Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire199128 – Eure-et-LoirChartres – 28 rue du Faubourg-Gui...

1991
28 – Eure-et-Loir

Chartres – 28 rue du Faubourg-Guillaume

Sauvetage urgent (1990-1991)
Responsables d'opération : Olivier Ruffier et Michel Baillieu

Texte intégral

Date de l'opération : 1990 - 1991 (SU)
Inventeur(s) : Ruffier Olivier ; Baillieu Michel

1La première phase d'occupation du terrain situé 28, rue du Faubourg Guillaume [ (Fig. n°1 : Chartres : plan général. Localisation des principales fouilles et observations depuis 1979), site O] remonte au début du Ier s. apr. J.-C. Elle est représentée par un ensemble de structures légères (solins de pierre, murs en pans-de-bois hourdés de torchis) situées dans la partie sud du terrain. Ces constructions sont limitées à l'ouest par des sols extérieurs empierrés, qui pourraient être attribués, sous réserve de vérifier leur extension sur les parcelles limitrophes, à une voie de direction nord-sud.

2À partir du milieu du Ier s., se développe un quartier d'habitations (phase 2) composé de deux ensembles distincts reliés entre eux par une vaste cour de 8 m de long. Un premier bâtiment, de plan rectangulaire, prend appui sur les derniers niveaux empierrés. À l'extrémité nord du secteur, un second groupe d'habitations, comprend des pièces rectangulaires sur hypocauste (long. 10 m et 15 m). Plusieurs structures construites (cave, puits, etc.) complètent cet ensemble. De nombreux aménagements internes ont été mis en évidence, tant dans le secteur nord que dans le secteur sud. Ils témoignent de l'évolution progressive de la domus entre le milieu du Ier s. et la fin du IIe, époque où elle est abandonnée. La fouille du secteur nord-ouest de la parcelle a révélé une série de structures isolées (fosses, dépotoirs, silos, bassins), dont les remplissages indiquent un abandon à la fin du IIe s. ou au tout début du IIIe. L'un des puits du secteur central est comblé avec un ensemble homogène de fragments de peintures murales provenant de la démolition d'une paroi. La concentration, à l'ouest des sols extérieurs empierrés, de structures liées à l'habitat, confirme une utilisation différente de l'espace de part et d'autre de cet empierrement.

3Après une période d'abandon dont il est difficile de préciser la durée, le site est à nouveau occupé par deux bâtiments sur poteaux (hangars, lieux de stockage? -phase 3). Il s'agit probablement de constructions en bois de très grandes dimensions, dont il ne restait que les supports en grès ladères, installés dans les niveaux de remblais de la domus.

4Dans la partie nord-ouest du terrain, deux ensembles funéraires distincts (phase 4) recoupent les fosses et dépotoirs de la phase 2. Le premier consiste en un dépôt secondaire dans une fosse (?) d'ossements humains provenant d'au moins six individus adultes, masculins ou de stature robuste, et d'un adolescent. Dans le remblai qui accompagne ces ossements se trouvait un fragment de verre caractéristique de la période mérovingienne (fin Ve ou début VIe s.). Le deuxième ensemble correspond à une douzaine de sépultures, dont une partie en espace vide et l'autre en espace colmaté. Il s'agit de neuf adultes, un enfant de 1 à 5 ans et un adolescent de 15-20 ans. Parmi les adultes, on dénombre six femmes, un homme et deux personnes de sexe indéterminé. Aucune indication historique ne permet d'identifier cet ensemble funéraire. Aucune chapelle, abbaye ou cimetière ne sont connus dans ce secteur. Le faubourg Guillaume est mentionné, durant le Moyen Âge, comme un lieu de marché (perreya comitis et mercatum perrarum. Cart. de N.-D., vers 1300) et il semble que la Porte Guillaume soit l'aboutissement privilégié de la route de Paris.

5Les dépôts ultérieurs sur le site sont constitués essentiellement de terre végétale dans laquelle les éléments de datation sont inexistants. Aucune occupation médiévale ou moderne n'a été observée. Le plan de la ville de Chartres, restitué pour 1750 et publié en 1860, indique à l'emplacement de la fouille un « Jardin Royal ». Pour la parcelle située immédiatement à l'est du terrain du faubourg Guillaume, mais de l'autre côté du bras de rivière dénommé le Petit Bouillon, le cartulaire de Notre-Dame (vers 1300) place dans ce secteur « La Mothe ». Le plan de 1860 reprend cette mention « La Motte ».

6Au milieu du XIXe siècle, dans le quartier du Faubourg Guillaume, s'installe une usine à gaz. Au numéro 28, elle comporte dans les années 1950, différents dispositifs de production et un gazomètre enterré de 8000 m3.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Chartres : plan général. Localisation des principales fouilles et observations depuis 1979

Fig. n°1 : Chartres : plan général. Localisation des principales fouilles et observations depuis 1979

Auteur(s) : Joly, Dominique. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Chartres : plan général. Localisation des principales fouilles et observations depuis 1979
Crédits Auteur(s) : Joly, Dominique. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/13265/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Ruffier, Michel Baillieu, « Chartres – 28 rue du Faubourg-Guillaume » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/13265

Haut de page

Auteurs

Olivier Ruffier

Articles du même auteur

Michel Baillieu

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Olivier Ruffier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Michel Baillieu

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search