Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes199226 – DrômeLus-la-Croix-Haute – Abri des Cor...

1992
26 – Drôme

Lus-la-Croix-Haute – Abri des Corréardes

Fouille programmée (1992)
Responsable d’opération : Guy Chaffenet

Notes de la rédaction

Chaffenet G. 1992 : Lus-la-Croix-Haute : abri des Corréardes : rapport de fouille, Valence, Cap.

Texte intégral

1L’abri des Corréardes, en bordure nord-orientale du bassin drômois, sur la haute vallée du Buëch, se situe dans une zone de passage, qui conduit, dans l’axe nord-sud, vers le Dauphiné et la Provence, dans l’axe est-ouest, vers les Alpes et l’Italie. À 1 040 m d’altitude, cet abri est caractéristique d’un milieu de montagne.

2L’abri des Corréardes a été découvert en 1970 par G. Chaffenet, qui y effectue diverses campagnes de fouilles de 1973 à 1977.

3Dans le cadre du programme ATP « Archéologie spatiale en moyenne vallée du Rhône : espaces parcourus, territoires exploités, le groupe néolithique et son territoire », nous avons effectué une nouvelle campagne de fouille, afin de préciser la stratigraphie d’un site qui semblait se situer surtout à la fin du Mésolithique, quelques indices postérieurs étant probables.

4Durant cette campagne, a été réalisée une coupe stratigraphique à l’aplomb de l’abri qui a permis de distinguer :

  • sur le substrat de calcaire gréseux, une phase apparemment stérile dans un sédiment jaune argileux ;
  • une première phase d’effondrement de blocs, entre lesquels est piégé un sédiment noir et jaune, et sur lequel repose un niveau archéologique à sédiment argileux noir ;
  • un niveau d’éboulis à cailloutis très anguleux et sédiment gris, avec très peu de mobilier ;
  • un niveau archéologique, avec une industrie lithique importante, dans un sédiment très sombre à charbons de bois.

5Un sondage, restreint, de 3 m2, orienté perpendiculairement à la paroi, nous a permis de confirmer partiellement cette stratigraphie.

6On peut toutefois distinguer deux niveaux dans cette couche unique :

  • premier niveau : ce niveau renferme une importante quantité de silex (éclats de taille, chutes de nucléus, etc.), mais très peu d’outils. La faune n’est que très peu représentée dans ce niveau ;
  • deuxième niveau : le sommet de ce niveau se confond pratiquement avec la base du précédent dans le mètre carré situé contre la paroi. Ceci s’explique par le fort pendage observé vers l’intérieur de l’abri. Ceci est dû vraisemblablement à la formation d’un dôme d’éboulement à l’aplomb de l’abri, la phase d’occupation connue étant postérieure à cet effondrement. Ce niveau comporte de nombreux ossements. La faune sauvage est dominante (cerf, mouflon, etc.). La majorité de la faune est brûlée.

7L’industrie lithique est, comme dans le premier niveau, très bien représentée, avec toujours de nombreux éclats de taille et de chutes de nucléus. Le débitage laminaire semble devenir plus important. Toutefois, le pourcentage d’outils augmente. On trouve, notamment, une série de 17 flèches tranchantes, une pointe foliacée, une petite hache polie sur galet, ainsi que deux percuteurs. La céramique est également présente dans ce niveau. Il s’agit d’une céramique très fragmentée à gros dégraissant. On remarque, à la base de ce niveau, la présence d’un petit pot cassé en place. Aucun décor céramique n’a pu être relevé actuellement.

8Il faut remarquer qu’une majorité du mobilier lithique et céramique est surtout concentrée vers la paroi, la faune étant à peu près également répartie sur les 3 m2.

9Aucune structure aménagée n’a pu être mise en évidence. Toutefois, on remarque la présence d’une poche charbonneuse avec du matériel lithique, et les rapports antérieurs indiquent la présence de foyers en cuvettes.

10Dans l’état actuel des recherches, et si l’on se fixe aux premières comparaisons avec des séries régionales ou plus méridionales, l’occupation majeure de l’abri se situe dans un Néolithique ancien, voire, pour la base, dans un immédiat prénéolithique. L’intérêt d’un Néolithique ancien dépourvu de critères habituels de cette phase (traces nettes d’agriculture-élevage, céramique décorée, etc.) est évident.

Fig. 1 – Vue rapprochée de l’abri

Fig. 1 – Vue rapprochée de l’abri

Cliché : équipe.

Fig. 2 – Coupe stratigraphique GH

Fig. 2 – Coupe stratigraphique GH

DAO : équipe.

Fig. 3 – Les armatures tranchantes

Fig. 3 – Les armatures tranchantes

Dessins : équipe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vue rapprochée de l’abri
Crédits Cliché : équipe.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/141189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 881k
Titre Fig. 2 – Coupe stratigraphique GH
Crédits DAO : équipe.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/141189/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre Fig. 3 – Les armatures tranchantes
Crédits Dessins : équipe.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/141189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guy Chaffenet, « Lus-la-Croix-Haute – Abri des Corréardes » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 26 septembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/141189

Haut de page

Responsable d’opération

Guy Chaffenet

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search