Navigation – Plan du site
1997

Forteresse d'Argenton-sur-Creuse

n°068583
Responsable(s) des opérations : Simon Bryant
Notice rédigée par : Simon Bryant

Entrées d’index

Mots-clés :

château, tour

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) : http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.445;46.546;1.543;46.605

1Cette opération d’évaluation participe du projet général de mise en valeur des vestiges de la forteresse d'Argenton conduit depuis plusieurs années par le Cercle d’histoire. Situé à l'ouest de la ville haute, elle occupe un éperon rocheux de 300 m nord-sud sur 90 m est-ouest. L'histoire du château remonte à un castrum du viiie s., mais la nature de cette fortification est inconnue, et il faut attendre le xie s. pour trouver une mention d'un castrum (1020) et d'une châtellenie (1079) à Argenton. La ville figure également sur la liste des places fortes assiégées et prises par Philippe-Auguste en 1188.

2La forme du château primitif reste ignorée, mais une butte de terre au milieu du site et une longueur de muraille du côté ouest, suggèrent qu'il s'agit d'une simple motte féodale avec une basse-cour, entourée par une muraille en petit appareil. Un coude au milieu de cette première enceinte marque l'emplacement d'une tour en forme de quart de cercle. Aucune trace d'une tour n'est visible dans la « motte », si ce n'est les fondations d'une tour en forme de « goutte d'eau » qui appartient à la phase suivante. Cette enceinte primitive est agrandie entre la deuxième moitié du xiie s. et le début du xiiie s. La partie sud de l'éperon est enfermée par une muraille, l'entrée principale étant située entre 2 tours au milieu du mur sud de la forteresse avec une troisième, la tour du Guet, à l'angle sud-est de l'enceinte. Aujourd'hui, il ne reste que la moitié d'une des tours flanquant l'entrée (la tour du Midi) et 2 tronçons de la courtine. Le vieux château est renforcé par l'ajout de la tour en forme de « goutte d'eau », son éperon dirigé vers le sud ; côté ville, une partie de l'ancienne muraille est refaite.

3La tour d'Héracle est édifiée à l'extrémité nord de l'enceinte, dominant la ville, l'ancien chemin de César et le bourg de Saint-Marcel. Elle est associée à une petite tourelle à l'est, disparue (tour du Puits du Donjon). Cette tour, tout comme les autres maçonneries de cette phase, est de bonne facture, construite avec un mortier de très bonne qualité. La présence de 2 blocs antiques, dont l’un porte une inscription latine, suggère que le site d'Argentomagus a servi de carrière, mais 11 autres blocs taillés témoignent aussi de la récupération de matériaux sur un édifice médiéval : leurs profils sont identiques à ceux de l'abside nord de l'église de Saint-Marcel (1ère moitié du xiie s.). Cette phase de construction comprend également la réalisation du logis seigneurial, dont aucune trace ne subsiste, et de la chapelle. Cette dernière consistait en un édifice rectangulaire de 37 m de long sur 14 m de large, couvert par une charpente. Partiellement démolie en 1742 à cause de son mauvais état, elle fut restaurée en 1898, mais ces travaux ont complètement défiguré sa forme d'origine et la topographie locale du site.

4Le château est dans un fort mauvais état dans la deuxième moitié du xvie s., bien que les guerres de religion n'aient pas beaucoup touché la forteresse elle-même. Sa destruction fut commandée par Louis XIII en 1632, et fut largement favorisée par l'instabilité naturelle du terrain. Le site fut ensuite morcelé, vendu, puis mis en culture pendant les xviiie et xixe s.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Simon Bryant, « Forteresse d'Argenton-sur-Creuse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre, mis en ligne le 24 octobre 2014, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/13608

Haut de page

Responsable d'opération

Simon Bryant

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals