Navigation – Plan du site
2008

Faciès céramiques en territoire picton (IIe s. av. J.-C. - VIe s. apr. J.-C.)

Responsable(s) des opérations : Séverine Lemaître
Notice rédigée par : Séverine Lemaître

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204340

Date de l'opération : 2008 (PC)

1Le PCR fonctionne grâce à un groupe de travail créé en 2007 rassemblant une trentaine de personnes issues de structures différentes (Université : enseignants-chercheurs et étudiants en Master et en Doctorat, INRAP, CNRS, collectivités territoriales, musées). L'objectif est la définition de faciès céramiques de manière diachronique sur l'ensemble du territoire de la cité des Pictons en tenant compte des spécificités des milieux de formation des assemblages pris en compte : contexte d'habitat, funéraire, rituel, commercial, etc., au cœur de la cité, dans la capitale, dans les agglomérations dites secondaires qui forment un maillage autour de Poitiers ou encore en contexte rural.

2La deuxième année du PCR a vu la poursuite des études analytiques d'ensembles de mobiliers, sur le thème des productions et également en contexte de consommation. L'accent a été mis sur la définition des faciès céramiques de l’antiquité tardive qui, bien que particulièrement riches et originaux, ont été jusqu’à présent peu ou pas étudiés. Il s’agissait de tenter une première approche des niveaux du VIe siècle, période de transition dont les mobiliers céramiques restent très largement méconnus.

Ateliers et productions céramiques

3Une partie importante des études concerne les ateliers de potiers antiques mis au jour sur le territoire picton et les groupes de production dont l'origine est supposée pictonne.

4Les productions de chaque atelier identifié font l'objet d'une caractérisation morphologique (définition du répertoire produit) et chimique grâce à un programme d'analyses physico-chimiques réalisée en fluorescence X au laboratoire de Céramologie de Lyon, Maison de l'Orient et de la Méditerranée UMR 5138 en collaboration avec A. Schmitt (CNRS).

5Dans le département des Deux-Sèvres, le site de Gourgé a livré un atelier de potier inséré dans la périphérie sud du tissu urbain de l’agglomération antique. Le quartier se divise en trois îlots disposés autour d’un croisement et occupés du Ier  s. au IIIe  s. apr. J.-C., l’artisanat céramique semblant concentré dans l’îlot 1. En  2008, l'étude menée par M. Durquéty dans le cadre de son mémoire de Master 1, en complément des études existantes, a montré que l’officine avait fonctionné dès le Ier  s. apr. J.-C. et durant le IIe  s. et qu'elle produisait principalement des céramiques culinaires, mais également de la vaisselle de service et de stockage ainsi que des amphores. Les analyses physico-chimiques réalisées ont permis de bien définir les argiles utilisées par les potiers et ont révélé que certaines catégories produites (amphore) avaient voyagé vers le nord-ouest à Mazière-en-Mauge à 60 km à vol d'oiseau de Gourgé. Ces premières données permettent de mieux appréhender l'aire de diffusion de l'atelier et appellent pour la suite un repérage systématique des productions de l'atelier sur les sites de consommation.

6Sur la commune de Louin, toujours en Deux-Sèvres, la mise en trois voies de la RD 938 entre Parthenay et Thouars a donné lieu à deux interventions de l’AFAN en 1996 (diagnostic) puis en 1997 (fouille sous la direction de K. Robin). Ces deux opérations ont mis au jour une occupation de l’âge du Fer et un atelier de potiers d’époque romaine, objet d'un mémoire de Master 2 entrepris par M. Durquéty. Ce centre de production de l’Antiquité tardive se compose d’une zone délimitée par un grand enclos fossoyé dédiée à l’artisanat potier au sein duquel étaient implantés quatre fours ainsi que plusieurs fosses d’extraction de matières premières et de préparation des argiles. Un réexamen complet de l’ensemble du mobilier céramique recueilli lors de la fouille a pour objectif d’affiner la typologie des productions et leur chronologie. Les productions caractérisées feront en 2009 l'objet d'analyses physico-chimiques.

7La question des sigillées du Centre-Ouest a fait l'objet par R. Delage d'un complément grâce aux mobiliers découverts à Mazières-en-Mauge dans le Maine-et-Loire.

Sites de consommation du Haut-Empire

8La définition des faciès passe par l'analyse détaillée d'ensembles de mobiliers céramiques et autres découverts sur les sites de consommation localisés sur l'ensemble du territoire picton déjà amorcée en 2007 et poursuivie en 2008.

9À Poitiers, l'étude de S. Lemaître du mobilier amphorique livré par les fouilles de la rue de la Marne (ancienne gendarmerie 2002-2003), soit un peu plus de sept-mille-deux-cents fragments, montre des arrivages précoces, dans les premières décennies du Ier  s. av. J.-C. d'amphores à vin italiques ainsi que d'autres importations méditerranéennes, incluant de la vaisselle à vernis noir italique (Campanienne B), entre le milieu du Ier  s. av. J.-C. et la fin du Ier  s. apr. J.-C. Les ensembles étudiés illustrent bien la prépondérance, à partir des années 40-30 av. J.-C, des productions de Tarraconaise par le biais des amphores Pascual 1, typique d'un faciès « atlantique » bien connu dans l'Ouest de la Gaule et au sein duquel s'inscrit Lemonum. Par ailleurs, la capitale n'échappe pas aux grands courants commerciaux de la première moitié du Ier  s. apr. J.-C. qui font la part belle aux productions de Bétique (vin, huile d'olive et sauces de poisson) et à quelques importations plus lointaines de Rhodes ou même de la côte levantine.

10Dans les agglomérations secondaires, la connaissance des faciès céramiques s'est améliorée grâce au travail mené par D. Guitton à Rom (Deux-Sèvres) à partir du mobilier d'un quartier d'habitat à vocation artisanale caractérisé par une occupation continue entre le Ier siècle et le début du IVe  s. apr. J.-C. De même, le site du Langon, en Vendée  fournit-il un exemple d'occupation pérenne entre la

11période de La Tène finale et le IIe  s. apr. J.-C. (étude S. Thébaud). Enfin, l'analyse en 2008, de près de la moitié du mobilier sur le site du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne), à l'emplacement du sanctuaire, témoigne de la continuité des arrivages de produits méditerranéens en amphores sur le site, entre le Ier  s. av. J.-C. et le Ier  s.apr.J.-C. (étude S. Lemaître).

12La notion de marges, par opposition à un faciès régional défini dans la capitale de cité était un élément important pris en compte au moment de la définition du PCR. Aussi les études conduites par J.-S. Torchut à Saintes (Petite rue du Séminaire et Clinique Richelieu) offrent-elles des outils de comparaison aux travaux effectués sur Poitiers pour les deux premiers siècles apr. J.-C.

13Concernant les contextes funéraires, signalons le travail effectué par S. Thébaud sur le mobilier de la nécropole de La Mothe-Achard en Vendée datée de la fin du Ier  s. et du IIe  s. apr. J.-C., ainsi que l'analyse des quelques éléments céramiques découverts dans une des sépultures de Laumont à Naintré dans la Vienne (S. Lemaître et D. Guitton).

Approche des faciès céramiques du VIe s.

14Comme il a été dit, la définition des mobiliers à la charnière de l'Antiquité et du Haut Moyen Âge pose question aux archéologues. Une meilleure caractérisation des faciès tardifs et notamment de ceux du VIe s. passait par le réexamen de différents contextes datés entre le Ve  s. et VIIe  s. apr. J.-C., réalisé par B. Véquaud sur les sites de Vouillé dans la Vienne, du barrage de la Trézence et de Saint-Georges- des-Coteaux en Charente-Maritime et d'Airvaux, la Grande Cosse dans les Deux-Sèvres.

15 LEMAÎTRE Séverine et GUITTON  David

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Séverine Lemaître, « Faciès céramiques en territoire picton (IIe s. av. J.-C. - VIe s. apr. J.-C.) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1270

Haut de page

Responsable d'opération

Séverine Lemaître

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals