Navigation – Plan du site

AccueilRégionsHauts-de-France200902 – AisneSaint-Quentin – Zac Parc des Auto...

2009
02 – Aisne

Saint-Quentin – Zac Parc des Autoroutes (tranche 9, zone C), La Potence

Fouille préventive (2009)
Responsable d’opération : Patrick Lemaire

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Texte intégral

1La prescription de fouille fait suite aux résultats positifs d’un diagnostic réalisé en janvier 2006 par l’Inrap. Cette opération (tranche 9, zone C) complète la série d’investigations menées sur une vaste emprise (200 ha environ) depuis 1998 consécutivement à l’urbanisation d’un secteur agricole, en périphérie occidentale de Saint-Quentin. Pour répondre aux prescriptions préfectorales, un décapage en aire ouverte de plus de 1,8 ha a été réalisé permettant la mise au jour de 154 faits archéologiques correspondant à plusieurs périodes d’occupation. Leur détection a été rendue difficile en raison d’un terrain particulièrement impacté par des tirs d’artillerie de la Première Guerre mondiale, de la présence de nombreux chablis (a priori antérieurs à l’occupation la plus ancienne soit le Néolithique moyen II) et d’une forte érosion des sols géologiques. Topographiquement, la zone de fouille se situe en bordure du versant exposé à l’est d’une vallée sèche asymétrique.

2L’objectif principal de la fouille consistait à mieux cerner l’occupation préhistorique du Néolithique moyen II, mise en évidence lors du diagnostic – fosses contenant des rejets organiques et détritiques d’un habitat – mais dont la nature était restée indéfinie. Au terme de la fouille, et malgré un décapage extensif, l’occupation néolithique, matérialisée par une trentaine de faits archéologiques, demeure tout à fait « énigmatique ». Il s’agit principalement de fosses de morphologie particulière qui s’apparentent aux fosses à profils transversaux dits en « Y, V, U ». Fréquentes sur les sites français et limitrophes, mais ne faisant l’objet d’un véritable questionnement sur leur fonction que depuis peu (table-ronde de Châlons-en-Champagne, novembre 2010), ces fosses sont attestées sur des sites datés du Néolithique aux âges des Métaux.

3À Saint-Quentin, les mobiliers céramique et lithique proviennent exclusivement des couches de colmatage des structures ; ces remblais, riches en rejets, attestent sans conteste une occupation du Néolithique moyen – quelques structures secondaires sont datées du Néolithique final – sans que cette phase soit indubitablement associée à l’utilisation de ces fosses particulières. En effet, le remplissage de la quinzaine de fosses semble exclusivement fait de sédiments géologiques issus d’apports pluviaux, d’effritement et/ou d’effondrement des parois et, les études pédologiques et l’approche micromorphologique de la dynamique sédimentaire devraient préciser si le rebouchage est anthropique. Il faudra attendre les résultats des datations radiocarbones en cours, effectuées sur des charbons de bois découverts au fond de certaines fosses, pour définir le cadre chronologique exact de l’utilisation de ces structures. Parallèlement, des études granulométriques, des analyses chimiques (phosphores) et autres (recherches de parasite, de palynomorphe…) sont menées dans l’espoir de trouver des indices aidant à interpréter la fonction de ces structures.

4Sur le terrain, ces fosses se présentent sous des formes oblongues, pouvant dépasser 3,50 m de longueur pour une largeur à l’ouverture généralement supérieure au mètre, aux contours irréguliers ; les profondeurs oscillent entre 1,50 m et 2,30 m. En descendant, la largeur de la fosse se réduit rapidement et le plan devient très régulier : creusement au plan rectangulaire, parois verticales et fond plat. La largeur du creusement initial, d’environ une vingtaine de centimètres, apparaît alors nettement. Au vu des dimensions particulières de ces excavations, une question se pose immédiatement : quel besoin nécessite un creusement aussi profond (plus de 2 m après décapage et érosion), aussi long (entre 1,60 m et 3,50 m), aussi régulier et étroit à une telle profondeur ? Sur le site de Saint-Quentin, des observations répétées permettent d’attester la présence de poteaux plantés dans certaines fosses et ce principalement aux extrémités des creusements ce qui expliquerait les profils longitudinaux en « W ». Ces nouvelles données importantes ne permettent toujours pas, au stade de nos études en cours, d’entrevoir la possible fonction de ces vestiges. On notera que leur répartition spatiale ne trahit aucune organisation structurée (orientation aléatoire, fosses regroupées ou isolées réparties sur l’ensemble du décapage d’1,8 ha…). D’autres vestiges ont livré des mobiliers attribuables au Néolithique moyen, notamment des fosses cylindriques ou tronconiques présentant des dimensions (diamètre et profondeur supérieurs à 1,50 m) et une dynamique de comblement proche des fosses « rectangulaires » sans que leur fonction ne soit également interprétée.

5Dans l’environnement spatial des structures néolithiques, des faits archéologiques (fosses diverses, trous de poteau…) non datés ont été découverts ; il est difficile de les rattacher à cette occupation préhistorique puisque des occupations protohistorique (La Tène finale) et gallo-romaine (ier s.) sont également attestées principalement sous la forme de systèmes fossoyés successifs. Ils semblent davantage correspondre à des limites parcellaires pérennes qu’à des enclos d’habitat, mais la présence dans ces fossés de mobiliers issus de rejets domestiques pourrait suggérer l’existence d’au moins un habitat structuré par période, non appréhendé avec certitude au terme de la fouille (problème de conservation ?).

Fig. 1 – Fond d’une fosse particulière à environ 2 m de profondeur

Fig. 1 – Fond d’une fosse particulière à environ 2 m de profondeur

Le creusement de cette tranchée étroite (0,20 m) à une telle profondeur constitue une difficulté importante répondant à un besoin précis, actuellement inconnu.

Cliché : P. Lemaire (Inrap).

Fig. 2 – Fosse au profil longitudinal en « W »

Fig. 2 – Fosse au profil longitudinal en « W »

Les deux surcreusements visibles aux extrémités de la fosse correspondent aux empreintes de poteaux plantés.

Cliché : P. Lemaire (Inrap).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Fond d’une fosse particulière à environ 2 m de profondeur
Légende Le creusement de cette tranchée étroite (0,20 m) à une telle profondeur constitue une difficulté importante répondant à un besoin précis, actuellement inconnu.
Crédits Cliché : P. Lemaire (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/149278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
Titre Fig. 2 – Fosse au profil longitudinal en « W »
Légende Les deux surcreusements visibles aux extrémités de la fosse correspondent aux empreintes de poteaux plantés.
Crédits Cliché : P. Lemaire (Inrap).
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/149278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1003k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Lemaire, « Saint-Quentin – Zac Parc des Autoroutes (tranche 9, zone C), La Potence » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Hauts-de-France, mis en ligne le 04 décembre 2023, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/149278

Haut de page

Auteur

Patrick Lemaire

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Lemaire

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search