Navigation – Plan du site
2008

Pons – Maison de retraite, rue du Président Rossevelt

Responsable(s) des opérations : Sylvie Redais
Notice rédigée par : Sylvie Redais

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 204752

Date de l'opération : 2008 (SU)
Inventeur(s) : Redais Sylvie (INRAP)

1Une fouille archéologique préventive a été réalisée sur une superficie de 400 m2 au préalablement à l’extension de la maison de retraite de Pons (Fig. n°1 : Plan de masse) . Le site se localise au pied de l’enceinte médiévale, à l’extérieur de celle-ci. Il s’agit d’une carrière à ciel ouvert d’extraction de blocs calcaires qui se développe sur le versant occidental du plateau qui domine la vallée de la Seugne.

2Un décaissement de 3 m de profondeur n’a pas permis de mettre au jour les sols de carrière les plus anciens. Toutefois, les fronts de taille orientaux ont été étudiés. Les traces d’outils utilisés par les carriers confirment l’exploitation de la carrière à  l’époque médiévale. Les remblais de ce secteur sont datés, par le mobilier archéologique, de la fin du XIIIe  s. au XIVe  s. Les fronts de taille et le sol de carrière, situés au nord de l’emprise sont des Temps Modernes. La carrière a été de nouveau exploitée après un abandon provisoire du site entre le XVe  s. et  le XVIe  s.

3Un puits, entièrement fouillé par l’association Archéopuits, est contemporain à la reprise de l’extraction de blocs à l’époque médiévale. La particularité de ce puits est qu’il fut taillé dans la roche jusqu’à 9 m de profondeur (sans avoir touché la nappe phréatique) et aussitôt comblé. Aucune trace d’usure n’apparaît sur la margelle ou les parois du puits. Son comblement est homogène, il est daté du XVIIe  s.

4Le sol supérieur de la carrière médiévale a été réutilisé des Temps Modernes jusqu’à aujourd’hui. Deux ouvertures ont été aménagées dans les banquettes de roche conservées en réserve. Un épais et compact niveau d’horizontalité, constitué de déchets de taille, scelle les remblais instables de l’époque médiévale. Ce niveau a permis la construction d’un feuilleté de sols. Il n’est pas été facile d’interpréter ces aires de circulation.

5Avec un décaissement de 3 m de profondeur pour une superficie de 400 m2 , des talus de sécurité sont obligatoires mais gênent considérablement la lecture du site archéologique. Le site est dans un secteur intermédiaire d’un point de vue topographique, entre la rue du faubourg au-dessus et la vallée de la Seugne en contrebas. Au XIXe  s., l’installation de la congrégation des Ursulines du Sacré-Cœur a fortement bouleversée le site.

6REDAIS Sylvie

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan de masse

Fig. n°1 : Plan de masse

Auteur(s) : Redais, Sylvie (INRA). Crédits : Redais, Sylvie (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan de masse
Crédits Auteur(s) : Redais, Sylvie (INRA). Crédits : Redais, Sylvie (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Sylvie Redais, « Pons – Maison de retraite, rue du Président Rossevelt », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Poitou-Charentes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1428

Haut de page

Responsable d'opération

Sylvie Redais

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals