Navigation – Plan du site

AccueilRégionsNouvelle-Aquitaine202016 – CharenteConfolens – Saint-Germain-de-Conf...

2020
16 – Charente

Confolens – Saint-Germain-de-Confolens, église Saint-Vincent

Opération préventive de diagnostic (2020)
Responsable d’opération : Adrien Montigny

Entrées d’index

Année de l'opération :

2020

Numéro d’opération :

207246

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1Cette intervention est liée au projet au projet de restauration de l’église Saint-Vincent, église paroissiale de l’ancienne commune de Saint-Germain-de-Confolens liée à Confolens depuis 2016. Il s’agit d’une démarche de diagnostic anticipé avant définition du projet de restauration et de valorisation de l’église et de ses abords. L’église Saint Vincent est inscrite à l’inventaire supplémentaires des Monuments Historiques depuis octobre 1973.

2L’emprise de ce diagnostic se situe sur un étroit promontoire, longé à l’ouest par la Vienne et à l’est par son affluent l’Issoire. Ce promontoire, qui culmine à une altitude de 192 m NGF à 500 m au sud du château, descend progressivement du sud vers le nord jusqu’à la confluence des deux cours d’eau à 128 m NGF. Le château et l’église Saint-Vincent occupent le sommet du promontoire dont le substrat est ponctuellement apparent. Le bourg se développe essentiellement sur une étroite terrasse en bord de Vienne dont un pont médiéval permet le franchissement ; de même un second pont enjambe l’Issoire.

3Ce diagnostic, concernant une emprise de 1 640 m2, a été mené par deux agents de l’Inrap du 2 au 15 juin 2020. Huit sondages de dimensions variables ont été effectués manuellement ou à l’aide d’une pelle hydraulique de 5 t. Des sondages ont ainsi été réalisés à l’intérieur de l’église ainsi que sur son parvis. Leur implantation, ainsi que leur nombre, ont été déterminés en fonction de diverses contraintes.

4Dans l’église, les sondages ont été positionnés au contact des murs de façon à toujours avoir un repère et un contact avec les élévations mais également de manière à encombrer le moins possible l’édifice religieux et son éventuel fonctionnement.

5Ces sondages ont permis d’observer le substrat granitique en plusieurs endroits. Ceci permet de mieux appréhender la topographie du promontoire sur lequel l’église et le château sont installés, tout en appréciant une stratigraphie allant de quelques centimètres à plus de 1,70 m.

6Les sondages effectués à l’intérieur de l’église ont permis d’identifier niveaux de sols et de circulation séparés par des remblais. Plusieurs sépultures ont également été localisées à des profondeurs peu importantes de l’ordre de 10 à 60 cm. Il s’agit de sépultures en cercueil et d’un coffre maçonné.

7Ce diagnostic n’apporte en revanche aucune donnée supplémentaire concernant l’état antérieur de l’édifice.

8Le sol actuel de l’église, datant de la seconde moitié du xixe s. s’est avéré être pour partie constitué d’éléments sculptés de la fin du Moyen Âge ou du début de l’époque moderne. Ces éléments semblent appartenir à un ensemble architectural de dimensions conséquentes trouvant difficilement sa place dans l’église telle qu’elle nous est connue, il est donc tout à fait possible que ces éléments proviennent du château. Ce niveau de sol comporte également plusieurs pierres tombales à décors engravés qui ont été déplacées.

9Les élévations de l’église étant peu lisibles, par manque de recul et en raison de la présence d’enduits couvrant, les observations les concernant restent limitées. Toutefois, deux principales problématiques apparaissent et pourraient éventuellement être documentées lors de travaux de restauration. La première concerne un état antérieur à l’actuelle église dont des éléments architecturaux sont partiellement visibles. La deuxième concerne plusieurs dispositifs observés au niveau de la partie orientale de l’édifice qui peuvent trouver leur explication dans la fonction défensive des lieux.

10En extérieur, les sondages ont principalement permis de mettre en évidence la présence de plusieurs constructions dont l’organisation a probablement dicté l’aménagement général actuel. Les éléments de datation concernant la construction de ces maçonneries sont quasiment inexistants. Il est seulement possible d’affirmer que certaines d’entre elles datent au plus tôt du xive s.

Fig. 1 – Vestiges d’un bâtiment au niveau de l’actuel parvis de l’église

Fig. 1 – Vestiges d’un bâtiment au niveau de l’actuel parvis de l’église

Cliché : A. Montigny (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Vestiges d’un bâtiment au niveau de l’actuel parvis de l’église
Crédits Cliché : A. Montigny (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/142415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Montigny, « Confolens – Saint-Germain-de-Confolens, église Saint-Vincent » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nouvelle-Aquitaine, mis en ligne le 09 octobre 2023, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/142415

Haut de page

Auteur

Adrien Montigny

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Adrien Montigny

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search