Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202126 – DrômeBourg-lès-Valence, Châteauneuf–su...

2021
26 – Drôme

Bourg-lès-Valence, Châteauneuf–sur-Isère – Carrière de L’Armailler

Opération préventive de diagnostic (2021)
Responsable d’opération : Jean-Marc Lurol

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Lurol J.-M. 2022 : Bourg-lès-Valence & Châteauneuf-sur-Isère (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) Carrière de l’Armailler, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1Le diagnostic archéologique, réalisé dans la partie sud de la commune de Châteauneuf-sur-Isère (26), au nord du lieu-dit Grange Neuve, a été prescrit par le SRA Auvergne-Rhône-Alpes, en amont d’un vaste projet d’extension, d’une superficie d’environ 28 ha, de la carrière de L’Armailler, exploitée par la société Granulats Vicat.

2Ce diagnostic n’a livré que de rares indices archéologiques (fig. 1). Il faut retenir principalement la présence d’un foyer à pierres chauffantes, F.513 (fig. 2), retrouvé dans le sondage 583, localisé dans la partie nord de l’emprise (parcelle YO 109) et dans un secteur occupé par un paléochenal ancien. Cette structure est apparue à 1,20 m de profondeur par rapport au sol actuel (à environ 128,40 m NGF), au sommet d’un paléosol pédologique brunifié, US 505, contemporain, « au sens large », de cette occupation. Ce foyer est constitué d’un amas de galets et de fragments de galets disposés en tous sens (fig. 3), reposant dans une cuvette de plan circulaire (1,05 m de diamètre moyen) et relativement peu profonde (0,15 m au maximum). L’analyse pétrographique des galets (granite majoritaire mais aussi quartzites et gneiss) témoigne d’un approvisionnement local en matériaux, probablement depuis la partie supérieure de la terrasse wurmienne (Würm ancien). Ces galets présentent, pour la plupart, des traces de chauffe plus ou moins marquées, sous la forme d’une coloration rose à rouge (thermorubéfaction) et de cassures (thermofraction).

Fig. 1 – Plan général de l’emprise du diagnostic avec la localisation des sondages et des vestiges

Fig. 1 – Plan général de l’emprise du diagnostic avec la localisation des sondages et des vestiges

Échelle : 1/2500e.

DAO : J.-M. Lurol (Inrap).

Fig. 2 – Vue du foyer F.513 en plan vers le nord-est

Fig. 2 – Vue du foyer F.513 en plan vers le nord-est

Sondage 583.

Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).

Fig. 3 – Foyer à pierres chauffantes F.513, répartitions par type et par état des matériaux

Fig. 3 – Foyer à pierres chauffantes F.513, répartitions par type et par état des matériaux

Sondage 583.

DAO : C. Gaillard (Inrap).

3Le mobilier associé à cette structure se résume à un seul tesson de céramique, extrait du comblement (fig. 4). Cet élément (fragment de panse) n’offre aucune caractéristique typologique évidente permettant d’avancer une datation. En revanche, la présence de petits fragments de charbon de bois, prélevés sous les galets, a permis de réaliser une datation par le radiocarbone (référence échantillon : Beta-609521) dont les résultats sont les suivants :

  • âge radiocarbone conventionnel : 5080 ± 30 BP ;
  • âge calibré : 3960-3796 cal BC (5909-5745 cal BP) à 95,4 % de probabilité.

4Ce résultat permet de placer l’utilisation de cette structure au cours du Néolithique/Chasséen récent.

5L’agrandissement du sondage 583, autour du foyer F.513, n’a permis de repérer aucun indice de sol d’occupation, aucune présence de structures similaires ou autres, ni aucune présence de mobilier. Aucune pierre brûlée n’a été mise en évidence à proximité. Il est possible que l’érosion ait pu faire disparaître des vestiges associés. Cependant, tout porte à croire que ce foyer est isolé dans son environnement. Sur l’ensemble du site, un seul artéfact peut être mis en relation avec ce foyer F.513. Il s’agit d’un fragment de lamelle en silex extrait de l’US 504 dans le sondage 582. Dans le cadre du diagnostic, le foyer F.513 a fait l’objet d’une fouille complète.

6Les autres indices d’occupation relevés sur l’ensemble de l’emprise étudiée se limitent à quatre structures linéaires, F.511, F.512, F.514 et F.515, fortement arasées, retrouvées dans les sondages 558, 563, 622 et 631 et qui correspondent vraisemblablement à des fonds de fossés. Ces ensembles linéaires sont difficiles à dater mais la présence de fragments de tuiles mécaniques dans les comblements des fossés Fo.511 et Fo.514 conduit à les attribuer à des périodes récentes (moderne et plus certainement contemporaine).

7Au niveau du contexte géomorphologique, on retiendra que la stratigraphie de ce site, dans son ensemble, ne présente pas de complexité particulière sauf au niveau d’un paléochenal identifié dans le quart nord-est de l’emprise (parcelle YO 109), qui constitue une dépression topographique encore bien visible dans le paysage actuel.

8La séquence stratigraphique, rencontrée dans la quasi-totalité des sondages, est constituée de la manière suivante, de la base vers le sommet :

  • les dépôts non-altérés de la terrasse alluviale du Würm ancien (stade isotopique 4 de l’oxygène), rencontrés entre environ 0,60 à 0,90 m de profondeur (US 4 et US 503) ;
  • le sol fersiallitique de la terrasse alluviale (US 3 et US 502, US 519 sous-solée), plus ou moins épais (environ 0,20 à 0,50 m) qui s’est développé notamment durant le stade isotopique 3 de l’oxygène ;
  • les horizons de terre arable (US 2, US 5, US 12, US 501) et de terre végétale (US 1, US 6, US 517), épais d’environ 0,25 à 0,60 m.

9Au niveau du paléochenal, la stratigraphie diffère sensiblement. Cette dépression est comblée par une séquence sédimentaire colluviale à stratification relativement plane, dont l’épaisseur atteint au maximum environ 2,40 m, dans le fond. Avant cette phase de colluvionnement, la profondeur réelle de ce paléochenal était donc supérieure à 7,10 m, en tenant compte de l’érosion de ses bords. Quatre grandes phases, d’évolution sédimentaire ou pédologique, peuvent être identifiées au sein de ce comblement colluvial.

10Dans le fond, reposant sur le sol fersiallitique (US 502), la première phase majeure de sédimentation est caractérisée par un dépôt d’argile-limono-sableuse décarbonatée (US 506) dont la mise en place est antérieure au Néolithique-Chasséen récent.

11Au-dessus, la seconde phase d’évolution pédosédimentaire du comblement est représentée par une couche argilo-limono-sableuse décarbonatée (US 505) qui présente toutes les caractéristiques d’un paléosol pédologique brunifié. Ce paléosol constitue l’encaissant du foyer à pierres chauffantes F. 513, mis au jour dans le sondage 583 et datée du Néolithique-Chasséen récent. Un fragment de lamelle de silex (fig. 4) a été également extrait de ce paléosol (sondage 582). Le développement de ce paléosol pédologique caractérise localement une phase de relative stabilité morphologique et paysagère, en lien avec la présence d’un couvert boisé favorable aux processus de brunification des sols.

Fig. 4 – Mobilier

Fig. 4 – Mobilier

Clichés et DAO : J.-M. Lurol (Inrap).

12Ensuite, le paléosol US 505 est recouvert par une couche colluviale argilo-limono-sableuse décarbonatée (US 504) qui indique une reprise de la sédimentation et aussi de l’érosion, après la phase de relative stabilité paysagère précédente.

13Enfin, la partie supérieure du comblement (US 509), recouverte directement par le niveau de terre arable actuel, est constituée de galets et de graviers polygéniques roulés et emballés dans une matrice sablo-limono-argileuse décarbonatée rouge/orangeâtre.

14Cette charge de matériaux a été visiblement alimentée par l’érosion agricole du sol fersiallitique, et particulièrement par les travaux aratoires mécanisés à motorisés ayant entraîné un nivèlement partiel de la topographie.

15Sur le plan chronologique, ce paléochenal est ancien, d’âge Pléistocène supérieur. Il est postérieur à la mise en place de la terrasse alluviale du Würm ancien (stade isotopique 4 de l’oxygène), car son gabarit (largeur, profondeur, style fluvial rectiligne) ne correspond pas celui des chenaux tressés prévalant à la mise en place de cette dernière, dans un contexte alluvial de type « sandur ». En revanche, il est antérieur au développement du sol fersiallitique puisque la présence de ce dernier sur le tout le fond du paléochenal indique que celui-ci a enregistré les altération et pédogenèse développées au cours du stade isotopique 3 de l’oxygène. Son incision se situe ainsi manifestement au cours de la fin du stade isotopique 4, voire au début du stade isotopique 3. Au regard de ces différents éléments, l’incision de ce paléochenal résulte probablement de l’encaissement d’un bras secondaire du Rhône lors de la mise en relief de la terrasse alluviale du Würm ancien (Fya) jusqu’à l’étage de terrasse alluviale inférieur (Fyb).

Haut de page

Bibliographie

Thevenin É. 2020 : Bourg-lès-Valence & Châteauneuf-sur-Isère (Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes) l’Armailler, rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général de l’emprise du diagnostic avec la localisation des sondages et des vestiges
Légende Échelle : 1/2500e.
Crédits DAO : J.-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/127658/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 – Vue du foyer F.513 en plan vers le nord-est
Légende Sondage 583.
Crédits Cliché : J.-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/127658/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Titre Fig. 3 – Foyer à pierres chauffantes F.513, répartitions par type et par état des matériaux
Légende Sondage 583.
Crédits DAO : C. Gaillard (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/127658/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Fig. 4 – Mobilier
Crédits Clichés et DAO : J.-M. Lurol (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/127658/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Lurol, « Bourg-lès-Valence, Châteauneuf–sur-Isère – Carrière de L’Armailler » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/127658

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Lurol

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Marc Lurol

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search