Navigation – Plan du site

AccueilRégionsDomaine public maritime2013Littoral des Bouches-du-RhôneAu large de Fos-sur-Mer – Carte a...

2013
Littoral des Bouches-du-Rhône

Au large de Fos-sur-Mer – Carte archéologique de l’anse Saint-Gervais

Identification de bien culturel maritime (2013)
Responsable d’opération : Luc Long
Notice rédigée avec Guillaume Duperron

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Ministère de la Culture

Texte intégral

1Une opération de carte des épaves et d’identification de bien culturel maritime, dirigée par Luc Long (Drassm) avec l’aide de l’association 2ASM, s’est déroulée dans l’anse Saint-Gervais, à Fos-sur-Mer, du 29 juillet au 2 août 2013. Inscrite dans le programme de recherches sur le port fluvial d’Arles et ses avant-ports maritimes, cette mission a mis en œuvre une quinzaine de personnes à bord du Brézéhan et de la barge Véga. En complément des travaux menés par Souen Fontaine (Drassm) à l’est du port de Fos-sur-Mer, notre objectif portait sur l’étude et le relevé d’ouvrages bâtis à l’ouest de l’anse Saint-Gervais et l’identification de l’épave Saint-Gervais 8, par 3 m de fond, à 100 m du bord, susceptible d’apporter des informations sur le paléorivage et l’embouchure du canal de Marius. Cette courte expertise, entachée de mauvais temps, a montré qu’il s’agit en réalité d’une portion de navire antique conservée sur 2,5 m de long, à l’est du groupe d’épaves Saint-Gervais 1, 3 et 4, au large de la digue occidentale du port de Saint-Gervais. Les éléments de bois : cinq virures de bordé, assemblées par tenons et mortaises, et sept membrures encore en place, maintenues par des gournables et des clous de fer, occupaient vraisemblablement le flanc du navire, entre les deux préceintes. La position légèrement dévoyée des membrures annonce l’une des extrémités de l’embarcation. Les vestiges, étudiés in situ, ont fait l’objet d’une prise de vue photogrammétrique (O. Bianchimani et S. Bastard-Bogain), restituée par P. Drap (LSIS-CNRS-Univ. Luminy) (fig. 1).

Fig. 1 – Restitution photogrammétrique de la portion d’épave SG8

Fig. 1 – Restitution photogrammétrique de la portion d’épave SG8

Réalisation : P. Drap (LSIS).

2Si le mobilier découvert au cours du dévasage couvre une très large période d’occupation et ne correspond pas aux vestiges d’un chargement homogène, une monnaie découverte à même le bois pourrait dater l’ensemble du ive s. de notre ère. Les prospections dans un rayon d’une centaine de mètres autour de l’épave ont permis, par ailleurs, d’isoler plus au nord deux ensembles de blocs taillés, dotés de marques et d’orifices de levage, non répertoriés jusque-là. Le premier groupe, qui revêt la forme d’une base de tour quadrangulaire, avec une vingtaine de grosses pierres visibles, correspond à un quadrilatère de 14 x 8 m. À 40 m à l’ouest, le deuxième groupe s’étend sur plus de 30 m de long et comprend une trentaine de blocs taillés parmi lesquels reposait une collerette de dolium susceptible d’indiquer la présence d’horrea. Enfin, les prospections vers l’ouest afin d’isoler d’autres groupes lapidaires ont débouché sur des ensembles maçonnés recouverts de végétation, entre les navalia et la zone des nécropoles. C’est de ce secteur que provient une plaque funéraire en marbre, très érodée.

Étude du mobilier dans la zone de l’épave

3Le lot de mobilier recueilli près de l’épave présente un faciès général caractéristique du Haut-Empire. Les importations de Bétique sont les plus abondantes. Parmi celles-ci, ce sont les amphores à huile Dr. 20 qui dominent, avec deux cols et une lèvre (fig. 2, nos 1 à 3), attribuables aux variantes D ou E, datées de l’époque flavienne et de la première moitié du iie s. (Martin-Kilcher 1987). Des amphores à salaisons piriformes du sud de la Bétique sont également représentées, mais uniquement par des fragments informes qui ne permettent pas d’en préciser la typologie (Dr. 7/11 ou Belt. II ?). Les amphores gauloises constituent également une part importante du mobilier, mais leur état de conservation est médiocre : seul un fond de Gauloise 4 est identifiable (fig. 2, no 4).

4D’autres objets appartiennent également au Haut-Empire : quelques fragments d’amphores fuselées de Tarraconaise et deux amphores orientales : une rhodienne Dr. 43, seulement représentée par une anse, et un col cannelé d’origine levantine (fig. 2, nos 5), probablement à rapprocher du type Beirut 3 (?), daté de la fin du ier s. et du iie s. (Reynolds 2005, p. 569 et 597). On note en outre la présence d’un bord de bassin en céramique commune africaine (fig. 3, nos 1), du type Uzita 2A, daté du iie s. et de la première moitié du iiie s. (Bonifay 2004, p. 263).

5D’autres importations africaines appartiennent incontestablement à une période plus récente. Ainsi, un bord de plat en sigillée africaine C de Tunisie centrale du type Hayes 50 (fig. 3, no 2) n’est pas antérieur au deuxième quart du iiie s. (Hayes 1972, p. 73). De même, un bord de plat à cuire africain du type Hayes 23B apparaît dans une variante tardive, caractérisée par une lèvre très haute (fig. 3, no 3), qui semble produite à partir du iiie s. au plus tôt (Bonifay 2004, p. 212).

6De plus, un fragment de marmite modelée avec tenon de préhension correspond à une production hispanique, probablement du type CATHMA 26, largement diffusée sur le littoral gaulois durant les ive et ve s.

7Enfin, de rares éléments nettement plus anciens sont également attestés : deux fragments de sigillée italique et deux amphores provenant également d’Italie : une épaule de Gréco-italique (fig. 2, no 6) et une Dr. 1B entièrement conservée à l’exception du col (fig. 2, no 7).

8Une monnaie en bronze a été découverte sur l’épave, entre les membrures M103 et M104. Il s’agit d’un aes 3 du milieu du ive s. peut-être frappé sous Julien II (identification J. Latournerie).

9Par conséquent, bien que l’on ne dispose que d’assez peu d’éléments datant, il apparaît que l’essentiel du mobilier mis au jour appartient au Haut-Empire. Les quelques formes caractéristiques semblent orienter la datation vers l’époque flavienne et le iie s. Toutefois, la présence de quelques importations africaines pourrait indiquer une poursuite de l’occupation au iiie s. Enfin, de rares objets sont clairement plus anciens et récents, mais leur présence s’explique aisément dans cette zone portuaire utilisée durant toute l’Antiquité.

Fig. 2 – Mobilier céramique

Fig. 2 – Mobilier céramique

Zone de l’épave.

Dessin et DAO : F. Bigot, G. Duperron (ASM).

Fig. 3 – Vaisselle africaine

Fig. 3 – Vaisselle africaine

Zone de l’épave. Échelle : 1/3.

Dessin et DAO G. Duperron (ASM).

Zone des blocs 1

10Le mobilier de cette zone est assez abondant, mais les fragments caractéristiques sont peu nombreux. Les importations de Bétique sont dominantes, avec beaucoup de panses de Dr. 20 et un assez grand nombre de fragments informes d’amphores piriformes à salaisons (Dr. 7/11 ou Belt. II ?). Les productions gauloises sont également bien représentées, avec notamment trois fonds et deux anses du type Gauloise 4. Enfin, quelques fragments d’amphore africaine fuselée ont été recueillis, mais aucun élément ne permet d’en préciser le type. Un bord de couvercle africain Hayes 196 est également attesté. Par conséquent, il est très difficile de proposer une datation pour ce lot de mobilier, en l’absence quasi-complète de formes. On observe toutefois que le faciès général, caractérisé par l’hégémonie des productions gauloises et des importations de Bétique, correspond à celui du haut Empire, sans plus de précision.

Zone des blocs 2

11Le mobilier de cette zone présente un faciès assez comparable à celui de la précédente. Il est dominé par les importations de Bétique, représentées par un col sans lèvre et de nombreuses panses d’amphores à huile Dr. 20. De plus, un fond d’amphore fuselée de Tarraconaise correspond au type Pascual 1. Les amphores gauloises sont également bien attestées, mais uniquement par des fragments informes. On recense ensuite quelques panses d’amphores africaines, ainsi qu’un col d’amphore à huile Tripolitaine I (fig. 4, no 1), produite durant les ier et iie s. apr. J.-C. (Bonifay 2004, p. 105). En outre, un fond mal conservé appartient à une Africaine III, diffusée pendant le ive s. et la première moitié du ve s. (Ibid., p. 122). D’autres importations africaines apparaissent avec de la vaisselle culinaire. Un bord de plat à cuire Hayes 181D (fig. 4, no 3), daté de la seconde moitié du ive s. et de la première moitié du ve s. (Ibid., p. 214), est associé à un couvercle Hayes 196 (fig. 4, no 2).

Fig. 4 – 1, amphore de Tripolitaine ; 2-3, culinaire africaine

Fig. 4 – 1, amphore de Tripolitaine ; 2-3, culinaire africaine

Zone des blocs 2. Échelle : 1/4.

Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).

12Enfin, on note la découverte d’une lèvre de dolium à profil triangulaire rentrant (fig. 5), étudiée par C. Carrato. La pâte sableuse rouge sombre à inclusions de calcaire roulé, de quartz et de petites inclusions de calcite, correspond à un atelier situé dans la région de Marseille, qui n’a pas encore été localisé, et qui semble fonctionner entre le ier et le début du iie s. apr. J.-C. La forme et la pâte de cet individu évoquent un dolium terrestre (entrepôt portuaire ou agricole). La forme et le diamètre du bord (diam. ext. estimé : 130 cm) renvoient à un individu de grande taille dont la capacité pourrait avoisiner les 2 000 litres. Par conséquent, comme pour les contextes précédents, la plupart des objets semblent appartenir au haut Empire. On note également la présence d’au moins deux importations africaines plus récentes (ive s. ou première moitié du ve s.).

Fig. 5 – Bord de dolium

Fig. 5 – Bord de dolium

Zone des blocs. Échelle : 1/10.

Dessin et DAO : C. Carrato.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Restitution photogrammétrique de la portion d’épave SG8
Crédits Réalisation : P. Drap (LSIS).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138061/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Fig. 2 – Mobilier céramique
Légende Zone de l’épave.
Crédits Dessin et DAO : F. Bigot, G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138061/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Titre Fig. 3 – Vaisselle africaine
Légende Zone de l’épave. Échelle : 1/3.
Crédits Dessin et DAO G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138061/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Fig. 4 – 1, amphore de Tripolitaine ; 2-3, culinaire africaine
Légende Zone des blocs 2. Échelle : 1/4.
Crédits Dessin et DAO : G. Duperron (ASM).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138061/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 5 – Bord de dolium
Légende Zone des blocs. Échelle : 1/10.
Crédits Dessin et DAO : C. Carrato.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138061/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Long, Guillaume Duperron, « Au large de Fos-sur-Mer – Carte archéologique de l’anse Saint-Gervais » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Domaine public maritime, mis en ligne le 10 mai 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/138061

Haut de page

Auteurs

Luc Long

Drassm

Articles du même auteur

Guillaume Duperron

UMR 5140 ASM

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Luc Long

Drassm

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search