Navigation – Plan du site

AccueilRégionsGrand Est201567 – Bas-RhinKesseldorf, Rittershoffen – Reihe...

2015
67 – Bas-Rhin

Kesseldorf, Rittershoffen – Reiherbach et Ruestlang, réseau de chaleur souterrain

Fouille préventive (2015)
Responsable d’opération : Muriel Roth-Zehner

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015

Numéro d’opération :

016440, 016458

Nature de l'opération :

fouille préventive
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Pôle d’archéologie interdépartemental rhénan

Texte intégral

1La mise en place d’un réseau de chaleur souterrain entre les communes de Rittershoffen et Beinheim (travaux ECOGI) ont donné lieu à un diagnostic archéologique (avril 2015) sur l’ensemble du tracé du réseau, suivies de fouilles préventives complémentaires sur les communes de Kesseldorf et Rittershoffen sur près de 6 000 m2 du 15 juin au 10 août 2015.

Kesseldorf – Reiherbach

2Sur ce tronçon, deux secteurs distincts ont été prescrits : le premier en bas de colline dans une zone argileuse et le second sur un plateau lœssique.

Des vestiges du Hallstatt D3 et de La Tène finale

3Trois fosses-silos ont été mises au jour dans le secteur en bas de colline. L’une d’elles était riche en céréales : son fond était tapissé de graines carbonisées, essentiellement du millet (étude d’E. Bonnaire). Cette petite zone d’ensilage fait écho aux nombreux tertres funéraires découverts à proximité et qui datent de la même période (Hatten, Soufflenheim).

4Le plateau lœssique est occupé pendant La Tène finale. Seules quelques fosses et trous de poteau ont été mis au jour à cet endroit, de probables vestiges d’un établissement rural. D’autres vestiges de cette période sont également à signaler sur le tracé du réseau de chaleur souterrain, révélés lors du diagnostic : un établissement rural à enclos à Rittershoffen dont on a repéré le fossé de contour ainsi qu’une sépulture à Hatten : un vase-ossuaire contenant les restes du bûcher (os brûlés, céramique, éléments ferreux, perles en verre) a été déposé au centre d’une construction à quatre poteaux qui protégeait la sépulture. Ce type d’aménagement se retrouve dans une grande partie de la Gaule septentrionale dès le iie s. av. J.-C. C’est une architecture funéraire qui reste encore présente jusqu’au Haut-Empire en Alsace, comme en témoignent les deux bâtiments sur poteaux découverts récemment à Colmar-Houssen (Base de Loisirs/rue Denis-Papin) qui datent du iie s. apr. J.-C. À noter aussi la découverte d’une épée et de crémations gauloises dans la nécropole tumulaire de la commune voisine de Seltz (lieu-dit Hesselbuch).

L’occupation romaine de Kesseldorf : artisanat et nécropole

5Ce territoire est ensuite réinvesti à la fin du règne de Tibère (premier quart du ier s. apr. J.-C.). Dans la partie basse du site, deux fours de potier et une aire de travail ont été fouillés. Exceptionnellement préservés, ils ont conservé une grande partie de leur voûte. Les soles sont encore en place ainsi que les laboratoires, les chambres de chauffe et les alandiers. Tous deux sont de plan quadrangulaire. Des supports latéraux et un muret central, taillés directement dans le terrain lors du creusement de la fosse, soutenaient la sole qui accueillait les vases empilés.

6La fouille n’a pas permis de mettre au jour l’atelier de ce potier (bâtiment, emplacement du tour). Ces aménagements sont souvent fugaces et difficilement lisibles sur le terrain. Seules quelques fosses, qui contenaient des rejets des deux fours, ont été observées. À noter, tout de même, le magnifique lissoir en silex découvert dans les rejets des fours localisés dans l’aire de service.

7Les deux fours et l’aire de service ont livré 8850 tessons céramiques correspondant à environ 930 vases. Une vingtaine de formes ont été produites, s’apparentant à des services à boire : coupes, bols, gobelets, bouteilles, tonnelets, cruches, etc. Toutes ces céramiques ont été réalisées au tour, certaines sont décorées. Les poteries sont majoritairement à couverte grise/noire, quelques-unes sont à engobe rouge-brun.

Fig. 1 – Atelier de potier du ier s. apr. J.-C.

Fig. 1 – Atelier de potier du ier s. apr. J.-C.

À gauche, four 6 ; à droite, four 11.

Cliché : A. Bolly (Pair).

8Sur le plateau s’installent d’autres aménagements artisanaux contemporains des fours de potiers ainsi qu’une nécropole à crémation.

9Les ateliers mis au jour sont très arasés. Un fumoir/séchoir a été construit à l’aide de tuiles romaines. Une autre construction quadrangulaire découverte devant ce fumoir/séchoir pose encore question (peut-être l’emplacement d’une crémaillère ?). Enfin, un petit four circulaire (domestique ?) complète ces installations.

10La nécropole, aménagée en rebord de plateau et observée sur une surface de 945 m2, est composée de neuf dépôts à crémation.

11Deux dépôts se sont avérés particulièrement riches avec de nombreux objets métalliques, céramique et en verre.

La sépulture 29

12Des traces ligneuses et des effets de parois dessinent l’emplacement d’un coffre en bois d’environ 1 x 2,5 pieds romains (pied monétal romain 29,57 cm) qui occupait l’espace central de la fosse sépulcrale et qui accueillait les ossements calcinés du défunt. Deux petites cruches en pâte claire ont été posées sur le coffre. De part et d’autre de ce dernier des objets en alliage cuivreux, parfois totalement déformés par le feu, ont été déposés : quatre pieds et une charnière appartenant à un siège pliable, les éléments métalliques d’un coffre (serrure, renforts d’angle), un possible chaudron, une passoire (d’un simpulum ?), un récipient (bassin, patère ou cruche), une chaînette (de bracelet ?). À ce lot s’ajoutent une anse de récipient en fer, fonctionnant probablement avec le fragment de chaudron, ainsi que 38 clous de menuiserie en fer, également passés au feu.

13Cette tombe romaine précoce (première moitié du ier s. apr. J.-C.) est exceptionnelle pour la région. L’assemblage des objets l’inscrit dans la série de tombes de tradition « tardo-républicaine », surtout présentes en territoire trévire. Ces tombes contiennent de la vaisselle en bronze d’origine italique ainsi que d’autres objets luxueux. Cette vaisselle rappelle le symposium gréco-italique et la consommation du vin, très prisée par la société aristocratique gauloise du ier s. av. J.-C. par la présence d’amphores provenant de Campanie mais aussi de récipients en bronze qui accompagnent la boisson. Pourtant un décalage fonctionnel est désormais admis entre les boissons consommées et les récipients découverts dans ces tombes tardo-républicaines dès le tournant de notre ère : les vaisselles déposées dans les sépultures attestent davantage du rang aristocratique des défunts plutôt que d’une utilisation pour la consommation du vin.

Fig. 2 – Sépulture 29

Fig. 2 – Sépulture 29

Cliché et DAO : D. Barré.

Fig. 3 – Tombe 29 : ensemble des éléments métalliques découverts au nord et au sud de la tombe

Fig. 3 – Tombe 29 : ensemble des éléments métalliques découverts au nord et au sud de la tombe

Cliché : F. Schneikert (Pair).

Fig. 4 – Tombe 29 : pieds en alliage cuivreux et charnière à quatre pitons en fer appartenant à un siège pliant

Fig. 4 – Tombe 29 : pieds en alliage cuivreux et charnière à quatre pitons en fer appartenant à un siège pliant

Siège pliant découvert à Pompéi (Mols 1994), identique à celui découvert dans la tombe 29.

Clichés : F. Schneikert (Pair).

La sépulture 26

14La seconde sépulture remarquable était composée d’une cruche en verre qui recueillait les ossements brûlés du défunt. La tombe contenait également un dépôt funéraire composé d’une coupe en sigillée et de deux petites cruches intactes. Les résidus du bûcher dans lesquels de nombreux clous de menuiserie, des clous de chaussures et une monnaie (sesterce non déterminé) ont été découverts. Ils comblaient la fosse sépulcrale et complètent ce corpus.

La sépulture 17

15Dans un dépôt a crémation arasé et mal conservé a été recueilli un fragment de tissu en or décelé lors du tamisage des restes incinérés. C’est une découverte inattendue et rare qui ne fait que renforcer l’image aristocratique de cette petite nécropole.

16La présence de cette nécropole (familiale ?) et de structures artisanales (fours de potier, fumoir/séchoir) supposent l’existence à proximité d’un établissement rural de type « villa ». Les zones funéraires ainsi que les aménagements artisanaux liés au feu sont souvent établis en périphérie de l’habitat. Il est donc possible qu’une riche résidence, à l’image des tombes fouillées, se soit installée sur le plateau. Cet établissement rural se trouve non loin de Seltz/Saletio où s’installe une agglomération au Haut-Empire qui a peut-être des origines gauloises.

Rittershoffen – Ruestlang

Des découvertes de l’époque néolithique

17L’occupation du site de Rittershoffen débute entre 4300 et 4000 av. J.-C. Une fosse a livré des artefacts de la culture « Bruebach-Oberbergen/Bischheim Rhénan ». Elle contenait un bel ensemble céramique et des outils en pierre. Les sites néolithiques sont rares dans la région de l’Outre-Forêt : les découvertes sont essentiellement fortuites et/ou réalisées dans le cadre de prospections pédestres (haches, herminettes, silex, etc.). Ce site est aujourd’hui le plus septentrional connu en Alsace.

Un site métallurgique médiéval

18L’essentiel du site, daté xiie s. apr. J.-C., a livré des traces d’activités métallurgiques. Les différents fossés et fosses ont livré quelques pisolithes (minerai de fer en grains/Bohnerz) qui supposent la présence d’un atelier de réduction de minerai de fer non loin du site. L’activité principale répertoriée à Rittershoffen est la forge avec la présence de nombreuses scories et culots de forge ainsi qu’une série d’outils en pierre : meules, broyons, meulets, aiguisoir, abraseurs, tables et cales abrasives.

19Ce village médiéval se trouve au centre d’une nappe de gisement pisolithique appelée le Sulzerland exploitée depuis le Moyen Âge (première mention en 1381 : le gisement de Zutzendorf). 64 gisements et minières (excavations à ciel ouvert) ont été répertoriés dans le nord de l’Alsace entre cette première date et le xixe s. Le gisement le plus proche de Rittershoffen est celui d’Oberbetschdorf (actuellement Betschdorf), commune contiguë au site.

20Le lavage du minerai brut et le travail de forge demandant une importante quantité d’eau, trois puits, exceptionnellement bien conservés, ont été aménagés sur le site. Deux d’entre eux étaient composés de pieux et de noisetier tressé (type plessis). Une corde a été mise au jour dans un des deux puits. Le conduit du troisième était réalisé à l’aide d’un tronc évidé. De nombreuses graines et noyaux ont été recueillis au fond des conduits ainsi que les restes d’une semelle de cuir.

Fig. 5 – Puits médiéval (puits 60)

Fig. 5 – Puits médiéval (puits 60)

Cliché : A. Bolly (Pair).

21Le village médiéval de Rittershoffen apporte aujourd’hui un éclairage nouveau sur le xiie s. apr. J.-C. dans l’arrière-pays de Seltz. Cette découverte est emblématique du travail du fer qui revêt une importance toute particulière à cette époque. Après un abandon quasi-total des forges à la fin de la période romaine au ve s., les recherches archéologiques actuelles constatent une timide reprise à partir de l’époque carolingienne. Au début du Moyen Âge, la production du fer se développe à petite échelle dans de nombreuses zones ; les sites apparaissent dans les secteurs d’acquisition des matières premières et regroupent généralement différentes phases de la chaîne opératoire. Les productions sont réalisées à petite échelle, disséminées et distribuées vers les besoins locaux.

22De nombreux changements s’opèrent à partir du xie s. par la mise en place d’un droit sur le minerai qui devient distinct de la propriété foncière. Autrement dit, les seigneurs permettent l’extraction du minerai en se réservant l’usage de la forêt pour la chasse par exemple. Le fer devient un matériau important lié à la fois à la productivité (développement de l’outillage dans l’agriculture, les industries) et à la capacité militaire (fabrication d’armes diverses, importance grandissante de la chevalerie et de leurs armures). Le commerce étant encore peu développé jusqu’à la fin du xiie s., les différentes élites locales encouragèrent la production de fer sur leur propre fief, un moyen de valoriser du point de vue économique leur propriété foncière. Cette période charnière des xie-xiie s. est justement caractérisée par l’accroissement féodal sur cette activité productive, contrôle qui va devenir croissant jusqu’au xiiie s. Le « pouvoir public » va ensuite rapidement reprendre le contrôle du monde métallurgique, des forges et des mines, en exigeant les paiements correspondants.

Conclusion

23Le diagnostic et les fouilles menés sur deux tronçons du réseau de chaleur souterrain dans ce secteur de l’Alsace, très peu documenté par l’archéologie préventive, a permis de combler nombre de lacunes sur l’occupation du territoire du Néolithique à l’époque médiévale. La découverte d’un site de la culture Bruebach/Oberbergen est une première dans cette zone et donne corps aux découvertes fortuites et aux prospections réalisées dans cette région. Les traces d’artisanats (fours de potier et fumoir/séchoir) et les vestiges de tombes élitaires du début du ier s. apr. J.-C. démontrent une présence romaine précoce autour de l’agglomération de Seltz/Saletio. Des aristocrates gaulois occupaient déjà ce territoire dès le iie s. av. J.-C. (ferme et tombe de Hatten), aristocratie qui semble perdurer dans ce secteur de l’Outre-forêt au début de l’époque romaine. Enfin, le début de l’époque médiévale s’est illustré par la découverte d’un site de métallurgistes probablement lié à la présence de gisements pisolithiques importants du Nord de l’Alsace. Ces activités métallurgiques sont les prémices d’une longue tradition artisanale puis industrielle qui fera la fortune de cette région, notamment sous la houlette de la famille De Dietrich.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Atelier de potier du ier s. apr. J.-C.
Légende À gauche, four 6 ; à droite, four 11.
Crédits Cliché : A. Bolly (Pair).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138485/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 – Sépulture 29
Crédits Cliché et DAO : D. Barré.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138485/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3 – Tombe 29 : ensemble des éléments métalliques découverts au nord et au sud de la tombe
Crédits Cliché : F. Schneikert (Pair).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138485/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 995k
Titre Fig. 4 – Tombe 29 : pieds en alliage cuivreux et charnière à quatre pitons en fer appartenant à un siège pliant
Légende Siège pliant découvert à Pompéi (Mols 1994), identique à celui découvert dans la tombe 29.
Crédits Clichés : F. Schneikert (Pair).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138485/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 902k
Titre Fig. 5 – Puits médiéval (puits 60)
Crédits Cliché : A. Bolly (Pair).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/138485/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Muriel Roth-Zehner, « Kesseldorf, Rittershoffen – Reiherbach et Ruestlang, réseau de chaleur souterrain » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Grand Est, mis en ligne le 12 mai 2023, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/138485

Haut de page

Auteur

Muriel Roth-Zehner

Pair

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Muriel Roth-Zehner

Pair

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search