Navigation – Plan du site
2008

Roullet-Saint-Estèphe – Chaumes du Vignac

Responsable(s) des opérations : Alain Belmont
Notice rédigée par : Alain Belmont

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204458

Date de l'opération : 2008 (SD)
Inventeur(s) : Belmont Alain (SUP)

1Spécialisé dans la recherche des carrières de meules en France et en Europe, le LARHRA (laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, UMR 5190 CNRS-Université Grenoble 2) a été sollicité par le Conservatoire régional des espaces naturels Poitou-Charentes pour intervenir sur un site naturel dont il assure la gestion, les Chaumes du Vignac.

2Ce site forme l’extrémité occidentale d’un plateau calcaire dominant la vallée de la Charente, et a été exploité par des carrières de pierres et par des carrières de meules depuis le XIII e s. au moins et jusqu’au premier tiers du XIX e s. Ces carrières se rattachaient à un ensemble beaucoup plus vaste, étendu notamment sur les communes de Claix, Mouthiers-sur-Boëme et Angoulême.

3Effectués en août et septembre 2008, en même temps que les fouilles programmées intervenues sur le site des Meulières de Claix, les sondages des Chaumes du Vignac visaient à déterminer l’ampleur d’une meulière émergeant en surface de la lande, à tenter de cerner sa période d’exploitation et à étudier les techniques employées par les meuliers.

4Deux sondages ont été ouverts, sur une surface totale de 28 m 2 : l’un parallèle au front de taille et l’autre perpendiculaire. Ils ont révélé la présence d’une unique alvéole d’extraction circulaire, de 1,4 m de diamètre et 0,49 m d’épaisseur, ayant fourni une meule de 1,16 m de diamètre. Cette alvéole a été recoupée de toutes parts par une carrière de pierres de taille ayant fait disparaître tout autre vestige de l’ancienne meulière, au moins à l’emplacement des sondages. La carrière de pierres pour sa part, forme un front en escalier, fort de trois gradins de 0,36 m de haut chacun et d’un peu moins de 4 m de largeur ; le banc de calcaire a été percé sur toute l’épaisseur exploitable, tandis que les déchets de taille ont été évacués hors du chantier, ce qui témoigne d’un soin particulier dans l’organisation du travail. La production a concerné des blocs parallélépipédiques d’assez grandes dimensions (jusqu’à 0,80 m x 1,10 m), découpés à l’aide de tranchées de havages de 4 cm de large, ouvertes au pic à tranchant droit.

5Aucun mobilier n’ayant été découvert en fouille, la datation du site repose uniquement sur l’examen du front de taille. Le diamètre de la meule (1,16 m) permet de proposer une datation médiévale (haut Moyen Âge ou Moyen Âge central ?), tandis que le pic à tranchant droit et l’aspect général du front de taille en gradins irréguliers orientent plutôt vers une datation bas-médiévale ou moderne (XV e s.-XVII e s.).

6BELMONT Alain

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Belmont, « Roullet-Saint-Estèphe – Chaumes du Vignac », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1425

Haut de page

Responsable d'opération

Alain Belmont

SUP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals