Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202163 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – 1 rue Rabaness...

2021
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – 1 rue Rabanesse et rue Kessler

Opération préventive de diagnostic (2021)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2021 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) 1 rue Rabanesse et rue Kessler, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique est lié au projet de construction d’un immeuble dans un terrain de 921 m2 situé entre les rues de Rabanesse et Kessler à Clermont-Ferrand. Ce terrain regroupe trois parcelles dont deux ont déjà fait l’objet d’un diagnostic en 2012 dans le cadre de l’aménagement de la Zac Kessler-Rabanesse (Alfonso 2012). Aussi la présente intervention n’a-t-elle porté que sur la seule parcelle 313, de 470 m2, localisée en bordure de la rue Kessler. Une grande tranchée, de 17 m x 5,40 m et de 2,30 m à 3,10 m de profondeur, a été réalisée dans l’axe nord-sud de la parcelle (fig. 1). Sa surface à l’ouverture (91 m2) représente 9,77 % de la superficie totale des parcelles et 19,14 % de celle de la parcelle 313.

Fig. 1 – Localisation des principaux sites antiques reconnus dans l’environnement de l’opération sur fond cadastral

Fig. 1 – Localisation des principaux sites antiques reconnus dans l’environnement de l’opération sur fond cadastral

DAO : G. Alfonso, P. Combes (Inrap).

2Le substrat géologique n’a pas été atteint en raison du niveau élevé de la nappe phréatique, qui apparaît vers 2,60 m de profondeur. Un sondage ponctuel creusé jusqu’à 3,10 m a mis en évidence des dépôts sablo-argileux gris bleuté recelant des pierres et quelques fragments de tuiles. Ces dépôts sont recouverts par une couche compacte de petites pierres, de gravier et de petits fragments de tuiles, nappée ponctuellement par un lit de pouzzolane, destinée à assainir et à stabiliser le terrain humide. Ce niveau, qui constitue vraisemblablement le premier sol de circulation aménagé du secteur, a été mis en place au cours de la première moitié du iie s. apr. J.‑C. Il supporte une couche sableuse grisâtre témoignant d’un milieu humide sans doute lié à des débordements des ruisseaux environnants.

3Au-dessus de ces dépôts présents dans l’ensemble de la tranchée, on observe une stratigraphie différente de part et d’autre de la fondation d’un mur (M1002), probablement bâti à l’emplacement d’une limite plus ancienne. Au nord, la couche sableuse est surmontée par une épaisse couche charbonneuse renfermant des petites pierres et des fragments de tuile et de céramique, dont la nature est incertaine (destruction d’une structure en bois ?). Celle-ci est recoupée par un creusement à parois verticales et fond plat de 0,50 m de largeur évoquant une tranchée de récupération de mur.

4Au sud, la couche sableuse est recouverte par une série de strates de remblais compacts contenant beaucoup de mortier de chaux alternant avec des niveaux sableux gris, qui traduit à la fois la persistance d’un milieu humide et la volonté de l’assainir par l’apport de chaux et le rehaussement progressif du sol. Au sein de ces couches, s’intercale un niveau compact de gravier de pouzzolane, dont l’emprise de 1,60 m de largeur est parallèle à l’axe du mur M1002. À 0,70 m au nord de ce possible sol, se trouve un alignement de blocs de même orientation. Le mobilier céramique, provenant de l’ensemble des niveaux présents au nord comme au sud de la fondation du mur M1002, se rapporte toujours majoritairement à la première moitié du iie s., avec toutefois deux éléments qui pourraient être un peu plus tardifs et dater de la seconde moitié du iie s.

5Le mur M1002 (fig. 2) a été bâti à partir du niveau supérieur de cette séquence, vraisemblablement dans la seconde moitié du iie s. Orienté est-nord-est – ouest-sud-ouest, comme les deux murs mis au jour en 2012 dans la parcelle voisine, il possède une élévation de 0,50 m de largeur, caractérisée par des parements à petit appareil hexagonal (fig. 3). Les joints de finition en nid d’abeille sont parfaitement conservés du côté sud, car ils ont été protégés par un remblai rapporté rapidement après la construction de la maçonnerie. Ce remblai, qui supportait le sol contemporain du mur, est le dernier niveau gallo-romain qui soit conservé.

Fig. 2 – Mur M1002, coupe ouest et niveaux antérieurs à la construction du mur M1002, vers le nord-ouest

Fig. 2 – Mur M1002, coupe ouest et niveaux antérieurs à la construction du mur M1002, vers le nord-ouest

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

Fig. 3 – Vues redressées des faces sud et nord du mur M1002

Fig. 3 – Vues redressées des faces sud et nord du mur M1002

Clichés et DAO : M.-L. Thierry (Inrap).

6L’origine, naturelle ou anthropique, du phénomène qui a entraîné la disparition de la partie supérieure de séquence stratigraphique antique n’est pas établie. Dans l’ensemble de la tranchée, les vestiges antiques sont scellés par des colluvions et/ou des remblais limono-sableux de 1 m à 1,20 m de hauteur. Ils sont recoupés par la puissante fondation d’un mur est-ouest appartenant à un bâtiment datant probablement de la fin du xixe s. ou du xxe s. Mur et remblais sont recouverts par la couche de terre végétale formant le sol du jardin actuel.

7Les données recueillies au cours de ce diagnostic apportent de nouveaux éléments à la connaissance de ce secteur situé dans les marges sud de la ville, à proximité de la voie prolongeant le cardo maximus. À partir du début du iie s. apr. J.‑C., l’emprise explorée a fait l’objet d’aménagements visant à assainir le terrain humide, notamment en rehaussant le sol, afin d’établir une probable zone de circulation. Le caractère vraisemblablement public de ces travaux pourrait concerner également l’édification, dans la seconde moitié du iie s., d’un mur de construction soignée, qui se distingue par l’emploi de l’appareil hexagonal a priori réservé, à Augustonemetum, aux ouvrages publics. La fonction précise de ce mur n’est pas définie (délimitation d’une zone de circulation se développant au sud du mur ?), mais on peut observer qu’il est implanté selon une orientation est-nord-est – ouest-sud-ouest, comme les deux murs reconnus dans la parcelle voisine. Pour ces derniers, une relation éventuelle pouvait être établie avec une importante canalisation suivant la même orientation, mise au jour dans la cadre de deux fouilles réalisées à l’ouest de la voie nord-sud. Ce lien direct ne peut être fait pour le mur à appareil hexagonal, car celui-ci est positionné nettement au sud de l’axe de cette canalisation. En revanche, on peut observer qu’il se trouve à peu près dans le prolongement de la façade méridionale d’un îlot d’habitation fouillé plus à l’est, sur le site du Rectorat. Ces données permettent de supposer l’existence, dans ce secteur situé à l’est de la voie nord-sud, d’une trame urbaine est-nord-est – ouest-sud-ouest / nord-nord-ouest – sud-sud-est, peut-être liée à un axe de circulation secondaire.

Haut de page

Bibliographie

Alfonso G. 2012 : Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme, Auvergne) Zac Kessler-Rabanesse, phase 2, rapport de diagnostic archéologique, Clermont-Ferrand, Inrap.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des principaux sites antiques reconnus dans l’environnement de l’opération sur fond cadastral
Crédits DAO : G. Alfonso, P. Combes (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Fig. 2 – Mur M1002, coupe ouest et niveaux antérieurs à la construction du mur M1002, vers le nord-ouest
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Fig. 3 – Vues redressées des faces sud et nord du mur M1002
Crédits Clichés et DAO : M.-L. Thierry (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 453k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Clermont-Ferrand – 1 rue Rabanesse et rue Kessler » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/128134

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search