Navigation – Plan du site
2008

Riom – ZA de Layat

(2008-2009)
Responsable(s) des opérations : Camille Scaon
Notice rédigée par : Camille Scaon

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) : http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=3.071;45.865;3.184;45.923

1Le site de Riom-ZA de Layat fut fouillé dans le cadre de l’agrandissement de la zone artisanale entre le 22 septembre et le 31 octobre 2008.

2Localisé en bordure est de la Grande Limagne, zone où fut mis au jour l’essentiel des sites archéologiques de cette période, la commune de Riom a livré deux autres gisements. Le premier, situé au lieu-dit Peer II, fut fouillé par Gilles Loison en 1991 et apparaît comme contemporain du site de la ZA de Layat. Plus récemment, en 2008, une fouille dirigée par Audrey Pranyies (Archeodunum) a mis au jour une installation bien datée du second âge du Fer au lieu-dit Le Couriat.

3Les structures découvertes sur le site de Riom-ZA de Layat, caractérisées majoritairement par des creusements, témoignent d’une installation, certainement maintes fois remaniée, du Bronze ancien et moyen. Les bâtiments ainsi reconnus forment au sol des ensembles de plans rectangulaire ou trapézoïdal. Leurs architectures et les comblements des structures qui les composent, invitent à définir des unités mixtes d’habitations et d’activités agricoles : stockage et/ou enclos à bétail. Rien ici cependant de comparable aux grandes fermes-étables retrouvées plus au nord en Côte-d’Or. Les plans de ces bâtiments à deux nefs, avec poutres centrales soutenant le faîte, évoquent un type jugé appartenir plutôt au Bronze moyen. Aucun grand bâtiment à quatre nefs et portique soutenant la charpente, pourtant caractéristique du Bronze ancien, n’a été vu sur ce site. Cela autorise donc soit à définir un habitat à la transition Bronze ancien/moyen, soit à relativiser les typo-chronologies des bâtiments de l’âge du Bronze, qui ne seraient finalement pas si tranchées : grands bâtiments à portique et ensembles plus modestes à poutre centrale ayant certainement coexisté.

4Des lambeaux de fossés, ainsi que des creusements signalant la présence de palissades, nous ont conduits à voir deux états de limite d’emprise du site. Cette limite s’agrandissant dans son deuxième état vers le nord.

5Des sépultures, disséminées dans la zone d’habitat, furent également mises au jour. Ce fait déjà observé ailleurs en Auvergne, témoigne d’une perméabilité entre zone de vie et espaces sépulcraux durant le Bronze ancien. La réalisation et l’étude de 17 dates radiocarbones a permis de définir une séquence d’utilisation continue de cette nécropole sur plus de quatre siècles : entre la fin du xxe s. av. J.-C. et le milieu du xve s. av. J.-C. Cela en fait le site ayant la plus grande durée d’occupation en Auvergne pour ces périodes. Organisées dans et autour d’un enclos circulaire, élément que nous avons jugé comme fondateur de cette nécropole, les sépultures révèlent des pratiques et modalités funéraires communes aux autres sites de la région. De ce point de vue, la nécropole de Riom-ZA de Layat semble s’inscrire parfaitement dans un ensemble régional plus vaste partageant des coutumes funéraires similaires.

6La particularité de ce site provient cependant de la sépulture centrale de l’enclos. Celle-ci a fait l’objet du premier dépôt de la nécropole, et fut quelques 4 à 5 siècles plus tard rouverte pour y recevoir le dernier, avant que la nécropole ne cesse de fonctionner définitivement. Cela soulève la question du statut de l’individu présent dans cette tombe, mais aussi et surtout, la notion de mémoire sociale collective chez les premières populations métallurgistes.

7Un fossé ayant livré de la céramique de l’âge du Fer coupe d’est en ouest le site, détruisant ainsi la partie nord de l’enclos funéraire et très certainement une palissade de l’âge du Bronze. Aucun autre élément architectural daté de l’âge du Fer ne fut toutefois retrouvé ailleurs sur le site.

8De même, une tranchée moderne orientée également est-ouest et traversant tout le site, coupe l’enclos funéraire ainsi que très certainement un nombre important de structures. La céramique mise au jour dans le comblement, ainsi que les nombreuses « encoches » dans le linéaire évoquant à s’y méprendre des coups de godets, rattachent sans aucun doute possible cette dernière à une période contemporaine.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Camille Scaon, « Riom – ZA de Layat », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/13321

Haut de page

Responsable d'opération

Camille Scaon

Articles du même responsable de fouilles

  • Riom – ZA de Layat [Texte intégral]
    (septembre 2008 - janvier 2009)
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Auvergne
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals