Navigation – Plan du site
non-daté

Vallon-Pont-d'Arc – La Brugière, Les Mazes, parc résidentiel des rives de l'Ardèche

Notice rédigée par : Éric Durand

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9873

Date de l'opération : 2004 - 2008 (EX)

1Les 282 sondages préventifs ouverts lors des six opérations de diagnostic sur les 17,96 ha accessibles de l’emprise du parc résidentiel de la Brugières-les Mazes (phase 1 à 3) permettent désormais une synthèse sur les différentes occupations archéologiques du site depuis le Paléolithique.

2 Au total, 7 944 m2 ont été ouverts en tranchées depuis 2004 soit 4,42 % de l’emprise accessible. Le croisement des données recueillies par ces opérations d’archéologie préventive  ont permis de compléter et d’affiner les données de la carte archéologique (base Patriarche), de répondre en partie aux problématiques de départ et de révéler la présence de quatre entités archéologiques plus ou moins bien conservées.

3Les 22 sondages «positifs» ont permis de mettre au jour quatre faits archéologiques stratifiés (hormis les nombreux murs de terrasse, parcellaire ou autres drains du XIXe  s.) et 17 unités stratigraphiques datées par la céramique. Structurées ou non, elles se différencient par leur culture matérielle englobant six grandes périodes : Paléolithique moyen, Néolithique moyen et final, Protohistoire (début du Fer I et transition Fer I/II) et période contemporaine (XIXe s.-XXe s.) (Fig. n°2) .

4Il est à noter l’absence totale d’indices anthropiques et de séquences sédimentaires attribuables aux périodes gallo-romaines et médiévales, soit quasiment une vingtaine de siècles sans occupation humaine « conservée » sur le site. Les dynamiques naturelles (alluvionnement de l’Ardèche) et humaines (travaux agricoles, parcellaire de 1827) sont certainement à l’origine de ce hiatus. La taphonomie du site peut être illustrée par l’exemple des nombreux indices de sites néolithiques conservés partiellement in situ sous la terre végétale et qui ont été démantelés logiquement par les labours. Si ces témoins de l’exploitation et de la mise en culture de ce terroir à l’époque moderne (avant 1827) et contemporaine ont formellement participé à la destruction de sites, d’autres facteurs « naturels » ont pu également contribuer à cette érosion. En l’absence sur le terrain d’un géoarchéologue, la caractérisation, la datation de la mise en place des terrasses depuis le Würm et ses principales phases de dépôt, la détermination du rôle de l’activité alluviale Holocène sur la taphonomie des sols et des vestiges n’a pu être menée.

5Le plus ancien indice de fréquentation du site a été mis au jour en 2004 sur la parcelle B444. Il s’agit de la découverte d’un racloir en silex retrouvé en surface. Cet outil daté de la fin du Paléolithique moyen (Moustérien tardif) indiquerait une présence humaine aux alentours de 50 000 BP et 35 000 BP.

6 La période néolithique est en termes d’indices de sites et de quantité de mobilier céramique et lithique mis au jour, la mieux représentée du site.

7En 2004, les parcelles B1729 et surtout B1730, une prospection de surface a permis de récolter deux lamelles de silex attribuables au Néolithique moyen (industrie du Chasséen récent) et une vingtaine de silex (armature de flèche tranchante, pièces esquillées, etc.) datés de la fin du Néolithique (phase finale du Ferrières final).

8En 2007 et 2008, deux autres zones de fréquentation néolithique ont été mises au jour. Outre la présence isolée d’un fragment de poignard (Ferrières final) dans le comblement d’un paléochenal (B494), la découverte majeure pour cette période est la présence d’une « occupation » du Néolithique final (B2051) conservée sur une superficie totale de 15 m2 avec une forte concentration d’artefacts sur 6 m2 (652 fragments de céramique). Une seule structure en creux (fosse) était conservée.

9La période protohistorique est représentée par deux sites stratifiés des âges du Fer.  Le premier a été mis au jour en 2006 sur la parcelle 462. Caractérisé par une absence «récurrente» de structures conservées, il est matérialisé par un épandage de céramique non tournée daté du début du Premier âge du Fer (VIIIe  siècle avant notre ère). Il témoignerait de la présence d’un site installé en pied de pente sur un replat naturel (?) situé en bordure d’un ancien bras de l’Ardèche.

10Le second site mis au jour en 2008 sur la parcelle B538, correspond à l’épandage d’un abondant mobilier céramique (951 tessons datés entre 450 et 350 av. J.-C.) réparti sur une surface conservée d’ environ 40 m2 . Si les nombreux tessons retrouvés à plat pourraient induire la présence d’un niveau de sol, aucune structure d’habitat (calage et trou de poteau) et autre aménagement domestique (fosse de rejet, etc.) n’a été découvert. Il est impossible d’aborder le statut du site (habitat ?) malgré quelques indices comme des restes de torchis ou de fragments de mouture, témoins de constructions légères et d’une activité domestique.

11Durand Éric

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Vue générale du site et localisation des sites : photo aérienne de B. Bancilhon et DAO de E. Durand, Inrap

Fig. n°1 : Vue générale du site et localisation des sites : photo aérienne de B. Bancilhon et DAO de E. Durand, Inrap

Auteur(s) : Durand, Eric (Inrap) ; Bancilhon, B.. Crédits : Inrap (2008)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Vue générale du site et localisation des sites : photo aérienne de B. Bancilhon et DAO de E. Durand, Inrap
Crédits Auteur(s) : Durand, Eric (Inrap) ; Bancilhon, B.. Crédits : Inrap (2008)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/1498/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Éric Durand, « Vallon-Pont-d'Arc – La Brugière, Les Mazes, parc résidentiel des rives de l'Ardèche », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1498

Haut de page

Responsable d'opération

Éric Durand

Inrap

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals