Navigation – Plan du site

AccueilRégionsAuvergne-Rhône-Alpes202226 – DrômeMontélimar – Chemin de Margerie

2022
26 – Drôme

Montélimar – Chemin de Margerie

Opération préventive de diagnostic (2022)
Responsable d’opération : Éric Thevenin

Entrées d’index

Année de l'opération :

2022

Numéro d’opération :

2214422

Nature de l'opération :

opération de diagnostic
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme porteur de l’opération : Inrap

Thevenin É. 2022 : Montélimar, Drôme, Auvergne-Rhône-Alpes : chemin de Margerie : rapport de diagnostic, Bron, Inrap.

Texte intégral

1L’intervention archéologique préventive réalisée du 3 au 4 mai 2022 se rapporte au projet de construction de trois villas à Montélimar.

2L’opération s’est déroulée au lieu-dit chemin de Margerie, entre 120,50 et 121 m d’altitude NGF, sur deux parcelles d’une surface totale de 1 670 m2. Celles-ci prennent place, au sud-est de l’agglomération, en bordure du vaste plateau de Géry, délimité au sud par le Jabron et au nord par le Roubion, deux affluents gauches du Rhône.

3Surplombant de plus d’un mètre l’actuel chemin de Géry au sud, le site investigué était autrefois aménagé en verger et en jardin d’agrément au-devant d’une petite maison du xixe s. La topographie de la parcelle, qui semble avoir été partiellement nivelée à cette période, présente un très léger pendage du nord vers le sud.

4La localisation du projet en ZPPA a conduit le SRA à prescrire un diagnostic archéologique sur les deux parcelles concernées par le projet, et référencées AY 150 et 151.

5Le plateau de Géry compte, par ailleurs, de nombreux points de découvertes archéologiques, notamment au nord du projet, dans le secteur de Montmartel, où il a été découvert, en 1830, une stèle en calcaire à sommet discoïdal sur laquelle on peut lire l’épitaphe suivante : Aux Dieux Mânes de Marcus Aucius Macrinus. Le chemin de Géry est également mentionné comme voie romaine longeant le plateau d’est en ouest et en bordure de laquelle se situerait la zone du projet.

6Les cinq sondages réalisés durant le diagnostic se sont avérés, l’un après l’autre, totalement négatifs. D’un point de vue matériel, de rares petits fragments, non prélevés, de céramique non tournée ont été observés dans l’US 4 et au sommet de l’US 3. Ces deux US sont interprétées comme deux couches de colluvions à faciès grossier, accumulées potentiellement dès le Néolithique et jusqu’à la période historique. Ces deux premières couches se mettent en place au-dessus de la haute terrasse alluviale rhodanienne du Mindel (Fwb), parfaitement caractérisée par l’US 5 dont le sommet est apparu entre 119,19 et 119,34 m d’altitude NGF.

7Le haut de la séquence se poursuit, au-dessus de l’US 3, par une couche de colluvions à faciès plus homogène, l’US 2, et par une couche de terre végétale et/ou de jardin, l’US 1.

8Techniquement, le pourcentage d’ouverture réalisé durant le diagnostic a atteint plus de 6 %. Ce résultat correspond à une fouille d’environ 110 m2.

Haut de page

Bibliographie

Planchon J., Bois M., Conjard-Réthoré P. 2010 : Carte archéologique de la Gaule – La Drôme (26), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, p. 783.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Thevenin, « Montélimar – Chemin de Margerie » [notice archéologique], ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne-Rhône-Alpes, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/154449

Haut de page

Auteur

Éric Thevenin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Éric Thevenin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search