Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202263 – Puy-de-DômeChamalières – Projet InspiRe (sec...

2022
63 – Puy-de-Dôme

Chamalières – Projet InspiRe (secteur 1), Royat, Chamalières

Opération préventive de diagnostic (2022)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2022 : Chamalières, Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes : Projet InspiRe, secteur 1, Royat, Chamalières : rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic répond à une prescription de diagnostic archéologique émise par le SRA dans le cadre du projet « InspiRe », conduit par la SMTC. Ce dernier consiste en l’aménagement de deux lignes de bus desservant le territoire métropolitain.

2La présente opération concerne le secteur 1 du projet, correspondant à l’avenue de Royat, qui traverse, du nord-est au sud-ouest, les communes de Chamalières et de Royat, sur une distance de 1,5 km. En réalité, les six sondages prévus sur ce linéaire sont tous localisés dans la partie de l’avenue comprise dans la commune de Chamalières. L’opération inclut également une aire de stationnement de 6 400 m2 environ (parking Saint-Victor) située à Chamalières, amenée à être réaménagée dans le cadre du projet (neuf sondages). Trois sondages de l’avenue de Royat ayant été abandonnés en raison de la présence de réseaux, c’est au total une surface de 572 m2 qui a été ouverte (fig. 1).

Fig. 1 – Plan général des sondages réalisés dans le parking Saint-Victor (SD1 à 9) et dans la partie adjacente de l’avenue de Royat (SD10)

Fig. 1 – Plan général des sondages réalisés dans le parking Saint-Victor (SD1 à 9) et dans la partie adjacente de l’avenue de Royat (SD10)

Échelle : 1/1000.

Topographie : E. Martinet ; DAO : G. Alfonso, E. Martine (Inrap).

3Les principaux résultats du diagnostic proviennent des sondages réalisés dans l’emprise du parc de stationnement Saint-Victor et ils concernent la période romaine et le haut Moyen Âge.

4Pour l’Antiquité, les vestiges les mieux conservés sont situés sur le niveau de terrasse inférieur du parking (sondages 5 et 6), secteur dans lequel ils apparaissent, au plus haut, à une profondeur de 0,90 m dans le sondage 6, et de 1,80 m dans le sondage 5, altitudes qui révèlent l’existence probable d’une terrasse entre les deux ensembles bâtis. Dans le sondage 5, ont été mis au jour un mur nord-ouest – sud-est et un bassin « en abside » enduit de mortier de tuileau, soigneusement bâti. Au cours des deuxième et troisième quarts du iiie s. apr. J.-C., une importante quantité de vaisselle en céramique est rejetée dans le bassin, qui a ensuite été comblé de matériaux de démolition, peut-être consécutivement à un incendie d’après les nombreux charbons de bois mêlés à ces matériaux.

5Dans le sondage 6, deux murs nord-est – sud-ouest, appuyés à un mur perpendiculaire, délimitent un espace à sol de terre, de 1,80 m de largeur et plus de 6 m de longueur. Cet espace s’insère dans un bâtiment s’étendant au-delà des limites du sondage. Dans un angle de cet espace, se trouvait un probable dépôt de fondation composé d’un vase globulaire brûlé fermé par un couvercle (fig. 2).

Fig. 2 – Dépôt F625

Fig. 2 – Dépôt F625

Sondage 6.

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

6Contrairement à ce secteur qui semble densément bâti, les sondages 7 à 9, ouverts sur le niveau de terrasse intermédiaire du parking, ne révèlent qu’une occupation discrète dans l’Antiquité, avec de rares vestiges mobiliers, ce qui s’explique vraisemblablement par le caractère humide de cette zone proche du lit de la Tiretaine.

7Dans le sondage 7, a cependant été mis au jour un mur nord-ouest – sud-est, lié à la terre, et, dans le sondage 9, une structure empierrée de même orientation, interprétée comme un probable chemin. Son aménagement a nécessité de rapporter une considérable masse de blocs basaltiques pour stabiliser le terrain hydromorphe. Le rare mobilier associé à cet aménagement est hétérogène (ier aux ve-vie s. apr. J.-C.).

8Les tranchées réalisées sur le niveau de terrasse supérieur du parc de stationnement révèlent une épaisse séquence colluviale pratiquement dépourvue d’artéfacts englobant des éboulis de blocs d’arkose. L’origine naturelle ou anthropique de ces éboulis (carrières) n’est pas assurée. Ils sont antérieurs à une fondation de mur orientée nord-est – sud-ouest reconnue sur 12 m de longueur dans le sondage 2. C’est l’unique vestige romain mis au jour dans ce secteur dans lequel les niveaux de cette période ont disparu.

9Dans le sondage 10, ouvert dans la section de l’avenue de Royat qui jouxte le parking, a été recoupée une imposante fondation maçonnée nord-ouest – sud-est, bordée sur un côté par un aménagement en argile sableuse très compacte. Des couches romaines, sans mobilier datant, sont préservées de part et d’autre de cette structure, mais les sols contemporains de celle-ci ont été détruits. Elles scellent une tranchée nord-ouest – sud-est étroite et peu profonde, peut-être destinée à accueillir une conduite hydraulique.

10Après que le mur a été démantelé et remblayé, un mur de même orientation, lié à la terre, lui a été superposé. Sa datation n’est pas établie mais est probablement très tardive (Moyen Âge ou époque moderne).

11Le recalage des murs et de la probable voie antiques, mis au jour dans l’emprise du parking Saint-Victor et dans le sondage 10 avec le plan des « thermes de Royat » situés immédiatement au sud (fig. 3), montre que l’ensemble de ces vestiges s’inscrit dans une même trame orthogonale orientée nord-est – sud-ouest/nord-ouest – sud-est. On peut supposer que celle-ci a été déterminée par l’orientation nord-est – sud-ouest de la Tiretaine, qui était sans doute longée par une voie. Il est vraisemblable que le large mur du sondage 10 appartienne à cet édifice thermal. Cela est conforté par l’altitude très proche du sommet de ce mur et de celle du sommet du bassin 18 des thermes de Royat. Dans cette hypothèse, la superficie de ce monument excèderait 7 000 m2, ce qui est considérable. La découverte d’un bassin en abside à 130 m au nord-est (sondage 5) témoigne de l’existence sur la rive est du ruisseau d’un autre édifice thermal ou d’une demeure privée équipée de bains.

Fig. 3 – Recalage des vestiges antiques mis au jour par le diagnostic et des « thermes de Royat » sur fond cadastral

Fig. 3 – Recalage des vestiges antiques mis au jour par le diagnostic et des « thermes de Royat » sur fond cadastral

D’après le plan du diagnostic établi par E. Martinet et le plan des thermes de Royat présenté dans l’Atlas topographique d’Augustonemetum (H. Dartevelle dir.)

DAO : G. Alfonso (Inrap).

12Concernant l’Antiquité, signalons, enfin, dans le sondage 15, réalisé à extrémité orientale de l’avenue de Royat, la présence de faune et de mobilier céramique antique du ier s. apr. J.-C. à la base des colluvions limoneuses qui recouvrent la terrasse alluviale. Une concentration plus importante de ces vestiges sur une bande 2,50 m de largeur suggère l’existence d’un possible axe de circulation nord-sud.

13Au haut Moyen Âge (viiie-xe s.) se rapporte une occupation principalement illustrée par plusieurs structures de chauffe et deux fosses regroupées dans la moitié nord du sondage 2. Elles s’insèrent dans un sol ponctuellement très charbonneux qui livre quelques scories suggérant que cette occupation est liée à une activité métallurgique qui reste à caractériser.

14Concernant le fossé nord-nord-ouest – sud-sud-est recoupé dans le sondage 7, de rares éléments céramiques permettent de supposer qu’il date de l’époque moderne.

15Dans plusieurs tranchées ont également été rencontrées des fondations et une conduite hydraulique de la période contemporaine. À cette dernière, se rattache également une épaisse séquence de remblais (1,70 m) observée dans l’emprise de la tranchée 11, qui témoigne des travaux de terrassement sans doute considérables entrepris à la fin du xixe s. pour aménager l’avenue de Royat et ses abords.

Fig. 4 – Orthophotographie des foyers F204 et F223

Fig. 4 – Orthophotographie des foyers F204 et F223

Sondage 2.

Clichés : G. Alfonso ; orthophotographie : M.-L. Thierry ; DAO : G. Alfonso (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général des sondages réalisés dans le parking Saint-Victor (SD1 à 9) et dans la partie adjacente de l’avenue de Royat (SD10)
Légende Échelle : 1/1000.
Crédits Topographie : E. Martinet ; DAO : G. Alfonso, E. Martine (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 883k
Titre Fig. 2 – Dépôt F625
Légende Sondage 6.
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 3 – Recalage des vestiges antiques mis au jour par le diagnostic et des « thermes de Royat » sur fond cadastral
Légende D’après le plan du diagnostic établi par E. Martinet et le plan des thermes de Royat présenté dans l’Atlas topographique d’Augustonemetum (H. Dartevelle dir.)
Crédits DAO : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 907k
Titre Fig. 4 – Orthophotographie des foyers F204 et F223
Légende Sondage 2.
Crédits Clichés : G. Alfonso ; orthophotographie : M.-L. Thierry ; DAO : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Chamalières – Projet InspiRe (secteur 1), Royat, Chamalières » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/140189

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search