Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202163 – Puy-de-DômeLezoux – Rue de la Pradelle

2021
63 – Puy-de-Dôme

Lezoux – Rue de la Pradelle

Opération préventive de diagnostic (2021)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2021 : Lezoux (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) rue de la Pradelle, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique est lié au projet de construction d’un lotissement dans un terrain de 4 800 m2, situé en bordure sud-est du bourg de Lezoux (Puy-de-Dôme). Ce terrain se trouve à la périphérie du groupe d’ateliers de potiers antiques, dit de Saint-Taurin, et à une centaine de mètres à l’est d’une aire funéraire du Haut-Empire (site des Bombènes). Quatorze tranchées d’une surface totale de 664 m2 (13,82 % de la superficie de la parcelle) ont été réalisées (fig. 1).

Fig. 1 – Plan du diagnostic et de la fouille des Bombènes (vestiges antiques uniquement) sur fond cadastral

Fig. 1 – Plan du diagnostic et de la fouille des Bombènes (vestiges antiques uniquement) sur fond cadastral

D’après Bet 2020 et Alfonso 2021.

DAO : F. Muller (Inrap).

2Des vestiges gallo-romains structurés ont été mis au jour dans la bordure ouest de l’emprise (sondages 3, 6 et 7). Ils apparaissent à une profondeur de 0,35 m à 0,50 m, au sein de dépôts sablo-limoneux gris-brun incluant du mobilier gallo-romain. Ces dépôts recouvrent des sables gris stériles, oxydés et localement indurés, qui chapeautent le substrat sableux proprement dit, composé de sables beiges très meubles (terrasse Fs).

3Ces vestiges se signalent majoritairement par des concentrations de mobilier en terre cuite (fig. 2) correspondant à des fosses aux limites peu lisibles. Dix structures principales ont été reconnues. Deux fosses (F20 et F31), renfermant de gros tessons de céramiques communes, s’apparentent à des fosses de rejets domestiques. La fosse F31 livre ainsi plusieurs formes archéologiquement complètes de marmites tripodes, de pichet, de cruche et de dolium. Quatre petites fosses (F18, F19, F21, F27 et F33) révèlent des fragments de céramique fine et commune mêlés à des fragments de tuiles et des terre cuite artisanales. Une fosse (F26) contient essentiellement des petits blocs de grès et des fragments de tuiles. Enfin, deux structures accolées (F22 et F23) se caractérisent par un comblement charbonneux recelant de nombreux fragments de vaisselle brûlée dont une grande part en céramique sigillée. On soulignera la présence, dans ce lot, de petits plateaux quadrangulaires à décor moulé, formes très rares inspirées de modelés en argent produites à La Graufesenque au ier s. apr. J.‑C. (fig. 3). Au sein des deux fosses, la céramique est associée à des esquilles d’os brûlés (de faune et indéterminés) et à des restes carpologiques carbonisés, notamment de céréales, et, dans l’une d’entre-elles, à quelques fragments de verre, deux clous en fer et une monnaie en alliage cuivreux (as de Néron). Bien qu’elles n’aient pas été fouillées exhaustivement, ces deux structures peuvent être interprétées, en l’absence d’urne ou d’» offrande » non brûlée, comme des dépôts secondaires de résidus de crémation.

Fig. 2 – Exemples de céramiques sigillées issues des principales structures

Fig. 2 – Exemples de céramiques sigillées issues des principales structures

1-2, estampilles de QVINTVS sur bols Lez. 36 ; 3, estampille de RVFFVS sur bol Lez. 28 ; 4, estampille de DOCCALVS sur plat ou assiette Lez. 25 (?).

Clichés : A. Wittmann (Inrap).

Fig. 3 – Exemples de céramiques sigillées issues du dépôt secondaire de crémation F23

Fig. 3 – Exemples de céramiques sigillées issues du dépôt secondaire de crémation F23

Sigillée de La Graufesenque : 1-3, plateaux à anses et marlis moulés.

Clichés et DAO : A. Wittmann (Inrap).

4Les structures funéraires F22 et F23, ainsi que la fosse dépotoir F31, présentent un faciès céramique homogène de la fin du ier s. ou du début du iie s. apr. J.‑C., tandis que la plupart des autres fosses (F19, F20, F21, F27 et F33) paraissent un peu plus tardives (deuxième et troisième quarts du iie s.).

5Il est frappant de constater que toutes les structures se répartissent sur un axe nord-nord-est – sud-sud-ouest, sur une longueur totale de 57 m, ce qui semble traduire l’existence d’une limite parcellaire. Cela est confirmé, dans une certaine mesure, par la mise au jour de trous de piquets ou de poteaux dans le fond de deux ou trois structures. La lisibilité des structures au sein des dépôts sableux est si médiocre que l’on ne peut exclure que d’autres trous de poteaux n’aient pas été repérés. D’autre part, on peut observer que cette limite parcellaire supposée est conforme au découpage parcellaire antique (chemin et fossés) mis en évidence sur le site proche des Bombènes, également orienté nord-nord-est – sud-sud-ouest.

6L’implantation, sur un axe parcellaire, de fosses comblées de résidus de crémation constitue une nouvelle illustration de pratiques assez bien documentées, notamment dans le Puy-de-Dôme et l’Allier, visant à borner des limites de propriétés au moyen de dépôts à caractère funéraire.

7À l’est de cette limite, seuls des éléments de mobilier gallo-romain épars sont présents. Un fossé (F24) d’orientation différente, nord-nord-ouest – sud-sud-est, qui n’a pu être daté, faute de mobilier, a été recoupé.

8Les autres vestiges découverts se rapportent à la période moderne et contemporaine. Il s’agit de fosses d’extraction de sable (F28 à F30) au nord-ouest et de trous de plantation (F2 à F16), peut-être de vigne, au sud-est.

Haut de page

Bibliographie

Bet P. 2020 : Lezoux (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) Aperçus d’une occupation sur les marges du groupe des ateliers de Saint-Taurin : le terrain des Bombènes durant le Haut-Empire et le Haut Moyen Âge, rapport de fouille archéologique, Clermont-Ferrand, Inrap, 2 vol.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan du diagnostic et de la fouille des Bombènes (vestiges antiques uniquement) sur fond cadastral
Légende D’après Bet 2020 et Alfonso 2021.
Crédits DAO : F. Muller (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128324/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 637k
Titre Fig. 2 – Exemples de céramiques sigillées issues des principales structures
Légende 1-2, estampilles de QVINTVS sur bols Lez. 36 ; 3, estampille de RVFFVS sur bol Lez. 28 ; 4, estampille de DOCCALVS sur plat ou assiette Lez. 25 (?).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128324/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Fig. 3 – Exemples de céramiques sigillées issues du dépôt secondaire de crémation F23
Légende Sigillée de La Graufesenque : 1-3, plateaux à anses et marlis moulés.
Crédits Clichés et DAO : A. Wittmann (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128324/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Lezoux – Rue de la Pradelle » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 23 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/128324

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search