Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202163 – Puy-de-DômeThuret – Bourg de Thuret

2021
63 – Puy-de-Dôme

Thuret – Bourg de Thuret

Opération préventive de diagnostic (2021)
Responsable d’opération : Fabrice Gauthier

Entrées d’index

Année de l'opération :

2021

Numéro d’opération :

038949

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Gauthier F. 2021 : Thuret (Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes) bourg de Thuret, rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1L’emprise de l’intervention est située au centre du bourg de Thuret, aux abords ouest, sud et est de l’église. Elle faisait partie intégrante d’un prieuré dépendant de l’abbaye de Saint-Alyre de Clermont. Les bâtiments prieuraux se développaient au nord, à l’emplacement de la mairie actuelle. La paroisse est très active, notamment par la dévotion à Saint-Bénilde, un frère des écoles chrétiennes, natif de Thuret, décédé en 1868 et canonisé en 1967 par Paul VI.

2Le projet de réaménagement des abords de l’église, occupé par un dallage côté sud et des arbres, et par des sols en terre, est à l’origine de cette intervention archéologique. Quatre sondages échantillonnent le terrain (fig. 1). Le premier résultat est la bonne conservation des tombes peu profondes. Côté sud, elles affleurent à une quinzaine de centimètres sous le sol actuel.

Fig. 1 – Localisation des vestiges archéologiques sur fond cadastral

Fig. 1 – Localisation des vestiges archéologiques sur fond cadastral

DAO : Inrap.

3Les argiles en place qui constituent le terrain naturel, également peu profond à l’est, sont entaillées par des sépultures, certaines jusque 1 m de profondeur. Plusieurs ont une cavité céphalique de forme carrée. L’une d’entre elle est taillée sur cinq faces, comme une niche (fig. 2). Les fosses sépulcrales partiellement dégagées, mais non fouillées, sont orientées ouest-sud-ouest – est-nord-est, sauf celles dans le sondage 3 au sud, qui semblent plus récentes. Ces dernières sont alignées est-ouest parallèlement au mur goutterot sud. Le faible recouvrement au-dessus des tombes rupestres suppose une troncature des niveaux plus récents du cimetière, notamment à l’est et au sud.

Fig. 2 – Sondage 1 : sépultures

Fig. 2 – Sondage 1 : sépultures

SP9, installée en partie sur une tombe rupestre d’enfant. L’extrémité ouest est une logette céphalique entièrement rupestre, une « niche » de cinq faces taillées dans le terrain naturel. SP42, qui réutilise un grand fragment de sarcophage en trachyte. Le sommet de la paroi droite d’une cuve en trachyte est constitué d’au-moins deux grands fragments restaurés avec du mortier de chaux

Cliché : F. Gauthier (Inrap).

4Au sud-est, l’ancien bâtiment des pompiers et le monument aux morts n’ont pas détruit la totalité du cimetière conservé. On note que l’extension du cimetière ne s’étend pas au-delà de l’axe du mur goutterot nord, soit un peu plus vers le nord que la limite figurée sur le cadastre ancien et qui correspond à l’axe longitudinal de l’édifice. La chronologie est difficile à établir en raison de la rareté du mobilier. Quelques tessons de céramique trouvés dans deux tombes rupestres à cavités céphaliques suggèrent qu’elles appartiennent à la fourchette viie-xe s.

5Au nord-ouest du cimetière, on trouve des structures circulaires, de possibles silos ou des fosses polylobées, comblées avec des matériaux en terre brûlée. Aucun ossement en position secondaire n’a été observé, ce qui confirme l’ancienneté de la limite funéraire.

Fig. 3 – Sondage 2 : sépulture SP 42

Fig. 3 – Sondage 2 : sépulture SP 42

Dalle du couvercle et crâne dans la coupe.

Cliché : M. Heppe (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Localisation des vestiges archéologiques sur fond cadastral
Crédits DAO : Inrap.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 2 – Sondage 1 : sépultures
Légende SP9, installée en partie sur une tombe rupestre d’enfant. L’extrémité ouest est une logette céphalique entièrement rupestre, une « niche » de cinq faces taillées dans le terrain naturel. SP42, qui réutilise un grand fragment de sarcophage en trachyte. Le sommet de la paroi droite d’une cuve en trachyte est constitué d’au-moins deux grands fragments restaurés avec du mortier de chaux
Crédits Cliché : F. Gauthier (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128444/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 3 – Sondage 2 : sépulture SP 42
Légende Dalle du couvercle et crâne dans la coupe.
Crédits Cliché : M. Heppe (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/128444/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Gauthier, « Thuret – Bourg de Thuret » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 15 novembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/128444

Haut de page

Auteur

Fabrice Gauthier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Gauthier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search