de Carcer on fait Chacer, et de Charcer, Chacre ». Certains auteurs anciens pensent qu’elle a été construite à l’emplacement de l’arc antique alors que les plans du xviiie s. la situent plus en avant. Il semble que, dès le début du xe s., la porte prise dans le rempart se soit vu adjoindre une prison. Tilpin « y renferma, dit-on, par ordre de Charlemagne, Oger Je Danois, Je brave paladin, l’illustre compagnon de Roland et d’Olivier. […] Après eux, d’autres vinrent encore habiter les cachots de l’ancienne porte de Trèves ». Là encore, il semble qu’il s’agisse de l’arc antique, déjà en partie détruit. Il apparaît assez vraisemblable qu’une deuxième porte ait été construite au xive s., légèrement en avant de la première.

4La prison a été utilisée au moins jusqu’au xive s., des celliers ont été aménagés entre les piles de la porte. Sur le cadastre napoléonien (1819), on trouve, à proximité de la zone étudiée, l’ancienne « rue Haute-Croupe (aujourd’hui rue Ponsardin), qui doit son nom à la hauteur qu’il fallait gravir pour arriver aux remparts qui menaient à la Belle-Tour ». Tandis que la rue de l’hôpital correspond à un hospice où l’on accueillait les pèlerins et les pauvres. Cet établissement dépendrait de l’église Sainte-Marie ou de Sainte-Marie-aux-Cachots, « placée près de là ».

5Les objectifs de recherche peuvent donc se résumer de la façon suivante :

  • repérage et étude éventuelle des traces d’occupations préromaines ;
  • repérage du passage du decumanus maximus au nord de la parcelle ;
  • localisation de l’arc antique dit « Porte Cérès » ;
  • détermination de l’emplacement du rempart du Bas-Empire attenant à la porte antique ;
  • localisation et étude du comblement du fossé du Bas-Empire ;
  • localisation de la porte médiévale dite « Porte de Chacre » ;
  • approche des occupations médiévales, étude éventuelle de la prison et de la chapelle dite « Sainte-Marie-aux-Cachots ».

Résultats

6Par rapport à l’état de conservation des vestiges, les apports de cette opération sont sans commune mesure avec les moyens investis. En effet, la présence ou l’absence de certains éléments a permis de progresser de tacon notoire sur la connaissance de la topographie urbaine antique et médiévale.

La période gallo-romaine précoce

7Cinq fosses creusées dans le substrat ont pu être fouillées à l’ouest du chantier. Elles sont scellées par la rue antique ou par des remblais de démolition. Le mobilier qu’elles contiennent, céramique et monnaies gauloises, indique une datation vers le début de l’époque augustéenne.

Le Haut-Empire

8L’essentiel des observations relatives à cette période n’ont pu être faites qu’en coupe, en raison des destructions des couches par les constructions modernes et par le fossé de l’enceinte du Bas-Empire. Les éléments les plus importants sont les voiries. Une rue antique orientée nord-sud apparaît dans la coupe ouest du chantier. Six chaussées se succèdent sur une épaisseur de 1,40 m. La première s’installe pendant la période augusto-tibérienne. La rue n’évolue plus à partir de la construction de l’enceinte du Bas-Empire. Son orientation de 30° ouest, s’intègre dans le schéma général du quadrillage urbain antique. On peut noter également la présence de niveaux de trottoir appartenant au decumanus sur la coupe nord, en bordure de la rue Cérès. Quelques murs antiques ont aussi été relevés en coupe en dehors de l’espace occupé par le fossé et indiquent une occupation relativement dense de ce secteur au Haut-Empire. Par contre, force est de constater l’absence de l’arc antique sur le site alors que traditionnellement, les différents auteurs le positionnaient à cet endroit.

Le Bas-Empire

9Cette période est caractérisée par le creusement du fossé d’enceinte et par la destruction et le nivellement des habitats antérieurs qui forment ainsi un terre-plein entre le fossé et le rempart, phénomène comparable avec les observations faites sur le site de la Porte Bazée. Sur le plan de la topographie, ont peu ainsi reculer le passage du rempart beaucoup plus vers l’ouest, probablement au niveau de la façade ouest de la rue nord-sud, alors que les hypothèses antérieures lui faisaient suivre approximativement le même tracé que le rempart médiéval. Si l’on considère que l’arc antique était inclus dans la fortification et servait alors de porte à la ville, son emplacement pourrait se situer sous les maisons au niveau du carrefour entre la rue Cérès et la rue Ponsardin.

Le Moyen Âge

10Les vestiges du Moyen Âge sont plus difficiles à cerner chronologiquement et les indications topographiques fournies par les textes sont relativement imprécises. À la suite de la surveillance des travaux de démolition d’une cave moderne, les maçonneries, d’une autre plus ancienne, sont apparues ainsi qu’un caveau en deuxième niveau. En l’absence d’éléments chronologiques, on peut situer cette construction vers la fin du Moyen Âge. Quant à sa nature, elle peut être à rattacher à la construction de celliers sur l’emplacement de l’ancienne prison dont l’origine semble être carolingienne, d’après les textes.

11Les vestiges d’une chapelle découverts à 0,20 m sous la surface actuelle sont également problématiques à interpréter.

12En effet, sa faible profondeur d’enfouissement ainsi qu’un élément d’épitaphe en calcaire noir semblent plutôt donner une datation vers le xviiie s.

13D’après les textes, seule l’existence de Sainte-Marie-aux-Cachots est signalée dans ce secteur, mais l’on sait également qu’elle a été détruite à la fin du xve s.

14Des éléments d’architecture ont aussi été mis au jour en remploi dans des fondations d’édifices plus récents.

15Il s’agit essentiellement de chapiteaux et d’éléments d’architecture provenant d’une église qui n’a pas encore été identifiée, mais leur appartenance à la chapelle est à exclure en raison des dimensions imposantes des blocs recueillis.

La période moderne

16Les fondations de plusieurs bâtiments plus récents occupent la grande majorité de l’espace étudié. La plupart datent du XIXe ou du début du xxe s. Leurs caves ainsi que les cuves de carburant ont oblitéré la majeure partie des vestiges plus anciens.

Conclusions

17Cette intervention limitée dans le temps avec des moyens relativement peu importants, est l’exemple d’une démarche archéologique différente où sur un terrain déjà très perturbé, la présence ou l’absence de certains éléments liés à l’étude archivistique, permettent de progresser sur la connaissance d’une partie importante d’un site urbain. S’il est évident qu’il reste encore un gros travail de recherches et d’interprétation à faire, notamment pour les périodes médiévale et moderne, le bilan d’ensemble reste positif.

Fig. 1 – Ancienne porte Cérès

Fig. 1 – Ancienne porte Cérès

D’après une gravure du xixe s.

Fig. 2 – Localisation schématique des zones de fouille

Fig. 2 – Localisation schématique des zones de fouille

D’après le diagnostic préalable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Ancienne porte Cérès
Légende D’après une gravure du xixe s.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/123819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 2 – Localisation schématique des zones de fouille
Légende D’après le diagnostic préalable.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/123819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Berthelot, David Billoin, « Reims – 52-54 rue Cérès » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Grand Est, mis en ligne le 12 novembre 2022, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/123819

Haut de page

Auteurs

François Berthelot

Drac Champagne-Ardenne (service régional de l’archéologie)

Articles du même auteur

David Billoin

Afan

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

François Berthelot

Drac Champagne-Ardenne (service régional de l’archéologie)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search