Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202263 – Puy-de-DômeClermont-Ferrand – Projet InspiRe...

2022
63 – Puy-de-Dôme

Clermont-Ferrand – Projet InspiRe (secteur 2 central)

Opération préventive de diagnostic (2022)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2022 : Clermont-Ferrand : Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes : Projet InspiRe, Secteur 2, Central : rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique s’inscrit dans le cadre du projet InspiRe, conduit par la SMTC, qui consiste en l’aménagement de deux lignes de bus desservant le territoire métropolitain de Aulnat à Royat (ligne B), et de Cournon, au nord-est de Clermont-Ferrand (ligne C). La présente opération concerne le « Secteur 2 central » du projet, qui correspond à l’axe est-ouest suivi par les deux lignes de bus dans le centre-ville de Clermont-Ferrand, en empruntant, d’ouest en est : la rue Blatin, le boulevard Desaix, l’avenue Maréchal-Juin, la rue Maréchal-Joffre, la place Renoux et l’avenue Carnot. L’emplacement, les dimensions et la profondeur des tranchées (2 m maximum) ont été définis en amont en tenant compte des contraintes importantes liées au contexte de l’intervention. Sur les dix-huit tranchées prévues initialement, quatorze ont été réalisées, ce qui représente une surface d’ouverture totale de 475 m2.

2Le principal apport du diagnostic archéologique provient des données recueillies dans le cadre du sondage 13 (fig. 1) ouvert sur la place Renoux, qui concernent les périodes médiévale et moderne. Les autres sondages ont principalement révélé des structures datant de l’époque contemporaine. Rue Blatin, des colluvions limoneuses, présentes en surface d’une ancienne terrasse de la Tiretaine localisée à une profondeur variant de 1,10 m à 1,90 m d’ouest en est, recèlent de rares petits fragments de céramique antique et de faune. Ce léger bruit de fond s’accorde avec des observations déjà effectuées dans ce secteur, qui montrent qu’il n’était pas urbanisé à l’époque romaine. Les strates sus-jacentes sont constituées de remblais des xixe et xxe s. auxquels se rattachent un mur, une canalisation maçonnée et une fosse.

Fig. 1 – Plan des sondages 12 et 13 sur fond cadastral

Fig. 1 – Plan des sondages 12 et 13 sur fond cadastral

Échelle : 1/500.

DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).

3Boulevard Desaix, avenue Carnot et place Michel-de-l’Hospital, les sondages creusés jusqu’à une profondeur maximale de 2,20 m n’ont pas permis d’atteindre les niveaux gallo-romains et médiévaux. Les données archéologiques disponibles pour ces secteurs confirment en effet que l’épaisseur des colluvions et remblais post-antiques y est considérable, de l’ordre de 3 m à 5 m. Les séquences stratigraphiques observées se rapportent aux xviiie-xxe s. Leurs sont associés deux murs perpendiculaires et deux égouts en béton de pouzzolane, datant probablement du xixe s., boulevard Desaix, un bâtiment indéterminé et un autre mur, avenue Carnot.

4Dans le sondage ouvert dans l’avenue Maréchal-Juin, le tuf volcanique situé à 1,50 m de profondeur est recoupé par des caves modernes et/ou contemporaines.

5Les découvertes effectuées dans le sondage 13 ouvert dans l’axe de la place Renoux concernent l’église Saint-Genès, attestée dès le viie s. et détruite en 1794, dont on sait, par une série de plans anciens de Clermont dressés entre le xvie et le xviiie s., qu’elle s’élevait dans la partie occidentale de la place. Les vestiges bâtis et funéraires qui ont été mis au jour sont conservés dans le tuf volcanique, qui affleure ici à une profondeur de 0,60 m à 0,80 m seulement sous le sol actuel. Ces vestiges sont scellés directement par des remblais contemporains. Trois bases maçonnées de plan carré de 0,80 m de côté (fig. 2), profondément ancrées dans le tuf, espacées de 3 m environ, s’alignent sur un axe est-ouest. Le rare mobilier extrait de leurs tranchées de fondation n’apporte pas d’indice chronologique fiable.

Fig. 2 – Vue générale des trois maçonneries

Fig. 2 – Vue générale des trois maçonneries

Sondage 13.

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

6Contre l’une des bases se trouvent deux inhumations superposées dont la plus récente, en cercueil, est datée, par radiocarbone, d’une période allant de la fin du xviie s. à la première moitié du xxe s. À une vingtaine de mètres plus à l’est, ont été mises au jour deux inhumations « en pleine terre », dont l’une s’inscrit entre la seconde moitié du xie s. et le premier quart du xiiie s. d’après l’analyse radiocarbone.

7Le recalage des vestiges sur les plans anciens du xviiie s. figurant le plan détaillé de l’église montre qu’ils se localisent à peu près sur l’axe longitudinal de la nef centrale. Malgré l’approximation inévitable du recalage, il est donc improbable que les bases de supports mises au jour appartiennent à l’architecture de cet édifice. Ce constat est corroboré par le gabarit modeste des bases, totalement sous-dimensionné par rapport à celui des fondations figurées sur le plan du xviiie s., leur espacement, ainsi que par l’absence d’autre base ou de mur dans leur prolongement vers l’est. L’hypothèse la plus vraisemblable est que les fondations exhumées dans le sondage 13 se rattachent à un état plus ancien et plus modeste du bâti, dont des substructures devaient être conservées sous le sol de l’église tardive. Concernant le mur de chevet de l’église, que ce soit celui de l’édifice du xviiie s. ou celui d’un édifice plus ancien, plusieurs excavations profondes du tuf, de 2 à 3 m de largeur est-ouest, sont susceptibles d’en marquer le négatif.

8Les deux tombes du Moyen Âge central devaient appartenir à un ensemble funéraire plus étendu, peut-être en grade partie détruit par les caves modernes présentes dans la partie orientale du sondage. C’est ce dont témoigne une couche d’ossements humains remaniés et compactés à une date indéterminée, mise au jour à proximité des tombes.

9L’un des apports majeurs du diagnostic provient de la sépulture d’époque moderne (fig. 3) aménagée contre l’une des bases maçonnées, dont la datation fournie par l’analyse radiocarbone peut être resserrée à la fin du xviie s. ou au xviiie s. puisque l’église Saint-Genès a été rasée en 1794. Elle contient le squelette d’une jeune femme adulte qui possédait deux prothèses dentaires similaires, qui constituent, à ce jour, un unicum sur le plan archéologique (fig. 4). Composées d’une couronne, façonnée dans un matériau organique qui reste à identifier précisément (os, bois de cervidé ou ivoire), fixée sur un fin tenon en or, elles offrent l’illustration parfaite d’un procédé précisément décrit par un chirurgien-dentiste du xviiie s., Pierre Fauchard, dans son Traité des dents paru en 1746. Cette similitude fournit un indice chronologique supplémentaire pour cette inhumation : si le travail a été réalisé par un praticien ayant suivi les enseignements de l’auteur, alors le décès du sujet serait intervenu dans la seconde moitié du xviiie s. De ces prothèses, témoignant de la mise en œuvre d’une technique nouvelle et assez complexe, on peut également déduire le statut privilégié de la jeune femme inhumée, ce que confirme l’emplacement de la tombe au sein même de l’église.

Fig. 3 – Vue de la sépulture moderne F1317 aménagée contre la maçonnerie M1316, vers le sud

Fig. 3 – Vue de la sépulture moderne F1317 aménagée contre la maçonnerie M1316, vers le sud

Sondage 13.

Cliché : C. Raymond (Inrap).

Fig. 4 – Vue inférieure et linguale des dents sur tenons extraites des racines des premières incisives maxillaires de la sépulture SP1317

Fig. 4 – Vue inférieure et linguale des dents sur tenons extraites des racines des premières incisives maxillaires de la sépulture SP1317

Cliché : S. Soufi (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des sondages 12 et 13 sur fond cadastral
Légende Échelle : 1/500.
Crédits DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 750k
Titre Fig. 2 – Vue générale des trois maçonneries
Légende Sondage 13.
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Fig. 3 – Vue de la sépulture moderne F1317 aménagée contre la maçonnerie M1316, vers le sud
Légende Sondage 13.
Crédits Cliché : C. Raymond (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig. 4 – Vue inférieure et linguale des dents sur tenons extraites des racines des premières incisives maxillaires de la sépulture SP1317
Crédits Cliché : S. Soufi (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Clermont-Ferrand – Projet InspiRe (secteur 2 central) » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/140264

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search