Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire198918 – CherBruère-Allichamps – Le Vieux Cime...

1989
18 – Cher

Bruère-Allichamps – Le Vieux Cimetière et les Varnes

Sauvetage urgent (1985, 1989)
Responsables d'opération : Hervé Barbé et Ulysse Cabezuelo

Texte intégral

1Ce site funéraire, implanté à proximité de la voie antique Bourges-Néris-Clermont et l’agglomération antique de Bruère, est connu depuis le xviiie s. et a fait l’objet de fouilles ponctuelles dans les années 1940 puis 1960. Le projet d’ouverture d’une carrière a nécessité en 1985 la réalisation de sondages qui ont confirmé la présence de sépultures. En 1989, l’extension de la carrière a entraîné le décapage d’une très grande superficie, qui a livré 1 163 structures dont 1 156 sépultures échelonnées du Bas-Empire au xviie s. (Baillieu, Cabezuelo 1989). La totalité de la nécropole n’a cependant pas été fouillée : elle devait se prolonger vers le nord et le nord-ouest, jusqu’au prieuré Saint-Étienne d’Allichamps autour duquel d’autres sépultures ont été mises au jour.

2La nécropole gallo-romaine est représentée par deux groupes de sépultures. Le premier compte 24 tombes, auxquelles s’ajoutent quelques individus examinés dans la coupe de la carrière. Ces inhumations, orientées nord-sud, ont été pratiquées en cercueils de bois cloués, déposés dans de grandes fosses rectangulaires dont la profondeur atteint 80 à 90 cm (fig. 1). Très souvent, des pierres en grès étaient déposées à chaque angle, certaines tombes présentant un alignement plus régulier de grandes pierres rectangulaires. Les clous retrouvés aux angles sont les plus longs (10 à 12 cm), tandis que plus longs (10 à 12 cm), tandis que les clous des couvercles sont plus courts. Chaque tombe présente de la vaisselle en céramique, déposée à l’intérieur du cercueil, à la tête ou aux pieds. Ce mobilier, parmi lequel on note un vase décoré à l’éponge (S. 594), appartient à la fin du ive s. et au début du ve s. Il est complété par deux cruches en verre dites « diota » (S. 599, S. 625) et un certain nombre de monnaies. Les unes étaient conservées dans une bourse déposée au niveau du bassin, six autres dans la main du défunt tandis que dans plusieurs cas, des monnaies avaient été jetées sur le corps avant la fermeture du cercueil. Les monnaies identifiées appartiennent au règne de Valentinien II (378-383 apr. J.-C.).

Fig. 1 – Le Vieux cimetière et les Varnes

Fig. 1 – Le Vieux cimetière et les Varnes

H. Barbé, U. Cabezuello.

3À l’est de ce premier groupe, une grande fosse rectangulaire contenant le squelette d’un cheval, non ferré, a été fouillée. En l’absence de tout élément de datation, son attribution à l’époque gallo-romaine demeure hypothétique.

4Le second groupe examiné rassemble une vingtaine de sépultures situées plus au nord, le long de la voie, et dont l’orientation est est-ouest, tête à l’ouest. Si le mode d’inhumation demeure identique, le mobilier en revanche n’est présent que dans trois sépultures : un vase déposé à l’extérieur du cercueil, à droite du crâne (S. 1061), une petite fiole déposée dans une fosse (S. 1121) de 30 cm de profondeur accolée à la tombe 1061, enfin une cruche en céramique commune de la fin du ive s. dans la S. 1008 qui a également livré trois monnaies déposées dans la main gauche. Trois sarcophages rectangulaires en calcaire crayeux (S. 776, S. 797, S. 830), dont l’un présentait un lot de cinq monnaies de la fin du ive s., appartiennent à cette même phase de transition entre les pratiques du Bas-Empire et celles de l’Époque mérovingienne. Enfin, on peut noter qu’un couvercle de sarcophage de type monumental du Haut-Empire a été transformé en cuve. En forme de demi-colonne, ce couvercle présentait l’inscription suivante :

D. ET. MEM. M. MARTIDIO VIXXIT AN XI.

5La première phase de la nécropole mérovingienne, dont neuf tombes recoupent des sépultures antérieures, est constituée de fosses ovoïdes, peu profondes (de 20 à 40 cm), orientées est-ouest. Une seule inhumation habillée a été observée, elle a notamment livré une boucle de ceinture ovale, accompagnée d’une plaque-rivet scutiforme en bronze, ainsi qu’une lame de poignard avec des éléments du fourreau. L’ensemble du mobilier appartient au début du vie s. Dans une autre tombe, une perle en pâte de verre bleue, datée du ve s. ou du début du vie s., a été découverte. Parmi les sépultures mérovingiennes, on note la présence d’une dizaine de coffres en pierres sèches pour lesquels tout élément de datation fait défaut. Orientés est-ouest, ces coffres forment un alignement et on peut supposer qu’il s’agit d’une même famille ou tout au moins d’un petit groupe contemporain. Parmi eux, la sépulture 162 se distingue par la présence d’une croix taillée sur une pierre quadrangulaire.

6La seconde phase d’inhumation du haut Moyen Âge se caractérise par l’emploi de sarcophages trapézoïdaux, regroupés en plusieurs points du site et notamment en bordure d’une petite haie, matérialisée par un creusement d’une dizaine de centimètres de profondeur sur trente de large, qui a limité la nécropole dans sa partie sud-est. Cette haie rejoignait probablement le fossé nord-sud, creusé au Bas-Empire, qui fermait la nécropole à l’est et, dans sa première extension, au sud.

7Un seul sarcophage trapézoïdal, dont la tête est en forme d’abside, renfermait une agrafe à double crochet d’un type courant du ive s. au viie s. inclus. Cependant, une bague de la fin du viie s. ou du début du viiie s. a été retrouvée dans une tombe en pleine terre qui semble associée à un groupe de sarcophages orientés sud-ouest – nord-est.

8Malgré le manque d’indices chronologiques, il est probable que les inhumations se sont poursuivies tout au long de l’époque carolingienne, comme le suggère le fort degré de réutilisation des sarcophages. À ces inhumations successives, on peut associer les remplois de matériaux gallo-romains et mérovingiens, tels que des stèles ou des fragments de parois et de couvercles de sarcophages réutilisés dans la construction de coffres. Deux types de stèles sont présents : les stèles gallo-romaines à acrotères de tradition locale et les stèles mérovingiennes caractérisées par la croix et la roue, symboles chrétiens de tradition germanique Enfin, on note la présence de deux coffres de tegulae (fig. 2) de plan et de section rectangulaires, qui présentent des imbrices de tradition antique mais aucun mobilier (S. 745 et S. 749). On peut sans doute les associer au coffre de tegulae en bâtière (S. 746), qui est une sépulture d’enfant en bas-âge accompagnée d’un collier de trente-deux perles cylindriques en pâte de verre striées et de deux bracelets.

Fig. 2 – Sépulture sous tegulae

Fig. 2 – Sépulture sous tegulae

1, tegulae ; 2, limite supérieure du creusement ; 3, limite inférieure du creusement.

H. Barbé, U. Cabezuello.

9Dans la partie nord du Vieux Cimetière, la poursuite des inhumations au Moyen Âge et à l’époque moderne est marquée par l’emploi de cercueils, orientés est-ouest, et le creusement de tombes en pleine terre. L’utilisation de cercueils est attestée dès le xiiie s. et se poursuit jusqu’au début du xviie s. Deux d’entre eux renfermaient des monnaies de la fin du xvie s., l’une de Henri III (1575-1589), l’autre de Charles X, cardinal de Bourbon (1590-1594).

10La fouille a donc montré la longue utilisation funéraire de ce site, qui s’est déplacé vers le nord à partir du ive s., peut-être en raison de l’existence d’un lieu de culte implanté ou non à l’emplacement du prieuré médiéval.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Le Vieux cimetière et les Varnes
Crédits H. Barbé, U. Cabezuello.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 2 – Sépulture sous tegulae
Légende 1, tegulae ; 2, limite supérieure du creusement ; 3, limite inférieure du creusement.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/12962/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Barbé, Ulysse Cabezuelo, « Bruère-Allichamps – Le Vieux Cimetière et les Varnes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 01 mars 1991, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/12962

Haut de page

Auteur

Ulysse Cabezuelo

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Hervé Barbé

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Ulysse Cabezuelo

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search