Navigation – Plan du site

AccueilRégionsCentre-Val de Loire199741 – Loir-et-CherRomorantin-Lanthenay – Déviation ...

1997
41 – Loir-et-Cher

Romorantin-Lanthenay – Déviation de la RD465 à la RD922

n°068618
Responsable d’opération : Sophie Krausz

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :

http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=1.690;47.325;1.783;47.420

1Une évaluation archéologique a été réalisée sur le tracé de la déviation ouest de Romorantin, qui reliera la RD765 à la RD922. Au total, 73 tranchées ont été faites sur l’emprise de 2 km linéaires. Dans plusieurs secteurs, les découvertes consistent essentiellement en mobilier archéologique, mais avec une quasi-absence de structures. Ce mobilier se rapporte à plusieurs périodes chronologiques, de la Protohistoire à l’époque moderne, avec une bonne représentation de la période gallo-romaine. La plupart de ces objets n’ont toutefois pas été trouvés dans leur contexte d’origine et ne permettent donc pas aujourd’hui de localiser des sites archéologiques certains, à l’exception du secteur de la tranchée T40. Cette tranchée mesure 55 m de longueur, auxquelles s’ajoutent 2 extensions au sud, pratiquées lors de la découverte de 2 amas de tegulae. Des tuiles apparaissent dans la terre végétale, vers 0,30 m de profondeur. Elles y sont toutefois peu nombreuses et leur densité devient plus forte à partir de 0,80 m.

2L’amas 1 est composé uniquement de fragments de tegulae, formant un léger dôme en son milieu, ses côtés plongeant dans le sol (on peut s’étonner de l’absence d’imbrex). Certains fragments de tuile sont très concassés, d’autres assez grands (20 à 30 cm de côté). Une couche noire charbonneuse le recouvre au nord (lambeau de couche ?). Son épaisseur est faible (0,20 m) et les tuiles reposent directement sur le substrat argileux. Elles sont incluses dans un sédiment très compact, argileux, contenant des tessons de céramique, une monnaie de bronze et des charbons de bois. Quelques pierres de calcaire exogène sont également présentes et il faut leur ajouter une demi-meule rotative en grès. Les dimensions complètes de cet amas ne sont pas connues, car il se poursuit en dehors de la tranchée T40, mais une mesure est-ouest donne environ 7 m. Il était peut-être contenu dans une fosse (d’extraction d’argile ?), mais ses limites ne sont pas décelables dans un sédiment qui est visuellement identique au substrat. L’amas 2 n’a pas été fouillé, mais il semble présenter les mêmes caractéristiques que l’autre (bombement dans la partie centrale). Sa partie visible est d’environ 16 m², mais il est incomplet.

3L’interprétation de ces vestiges peut être orientée vers l’existence de fours de tuiliers, en raison de la découverte de très nombreux fragments brûlés et de quelques tuiles très irrégulières : bords très larges ou très minces, fragments déformés assimilables à des ratés de cuisson. Le substrat apparaît à 0,80 m de profondeur depuis la surface, mais la couche qui le recouvre (argile sableuse) ne peut être distinguée nettement. Cette épaisse couche, qui ressemble donc au substrat, est probablement un remblai puisqu’elle recouvre les vestiges archéologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Krausz, « Romorantin-Lanthenay – Déviation de la RD465 à la RD922 » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre-Val de Loire, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/13837

Haut de page

Auteur

Sophie Krausz

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sophie Krausz

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

© ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search