Navigation – Plan du site

AccueilRégionsDomaine public maritime2013Littoral de la CorseAu large de Saint-Florent – L’épa...

2013
Littoral de la Corse

Au large de Saint-Florent – L’épave Mortella 3 (EA 623)

Fouille programmée (2013)
Responsable d’opération : Arnaud Cazenave de La Roche

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Société d’études en archéologie subaquatique

Texte intégral

1Les résultats de la fouille programmée de l’épave de la Mortella 3 en 2013 sont probablement les plus importants obtenus à ce jour en termes de récolte d’informations susceptibles d’avancer dans la compréhension de l’épave. En effet, deux découvertes majeures, celle du maître couple et celle de l’extrémité avant de la quille, permettent désormais de disposer des paramètres essentiels pour initier une réflexion ayant pour objet d’aboutir à la reconstitution de la géométrie du bâtiment.

Nouvelles perspectives pour l’analyse des proportions et des formes du bâtiment

Le maître-couple

2Un des événements marquants de notre fouille a donc été le repérage du maître-couple grâce à l’inversion de la séquence d’assemblage : jusqu’à la membrure M26, les genoux qui font la liaison entre les varangues et la première allonge sont en effet situés sur leurs faces de tour antérieures. Or, à partir de la membrure M27, la seule dotée de deux genoux, cette séquence s’inverse, ce qui nous a naturellement amené à l’identifier comme probable maître-couple du bâtiment (fig. 1). Celui-ci passe exactement sous la deuxième clé du massif d’emplanture du grand mât. La distance qui le sépare du talon de quille est de 13,53 m. Il est donc globalement situé au centre de la quille.

Fig. 1 – Photomosaïque de l’aire de fouille AF13/2 et détermination de la position du maître-couple M27

Fig. 1 – Photomosaïque de l’aire de fouille AF13/2 et détermination de la position du maître-couple M27

Cliché et DAO : C. Gerigk.

3Pour l’étude de la section transversale, il faut rappeler que la brisure de ce maître-couple au niveau de sa liaison varangue/genou, comme c’est d’ailleurs également le cas des autres membrures, reste un obstacle de taille à une restitution précise de sa forme. De fait, une fois le relevé sous-marin réalisé, nous avons dû émettre plusieurs hypothèses pour parvenir à une approche de sa forme. Par souci de prudence, nous avons volontairement laissé une amplitude assez large. Nous avons ainsi constitué un cadre de réflexion théorique au moyen de trois hypothèses délimitant un champ de possibilités cherchant à limiter les risques d’erreurs.

La quille

4Le dégagement du sédiment au niveau de la culasse CI6 a mis en évidence des pièces de charpente transversale identifiées comme des fourcats ; en amont, vers la poupe, il a révélé la présence d’une imposante pièce de bois longitudinale passant sous la culasse qui s’est révélée être l’extrémité avant de la quille du bâtiment (fig. 2). Comme nous l’avons souligné, sa découverte est un autre pas important pour permettre à l’analyse typologique de progresser. Cette quille est constituée par une pièce de bois d’environ 40 cm de largeur sur le droit pour 50 cm sur le tour dont l’extrémité forme une pointe en forme de sifflet dont il est difficile de dire si elle est le produit d’un travail du bois destiné au façonnage d’un écart avec la pièce d’étrave ou non. Cette extrémité avant a été mesurée à exactement 24,98 m de l’extrémité arrière de la quille, confirmant ainsi pleinement le calcul théorique et, par la même occasion, la position du grand mât localisé en son milieu.

5Quelle que soit l’hypothèse retenue, l’étude des proportions du bâtiment par le biais du rapport largeur au fort/longueur de quille semble amener à la conclusion que nous avons à faire à une typologie de navire dont la forme est relativement allongée avec un ratio qui paraît supérieur à 2:1, soit des proportions qui vont au-delà de la règle « As, Dos, Tres » qui est généralisée pour les bâtiments de commerce à cette époque (Cano 1611). Au stade de notre étude, il paraît cependant important d’obtenir une précision de ces résultats préliminaires, et pour cela, de prévoir un relevage du maître-couple qui permettra son étude à terre.

Fig. 2 – Planimétrie de la zone de fouille AF13/1

Fig. 2 – Planimétrie de la zone de fouille AF13/1

La forme du maître-couple

6Il convient par ailleurs de mentionner que l’étude des couples de la partie centrale de l’épave ouvre une nouvelle problématique sur la conception du navire, et en particulier sur la projection de la maîtresse section. Une étude comparative minutieuse des relevés des membrures reste à effectuer, et il nous faudrait pour cela augmenter notre échantillonnage. Sur la base des observations actuelles, il se pourrait en effet que cette projection ait pu être réalisée au moyen de trois arcs de cercle ou plus, ce qui constituerait une information inédite au regard du fait qu’au xvie s., en Méditerranée, les auteurs ibériques sont unanimes sur une projection du maître-couple au moyen d’un seul arc de cercle (Hormaechea et al. 2012, vol. 1, p. 167-168). Là, encore, nous espérons qu’une prochaine étude à terre permettra de trancher cette question.

7Enfin, une dernière particularité architecturale du bâtiment à prendre en considération est mise en perspective par l’observation d’un panneau de bois où sont visibles les extrémités avant des virures de bordés du versant bâbord. Celles-ci sont alignées selon un axe qui forme une ligne qui paraît particulièrement droite. Un retour sur ces vestiges sera nécessaire afin de voir la possibilité de tirer des conclusions pertinentes sur la forme de l’étrave à l’aune d’un relevé précis de la forme décrite par la ligne suivie par l’extrémité de ces bordés (fig. 2).

L’étude des matières de calfatage

8Dans le rapport de fouille de l’année 2013, nous présentons une étude physico-chimique des matières de calfatage qui ont été prélevées sur les faces intérieures et extérieures des bordés. Celle-ci, réalisée par C. Mathe de l’université d’Avignon (IMBE – UMR 7263), permet de mettre en lumière la composition des substances employées pour l’imperméabilisation de la coque. Elle fait progresser nos connaissances sur les techniques de construction et fait apparaître l’utilisation d’un mélange de poix, de résine de pin non transformée et de graisses, probablement d’origine animale, dans le calfatage de la coque.

Le mobilier archéologique et le problème de la conservation

9Si comme les années précédentes, la fouille archéologique 2013 ne s’est pas distinguée par l’abondance du mobilier mis au jour, la concentration d’artillerie révélée par la fouille de l’aire AF13/1 ne peut manquer d’attirer l’attention sur sa répartition particulière dans l’épave : exclusivement à l’avant et à l’arrière de l’embarcation. À l’arrière, avec les canons Cn1 à Cn7 qui sont des pièces de grande taille (tubes de 205 cm) et à l’avant avec des pièces de taille plus modeste (170 cm). Cette répartition semble indiquer une disposition initiale de l’artillerie en proue et en poupe du navire, la partie centrale n’en étant pas pourvue.

10Dans la zone de fouille AF13/1, nous avons également mis au jour des boulets de canon en pierre caractérisés par leurs petits calibres (essentiellement 125 mm). Leur étude a été confiée à F. Gendron (MNHN, UMR 7194). En revanche, aucune céramique n’est venue compléter notre collection de tessons des années précédentes et il apparaît clairement, et en toute logique, que cette classe de mobilier est essentiellement concentrée sur la partie arrière de l’épave.

11Un dernier fait marquant en matière de mobilier a été la mise au jour d’une abondante quantité de cordages en très bon état de conservation. Leur étude a été réalisée par Erik Gonthier, MNHN, département de Préhistoire, UMR 7194 et Jean-Marc Valère, sédimentologue. Elle met en évidence l’intérêt de ce mobilier, notamment au regard de son bon niveau de conservation, chose rare pour un matériau organique de 500 ans d’âge.

12L’opération de fouille 2013, nous confronte enfin à une problématique liée à la conservation du site et de son mobilier: entre la mission de l’année précédente et celle de cette année, des plongeurs sont intervenus sur le site et ont tenté de prélever des pièces d’artillerie.

13Les canons Cn5 et Cn6 semblent avoir été ceinturés par des sangles et avoir fait l’objet d’une tentative de parachutage ou plus vraisemblablement de treuillage vers la surface. Le fort concrétionnement des tubes et leur relative fragilité a eu pour conséquence leur cassure en deux morceaux (fig. 3). Abandonnés en l’état, ils sont irrécupérables. Cet évènement vient à nouveau nous interroger sur la façon dont il serait possible de protéger ce site archéologique exceptionnel sachant que notre présence in situ année après année ne manque pas de révéler sa position et d’exciter les convoitises.

Fig. 3 – À gauche, les canons CN5,CN6 et CN7 photographiés en 2006 ; à droite, les mêmes canons brisés en nov. 2013

Fig. 3 – À gauche, les canons CN5,CN6 et CN7 photographiés en 2006 ; à droite, les mêmes canons brisés en nov. 2013

Clichés : C. Gerigk.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Photomosaïque de l’aire de fouille AF13/2 et détermination de la position du maître-couple M27
Crédits Cliché et DAO : C. Gerigk.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/137721/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 985k
Titre Fig. 2 – Planimétrie de la zone de fouille AF13/1
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/137721/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig. 3 – À gauche, les canons CN5,CN6 et CN7 photographiés en 2006 ; à droite, les mêmes canons brisés en nov. 2013
Crédits Clichés : C. Gerigk.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/137721/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 594k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Cazenave de La Roche, « Au large de Saint-Florent – L’épave Mortella 3 (EA 623) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Domaine public maritime, mis en ligne le 03 mai 2023, consulté le 17 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/137721

Haut de page

Auteur

Arnaud Cazenave de La Roche

Seas

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Arnaud Cazenave de La Roche

Seas

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search