Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202163 – Puy-de-DômeCorent, Veyre-Monton – Zone sud-o...

2021
63 – Puy-de-Dôme

Corent, Veyre-Monton – Zone sud-ouest

Fouille programmée (2021)
Responsable d’opération : Matthieu Poux

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Université Lumières Lyon 2

Poux M. 2022 : Corent, zone sudouest, Puy de Corent/VeyreMonton (63), fouille programmée annuelle, rapport 2021, Lyon, (université Lumière Lyon 2).

Texte intégral

1La recherche et la caractérisation du ou des rempart(s) de l’oppidum de Corent s’inscrit au cœur du programme de recherches porté par le Luern depuis quatre ans. La campagne 2018 a marqué un tournant décisif dans un programme de recherches focalisé, depuis 2001 et jusqu’à 2017, sur le noyau central des agglomérations protohistoriques et antique qui s’y sont succédé entre le Néolithique moyen et le Haut‐Empire romain. De l’habitat fortifié néolithique à la ville romaine, en passant par l’habitat aggloméré du Bronze final, le hameau du premier âge du Fer et l’oppidum laténien, le cœur de ces agglomérations successives est désormais bien étudié et a déjà bénéficié de nombreuses publications.

Fig. 1 – Plateau de Corent

Fig. 1 – Plateau de Corent

2Un changement d’échelle est intervenu en 2015‐2016, avec la mise en œuvre de prospections pédestres systématiques sur une majeure partie des parcelles cultivées, conduites par Bertrand Dousteyssier en marge du projet Aypona porté par la MSH de Clermont‐Ferrand, qui incluait également une batterie d’études paléoenvironnementales, ainsi qu’un levé LiDAR du plateau et de ses abords. Elles y ont révélé la présence de marqueurs d’occupation de l’âge du Bronze final, de La Tène finale et d’époque romaine sur la presque totalité des secteurs prospectés, confirmant l’existence de plusieurs agglomérations superposées de grande ampleur, couvrant une surface minimale de 50 à 60 ha.

3Ces résultats ont conduit à envisager de nouvelles modalités d’exploration du site, visant à faire progresser nos connaissances de la dynamique et de l’organisation spatiale des occupations reconnues sur le plateau. Une première campagne de fouille annuelle, menée en 2018, a porté sur trois fenêtres distinctes, réparties sur la partie basse du plateau. Elle a notamment permis de caractériser les occupations périphériques de la source dite « Lac du Puy » et la mise au jour d’un bâtiment circulaire néolithique de type Orval‐Auneau. La recherche des fortifications a été abordée, la même année, par le biais d’une longue tranchée de sondage ouverte perpendiculairement à la rupture de pente du plateau, sur son versant nord‐ouest. Si les vestiges n’y apparaissaient pas moins nombreux que dans les autres fenêtres de fouille, ils étaient plus dégradés et moins explicites, nécessitant un élargissement de la fenêtre de fouille, réalisé en 2019 dans le cadre d’une deuxième campagne de fouille annuelle. Loin de clarifier la situation, elle a livré des vestiges encore plus dégradés, remettant en cause la potentielle conservation, sinon l’existence même d’un rempart sur ce versant du plateau.

4Eu égard à son importance pour la définition du site dans son ensemble, cette question s’est imposée comme un objectif prioritaire. Elle a motivé l’ouverture d’une nouvelle tranchée de sondages, initialement projetée en 2020 et reportée d’un an en raison de la situation sanitaire. Cette nouvelle campagne de fouille annuelle, objet du présent rapport, a eu lieu durant l’été 2021, du 25 juillet au 10 septembre.

5L’existence d’une potentielle enceinte fortifiée assurant la défense de l’oppidum est suspectée depuis le début des recherches sur le site au xixe s. Dans son article de synthèse publié en 1936, Auguste Perreau signale « le rempart éboulé qui existe encore sur presque tout son pourtour », dont proviendraient « un très grand nombre d’objets de toute nature [...] recueillis depuis une soixantaine d’années, soit à la surface du sol à la faveur de labours profonds pratiqués à chaque automne, soit parmi les éboulis et les pierrailles de l’enceinte. Quant aux découvertes antérieures au défrichement total, elles proviennent surtout des nombreuses vignes cultivées depuis des temps immémoriaux, qui couvrent les pentes de la montagne, et productrices d’un vin réputé. » (Perreau 1936, 7). Quelques années plus tard, Robert Terrisse (1942) décrit lui aussi « Les Murailles, ces murs très imposants [qui] semblent à première vue avoir été édifiés pour la défense du plateau [...] Ils ont servi et servent actuellement, en partie, de murs de soutènement des terres du plateau et de dépôt de moellons des pseudo‐tumuli, lorsqu’un paysan vient à en déménager un qu’il juge trop encombrant. » Dans les publications plus récentes, l’existence d’un rempart est tenue pour probable, bien qu’il n’ait jamais été mis en évidence de façon tangible par des recherches qui se sont jusqu’à présent focalisées sur la partie centrale du plateau.

6Apparues au début du xxe s., ces mentions anciennes faisant état du « rempart de Corent » ont été mises en doute dans la dernière décennie du siècle. Dans le cadre des prospections et des sondages qu’ils ont réalisés sur le site dans les années 1980‐1990, J. Collis et V. Guichard (1991 ; 1992) ont fait valoir, à juste titre, que sa présence n’est pas totalement assurée tant qu’elle n’aura pas été confirmée et surtout, datée par le bais d’investigations archéologiques concentrées sur les pierriers. Cette précaution de rigueur a amené certains lecteurs à en conclure que le site de Corent en est tout simplement dépourvu et ne saurait, de ce fait, être compté parmi les oppida du territoire arverne. Pourtant, J. Collis pas plus que V. Guichard ne songeaient à remettre en question le statut d’oppidum dont il bénéficie depuis le xixe s., que les fouilles menées de 2001 à 2016 ont amplement confirmé depuis.

7L’existence d’un rempart destiné à protéger la succession d’occupations identifiées à Corent fait, à vrai dire, très peu de doutes : en Basse Auvergne, la plupart des oppida et sites de hauteur contemporains en sont dotés (Gergovie, Bègues, Puy Saint‐Romain, Puy de Mur, Liozon...) et il serait surprenant que le plateau en ait été exempt, toutes phases d’occupation confondues, alors qu’elle constitue le plus petit dénominateur commun des sites de hauteur protohistoriques du Bronze final, du premier et du second âge du Fer. S’il est théoriquement possible que l’une ou l’autre des occupations reconnues à Corent ait été dépourvue de fortification, il est difficilement concevable que cette exception se soit répétée sur trois millénaires successifs. Pour s’en tenir au Bronze final et La Tène finale, l’hypothèse d’agglomérations de hauteur non fortifiées se heurte aux pratiques reconnues à l’échelle de toute la Protohistoire européenne et ne saurait être retenue a priori, en l’absence d’investigations plus poussées.

8Dans l’environnement proche du site, la caractérisation par Florian Couderc d’un site protohistorique fortifié sur le Puy Saint‐Romain en 2015 est venue relancer le débat. La mise en évidence d’un rempart parementé en pierres sèches, probablement présent dès le Bronze final 3b et encore en élévation durant La Tène A, confirme que ce type d’ouvrage se retrouve même sur les sites de superficie modeste, où il peut se dissimuler sous de très faibles reliefs (Couderc 2017). Ces observations ménageaient de solides perspectives pour le plateau de Corent, dont les contours, occupés par d’importants pierriers, n’avaient encore jamais fait l’objet de fouille ou de sondage.

9La réalisation, en 2013, d’un relevé LiDAR par les équipes de Géolab (université Blaise Pascal‐Clermont‐Ferrand, projet Aypona), puis d’un Modèle Numérique de Terrain détaillé par François-Xavier Simon en 2015, sont venues alimenter la discussion en mettant au jour de nombreux microreliefs linéaires en bordure du plateau, dont certains correspondant à des murs encore visibles au milieu de l’épaisse végétation recouvrant les pentes. Si certains de ces aménagements semblent correspondre à des murets de parcellaire ou de terrasse, relevant d’une activité agropastorale assez récente (xixexxe s.), leurs dimensions et celles des blocs qui en constituent les fondations sont néanmoins surprenantes. La disposition de certains tracés en bordure de plateau, dont l’assise atteint jusqu’à 10‐15 m de large et la hauteur dépasse par endroits les 2 m d’élévation, suggérant la présence sous‐jacente d’un ou de plusieurs ouvrage(s) de chronologie ancienne, repris et occulté(s) par les constructions d’époque moderne.

10Une avancée décisive est intervenue entre la rédaction du projet de fouille fin 2017 et le démarrage du chantier en juillet 2018, suite à la découverte, effectuée par Rémi Ranouil, dans le cadre d’un mémoire de Master 2 soutenu en juin 2018 (université Lumière Lyon 2), d’un « Plan du Puy de Corant et Soulaces », daté de 1777 et enregistré sous la cote AD‐MAP 1300 dans le fonds numérisé des archives du département du Puy-de-Dôme. D’auteur inconnu, ce plan en couleur, contemporain de l’Atlas de Trudaine et manifestement réalisé avec l’aide d’un géomètre, représente le découpage parcellaire du plateau, rattaché sous l’ancien régime à la Seigneurie de Chadieu. Il comporte, entre autres informations, une épaisse ligne de couleur marron qui épouse le tracé de la rupture de pente, décrite dans la légende dans les termes suivants : « ligne formant l’enceinte du haut du Puy de Corant ».

11Son mode de représentation, bien distinct des ombres soulignant les falaises qui bordent le plateau plus au nord, laissent peu de place à l’interprétation. « L’enceinte » en question correspond, selon toutes probabilités, à une construction anthropique qui délimitait le plateau et ce, antérieurement à sa mise en culture à la fin du xviiie s. Terminus ante quem qui invite, sans même avoir à tenir compte de la longueur et de l’épaisseur du trait, à écarter d’emblée l’hypothèse d’un simple muret à vocation agricole ou pastorale. Considérant que des décennies de ramassage et de fouille n’ont jamais livré le moindre indice d’occupation, ni même de fréquentation du plateau à l’époque médiévale, elle témoigne d’une volonté d’aménagement de sa rupture de pente à une période plus ancienne, vraisemblablement antique et/ou protohistorique. Elle écarte, dans tous les cas de figure, tout risque de confusion avec les nombreux murets de terrasse agri‐ et viticole en pierre sèche qui ont été construits successivement sur ses pentes durant les xixe et le xxs. Le recalage du plan sur SIG, assuré par la précision du parcellaire, demeuré pratiquement inchangé, dans ce secteur épargné par les opérations de remembrement survenues à la fin du xxe s., confirme que son tracé recouvre très précisément celui des anomalies topographiques linéaires et des pierriers mis en évidence par le levé LiDAR et les prospections.

12La campagne de fouille 2021, ouverte sur un versant du plateau potentiellement moins arasé que celui qui avait été exploré en 2018‐2019 sur son versant nord‐ouest, a largement porté ses fruits. La partie inférieure de son tracé, correspondant à l’extrémité aval de la tranchée amont TR1 et à l’intégralité de la tranchée aval TR2, s’est révélée particulièrement riche en vestiges, appartenant principalement aux époques protohistoriques (Bronze final, La Tène finale) et à l’époque moderne. Contrairement à la configuration rencontrée dans la partie basse du plateau, où les horizons d’habitat liés aux cinq agglomérations qui en marquaient le centre se superposent systématiquement, les structures mises au jour cette année sont bien dissociées d’un point de vue à la fois planimétrique, stratigraphique et chronologique. Seuls les aménagements et pierriers modernes sont présents dans les trois secteurs fouillés, les deux ouvrages empierrés du Bronze final et de La Tène finale étant quant à eux très éloignés spatialement, à une distance d’environ 80 m, de parement à parement.

Fig. 2 – Orthophotogrammétrie d’ensemble des vestiges de l’ouvrage empierré de La Tène finale

Fig. 2 – Orthophotogrammétrie d’ensemble des vestiges de l’ouvrage empierré de La Tène finale

Secteur 2‐2.

Clichés et DAO : D. Romeuf.

Haut de page

Bibliographie

Couderc F. 2017 : Découverte d’un nouveau site de hauteur fortifié du Bronze final 3 et du Premier Fer 3 : le Puy Saint‐Romain à Saint‐Maurice‐ès‐Allier (Puy-de-Dôme), Revue archéologique du Centre de la France, 56.

Guichard V., Collis J. 1992 : Puy de Corent. Rapport de la campagne de fouille de 1992, Projets de recherches « Auvergne Archaeological Survey » (Université de Sheffield) et « Le peuplement des Limagnes à l’âge du fer », Arafa, Veyre‐Monton.

Perreau A. 1936 : La station préhistorique et protohistorique de Corent, Revue des sciences naturelles d’Auvergne, 2, fasc. 1‐2, p. 20‐33.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plateau de Corent
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Titre Fig. 2 – Orthophotogrammétrie d’ensemble des vestiges de l’ouvrage empierré de La Tène finale
Légende Secteur 2‐2.
Crédits Clichés et DAO : D. Romeuf.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 698k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Poux, « Corent, Veyre-Monton – Zone sud-ouest » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/128209

Haut de page

Auteur

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Matthieu Poux

Université Lumière Lyon 2

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search