Navigation – Plan du site
2008

La Rochelle – Les jardins du Carmel, 9-14 rue Alcide d’Orbigny

Responsable(s) des opérations : Armelle Gueriteau
Notice rédigée par : Armelle Gueriteau

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204589

Date de l'opération : 2008 (SP)

1Un projet de construction d’immeubles d’habitation avec parking souterrain dans le centre ville de La Rochelle a occasionné la réalisation d’une fouille durant l’été 2008 sur une période de deux mois et demi. Le terrain concerné, situé aux numéros 9-14 de rue Alcide-d’Orbigny, se développe sur l’emprise de l’ancienne école Notre-Dame, appartenant aux Frères des écoles chrétiennes, ainsi que sur une partie des jardins mitoyens du couvent des Carmélites. La surface fouillée était d’environ 1 600 m2 .

2Le site offre l’opportunité d’étudier une partie d’un îlot urbain relevant de la paroisse Notre-Dame-de-Cougnes, citée dès 1139. Ce quartier ne fut englobé intra muros qu’à partir du XIVe s. lors de la mise en place de la deuxième enceinte de la ville. L’intérêt de la fouille résidait dans la compréhension de l’organisation et du développement du quartier depuis ses origines, au XIIIe s., à nos jours.

3Bien que certaines données, d’ordre chronologique notamment, soient encore en cours d’étude, il est possible d’appréhender les grandes mutations de l’îlot au cours du temps, caractérisées essentiellement par la diversité des aménagements.

4Ainsi, il apparaît que ce lieu eut comme première fonction, au XIIIe s., l’extraction de calcaire. Les carrières, à ciel ouvert, présentent de hauts fronts de taille d’une profondeur de 4 m. Ils ont été ponctuellement observés. Plusieurs structures anthropiques (foyers, trous de poteau) ayant piégé du matériel céramique datant et directement installées sur le calcaire altéré appuient l’idée d’une occupation in situ durant cette phase d’activité. À cette période, d’après les données textuelles, le site est à l’extérieur des murs de la ville.

5À l’arrêt de cette exploitation, le lieu change de physionomie et de fonction. Est-ce dû à une nouvelle position topographique intégrant alors le quartier dans les nouveaux murs de la ville ? Toujours est-il qu’un axe viaire, d’orientation est-ouest et parallèle à l’actuelle rue Alcide-d’Orbigny, est aménagé. Cette voie de circulation, composée de calcaire pilé et ayant subi plusieurs réfections, restructure le quartier. Cependant, en l’absence d’indice d’une quelconque activité observé lors de la fouille, la fonction des espaces périphériques à la voie reste à déterminer. Une enquête historique sur le parcellaire de la ville devrait permettre de mieux comprendre l’intégration de cette rue dans le lotissement ancien.

6Vers les XVe s. et XVIe s, l’îlot se modifie pour prendre son visage actuel. Les aménagements médiévaux sont en grande partie abandonnés et remblayés, la voie disparaît au profit peut-être de l’actuelle rue Alcide-d’Orbigny.

7Le cœur de l’îlot est consacré à l’aménagement de jardins tandis qu’au nord, le long de la rue Alcide-d’Orbigny (ancienne rue des Prêtres), un habitat aggloméré se développe. Ce dernier subira un nombre conséquent de remaniements, avec en l’occurrence, entre les XVIIe s. et XVIIIe s., l’ajout d’une cave avec accès par tour d’escalier et au début du XIXe s., la construction de deux fours à usage culinaire. Cependant, au milieu du XIXe s., la construction sur l’emplacement de ces bâtiments d’une chapelle et d’une cave a tronqué les continuités architecturales. Il ne reste aujourd’hui de cet habitat qu’une façade arrière du XVIIIe s., conservée malgré tout dans le projet immobilier

8Du côté des jardins, cette occupation est caractérisée par des installations successives diverses à vocation domestique ou artisanale : latrines, bases de piliers, murets, cuves ou citernes, puisards, etc. (Fig. n°1 : Vue d’ensemble des aménagements moderne et contemporain de la zone des jardins ) . Une grande quantité de fosses dépotoirs marque également toute la période d’utilisation de cet espace. Le comblement de certaines nous renseigne, pour le XVIe s. entre autres, sur l’existence à proximité d’une résidence richement ornée (carreaux de pavement très décorés, fragments de vitraux, etc.). D’autres sont les marqueurs de zones de rejet de différentes activités pratiquées dans le quartier. Elles reflètent l’existence à proximité d’ateliers de boucherie ou tannerie et de raffinerie de sucre.

9La mixité observée dans la fréquentation de l’îlot, entre habitat bourgeois et activités artisanales, confère à donner à ce quartier une physionomie particulière qu’une étude historique devrait permettre de qualifier pour les Temps Modernes, les mieux renseignées aussi du point de vue archéologique.

10GUÉRITEAU Armelle

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue d’ensemble des aménagements moderne et contemporain de la zone des jardins 

Fig. n°1 : Vue d’ensemble des aménagements moderne et contemporain de la zone des jardins 

Auteur(s) : Guéritaeu, Armelle (EP). Crédits : Guériteau, Armelle (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue d’ensemble des aménagements moderne et contemporain de la zone des jardins 
Crédits Auteur(s) : Guéritaeu, Armelle (EP). Crédits : Guériteau, Armelle (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1341/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Armelle Gueriteau, « La Rochelle – Les jardins du Carmel, 9-14 rue Alcide d’Orbigny », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1341

Haut de page

Responsable d'opération

Armelle Gueriteau

EP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals