Navigation – Plan du site
2008

Chassenon – Thermes de Longeas (aqueduc principal)

Responsable(s) des opérations : Gabriel Rocque
Notice rédigée par : Gabriel Rocque

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204324

Date de l'opération : 2008 (EX)
Inventeur(s) : Rocque Gabriel (COL)

1En 2008, une quatrième campagne de fouille a été menée sur la branche principale de l’aqueduc de Cassinomagus.

2Après avoir étudié le pont aqueduc et ses structures adjacentes, l’objectif des fouilles 2008 était triple :

3  • sonder une zone interprétée comme le possible captage de l’aqueduc ;

4  • caractériser les modes de construction de l’aqueduc enterré ;

5  • comprendre la jonction entre les parties aériennes et enterrées de l’aqueduc.

6Une hypothèse concernant le captage a été émise en 2007 par Cécilia Bobée (Bobée, Cécilia. 2007), suite à une étude géophysique, localisant une zone potentielle à environ 1 km des thermes. Deux sondages y ont été entrepris pour vérifier cette hypothèse.

7Les vestiges mis au jour contredisent les observations géophysiques :

8  • la trace rectiligne observée en prospection et interprétée comme l’aqueduc est en réalité un fossé protohistorique (datation céramique en cours) creusé dans la roche. Large de 1,85 m à son ouverture, profond de 0,72 m, il est taillé en V à fond plat. Ce fossé n’a été que très partiellement fouillé, mais il est identifié sur une longueur minimale de 32 m. Il s’interrompt alors brutalement ;

9  • l’aqueduc est bel et bien présent dans l’un des sondages, mais correspond à une anomalie géophysique non interprétée qui s’interrompt. Le canal est alors creusé dans la roche et recouvert d’une voûte en pierre et en mortier. Seule la voûte extérieure a été étudiée. La découverte intéressante a été la mise en évidence de cette maçonnerie venant s’appuyer contre un ressaut de la roche attestant que le canal se poursuit creusé en tunnel et alors non détectable par les moyens géophysiques mis en œuvre ici.

10Ce premier sondage a donc permis de montrer que le captage de l’aqueduc est à chercher au-delà et laisse poser la question de l’origine de l’eau. Par ailleurs, un nouveau mode de construction de l’aqueduc reste à étudier : le tunnel.

11Deux autres sondages ont été réalisés à l’emplacement de points connus de l’aqueduc enterré. Ils ont ainsi permis de déterminer avec précision ses modes de construction.

12Ces deux sondages présentent des caractéristiques communes.

13Le canal mesure 0,50 m de large pour 0,60 m de haut. Deux piédroits surmontent le canal. L’ensemble est protégé par une voûte (Fig. n°1 : Coupe transversale de l'aqueduc enterré de Cassinomagus  ).

14Et quelques différences notables. La constitution du canal. À l’est, le canal est coulé en béton grossier formant les parois et le fond ; tandis qu’à l’ouest il est composé de dalles massives d’impactite (environ 0,60 m de haut, 0,50 m de large et 1,75 m à 2,80 m de long) formant les côtés du conduit, le fond étant la roche naturelle.

15Les dimensions de la voûte. À l’est, les deux piédroits sont construits en retrait par rapport au canal (hauteur sous voûte : 2,01 m ; largeur entre les deux piédroits : 0,90 m).

16A l’ouest, les deux piédroits sont alignés au bord des dalles formant le canal (hauteur sous voûte : 1,80 m ; largeur entre les deux piédroits : 0,45 m).

17Un dernier sondage a permis l’étude de la jonction entre les parties enterrées et aériennes.

18Cette jonction est assurée par un mur supportant la canalisation qui se prolonge ensuite au sommet d’un pont. Le mur mesure 32 m de long et 2,40 m de large et a été extrêmement arasé par les différentes occupations agricoles et forestières. Il n’en reste bien souvent que les fondations, mais quelques traces d’élévations ont pu être mises en évidence.

19Au niveau de la jonction entre la partie enterrée et ce mur bahut, un bassin de décantation ou de trop-plein des eaux a été fouillé. De taille modeste (2,10 m x 1,40 m), le bassin est légèrement excentré de l’axe de l’aqueduc vers le sud. Il est composé d’un béton de tuileau, enduit de mortier hydraulique.

20La campagne 2008 a donc enfin permis de découvrir et de comprendre l’aqueduc enterré qui était connu, mais jamais réellement étudié.

21ROCQUE Gabriel

Haut de page

Bibliographie

Bobée, Cécilia. 2007 : Étude de la ressource en eau et de sa gestion dans l’agglomération gallo-romaine deCassinomagus (Chassenon, Charente), thèse de doctorat.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Coupe transversale de l'aqueduc enterré de Cassinomagus 

Fig. n°1 : Coupe transversale de l'aqueduc enterré de      Cassinomagus 

Auteur(s) : Coelho, B.. Crédits : Coelho, B (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Coupe transversale de l'aqueduc enterré de Cassinomagus 
Crédits Auteur(s) : Coelho, B.. Crédits : Coelho, B (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Gabriel Rocque, « Chassenon – Thermes de Longeas (aqueduc principal) », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 18 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1290

Haut de page

Responsable d'opération

Gabriel Rocque

COL

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals