Navigation – Plan du site
2008

Dangé-Saint-Romain – Les Grandes Varennes

Responsable(s) des opérations : Patrick Bidart
Notice rédigée par : Bénédicte Moutarde et Patrick Bidart

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204634

Date de l'opération : 2008 (EX)

1La mise en œuvre de l’opération de diagnostic du site de Dangé-Saint-Romain fait suite à l’instruction du dossier de demande de diagnostic archéologique volontaire pour l’extension d’une zone d’activité  de carrière de type sablière par GSM Italcimenti et des services instructeurs de l’Etat, notamment le service régional de l’Archéologie de Poitou-Charentes.

2Deux zones (Z1 et Z2) sont réparties le long du  chemin rural de la Tuilerie à la Bodinière sur la rive gauche de la Vienne près de l’usine des Fonderies du Poitou.

La zone 2

3Une occupation mésolithique est attestée en zone 2, elle est localisée en contrebas du sommet d’une butte sableuse en bordure d’un paléo-chenal.

4Le contexte sédimentaire atteste d’une bonne conservation tant des structures que des éléments lithiques nombreux, peu ou non patinés, avec des arêtes et des tranchants vifs, des chaînes opératoires variées et un cortège pétrographique remarquable.

5Les armatures présentes, triangles isocèles et pointe tardenoisienne à base retouchée concave, permettent une attribution au premier Mésolithique

6Nous avons également détecté en TR 2 la  présence de structures de combustions qui sont indiscutablement mésolithiques.

7Un autre sondage TR 109  livre dans un  contexte sédimentaire identique une structure de combustion aux dimensions exceptionnelles. Nous proposons, avec les réserves qui s’imposent, de l’attribuer également au Mésolithique car sur l’ensemble des zones 1 et 2  nous avons détecté des vestiges archéologiques plus lâches et moins biens conservés, attribués au Néolithique Final et/ou au Bronze ancien. Dans la partie ouest de la zone 2, ces vestiges néo-protohistoriques surmontent stratigraphiquement l’occupation mésolithique dans un contexte de sables à bandes bien exprimés, ennoyés-exondés.

8Dans la région immédiatement proche, commune de Dangé-Saint-Romain, le site des Marais est attribué au Mésolithique au sens large.

9Sur la commune d’Antran, le site fouillé par Jean-Louis Ricard en 2007 a livré une industrie équivalente dans un contexte sédimentaire similaire. Toutefois, aucune structure de combustion comparable n’a été détectée sur ce site dont l’étude est en cours et dont la datation semble s’orienter vers un Mésolithique moyen (J.-L. Ricard, communication personnelle).

10Remarquons ici le fort potentiel des communes de Dangé-Saint-Romain et d’Antran où de nombreux indices de sites de plein air existent. Il est probable que ces terrasses fluviatiles constitueront des terrains privilégiés d’investigations futures, car la pression de la demande en matériaux alluvionnaires ne fait que croître depuis le classement de la Loire et l’abandon progressif des gisements de ce fleuve.

11Dans un contexte régional, c’est vers Poitiers et le site des Essarts, fouille programmée conduite par Grégor Marchand, où nous rencontrons des structures foyères de grande taille différentes de celles de Dangé, mais dans un contexte géomorphologique équivalent (chenal et bord de Vienne) avec une attribution chrono-stratigraphique légèrement plus tardive car appartenant au second Mésolithique. (Marchand et al., 2007).

12L’autre site que nous pouvons évoquer est celui de la Pierre Saint-Louis à Geay en Charente-Maritime où les structures de combustion sont plutôt de type four polynésien (Fouché et al., 2000).

13Hors ces deux sites, c’est dans un contexte plus éloigné avec le site des Sables de Mareuil à Ligueil en Indre et Loire, le site du Couvent à Abilly à la confluence de L’Aigronne et de la Creuse,  le site de Civray à la Celle-Guenand où un important foyer tardenoisien est signalé, que l’on retrouve des traces de Mésolithique. Plus loin, le site de Mareuil-sur-Cher est attribué à la phase ancienne du Mésolithique, dans un contexte de sables à bandes identiques mais sans structures foyères en place car  remaniées (F. Kildéa, 2007). On retrouve d’importantes structures foyères sur les sites d’Onglais à Acquigny dans l’Eure (Paulet-Locard, 1989 ; Souffi, 2003) structures foyères à plat de 1 m de diamètre et épaisse de 8 cm mais également dans le Jura avec les niveaux R2 et R 3 du site de A Daupharde à  Ruffey-sur-Seuille (F. Séara, 2002).

14L’ensemble Néolithique final et Bronze ancien (Z1 et Z2) est érodé et paraît résiduel. Le fond d’une fosse a été épargné par l’érosion anthropique et permet de confirmer une occupation du site pour ces périodes.

La zone 1

15(Bénédicte Moutarde )

16Nous confirmons l’existence d’un site antique reconnu par photographie aérienne et présent dans la base Patriarche consultée au service régional de l’Archéologie de Poitou-Charentes.

17Ce site est bien délimité par les sondages effectués et indique une bonne conservation des vestiges permettant d’établir le plan et le phasage chronologique d’un bâtiment antique dans un secteur très riche en vestiges et à proximité d’une voie et d’un cours d’eau navigable.

18Un phasage de cette occupation est établi, permettant d’affirmer que ce site est stratifié. Toutefois, la nature exacte de l’activité justifiant l’édification de ce bâtiment reste à déterminer. Il serait nécessaire d’autre part d’établir plus certainement la relation chronologique entre le bâtiment maçonné et les constructions sur poteaux. La période chronologique abordée couvre près de 400 ans, du courant du Ier  s. av. J.-C. au courant du IIIe  s. apr. J.-C.

19Si la principale phase d’occupation d’un site abandonné à la fin du Haut-Empire paraît correspondre au Ier  s. apr. J.-C., il semble toutefois ne pas falloir négliger les éléments les plus précoces appartenant au siècle précédent, la nature et l’exacte chronologie de cette ou de ces occupation(s) doivent encore être déterminées.

Le plan

20L’ensemble des bâtiments maçonnés comprend huit murs ou négatifs de murs orientés est-ouest et sept murs ou négatifs de murs orientés nord-sud, avec des sols à plusieurs endroits (niveaux de sols et sols construits). Ces niveaux de sols sont essentiellement concentrés dans trois  tranchées (TR9, 10 et 11), là où les murs semblent le mieux conservés et où la densité de structures est la plus importante. Il convient en effet de noter que les fondations sont souvent intégralement conservées et que l’arase se situe généralement au-dessus de la première assise d’élévation. Ainsi, les sols sont potentiellement conservés, même s’ils n’ont pu être exhaustivement retrouvés lors de ce diagnostic.

21Les murs construits en calcaire turonien moyen forment un ensemble bâti de plan rectangulaire couvrant une surface d’un peu moins de 2 750 m2 . Ils sont enceints dans un réseau de fossés et de murs d’enclos dont le périmètre enclot une superficie d’un peu plus de 7 000 m2 .

22Un système d’entrée se trouve sans doute à l’Ouest, ouvrant sur une cour. Aucun mur n’a en effet été mis au jour au centre du bâtiment dans les tranchées 10 et 12, mais on a, en revanche, quelques lentilles charbonneuses, ou plutôt des poches de dégradation végétale, qui peuvent faire penser à des trous de  plantation. On peut donc imaginer à cet emplacement un espace ouvert ou semi-ouvert en jardin. Cette remarque doit cependant rester à l’état d’hypothèse. Une série de pièces paraît enfin diviser l’espace sur son pourtour.

23Au nord-ouest de cet ensemble, mais toujours à l’intérieur du fossé d’enclos nord, une série de trous de poteau avec des calages de pierre appartient à des bâtiments agricoles dont la construction paraît être antérieure à l’édification des murs en calcaire. Leur trame suit d’ailleurs une orientation différente de celle des constructions maçonnées.

Le Phasage

24D’après les données de terrain et l’étude de la céramique (D. Guitton), les bâtiments maçonnés paraissent avoir été occupés après la seconde moitié du Ier  s. apr. J.-C. et jusqu’à la première moitié du IIe  s. apr. J.-C. Les murs auraient été récupérés entre les IIe  s. et IIIe  s. apr. J.-C., offrant ainsi un instantané.

25En dépit de l’homogénéité chronologique et technique des abondantes structures mises au jour, notamment dans les tranchées 9 à 18, il ne faut cependant pas négliger les indices, certes discrets mais néanmoins en place, d’une occupation précoce pouvant remonter à la Tène D2 et peut-être antérieure à l’époque augustéenne. Nous avons en effet dû arrêter notre hauteur d’ouverture des tranchées de

26diagnostic au niveau d’apparition des premières structures archéologiques. Par conséquent, il est difficile d’établir un terminus ante quem du site. Sous le bâti du début du Haut Empire, on a cependant pu observer ça et là les vestiges de bâtiments sur poteaux probablement laténiens. La sépulture périnatale sous tuile et l’incinération sont sans doute à attribuer à cette phase d’occupation.

27Ainsi avons-nous pu déterminer un nombre minimum de trois phases d’exploitation du site, dont la dernière correspond à l’abandon et à la récupération des bâtiments. L’existence d’au moins deux phases d’occupation du site est également confirmée par l’observation géomorphologique des successions de séquences sédimentaires dans chaque tranchée. On constate en effet généralement deux niveaux

28archéologiques :

29   - l’un, entre -0,30 m et -0,50 m en moyenne, constitué de sables peu argileux bruns rougeâtres ;

30   - l’autre, entre -0,50 m et -0,80 m en moyenne, constitué de sables peu argileux bruns à beiges avec quelques graviers et des bioturbations par endroits fortement marquées.

31Les logs profonds réalisés dans les tranchées 14 à 18 (à plus de 2 m) illustrent le potentiel archéologique sous les bâtiments antiques.

Interprétation

32Le bâtiment n’a évidemment pas été exploré exhaustivement. On notera cependant, pour le moment, l’absence d’aménagements de commodité, de structures foyères ou de fosses dévolues aux rejets domestiques qui caractérisent, notamment, les sites d’habitat. Si ce type d’installation n’apparaît pas entre les tranchées de diagnostic, sous les zones non ouvertes, cela confirmerait alors l’observation faite à l’issue de l’analyse céramologique concernant la très faible représentation de la vaisselle de table, au contraire des vases de stockage qui constituent l’essentiel du corpus céramique prélevé lors de cette opération.

33Les indices convergent vers une interprétation de ce site excluant la possibilité d’une occupation domestique. La vocation de  ces bâtiments tourne plus probablement autour d’une occupation agricole du territoire dans lequel, rappelons-le, pas moins de sept bâtiments ou sites d’occupation gallo-romains ont été recensés dans un rayon de 2 km.

34Ce bâtiment à vocation agricole dépend certainement de la villa rustique mise au jour par R. Fritsch, à quelques mètres à l’ouest, sous les Fonderies du Poitou. Sa datation remontant au Ier  s. apr. J.-C. jusqu’à son abandon dans le courant du IIIe  s. rentre dans la fourchette chronologique établie par R. Fritsch sur la villa, entre le Ier  s. et le IVe  s. La présence d’une mare, d’un cours d’eau, en plus de la Vienne, et de la voie reliant Tours à Poitiers à proximité constituent des atouts non négligeables pour un domaine prospère pour lequel le choix d’implantation semble avoir été déterminant. Les différents bâtiments antiques recensés à quelques centaines de mètres de distance seulement peuvent ainsi appartenir à un même tissu d’exploitation agricole d’un territoire, chacun pouvant détenir une activité spécialisée. Cela mériterait néanmoins d’être vérifié.

35L’exploration et l’étude de ce site d’occupation antique devrait donc s’inclure dans une analyse plus globale de la gestion des territoires et des ressources dans une zone rurale où l’on ne peut que constater la relative densité d’occupation à l’époque gallo-romaine.

36Toutefois, la nature exacte de l’activité justifiant l’édification de ce bâtiment reste à déterminer. Il serait nécessaire d’établir plus certainement la relation chronologique entre le bâtiment maçonné et les constructions sur poteaux. Certaines sont assurément antérieures ; d’autres pourraient cependant  avoir coexisté un moment avec l’établissement occupé entre les Ier  s. et IIIe  s. apr. J.-C.

37Enfin, si l’existence d’au moins une phase d’occupation antérieure au Ier  s. apr. J.-C. est avérée, la nature et l’exacte chronologie de cette, ou de ces occupations, doit encore être déterminée.

38BIDART Patrick et MOUTARDE Bénédicte

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Bénédicte Moutarde et Patrick Bidart, « Dangé-Saint-Romain – Les Grandes Varennes », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1241

Haut de page

Responsables d'opération

Bénédicte Moutarde

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Patrick Bidart

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals