Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202263 – Puy-de-DômeLezoux – 4 rue de la Pradelle

2022
63 – Puy-de-Dôme

Lezoux – 4 rue de la Pradelle

Opération préventive de diagnostic (2022)
Responsable d’opération : Guy Alfonso

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Alfonso G. 2022 : Lezoux : Puy-de-Dôme, Auvergne-Rhône-Alpes : 4 rue de la Pradelle : rapport de diagnostic, Clermont-Ferrand, Inrap.

Texte intégral

1Ce diagnostic archéologique est lié au projet d’aménagement d’un terrain de 2 166 m2 situé à la périphérie sud-est du bourg de Lezoux. Six tranchées, d’une surface totale de 225 m2 (10,38 % de la superficie totale de la parcelle et 11,84 % de sa partie accessible), ont été ouvertes (fig. 1).

Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques sur fond cadastral

Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques sur fond cadastral

Échelle : 1/500.

Topographie : S. Dohr ; DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).

2Dans l’ensemble des sondages, sur le substrat sableux localisé à une profondeur de 0,50 m à 0,80 m, se développe un niveau sablo-limoneux gris recelant du mobilier en terre cuite gallo-romain (terre cuite architecturale et céramique). Ce mobilier est le plus souvent épars, sauf dans la partie nord du sondage 6, où se trouve une couche assez dense de petits blocs de grès et de fragments de terre cuite architecturale. Toutefois, la présence de tessons contemporains au sommet de cette couche amène à conclure qu’elle a été remaniée à une période récente.

3Il est important de noter que ces deux niveaux renferment quelques tessons de La Tène finale, vestiges d’une occupation précoce du terrain à laquelle n’est associée aucune structure.

4En surface du niveau sablo-limoneux gris s’ouvre un ensemble de structures en creux réparties dans tous les sondages : neuf segments de fossés, trois petites fosses et une tranchée dans laquelle est aménagée une conduite maçonnée sommairement bâtie et dotée d’une couverture en fragments de tegulae, dont la fonction n’est pas établie. Sa fouille partielle a procuré un unique tesson des xive-xviie s., qui laisse envisager une datation tardive, à moins qu’il ne s’agisse d’un élément intrusif (fig. 2).

Fig. 2 – Vues de la structure F8 (sondage 3)

Fig. 2 – Vues de la structure F8 (sondage 3)

Il s’agit d’une canalisation maçonnée aménagée dans une tranchée comblée de sable limoneux gris. La canalisation est présente sur une longueur de 3 m depuis le bord ouest du sondage 3, puis disparaît à l’est, soit parce qu’elle ne se prolongeait pas plus loin, soit parce qu’elle a été récupérée. Elle est constituée de deux piédroits grossièrement bâtis, sans liant apparent, avec des blocs de grès de 0,10 m à 0,25 m de longueur, appuyés contre les parois de la tranchée. Ils délimitent un conduit de 0,15 m à 0,20 m de largeur et 0,40 m de hauteur environ, comblé de sable limoneux gris et fermé par une couverture composée de fragments de tegulae. Cette structure est datée du bas Moyen Âge ou de l’époque moderne.

Clichés : G. Alfonso (Inrap).

5Parmi les autres structures, quatre fossés et trois fosses ont livré du mobilier en terre cuite gallo-romain (fig. 3), tandis que, dans deux autres fossés, ce mobilier est associé à quelques vestiges d’époque indéterminée. Enfin, trois fossés n’ont fourni aucun mobilier.

Fig. 3 – Vue du fossé F5, vers le nord (sondage 3)

Fig. 3 – Vue du fossé F5, vers le nord (sondage 3)

Son remplissage sablo-limoneux gris assez foncé renferme quelques petits blocs de grès ainsi que des fragments de terre cuite architecturale et de céramique antique.

Cliché : G. Alfonso (Inrap).

6Malgré ces réserves, on est amené à considérer que tous les fossés reconnus datent probablement de la période gallo-romaine, dans la mesure où ils semblent appartenir au même « système » parcellaire. En effet, trois fossés à peu près parallèles dessinent une trame parcellaire orientée nord-nord-ouest – sud-sud-est. On peut observer que cette trame se distingue du parcellaire antique mis en évidence par d’autres interventions effectuées au sud-ouest et au sud-est de l’opération, qui est, lui, orienté nord-nord-est – sud-sud-ouest. En revanche, on retrouve un écho de cette trame nord-nord-ouest – sud-sud-est dans le découpage cadastral actuel présent à l’ouest du terrain diagnostiqué.

7À la suite de la fouille des Bombènes, le présent diagnostic apporte ainsi un témoignage de l’exploitation durant l’Antiquité de ces terres situées entre les groupes d’ateliers de potiers de Saint-Taurin et de Saint-Martin.

8Les vestiges antiques sont scellés par des colluvions sablo-limoneuses brun ocre qui supportent la couche de terre végétale. Au nord, plusieurs fosses d’extraction de sable s’ouvrant en surface de ces colluvions étaient peut-être destinées à la construction des murs en pisé des bâtiments proches implantés sur la rue de La Pradelle.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan des sondages et des vestiges archéologiques sur fond cadastral
Légende Échelle : 1/500.
Crédits Topographie : S. Dohr ; DAO : G. Alfonso, S. Dohr (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140319/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre Fig. 2 – Vues de la structure F8 (sondage 3)
Légende Il s’agit d’une canalisation maçonnée aménagée dans une tranchée comblée de sable limoneux gris. La canalisation est présente sur une longueur de 3 m depuis le bord ouest du sondage 3, puis disparaît à l’est, soit parce qu’elle ne se prolongeait pas plus loin, soit parce qu’elle a été récupérée. Elle est constituée de deux piédroits grossièrement bâtis, sans liant apparent, avec des blocs de grès de 0,10 m à 0,25 m de longueur, appuyés contre les parois de la tranchée. Ils délimitent un conduit de 0,15 m à 0,20 m de largeur et 0,40 m de hauteur environ, comblé de sable limoneux gris et fermé par une couverture composée de fragments de tegulae. Cette structure est datée du bas Moyen Âge ou de l’époque moderne.
Crédits Clichés : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140319/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 725k
Titre Fig. 3 – Vue du fossé F5, vers le nord (sondage 3)
Légende Son remplissage sablo-limoneux gris assez foncé renferme quelques petits blocs de grès ainsi que des fragments de terre cuite architecturale et de céramique antique.
Crédits Cliché : G. Alfonso (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/140319/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 700k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Alfonso, « Lezoux – 4 rue de la Pradelle » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 juillet 2023, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/140319

Haut de page

Auteur

Guy Alfonso

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Alfonso

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search