Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine202016 – CharenteBouteville – Le Château, la Bijoune

2020
16 – Charente

Bouteville – Le Château, la Bijoune

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Adrien Montigny

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

207377

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Cette intervention est liée au projet de restauration et de mise en valeur du château de Bouteville en Charente. La communauté d’agglomération de Grand-Cognac a demandé la réalisation d’un diagnostic archéologique anticipé en amont de la définition de ce projet. Ce château, inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1969, a été classé le 28 février 1984.

2Le projet restauration et de mise en valeur est mené par Denis Dodeman, architecte en chef des Monuments Historiques. De nombreux travaux de restauration des différentes ailes du château moderne ont déjà eu lieu depuis plus de 30 ans. Celles-ci ont été ponctuellement accompagnées d’observations architecturales ou archéologiques.

3Un premier diagnostic a été mené en 2019 sur l’emprise du château et une partie de ses abords. Les résultats de cette intervention ont entrainé une modification du projet d’assainissement alors envisagé. L’emplacement du nouveau projet se trouve hors de l’emprise diagnostiquée en 2019, ce qui a entrainé une nouvelle prescription. Sont également apparues des contraintes liées à la sécurité incendie nécessitant l’enfouissement de réserves d’eau dont l’emplacement est contraint par la topographie du lieu.

4Ce nouveau diagnostic, concernant une emprise de 7 050 m2, a été mené par trois agents de l’Inrap et un conducteur d’engin de l’entreprise Gorge du 14 au 30 septembre 2020.

Fig. 1 – Plan général

Fig. 1 – Plan général

Topographie et DAO : V. Miailhe.

5L’objectif de cette opération était bien entendu de vérifier la sensibilité archéologique du lieu notamment en vérifiant l’état de conservation et le niveau d’apparition des éventuels vestiges des différents états de ce qui fut un des principaux châteaux des comtes d’Angoulême. Treize sondages représentant une surface de 348 m2 ont été effectués sur le front oriental du relief au sommet duquel le château est construit. Ils ont permis de constater la sensibilité archéologique de l’intégralité de l’emprise prescrite malgré d’importantes différences de densités et de niveaux d’apparition de structures archéologiques.

6Le substrat a été atteint dans plusieurs sondages, souvent sous plusieurs mètres de remblais. Un profil du substrat peut ainsi être proposé pour la partie est du site permettant ainsi de mieux en appréhender la puissance stratigraphique. Ce profil montre également que le talus de contre escarpe qui sert actuellement de rampe d’accès est entièrement artificiel dans cette partie du site, ce qui représente ponctuellement plus de 7 m d’épaisseur de remblais.

7Plusieurs phases d’occupations médiévales ont ainsi pu être mises en évidence. Pour ce qui a pu en être perçu, ces phases présentent des caractéristiques différentes mais correspondent pour l’essentiel à des structures liées à de l’habitat. Il est pour le moment difficile de savoir si ces occupations successives appartiennent à une zone d’habitat au pied du château ou si elles se situaient à l’intérieur de fortifications telle qu’une basse-cour. Sans une vision plus globale du site, il est encore difficile de répondre à ce questionnement.

8À la fin du Moyen Âge ou au début de la période moderne, ces vestiges d’habitat sont recouverts par d’importants remblais liés à la mise en place ou à la restructuration de l’actuel talus de contrescarpe du front est du château. L’ampleur de ces terrassements a fortement limité les possibilités d’observations des structures qu’ils recouvrent parfois sur plusieurs mètres d’épaisseur.

9L’actuel fossé du château, partiellement comblé, a fait l’objet d’observations relatives à son profil en période moderne et à l’occupation qui en est faite quand il perd sa fonction défensive. Une salle de plus de 30 m2, partiellement voutée et partiellement creusée dans le substrat, a notamment été mise en évidence à proximité du pont d’accès au château.

10Quelques observations ont également pu être réalisées au niveau des abords du pont et de l’aile orientale du château. Les interprétations généralement avancées au sujet de cette partie du site ne sont peut-être pas si évidentes qu’il y paraît. Plusieurs éléments, des anomalies de plan, des similitudes de marques lapidaires, etc. incitent à se questionner quant à l’évolution de cette partie du site.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Plan général
Crédits Topographie et DAO : V. Miailhe.
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/142365/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Montigny, « Bouteville – Le Château, la Bijoune » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 09 octobre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/142365

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search