Navigation – Plan du site
1998

Saint-Amand-Montrond – La Forteresse

n°064529
Responsable(s) des opérations : Dominique Lallier
Notice rédigée par : Isabelle Soulier et Dominique Lallier

Entrées d’index

Chronologique :

Moyen Âge, Temps Modernes

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Lien Atlas (MCC) :

http://atlas.patrimoines.culture.fr/​atlas/​trunk/​index.php?ap_theme=DOM_2.01.02&ap_bbox=2.466;46.702;2.568;46.745

1La forteresse de Montrond (xiiiexviie s.), classée au titre des Monuments Historiques en 1988, est depuis les années 1970 le cadre d’une importante opération d’étude, de conservation et de réhabilitation de ses vestiges historiques.

2Dans le cadre de la programmation de nouvelles phases d’études et d’intervention dans la haute cour, notamment la restitution au sol du plan de la grande galerie et la restauration des structures comme la courtine nord, deux évaluations archéologiques ont été menées du 24 août au 30 septembre 1998 dans le prolongement de la grande galerie et dans la haute cour.

3L’opération sur une surface de 11,20 m² avait pour objectif d’essayer de comprendre l’agencement interne de cette galerie, (continuation du sous-sol ?) et de dégager le parement interne de la courtine nord en vue de sa restauration.

4La galerie était remplie d’une couche très meuble, constituée de terre sableuse et de matériaux de démolition (pierres, carreaux de pavements, briques, etc.), fragments de céramique du xviie s., scories et laitiers de forge en grande quantité. Contrairement aux travaux effectués en 1997, aucun élément architectural sculpté n’a été découvert dans cette couche.

5La stratigraphie en place sous cette première couche s’est révélée peu épaisse (30 à 40 cm.) et très pauvre, constituée de remblais meubles (terre, sable, mortier désagrégé...). Le matériel céramique était essentiellement composé de productions datables de la fin du xvie xviie s. avec quelques éléments attribuables au xive xve s. La surface irrégulière du sol naturel avait été aménagée avec de la terre argileuse et des morceaux de carreaux rouges posés à plat ou, suivant les endroits, de chaux et de cailloutis pour niveler le sol. A l’extrémité du sondage, un pavement en place constitué de carreaux rouge brique sans motif a été mis au jour, ce qui permet d’attester l’existence d’un sous-sol se prolongeant après le mur délimitant le parterre creux. Celui-ci a été aménagé, sans pour autant faire l’objet d’un soin particulier, pour servir au stockage de divers types de matériaux.

6Le mur fermant la galerie au sud est large de 1,95 m. Du côté de la galerie, il présente un parement vertical, réalisé avec des assises en petits moellons à peu près régulières, recouvert d’un enduit blanc déposé postérieurement. Une tranchée de fondation est visible de ce côté. Les céramiques présentes dans le comblement de cette dernière sont datables de la fin du xvie s.

7Du côté extérieur (dégagé lors de la réalisation de la seconde évaluation), l’observation du mode de construction permet de distinguer au moins deux étapes de construction (réalisées peut-être dans un délai de temps assez court ?). Sa construction peu soignée (notamment la partie supérieure) laisse supposer que ce parement n’était pas destiné à être vu et a été remblayé au fur et à mesure de son élévation lors de l’aménagement de la haute cour.

8L’évaluation de la haute cour a consisté en une tranchée de 1,70 m de largeur et 3,20 m de profondeur, ouverte parallèlement au mur de la grande galerie, sur 5,30 m de long.

9La stratigraphie en place, jusqu’au substrat naturel, montre un comblement réalisé par l’apport de remblais constitués de matériaux divers (terre, sable, éclats de calcaire et d’argile issus du décapage du sol naturel, etc.). Le peu de matériel présent montre que le comblement principal a été effectué aux xvie xviie s. et non pas au xixe s. lors de l’aménagement du parc. Du matériel datant du xive s. est présent dans le bas de la coupe.

10Dans la coupe ouest (perpendiculaire au mur fermant la galerie), on observe dans le bas de la coupe, sous les couches de remblais, des carreaux posés à plat sur une couche de mortier compacte de 6 à 7 cm d’épaisseur suggérant la présence d’un pavage, puis une fine couche de cendres contenant de gros charbons de bois, elle-même au contact du sol naturel.

11Cette évaluation a permis par ailleurs d’étudier le parement extérieur du mur fermant le parterre creux (celui du côté du parterre ayant en partie disparu). Deux étapes de construction sont nettement visibles. La tranchée de fondation d’un premier mur, creusée dans le substrat naturel, est visible de ce côté, jusqu’à la courtine nord. Elle contenait du matériel datable des xive -xve s. Le parement vertical de cette première structure est construit avec des moellons réguliers de petite taille. Un second mur a ensuite été réalisé, plus large que le premier dont la délimitation est nettement marquée en coupe, du côté de la galerie, par une fine couche cendreuse. Ce second mur est à la même altitude que le pavement découvert dans la galerie. Son parement vertical est réalisé avec des moellons réguliers de taille plus importante que ceux employés pour le précédent. Les deux parements étaient recouverts de mortier ocre.

12Les parements de ces deux structures consécutives apparaissent plus soignés que celui du mur fermant la galerie et ont probablement été destinés à être vus avant d’être recouverts par les remblais lors de l’aménagement de la haute cour.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Isabelle Soulier et Dominique Lallier, « Saint-Amand-Montrond – La Forteresse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Centre, mis en ligne le 19 janvier 2015, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/13927

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals