Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202163 – Puy-de-DômeRiom – Centre de détention

2021
63 – Puy-de-Dôme

Riom – Centre de détention

Opération préventive de diagnostic (2021)
Responsable d’opération : Fabrice Gauthier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2021

Numéro d’opération :

038992

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gauthier F. 2021 : Riom (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) centre de détention, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1L’intervention archéologique a comme limite d’emprise les hauts murs de l’ancien centre de détention désaffecté, situé à l’intérieur de l’enceinte urbaine médiévale de Riom, aujourd’hui disparue. L’établissement pénitentiaire s’était établi en grande partie sur les terrains occupés par le couvent des Cordeliers, dont subsistent l’église et le cloître (fig. 1). L’intervention archéologique a concerné d’abord, dans la partie sud-ouest, le secteur étroit situé entre l’église et le mur d’enceinte (secteur 1), puis, d’ouest en est, le jardin du cloître (secteur 2), la cour centrale, entourée de bâtiments d’époque contemporaine (secteur 3), et, enfin, l’ancienne promenade de la prison (secteur 4). Dans le secteur 1, les investigations ont permis de mettre à jour une maçonnerie située à l’emplacement d’un bâtiment du couvent accolé au sud de l’église, figuré sur un plan ancien.

Fig. 1 – Vestiges replacés sur un plan de masse par Rousseau (architecte xixe s.)

Fig. 1 – Vestiges replacés sur un plan de masse par Rousseau (architecte xixe s.)

DAO : A. Valérien (Inrap).

2Les principaux apports de l’opération archéologiques dans le secteur du cloître et au sud-ouest de la cour centrale sont de nature funéraire.

3Des sépultures sont attestées dans les trois tranchées positives du cloître (fig. 2), situées au sud-ouest, au nord-ouest et sud-est. Celle située au nord-est n’a pu atteindre les niveaux archéologiques, car la micropelle n’a pu traverser une dalle affleurant d’époque contemporaine, mais il est vraisemblable que le cimetière occupe la totalité du jardin du cloître. Les sépultures, parmi lesquelles figurent de nombreux immatures, apparaissent en moyenne à 0,8 m sous le sol actuel. L’épaisseur de cette séquence perçue dans un sondage profond est de 0,7 m, où une tombe a été identifiée. Un squelette reposait curieusement sous celui-ci, à 1,75 m de profondeur au contact du terrain naturel.

Fig. 2 – Vue générale des sépultures dans la tranchée 11

Fig. 2 – Vue générale des sépultures dans la tranchée 11

Secteur 2 : le cloître.

Cliché : F. Gautier (Inrap).

4Les sépultures identifiées au sud-ouest de la cour centrale (fig. 3) apparaissent, quant à elles, à environ 1,25 m sous le sol actuel. Elles occupent l’épaisseur du recouvrement sédimentaire jusqu’à l’apparition du substrat à 1,95 m de profondeur. Il est difficile d’évaluer l’extension de ce cimetière dans ce secteur, en raison des multiples travaux de construction liés à l’établissement des établissements pénitentiaires successifs, et, surtout, au remblaiement pour niveler une topographie bien différente de celle d’aujourd’hui. Ainsi, au nord-ouest, la stratigraphie de la tranchée 15 est constituée de 3 m de remblais hétérogènes sans que le terrain naturel n’ait été atteint.

Fig. 3 – Vue générale vers l’ouest de la tranchée 5

Fig. 3 – Vue générale vers l’ouest de la tranchée 5

Secteur 3 : la cour centrale.

Cliché : F. Gautier (Inrap).

5Le calage des vestiges archéologiques sur des plans anciens montre que deux murs identifiés dans les tranchées nord-est et sud-est appartiennent à des bâtiments de la prison aujourd’hui démolis.

6Des portions d’un important réseau hydraulique maçonné ont également été observées au sud-ouest de la cour centrale, mais également dans le cloître. Ces structures évoquent celles visibles dans le sous-sol de l’aile méridionale des bâtiments de la cour centrale construits dans la seconde moitié du xxe s.

7Dans le secteur oriental de l’emprise occupée par la promenade, des vestiges bâtis ont été identifiés dans trois des quatre tranchées. Seule la tranchée située au nord-ouest est négative avec des remblais d’époque moderne, observés sur 3,25 m d’épaisseur sans que l’on n’ait pu atteindre le terrain naturel. Ont pu être observés des caves, une rampe maçonnée conduisant à une galerie rupestre et un pilier de fondations maçonné. Dans la tranchée la plus orientale, les vestiges sont plus complexes. Ils apparaissent dans le complexe sédimentaire recouvrant le substrat. Il s’agit de quatre murs parmi lesquels un plus imposant orienté sud-ouest – nord-est ainsi que quelques structures en creux de type fosses. Notons qu’aucune corrélation entre les vestiges archéologiques de la promenade et le parcellaire antérieur à l’acquisition de ce quartier pour agrandir la prison n’apparaît clairement. Cela s’explique pour les structures souterraines et invisibles comme les caves et la galerie mais plus difficilement pour les vestiges bâtis les plus à l’est.

8Au final, les quatre secteurs investigués, correspondant ou non à l’ancien établissement monastique, se sont tous révélés positifs avec des variations quant à la nature, la complexité, le niveau d’apparition et la puissance des vestiges.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vestiges replacés sur un plan de masse par Rousseau (architecte xixe s.)
Crédits DAO : A. Valérien (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 599k
Titre Fig. 2 – Vue générale des sépultures dans la tranchée 11
Légende Secteur 2 : le cloître.
Crédits Cliché : F. Gautier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128394/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. 3 – Vue générale vers l’ouest de la tranchée 5
Légende Secteur 3 : la cour centrale.
Crédits Cliché : F. Gautier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128394/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Gauthier, « Riom – Centre de détention » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/128394

Haut de page

Auteur

Fabrice Gauthier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Gauthier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search