Navigation – Plan du site

AccueilRégionsDomaine public maritime2013Littoral des Bouches-du-RhôneArles – Lit du Rhône : le dépotoi...

2013
Littoral des Bouches-du-Rhône

Arles – Lit du Rhône : le dépotoir urbain de Trinquetaille

Fouille programmée (2013)
Responsable d’opération : Luc Long
Notice rédigée avec Guillaume Duperron

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Dirigée avec le soutien de l’association 2ASM, la fouille programmée du dépotoir urbain de Trinquetaille, sur la rive droite du Rhône à Arles, s’est déroulée du 2 au 28 septembre 2013 et comptait une trentaine de personnes intervenant à partir du navire Brézéhan, de la barge Vega et de plusieurs embarcations pneumatiques. Le Rhône qui a connu un niveau d’eau très haut durant toute l’année 2013 est rarement descendu en dessous du quai, durant la fouille, générant un courant fort et une visibilité inférieure à 20 cm qui ont ralenti le travail. En dépit de ces mauvaises conditions de plongée, nous avons poursuivi sur le chantier la formation d’une dizaine de stagiaires du diplôme universitaire « Archéologie sous-marine » mis en place avec l’université de Nîmes, en 2010 et 2011, et nous avons initié à nos méthodes de travail les équipes de fouille de Charles Hourcau (Association Jas, Sanary-sur-Mer) et de Bernard Pasqualini (Club-Yero, Hyères-les-Palmiers). Le principal objectif de la mission consistait à reconnaître et étudier in situ la disposition géographique, stratigraphique et structurelle des diverses composantes d’un riche gisement fluvial considéré selon nos premières hypothèses comme l’un des dépotoirs portuaires et urbains du port fluvial d’Arles, en rive droite (Long, Duperron 2016). La fouille s’est poursuivie jusqu’à 15 m de fond, dans les zones 4 à 7 où fut mis au jour le portrait de César en 2007, au milieu du déversement de fragments lapidaires. Tous ces éléments de sculpture et d’architecture sont vraisemblablement liés à un four à chaux établi en bordure du fleuve, à la fin du ive s. apr. J.-C. Ce gisement portuaire complexe, n’est pas seulement constitué d’un groupe de sculptures, mais comprend aussi deux épaves superposées (Arles-Rhône 7 et 8) et une conduite en plomb sous-fluviale, en place (RD6). La zone fouillée en 2013, jusqu’à 2 m de profondeur dans le sédiment, s’étend des carrés T, U, V 16 à 20, soit une surface de l’ordre de 80 m2. Dans l’ensemble des carrés fouillés et des sondages extérieurs, autour de la zone de déversement, il se confirme que les dépôts s’échelonnent du iie au début du ve s. et que le groupe de sculptures reposait sur une stratigraphie de la fin ive-début ve s. apr. J.-C. Au demeurant, les sondages près du bord révèlent une bande de 10 à 12 m de large, parallèle et contiguë au quai, qui présente un hiatus chronologique. Le mobilier le plus tardif dans cette bande étroite date des iie et iiie s. de notre ère et le mobilier du bas Empire et de l’Antiquité tardive a disparu. Il semble donc que les bords de berge ont été dragués par le passé, peut-être lors de l’édification du quai à l’époque de Napoléon III. Des recherches en archives auprès de la CNR sont en cours pour tenter de retrouver trace de ce dragage.

2Parmi le mobilier lapidaire mis au jour sur le site durant l’opération 2013, on recense un fragment d’épaule de statue drapée, en marbre grec, deux fragments de stèles funéraires en calcaire aux inscriptions martelées, deux morceaux de colonnes, de très nombreux fragments de placages de marbre qui tapissent la couche de la statuaire (US2). Il paraît se confirmer ainsi que l’ensemble varié des objets recensés depuis 2007, provient des secteurs urbains de la rive droite, à la fois public, politique, privé, religieux et funéraire. Ce groupe comprend pour l’essentiel des effigies et des inscriptions païennes que la chronologie tardive (fin ive s.) et le voisinage d’un four à chaux (Mellinand, Sivan 2011), renvoient sans doute aux actes d’iconoclastie courante dans les cités romaines sous Théodose. Comme sur de nombreux sites, tel le Verbe Incarné à Lyon, il faut imaginer des débris de statues mêlés à un amas considérable de blocs d’architecture brisés, avec une majorité de placages, sans doute débités et rassemblés par les récupérateurs ou les chaufourniers antiques. Si la carte du gisement se dessine peu à peu, il apparaît que le déversement des marbres s’étend plus bas dans le lit du fleuve et impose de poursuivre les recherches afin de cerner au mieux la nature de cet espace portuaire particulier, visiblement desservi par une très grosse conduite d’eau.

Carrés S-V 16-20

3Les quatre couches fouillées en 2013 dans les carrés S-V 16-20 sont datées du milieu et de la seconde moitié du iie s. Elles ont livré un abondant mobilier qui permet de documenter, pour la première fois dans les dépotoirs du Rhône, le faciès matériel de cette période. On observe que le répertoire amphorique comporte toujours un très grand nombre d’amphores vinaires régionales (40 à 70 % des conteneurs), parmi lesquelles le type G4 est quasiment exclusif. Ce constat souligne une nouvelle fois l’importance du port d’Arles pour la commercialisation du vin gaulois et son orientation prédominante en direction du grand commerce (Bigot, Djaoui 2013 ; Corbeel, Duperron 2013). Les importations de Bétique sont également très bien représentées, essentiellement par des amphores à huile Dr. 20, dont certaines portent les timbres CV.IV.COR, ST.CA et VM(…) (Bigot et al. 2014). Quelques amphores à salaison Beltran IIB ont également été recueillies. Parmi celles-ci, il convient de souligner la découverte d’un exemplaire complet, à l’intérieur duquel se trouvaient des noyaux d’olives et un gobelet en bois avec le fond percé (fig. 1). Ces nouvelles données montrent que la voie rhodanienne conserve au iie s. un rôle prépondérant dans la diffusion vers le nord des produits de Bétique, et en particulier de l’huile.

Fig. 1 – Gobelet en bois

Fig. 1 – Gobelet en bois

Zone 5. Carrés S-V 16-20.

Clichés et DAO : A. Doniga.

4D’autres courants commerciaux apparaissent de manière plus ponctuelle. Des importations d’amphores vinaires de Méditerranée orientale sont ainsi représentées par une amphore rhodienne Dr. 43, une amphore d’Éphèse Ag. F65-66 ainsi qu’une Crétoise 4 (fig. 2, no 1) et une Cnidienne (fig. 2, no 2). L’importation des produits africains est également attestée, même si les quantités sont assez faibles. Plusieurs types africains précoces, encore assez mal connus, ont pu être documentés (Duperron, Capelli 2015). Trois exemplaires du type Carthage EA 4 (fig. 2, no 3), contenant vraisemblablement des salaisons de poisson, ont ainsi été mis au jour. En outre, un col d’amphore vinaire Schöne-Mau 35 (fig. 2, no 4) ainsi qu’une lèvre du type Ostia 23, probablement utilisé pour le transport de l’huile, proviennent également d’Afrique.

Fig. 2 – 1-2, amphores orientales ; 3-4, amphores africaines

Fig. 2 – 1-2, amphores orientales ; 3-4, amphores africaines

Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés S-V 16-20. Échelle : 1/4.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

5Dans le domaine de la vaisselle de table, la sigillée sud-gauloise est largement majoritaire, les productions rhodaniennes de Claire B restant encore très discrètes à cette époque. Toutefois, quelques sigillées africaines A apparaissent ponctuellement, avec de rares individus correspondant aux types Hayes 3, Hayes 6 (fig. 3, no 1) et Hayes 8 (fig. 3, no 2). Parmi les céramiques culinaires en revanche, les importations africaines sont déjà bien représentées (20 à 40 % des communes), principalement par des plats à cuire Hayes 23 (fig. 3, no 3) dans leur variante précoce, associés à des couvercles Hayes 196 (fig. 3, nos 4 et 5). Les marmites sont très rares jusqu’à l’apparition, à une date incertaine dans le courant de la seconde moitié du iie s., du type Hayes 197 (fig. 3, no 6). On note toutefois la découverte de deux exemplaires du type Ostia I, 270/Hayes 199 (fig. 3, no 7), rarement attesté en Gaule. Quelques importations italiques sont également présentes, avec notamment la découverte d’un pot à poisson du Latium (fig. 3, no 8). Néanmoins, dans le domaine des céramiques culinaires comme dans celui de la vaisselle de table, les productions régionales demeurent prépondérantes. On note en particulier la présence de très nombreuses urnes en brune provençale. Cette catégorie est progressivement concurrencée dans la seconde moitié du iie s. par les productions rhodaniennes, représentées par des urnes et surtout des bouilloires à pâte kaolinitique (fig. 3, no 9), ainsi que par les premières communes oxydantes micacées.

Fig. 3 – 1-2, sigillée africaine A ; 3 à 7, culinaire africaine ; 8, commune italique ; 9, commune rhodanienne kaolinitique

Fig. 3 – 1-2, sigillée africaine A ; 3 à 7, culinaire africaine ; 8, commune italique ; 9, commune rhodanienne kaolinitique

Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés S-V 16-20. Échelle : 1/4.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

6Les objets liés à l’instrumentum (étude A. Doniga) dans les carrés V16 à 20 affichent un caractère disparate et correspondent principalement à quelques scories de fer, une aiguille en os de type XIX 6, une clochette en alliage cuivreux, une hache en fer, un outil en bois tourné (peut-être une quenouille ?), une cuillère à cosmétique en fer, ou « cure-oreille », deux bagues en fer et un couteau à affuter les calames en fer, qui se termine par un anneau de suspension.

7Quatorze monnaies (étude J. Latournerie) ont été découvertes dans les carrés V16-20 et sont assez bien conservées. Elles sont comprises entre le 2e quart du iie s. et le ive s. Ainsi, on retrouve les frappes d’Hadrien (134-138 apr. J.-C.), Marc-Aurèle jeune (139-149 apr. J.-C.), Faustine jeune (156-161 apr. J.-C.), Faustine (175 apr. J.-C.), Commode (180-192 apr. J.-C.), Alexandre Sévère (225 apr. J.-C.), Maximien (236-238 apr. J.-C.), Trebonien Galle (251 apr. J.-C.), Tetricus (274 apr. J.-C.), Maximien Hercule (299 apr. J.-C.) et enfin une monnaie tardive du ive s. en surface.

Carrés Y21-22 (Arles-Rhône 7, EA 1398)

8La couche I des carrés ouverts dans l’épave Arles-Rhône 7 a livré un lot de mobilier céramique constitué de 87 individus NMI, qui permet de proposer une datation dans la seconde moitié du iiie s., grâce à la présence de nombreux éléments caractéristiques. Tout d’abord, le domaine de la vaisselle est celui qui procure les informations les plus solides. En premier lieu, la présence de trois plats Hayes 50 en sigillée africaine C (fig. 4, no 1) donne un solide terminus post quem, puisque la production de cette forme débute au cours du second quart du iiie s. (Hayes 1972, p. 73). On observe en outre que la vaisselle culinaire africaine est très abondante dans ce contexte, puisqu’elle constitue la moitié des céramiques communes. On recense cinq plats à cuire, deux du type Hayes 23B tardif et trois du type Hayes 181C (fig. 4, no 2), ainsi que cinq marmites africaines Hayes 197 qui présentent également des caractéristiques tardives (fig. 4, no 3). Les couvercles associés à ces vases de cuisson appartiennent aux types Hayes 196 (5 ex. : fig. 4, no 4) et Hayes 195 (3 ex. : fig. 4, no 5). Le riche lot amphorique se caractérise également par une très nette domination des productions africaines (54 % des amphores). Parmi celles-ci, les plus nombreuses sont les amphores à huile Africaine I, dont on a recensé cinq exemplaires presque complets ainsi que sept lèvres qui pour plusieurs d’entre-elles ont conservé en place leur opercule en céramique lié à la pouzzolane (fig. 5, nos 1 et 2). On observe systématiquement une cassure nette à la base de la lèvre qui témoigne très probablement d’opérations de décolletage, afin de faciliter le vidage de l’amphore. De plus, les types Afr. II, IIIA et Keay IA sont également attestés, par deux individus pour chacun d’entre eux.

Fig. 4 – Vaisselle africaine

Fig. 4 – Vaisselle africaine

Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés Y21-22. Échelle : 1/3.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

9Ensuite, les amphores vinaires régionales du type Gauloise 4 sont assez bien représentées, avec six exemplaires (15 % des amphores), qui présentent tous des caractéristiques typologiques très tardives : un col court, une anse tangente à la lèvre et surtout une panse fréquemment cannelée, en particulier au niveau de l’épaulement. Un individu porte en outre un timbre en creux sans cartouche L.SE (fig. 5, no 3), très rarement signalé jusqu’à présent (Corbeel, Duperron 2013, p. 411-412).

Fig. 5 – 1-2, amphores africaines ; 3, amphore gauloise ; 4, amphore de Bétique

Fig. 5 – 1-2, amphores africaines ; 3, amphore gauloise ; 4, amphore de Bétique

Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés Y21-22.

Clichés, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

10Les produits de Bétique sont assez peu nombreux dans ce contexte (17 % des amphores). On compte une amphore à huile Dr. 23 et trois conteneurs à salaisons (types Belt. 72, Alm. 50A et Dr. 14A). L’importation de vins hispaniques est également attestée par la présence d’une Matagallarès I et d’un individu parfaitement conservé qu’il convient sans doute d’attribuer au type Beltran 68 (fig. 5, no 4). Enfin, deux amphores vinaires de Sicile du type MRA IA ont été reconnues.

11Pour terminer, il convient de souligner la découverte de deux lampes à huile africaines, très bien conservées, qui correspondent au type Deneauve VIII (fig. 6), daté du iiie s. (Bonifay 2004, p. 329 et 334).

Fig. 6 – Lampes à huile africaines

Fig. 6 – Lampes à huile africaines

Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés Y21-22.

Clichés : G. Duperron (ASM).

12Par conséquent, le faciès de ce lot de mobilier est caractéristique de la seconde moitié du iiie s. Cette datation est parfaitement cohérente avec les résultats du sondage réalisé en 2009 à l’avant de cette épave, qui avait montré que le naufrage d’Arles-Rhône 7 s’était produit vers le milieu du iiie s. (Long, Duperron 2011, p. 39-41).

13Le sondage ouvert dans les carrés Y21-22 a permis de récupérer un petit nombre d’objets non céramique, pour lesquels le domaine personnel, peu représenté, compte trois semelles en cuir dont deux sont très abimées. La troisième appartient à une sandale de type large, s’élargissant au niveau des orteils, caractéristique de la mode masculine au iiie s. apr. J.-C.

14On distingue également des coulures et découpes en plomb qui illustrent un travail artisanal qui s’est déroulé près de nos carrés, ainsi que des objets relatifs à la pêche incluant un lest de filet de pêche en plomb et un hameçon en bronze destiné au milieu marin par ses dimensions. Enfin, dans le domaine domestique, un jeton en os présente une face ornée de trois gorges en V.

15Au total 45 monnaies ont été retrouvées sur l’épave Arles-Rhône 7, avec 36 exemplaires dans la couche I et 9 dans la couche II. L’étude a révélé que 71 % d’entre-elles se rangent au ive s., 11 % sont des imitations, 9 % non identifiées, 7 % du iiie s., 2 % du ier s.

Carrés C 13-14

16Le lot de mobilier de la couche II présente un faciès caractéristique des ive-ve s. apr. J.-C. On recense en particulier une sigillée africaine D du type Hayes 61, ainsi que plusieurs vases en sigillée luisante (coupe Lamb. 1/3, mortier Drag. 45). Le répertoire des amphores comporte un col d’amphore à huile de Bétique Dr. 23 (fig. 7, no 1), des fragments d’amphores siciliennes MRA IA et surtout plusieurs amphores Africaine III. Parmi ces dernières, on peut identifier un exemplaire de la variante B (fig. 7, no 2) et deux de la variante C (fig. 7, no 3), celle-ci n’étant pas antérieure à la fin du ive s. et surtout caractéristique de la première moitié du ve s. (Bonifay 2004, p. 122). En outre, un fond d’amphore africaine, portant un R incisé avant cuisson, appartient probablement à un spatheion type 1 (fig. 7, no 4), produit durant la première moitié du ve s. (Ibid., p. 125). De la même façon, deux anses d’amphore orientale appartiennent au type LRA 1, dont l’importation en Gaule débute vers la fin du ive s. (Pieri 2005, p. 74). Il convient donc de dater la mise en place de cette couche au plus tôt vers la charnière des ive et ve s.

17La couche I a livré un mobilier peu abondant et assez hétérogène, parmi lequel on peut toutefois souligner la présence de plusieurs éléments tardo-antiques : une amphore Africaine III, un couvercle africain Hayes 196 tardif ainsi que de la sigillée luisante.

Fig. 7 – 1, amphore de Bétique ; 2 à 4, amphores africaines

Fig. 7 – 1, amphore de Bétique ; 2 à 4, amphores africaines

Arles-Rhône 2013. Zone 5. Sondage C13-C14. Échelle : 1/4.

Cliché, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

Tuyau de plomb RD6 (EA 3658)

18Le sondage réalisé sur la conduite RD6 a permis de distinguer trois couches. Le niveau le plus profond (couche III) présente un faciès caractéristique du iie s., marqué par la présence de sigillées sud-gauloises (types Drag. 37 et Ritt. 12), de céramiques à pâte claire et surtout de nombreux fragments de commune brune provençale. Les amphores Gauloise 4 sont prédominantes, avec quatre individus, tandis que celles de Bétique n’apparaissent qu’avec un col d’amphore à salaisons Belt. IIB/Alm. 50A (fig. 8, no 1). On note également la présence d’une urne rhodanienne COM-O-M A4 mais surtout de plusieurs sigillées Claire B (coupe Desb. 8/12, bol Desb. 20 et cruche Desb. 85), dont la production débute vers le milieu du iie s. Enfin, les importations africaines apparaissent avec une céramique culinaire (couvercle Hayes 196), mais surtout une sigillée A du type Hayes 10 (fig. 8, no 2), daté du iie s. (Hayes 1972, p. 38). De plus, un fond d’amphore à huile Africaine I incite à repousser la chronologie de ce niveau vers la fin du siècle (Bonifay 2004, p. 107). Par ailleurs, on peut signaler l’importation d’une bouilloire africaine Uzita 48, 1, peu diffusée au nord de la Méditerranée et généralement attestée durant le iiie s. (Ibid., p. 229-231). Il convient par conséquent de dater ce niveau de la seconde moitié du iie s., et plus probablement de la fin du siècle. La couche II a livré un mobilier peu abondant, comprenant notamment un col d’amphore Africaine IA (fig. 9, no 1) et une marmite africaine Hayes 197 (fig. 9, no 2), qui indiquent une chronologie semblable à celle du niveau précédent. Enfin, la couche I se met en place durant le iiie s., comme le montre la présence d’amphores Africaines I et II, et surtout de fragments de plats Hayes 50 en sigillée africaine C.

Fig. 8 – Mobilier céramique de la couche III : 1, amphore de Bétique ; 2, sigillée africaine A

Fig. 8 – Mobilier céramique de la couche III : 1, amphore de Bétique ; 2, sigillée africaine A

Arles-Rhône 2013. Zone 6. Sondage RD6. Échelle : 1/4.

Dessin et DAO : F. Bigot, G. Duperron (ASM).

Fig. 9 – Mobilier céramique de la couche II : 1, amphore africaine ; 2, culinaire africaine

Fig. 9 – Mobilier céramique de la couche II : 1, amphore africaine ; 2, culinaire africaine

Arles-Rhône 2013. Zone 6. Sondage RD6. Échelle : 1/4.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Gobelet en bois
Légende Zone 5. Carrés S-V 16-20.
Crédits Clichés et DAO : A. Doniga.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre Fig. 2 – 1-2, amphores orientales ; 3-4, amphores africaines
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés S-V 16-20. Échelle : 1/4.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 3 – 1-2, sigillée africaine A ; 3 à 7, culinaire africaine ; 8, commune italique ; 9, commune rhodanienne kaolinitique
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés S-V 16-20. Échelle : 1/4.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 4 – Vaisselle africaine
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés Y21-22. Échelle : 1/3.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 5 – 1-2, amphores africaines ; 3, amphore gauloise ; 4, amphore de Bétique
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés Y21-22.
Crédits Clichés, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig. 6 – Lampes à huile africaines
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 5. Carrés Y21-22.
Crédits Clichés : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Fig. 7 – 1, amphore de Bétique ; 2 à 4, amphores africaines
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 5. Sondage C13-C14. Échelle : 1/4.
Crédits Cliché, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 8 – Mobilier céramique de la couche III : 1, amphore de Bétique ; 2, sigillée africaine A
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 6. Sondage RD6. Échelle : 1/4.
Crédits Dessin et DAO : F. Bigot, G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 9 – Mobilier céramique de la couche II : 1, amphore africaine ; 2, culinaire africaine
Légende Arles-Rhône 2013. Zone 6. Sondage RD6. Échelle : 1/4.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138046/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Guillaume Duperron, « Arles – Lit du Rhône : le dépotoir urbain de Trinquetaille » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Domaine public maritime, mis en ligne le 10 mai 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/138046

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Guillaume Duperron

UMR 5140 ASM

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search