Navigation – Plan du site
2008

Surgères – Avenue Martin Luther King

Responsable(s) des opérations : Bastien Gissinger
Notice rédigée par : Jean-Paul Nibodeau

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204396

Date de l'opération : 2008 (EX)

1Cette opération de diagnostic est engendrée par un projet de création d'un bâtiment communautaire à l'ouest du centre ancien de Surgères, sur une parcelle de 12 190 m2 située non loin de la vallée de la Gères. L'opération était motivée par la proximité de plusieurs sites s'étendant du mésolithique à la période médiévale.

2Les vestiges mis au jour se répartissent sur toute la parcelle, mais deux secteurs situés respectivement au sud-ouest et au nord-ouest ont livré les concentrations de structures les plus pertinentes. Le reste de l'occupation n'est marquée que par des fossés de parcellaire et une potentielle carrière d'époque moderne.

3Le premier groupe est composé d'une série de trous de poteaux qui s'inscrivent dans un espace délimité vers l'est par un fossé d'orientation nord–nord-ouest – sud–sud-est. L'interruption de ce dernier matérialise probablement une ouverture près de laquelle se concentre la majorité des trous de poteau. Ces structures sont très arasées, comme l'indique leur faible profondeur, ce qui peut être un signe d'ancienneté au regard des autres structures plus récentes qui paraissent moins arasées. Le seul élément de datation consiste en un tesson de céramique protohistorique : trouvé dans le décapage auprès des trous de poteau, il est trop isolé pour que l'on puisse conclure à la datation de ce groupe.

4Le second groupe est conditionné par l'existence d'un chemin creux le long de la bordure nord-ouest de la parcelle (Fig. n°1 : Tranchée 1 vue du chemin creux prise du sud-ouest (1) et du nord-est (2)) .

5Il est apparu sous la forme d'une tache de limon gris sur une largeur de 3,60 m. D'une épaisseur maximale de 0,60 m, elle recouvre un creusement linéaire d'orientation nord-est – sud-ouest. Au fond de ce creusement, réduit à une largeur de 1,90 m, apparaissent quatre ornières comblées par un limon gris fortement induré. Groupées deux par deux, elles déterminent une seule voie de circulation. Leur largeur varie de 0,09 m à 0,20 m ; leur entraxe est d'environ 1,30 m alors que l'espace entre deux associations d'ornières est d'environ 1,12 m. La profondeur des ornières est de 0,10 m à 0,12 m. Les cailloux sont nettement usés et lissés par le passage des roues dans les ornières, alors que sur les versants du chemin creux, le calcaire apparaît plus simplement abrasé ou broyé. Les blocs et pierrailles subsistants entre les ornières peuvent être interprétés comme des recharges de la voie (Fig. n°2 :  Coupe du chemin creux F3) . Le mobilier reconnu se résume à des têtes de clous carrées épaisses qui devaient servir au maintient des bandages de fer sur les roues de bois. Elles indiquent la circulation de lourds chariots.

6En bordure de ce chemin, ont été observés un silo et un probable puits. Le premier est une fosse circulaire de 1,18 m de diamètre à l'ouverture pour 1,60 m de profondeur. Entièrement creusée dans le calcaire, la fosse s'élargie progressivement pour atteindre 1,50 m de diamètre à 0,70 m de profondeur. Puis son diamètre diminue jusqu'au fond plat pour ne plus faire qu'environ 0,80 m ; son volume est d'environ 2 m3 .

7L'ouverture du second ne dépasse pas 0,85 m de diamètre, il s'évase progressivement pour atteindre 1,00 m de largeur à 1,30 m de profondeur. L'excavation est entièrement creusée dans le calcaire et semble se développer bien au-delà de 2,30 m de profondeur : à cette profondeur apparaît une encoche sur le côté nord-est. Ce détail suggère qu'il pourrait s'agir d'un puits. Les trois structures ont livré un mobilier attribuable au Moyen Âge avec une fourchette allant du IXe  s. (céramique grésée du silo) au XIVe  s. et XVIe  s. (pour les clous de bandage de roue).

8Le silo peut être isolé ou indiquer une batterie de plusieurs silos qui serait étroitement liée à la proximité du chemin. L'association avec un puits potentiel pose le problème de la nature de l'occupation : simples installations à la périphérie d'un champ et à proximité du chemin ? ou structures appartenant à un habitat qui reste à localiser ?

9Pour le chemin, l'absence de fossés latéraux parait normale car, par définition, un chemin creux est encadré de haies et/ou de talus, voire de murets. Il est fréquent en paysage de bocage, il permet de circuler entre les parcelles et relient les habitats dispersés. Or qu'en est-il ici ? Les prolongements de ce chemin, aussi bien vers le sud-ouest que vers le nord-est sont parfaitement perceptibles dans le tracé de l'actuelle RD 209 qui conduit de Surgères (en partant du castrum ?) à Péré et au Cher et se poursuivait peut-être vers Aigrefeuille-d'Aunis et La Rochelle.

10L'origine médiévale de cet axe, semble donc se confirmer. Ainsi il ne s'agirait pas d'une simple desserte locale, mais d'un axe d'intérêt économique plus important parcourut par de lourds véhicules dont il serait intéressant de connaître la nature des chargements et leur destination. En cela la présence de silo au bord du chemin peut-il avoir une signification ?

11NIBODEAU Jean-Paul

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Tranchée 1 vue du chemin creux prise du sud-ouest (1) et du nord-est (2)

Fig. n°1 : Tranchée 1 vue du chemin creux prise du sud-ouest (1) et du nord-est (2)

Auteur(s) : Nibodeau, Jean-Paul (INRAP). Crédits : Nibodeau, Jean-Paul (2008)

Fig. n°2 :  Coupe du chemin creux F3

Fig. n°2 :  Coupe du chemin creux F3

Auteur(s) : Antenni-Teillon, Jonathan (INRAP). Crédits : Antenni-Teillon, Jonathan (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Tranchée 1 vue du chemin creux prise du sud-ouest (1) et du nord-est (2)
Crédits Auteur(s) : Nibodeau, Jean-Paul (INRAP). Crédits : Nibodeau, Jean-Paul (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Titre Fig. n°2 :  Coupe du chemin creux F3
Crédits Auteur(s) : Antenni-Teillon, Jonathan (INRAP). Crédits : Antenni-Teillon, Jonathan (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Surgères – Avenue Martin Luther King », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1353

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Paul Nibodeau

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals