Navigation – Plan du site

AccueilRégionsDomaine public maritime2013Littoral des Bouches-du-RhôneArles – Le Rhône, faubourg de Tri...

2013
Littoral des Bouches-du-Rhône

Arles – Le Rhône, faubourg de Trinquetaille

Carte archéologique (2013)
Responsable d’opération : Luc Long
Notice rédigée avec Guillaume Duperron

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Si la carte archéologique du Rhône 2012, dans la traversée d’Arles, a été annulée pour des raisons météorologiques, celle de 2013 a été réalisée dans des conditions difficiles et a succédé sans interruption, du 29 septembre au 18 octobre, à la fouille programmée du dépotoir urbain de Trinquetaille.

2Elle comptait une vingtaine de plongeurs et le support du navire Brézéhan et a porté sur quatre sites différents : la zone portuaire sud, qui a livré des amphores Dressel 1, la zone dite de la nécropole sud, riche en éléments funéraires, enfin les épaves Arles-Rhône 13 et 14, qui apportent du nouveau sur la navigation dans le Bas-Rhône aux iiie et ive s.

Zone portuaire sud

3Des plongées en rive droite en zone 700, entre les PK 283,695 et 283,700, ont permis de repérer par 7 m de fond une dizaine d’amphores Dressel 1 parmi lesquelles on distingue les formes Dressel 1A, 1B et 1C, datées du début ou de la première moitié du ier s. av. J.-C. Ces conteneurs vinaires de la fin de la République romaine pourraient dater de la période de création de la colonie par Jules César et constituent les plus anciens vestiges antiques sur cette rive, si l’on excepte un fond d’amphore grecque de Marseille mis au jour un peu plus bas dans le virage.

Zone de la nécropole sud

4En rayonnant autour de ce groupe homogène d’amphores Dressel 1, les recherches en plongée ont conduit à mettre au jour, en rive droite, aux alentours du PK 283,680, une série d’objets épars, liés au domaine funéraire, notamment des fragments de sarcophages en marbre et en calcaire. On compte ainsi un fragment d’angle de cuve en marbre, de belle qualité, décoré d’oves et de rais de cœur, un fragment de couvercle en marbre avec une tête mutilée sous l’acrotère, un bas de cuve en calcaire où se distinguent les jambes d’un Éros dansant. D’autres objets en calcaire dur se rapportent à des ovoïdes d’autel, un fragment de chapiteau ionique et un autel à libation dédicacé par Valeria M à sa mère : (…) Valeria Maruleia Matri Perfectissimae, dont les trois premières lignes sont malheureusement très abimées. Dans ce même secteur a été découvert un coffret, peut-être funéraire lui aussi, constitué d’un châssis en bois recouvert de plaques de bronze et de clous de cuivre (27 x 38,5 x 18 cm), qui a été très rapidement confié au laboratoire Arc-Nucléart de Grenoble (fig. 1).

Fig. 1 – Arles-Rhône 2013 : coffre funéraire en bois et bronze

Fig. 1 – Arles-Rhône 2013 : coffre funéraire en bois et bronze

Cliché : L. Long (Drassm).

5Encore inédit, un fragment de coffre de ce type, dont le panneau de bois est doté de plaques et de clous identiques, recouverts de feuilles d’or, a été signalé dans le dépotoir romain daté des ier-iie s., au-dessus de l’épave Arles-Rhône 3. Excepté ces deux exemplaires arlésiens, des fragments de coffre ou de placard moins bien conservés, constitués de plaques de bronze attenantes et de clous de même nature, sont signalés dans une domus sur le site de Zeugma, en Turquie. Enfin, cette zone a livré une section de tuyau en plomb (RD7), isolée et probablement déclassée pour en récupérer le métal, qui est conservée sur 3,10 m de long pour un diamètre externe de 22 cm, soit 20,73 cm de diamètre interne. Déchiré au niveau des soudures, cette section présente deux marques de producteur de part et d’autre de la nervure dorsale, très effacées et partiellement mutilées, qui n’ont pas encore été déchiffrées. On note également sur le premier tiers du tuyau la présence de chiffres romains imprimés dans le moule d’origine : XXII, qui devaient servir à numéroter les différentes sections pour en faciliter l’assemblage, à moins qu’il ne s’agisse de capacités de débit. On sait sur ce point que Frontinius, administrateur principal des eaux de Rome, avait obligation de figurer sur les conduites en plomb le chiffre de leur capacité tous les 50 pieds. Cette marque offre donc plusieurs pistes.

Zone de l’épave Arles-Rhône 5 (EA 1405)

6Des plongées de contrôle sur l’épave Arles-Rhône 5, utiles pour renforcer par endroit le dispositif de protection soumis à l’érosion de la pente, ont permis de signaler un objet entre les ducs d’Albe nos 4 et 5, à proximité immédiate de l’épave. Il s’agit d’un fragment de couvercle d’amphore gauloise, probablement de type CL-REC 16h (Py 1993, p. 240), portant une estampille T.CR.V’IT’ avec des lettres en relief dans un cartouche quadrangulaire creux, des points triangulaires entre les lettres T/C et R/V et les lettres I et T ligaturées (fig. 2). Cette marque a déjà été observée à de nombreuses reprises sur des anses d’amphores G. 4 mises au jour dans ce secteur (Long 1994 ; Corbeel, Duperron 2013).

Fig. 2 – Timbre sur couvercle d’amphore gauloise

Fig. 2 – Timbre sur couvercle d’amphore gauloise

Épave Arles-Rhône 5. Échelle 1.

Cliché, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

Épave Arles-Rhône 13 (EA 1402)

7En dépit de la très mauvaise visibilité, limitée à 10 cm, les relevés se sont poursuivis sur les parties dégagées par le courant qui matérialisent l’axe longitudinal de l’épave Arles-Rhône 13. Il s’agit d’un navire retourné, en rive droite, au PK 282,710, partiellement mis à nu après une crue en 2011. Sa chronologie, fixée au ive s. apr. J.-C., apporte du nouveau sur l’activité du port fluvial d’Arles et sur la navigation depuis l’embouchure à cette période. Évaluée à 15 ou 18 m de long au maximum, sa construction par mortaises et tenons chevillés incluant varangues, quille (arrachée) et retour de galbord, est spécifiquement maritime. Treize pieds de varangues retournées ont été retrouvés en place, sur une distance qui en comptait au moins 17 à l’origine, si l’on tient compte des écarts laissés vides. En amont de ce groupe, une demi-varangue, étudiée à terre avant d’être remise en place, permet de restituer la forme pincée de la coque sur son extrémité. Compte tenu des problèmes que pose l’épave, en particulier la persistance d’une forme de carène à retour de galbord à une période où ce mode de construction n’est plus vraiment attesté depuis 400 ans, la chronologie du site revêt une importance considérable. Au demeurant, cette forme de coque n’est pas sans rappeler l’épave Dramont E, datée du ve s. de notre ère (Santamaria 1995).

8À défaut de cargaison, puisque le navire s’est retourné dans un dépotoir hétéroclite, la datation de l’épave Arles-Rhône 13 repose sur l’analyse radiocarbone, l’étude des monnaies et celle du mobilier archéologique environnant. En 2013, un échantillon de membrure, en chêne à feuilles caduques, a donc été confié au laboratoire Archeolabs qui propose une datation 14C calibrée, avec une probabilité de 96,7 % entre 231 et 359 de notre ère, une fourchette chronologique qui correspond assez bien au faciès des monnaies, de la céramique et des amphores qui recouvrent les vestiges. Un nettoyage partiel a été effectué sur la partie amont du site (zone B), en 2013, afin de faciliter le relevé et d’affiner la chronologie. Trois niveaux de dépôt ont été identifiés au-dessus du bois si l’on exclut la couche de surface composée de pierres de lest, jetées par les navires au mouillage aux xviiie et xixe s. Peu abondant, le mobilier céramique de ces trois couches, qui a fait l’objet d’une publication exhaustive (Long, Duperron 2014), situe la mise en place de ces différents niveaux dans le ive s. et la première moitié du ve s. Il a été également possible de réaliser quelques observations sur les échanges commerciaux. On a ainsi constaté la grande diversité des produits alors en circulation : huile de Bétique, sauces de poisson de Lusitanie, vins italiens et orientaux. Le fait le plus marquant est toutefois la très nette domination des importations africaines, avec en particulier les amphores Afr. III (fig. 3, no 1), dont le contenu principalement vinaire est très probable. On peut également souligner les nouvelles attestations du type Keay 27 (fig. 3, no 2), assez rarement signalé. La vaisselle de table est en revanche faiblement représentée. Dans ce domaine, on notera le dynamisme des productions savoyardes de sigillées luisantes. On remarquera également la diversité des céramiques communes importées à cette époque. En effet, aux côtés des productions rhodaniennes, bon nombre de céramiques communes (cruche, bouilloire, marmite, mortier, etc.) proviennent d’Espagne et d’Afrique (fig. 4). La présence de traces de poix sur certains de ces vases témoigne vraisemblablement du transport en petites quantités de produits liquides dont la nature reste indéterminée. Enfin, la découverte de deux tubes de voûte très probablement produits en Afrique (fig. 5) constitue une nouvelle occurrence pour ces objets encore rarement attestés en Narbonnaise.

Fig. 3 – Amphores africaines

Fig. 3 – Amphores africaines

Épave Arles-Rhône 13.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

Fig. 4 – Communes africaines

Fig. 4 – Communes africaines

Épave Arles-Rhône 13. Échelle : 1/3.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

Fig. 5 – Tube de voûte africain

Fig. 5 – Tube de voûte africain

Épave Arles-Rhône 13. Échelle : 1/4.

Cliché, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

9Avec les amphores et la céramique, on note trois petits objets relatifs à l’instrumentum (étude A. Doniga). Il s’agit de deux bouchons d’amphore, l’un taillé dans une plaque de marbre, l’autre dans une panse d’amphore, et une bague en alliage cuivreux, décorée de stries verticales, datée de la fin du iie ou du iiie s. Par ailleurs, 84 monnaies découvertes sur l’épave Arles-Rhône 13, ont été étudiées par Jordan Latournerie. On constate que 92 % d’entre elles sont datées du ive s. (soit 77 ex. sur 84), 4 % ne sont pas identifiables et trois monnaies sont du iiie s. Enfin, une seule monnaie date du ve s. Au bilan, la datation de l’épave dans le ive s. est confortée par l’ensemble du mobilier qui la recouvre, en cohérence avec la datation 14C.

Épave Arles-Rhône 14 (EA 3078

10Comme la précédente, l’épave Arles-Rhône 14, sise en zone 11, par 6 m de fond, a été repérée en 2011 après une crue érosive du Rhône. Après les premières observations réalisées lors de sa découverte (Long, Duperron 2013), l’épave Arles-Rhône 14, datée du iiie s., qui se rapporte visiblement à une embarcation fluviomaritime, a fait l’objet en 2013 d’une nouvelle exploration qui a apporté quelques compléments sur le navire lui-même, notamment à travers la réalisation d’une étude dendrochronologique (F. Guibal). Les vestiges de bois qui ont été examinés, dans une partie du site affouillée par le courant, correspondent sans doute à la partie centrale du navire, dépourvu de quille, avec la présence de la lice de plat-bord, sur laquelle est fixé un double barrot de pont. Au-dessous, prend forme la muraille qui s’incurve vers le fond, constituée de virures assemblées par tenon et mortaise, à la manière des bateaux de mer, et la présence dans cet espace de deux allonges de membrure en place (M 109 et 110) et de l’emplacement de deux autres allonges (M 107 et 108). Mais cette expertise complémentaire du site a surtout permis d’étudier une nouvelle couche couvrant les iiie et ive s., qui a livré une riche documentation matérielle comprenant près de 200 céramiques, 25 objets métalliques, une centaine de monnaies ainsi qu’une inscription lapidaire. Ces nouvelles données, actuellement en cours de publication, complètent les connaissances sur le faciès matériel arlésien de l’époque romaine tardive.

11Le mobilier céramique se caractérise de manière générale par une nette domination des importations africaines qui constituent ainsi la moitié des amphores. On recense principalement des exemplaires appartenant aux types Afr. I tardive, Afr. III, Keay I et Tripolitaine III. Le répertoire amphorique est complété par des productions d’Orient (Kapitän II, LRA 1 et 4), d’Italie (MRA IA, Keay 52 et Empoli) et de la péninsule ibérique (Dr. 23 et Alm. 51). Dans le domaine de la vaisselle, les céramiques africaines sont également les plus nombreuses, en particulier parmi les céramiques communes. Au sein de cette catégorie en effet, elles représentent 60 à 80 % des individus. Elles correspondent essentiellement à des vases de cuisson : marmites Hayes 197 (fig. 6, nos 1 et 2), plats à cuire Hayes 23 et 181 (fig. 6, nos 3 et 4), couvercles Hayes 195 et 196 (fig. 50, nos 5 et 6), mais l’on note aussi la présence de plusieurs cruches africaines (fig. 6, n7) dont la paroi interne est poissée. Par ailleurs, quelques importations de céramiques communes orientales, provenant du Levant et de Mer Égée (fig. 7, nos 1 à 3), ainsi que de marmites non tournées hispaniques (fig. 7, no 4), sont également à signaler.

Fig. 6 – Céramiques culinaires et commune africaines

Fig. 6 – Céramiques culinaires et commune africaines

Épave Arles-Rhône 14. Échelle : 1/3.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

Fig. 7 – 1 à 3, céramiques communes orientales ; 4, céramique hispanique

Fig. 7 – 1 à 3, céramiques communes orientales ; 4, céramique hispanique

Épave Arles-Rhône 14. Échelle : 1/3.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

12Les productions régionales complètent donc l’approvisionnement de manière limitée. Celles-ci proviennent pour l’essentiel de la vallée du Rhône, avec des sigillées Claire B et Luisante pour la vaisselle de table et des céramiques kaolinitiques et oxydantes micacées pour les vases de cuisson.

13Parmi le mobilier relatif à l’instrumentum, étudié par Aline Doniga, on dénombre un bouchon en fer, d’un diamètre de 10,4 cm, ayant peut-être appartenu à une pompe, deux aiguilles en alliage cuivreux, dont l’une, de 13,1 cm de long pour 0,3 cm d’épaisseur, était probablement utilisée pour la couture de matériaux épais comme le cuir ou les voiles de navire, une tessère monétiforme estampillée d’un P en relief sur l’avers et d’une ancre sur le revers, et deux cadres de miroirs en plomb (3,9 et 4,7 cm de diamètre) décorés dont le type est particulièrement utilisé aux iie-iiie s. Cette partie de l’épave Arles-Rhône 14 a également livré 246 monnaies, étudiées par Jordan Latournerie, dont une écrasante majorité, 76 % date du ive s. (soit 187 ex.), 14 % du iiie s. (34 ex.) et 5 % (13 ex.) sont des imitations. Les frappes des Ier et iie s. sont anecdotiques. Enfin, une plaque de marbre inscrite faisait partie du mobilier de déversement dans l’épave (17 x 15 cm) :

(…) GA(i) VS.P(…), AMABI(lis), ME.SAR (…) E VIXIT. A (…).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Arles-Rhône 2013 : coffre funéraire en bois et bronze
Crédits Cliché : L. Long (Drassm).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138051/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Fig. 2 – Timbre sur couvercle d’amphore gauloise
Légende Épave Arles-Rhône 5. Échelle 1.
Crédits Cliché, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138051/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 3 – Amphores africaines
Légende Épave Arles-Rhône 13.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138051/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Fig. 4 – Communes africaines
Légende Épave Arles-Rhône 13. Échelle : 1/3.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138051/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 5 – Tube de voûte africain
Légende Épave Arles-Rhône 13. Échelle : 1/4.
Crédits Cliché, dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138051/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 6 – Céramiques culinaires et commune africaines
Légende Épave Arles-Rhône 14. Échelle : 1/3.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138051/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Fig. 7 – 1 à 3, céramiques communes orientales ; 4, céramique hispanique
Légende Épave Arles-Rhône 14. Échelle : 1/3.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138051/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Guillaume Duperron, « Arles – Le Rhône, faubourg de Trinquetaille » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Domaine public maritime, mis en ligne le 10 mai 2023, consulté le 29 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/138051

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Guillaume Duperron

UMR 5140 ASM

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search