Navigation – Plan du site
2008

Antigny – La grotte du Taillis des Coteaux

Responsable(s) des opérations : Jérôme Primault
Notice rédigée par : Jérôme Primault

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204061

Date de l'opération : 2008 (FP)

1Le Taillis des Coteaux à Antigny (Vienne) est une grotte inédite, découverte lors d’une prospection en 1998 et fouillée depuis 2000. Elle conserve une imposante stratigraphie avec une séquence chrono-culturelle exceptionnelle, comprenant la quasi-totalité du Paléolithique supérieur, depuis l’Aurignacien jusqu’au Magdalénien moyen en passant par le Gravettien, le Solutréen, le Badegoulien et le Magdalénien inférieur. 

Une exceptionnelle stratigraphie du Paléolithique supérieur

2La grotte du Taillis des Coteaux fut découverte lors d’une prospection en décembre 1998 par Jean Airvaux (service régional de l’Archéologie du Poitou-Charentes) et Bruno Paul (spéléoclub Poitevin) (Primault, 2003). Entièrement comblée, son entrée actuelle ne se signalait que par l’épandage de déblais de terriers de fouisseurs au pied d’un petit aplomb calcaire. Les dimensions réelles de la cavité sont encore difficiles à cerner étant donné son état de comblement : il reste en moyenne une trentaine de centimètres entre le plafond et le sommet du remplissage. Les explorations menées jusqu’alors montrent qu’elle s’étend plutôt en profondeur, sur au moins une trentaine de mètres (et probablement beaucoup plus), et qu’elle n’excède pas 12 m de largeur, soit une surface évaluée entre 300 et 360 m2 . En avant de la grotte s’étend un important talus qui vient au contact de la terrasse alluviale récente à 30 m en contrebas de l’entrée de la cavité.

La séquence chrono-culturelle

3Parmi les huit grands ensembles stratigraphiques définis, cinq renferment un à plusieurs niveaux paléolithiques (Primault et al., 2007a) :

4   - L’ensemble I coiffe la stratigraphie. Entièrement bouleversé par l’activité des fouisseurs, il livre un mobilier archéologique provenant à la fois des niveaux magdaléniens de l’ensemble II sous-jacent de même qu'une centaine de restes humains du Néolithique récent/final (datation 14 C AMS : 4 185 ± 45 BP ; GrA-24711).

5   - L’ensemble II a été reconnu sur une surface globale de presque 50 m2 correspondant à l’entrée de la grotte et à son talus.

6Dans la grotte, l’ensemble II, fouillé sur 25 m2 , conserve au moins sept niveaux dont les mieux documentés (IIe, IIf et IIg) s’apparentent au Magdalénien moyen (le niveau EG-IIg est datée à 14 630 ± 70 BP, Ly-3876) (Primault et al., 2007b).

7L’industrie lithique est caractérisée par la présence de lames de grand gabarit (une vingtaine de cm de long pour 2 à 3 cm de large), très probablement débitées hors du gisement et utilisées comme supports de burins dièdres et de grattoirs. Un débitage de lamelles, effectué en partie dans la grotte, est destiné à la production de grandes lamelles à dos à extrémités tronquées. L’industrie osseuse est relativement variée et comprend notamment une sagaie de type Lussac-Angles et des fragments de sagaies rondes rainurées. Quelques éléments de parure en coquillage ont été identifiés, accompagnés de craches de cerf perforées. Une petite plaquette calcaire gravée sur les deux faces (un cheval et un possible renne) complète ce cortège archéologique. La faune chassée est essentiellement composée de restes de rennes (plus de 70 % des restes déterminés) et d’un peu de cheval.

8   - L’ensemble III, identifié uniquement dans le talus de la grotte sur 0,75 m d’épaisseur, renferme cinq fins niveaux archéologiques plus ou moins distinctement séparés. Le niveau supérieur  (AG-IIIa) est daté autour de 17 000 BP (Primault et al., 2007a et 2007b). Il est marqué par une industrie lithique presque uniquement orientée vers la production de micro-lamelles à dos aboutissant à l’abandon de petits nucléus carénés et des nombreux déchets de taille afférents. La présence d’autres types d’outils de silex est exceptionnelle. L’industrie osseuse est relativement pauvre et monotone : quelques sections de sagaies rondes dont une seule porte trois courtes et peu profondes rainures à sa base (en AG-IIIc)  (Fig. n°1 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval) et (Fig. n°2 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval ) . La faune chassée, comme dans tous les niveaux archéologiques actuellement fouillés sur le site, est très nettement dominée par le renne (de 80 à 88 % des restes déterminés). Le cheval et le bison sont présents mais rares.

9   - L’ensemble IV est strictement stérile.

10   - L’ensemble V n’a pour le moment été observé que dans le sondage S-2000 (sur 4 m2 ). Épais d’une trentaine de cm, il renferme au moins trois niveaux archéologiques d'un Badegoulien à raclettes, daté par AMS à 18 140 ± 85 BP (Ly-2639).

11   - L’ensemble VI n’a lui aussi été observé que dans le sondage S-2000. Épais de 0,60 m à 0,70 m, il renferme au moins sept niveaux archéologiques, les niveaux supérieurs se rapprochant plutôt du Solutréen (20 870 ± 105 BP - Ly-2640), les suivants appartenant à différentes phases du Gravettien, dont une phase à burins de Noaïlles et une à burins du Raysse datée à 24 950 ± 135 BP (Ly-2642).

12   - L’ensemble VII est le dernier ensemble archéologique atteint dans le sondage S-2000. Actuellement fouillé sur 3 m2 , il comprend un niveau unique (VIIa) avec une industrie lithique se démarquant bien des niveaux sus-jacents. Elle évoque une phase récente de l’Aurignacien que semble confirmer le résultat d’une datation par AMS de 29 840 + 210 BP (Beta-210191) et livre une série de petites lamelles torses à retouche marginale inverse évoquant volontiers des lamelles type Roc-de-Combe Le tout repose sur un ensemble VIII, strictement stérile, composé d’un limon dolomitique résultant très probablement de l’altération du rocher bajocien sous-jacent.

Perspectives

13La découverte d’une telle stratigraphie est exceptionnelle à plus d’un titre. Tout d’abord, elle se caractérise par l’ampleur de la chronologie conservée : de l’Aurignacien jusqu’au Magdalénien moyen. Par ailleurs, les fouilles ont permis de mettre en évidence des niveaux bien développés d’industries originales datées autour de 17 000 BP, comprises entre le Badegoulien et le Magdalénien moyen, inconnues dans la région considérée et qui pourraient marquer les premiers temps du Magdalénien.

14Enfin, le caractère exceptionnel de cette stratigraphie confère au site du Taillis des Coteaux une importance scientifique de premier ordre en raison aussi de son extension potentielle, la surface minimale du site étant actuellement estimée entre 400 m2 et 460 m2 , sur plus de 5 m d’épaisseur.

15PRIMAULT Jérôme

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval

Fig. n°1 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval

Auteur(s) : Airvaux, Jean (MCC). Crédits : Airvaux, Jean (2008)

Fig. n°2 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval

Fig. n°2 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval

Auteur(s) : Airvaux, Jean (MCC). Crédits : Airvaux, Jean (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval
Crédits Auteur(s) : Airvaux, Jean (MCC). Crédits : Airvaux, Jean (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1327/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Fig. n°2 : Niveau EG-IIg (Magdalénien moyen) : plaquette calcaire gravée d'un cheval
Crédits Auteur(s) : Airvaux, Jean (MCC). Crédits : Airvaux, Jean (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1327/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jérôme Primault, « Antigny – La grotte du Taillis des Coteaux », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1327

Haut de page

Responsable d'opération

Jérôme Primault

MCC

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals