Navigation – Plan du site
2008

Lyon

2, rue de la Fraternelle
Notice rédigée par : Jérémie Liagre

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 9872

Date de l'opération : 2008 (EV)

1Deux sondages ont permis de mettre en évidence la présence d'une fréquentation préhistorique (Néolithique moyen ?), de deux horizons protohistoriques (Bronze final 1a-2b et transition Bronze final 3b-Hallstatt D, avec une incursion probablement accidentelle d'éléments du Bronze ancien ?), et enfin d'un horizon parcellaire antique.

2L'analyse du mobilier et une sériation des structures en place ont permis d'établir un phasage des niveaux anthropiques. L'analyse du mobilier a également fait apparaître des phases certaines d'occupations et d'autres, moins certaines, de fréquentations (non attestées par des structures en place) :

3    - phase 0 : terrain naturel stérile.

4    - phase 1 : fréquentation antérieure au Bronze final 1-2a (Néolithique moyen ?)

5    - phase 2 : occupation du Bronze final 1a-2b.

6    - phase 3 : plusieurs niveaux d'occupation et de fréquentation de la transition Bronze final 3d - Hallstatt et/ou postérieurs ?

7    - phase 4 : occupation rurale, un parcellaire antique (Ier s. av. J.-C. et  ler s.-lle s. apr. J.-C.).

8    - phase 5 : fréquentation d'un espace rural (XIXe s.- XXe s.).

9Le niveau le plus ancien est installé directement sur une couche à oncolithes surmontant le terrain naturel (niveaux stériles) et paraît marquer un sol d'occupation ou de fréquentation, basée sur la découverte de quelques tessons, le creusement d'un fossé et les données issues de l'analyse palynologique. La datation relative de la céramique attribue cette phase 1 à une fréquentation du site au Néolithique moyen, dans un niveau fortement perturbé. Le prélèvement d'un échantillon d'amas ligneux de bois résineux permettra de dater plus précisément ce niveau.

10La phase 2 constitue une occupation du Bronze final 1a-2b connue par ailleurs dans plusieurs sites du quartier et notamment sur la parcelle voisine (31, rue Gorge-de-Loup, E. Thirault, 2007). Une nouveauté par rapport aux observations précédentes réside dans l'existence d'une couche moins épaisse contenant un mobilier plus dense posé à plat et associé à un fossé et à une structure de combustion. L'ensemble de la phase est composé, soit en épandage, soit dans les comblements du fossé, de nombreux tessons de céramique (dont un vase écrasé en place), de restes de faune (et ponctuellement humains), de charbons de bois, de galets thermofractés et d'une industrie lithique (outils taillés en quartzite mais aussi outils façonnés sur des matières pondéreuses). Ces deux premières phases ne sont pas marquées dans le sondage 2 où les niveaux anthropiques ont été décelés dans des niveaux supérieurs.

11La phase 3 est présente dans les deux sondages sous la forme de niveaux compressés  contenant divers mobiliers en épandage sur plusieurs cm d'épaisseur et présentant quelques traces d'occupation (structure de combustion, amas de galets brûlés, probables trous de poteaux ou de piquets, et chablis) pouvant laisser présager de plusieurs sols d'occupation latents. Il n'y a aucun lien direct culturel avec les sites alentours puisque la céramique est attribuée à la période de transition Bronze final - Hallstatt et/ou postérieur. Jusqu'à aujourd'hui cette période était méconnue dans cette zone.

12La phase 4 est constituée d'un réseau de drains et de fossés liés au parcellaire, mise au jour dans l'ensemble du quartier à l'époque antique. Leur mise en place et leur fonctionnement se situeraient, selon le mobilier céramique retrouvé dans leur comblement, entre le Ier s. av. J.-C. et le début du Ile s.apr. J.-C., en conformité avec les structures linéaires retrouvées dans les parcelles attenantes.

13Dans le sondage 1 enfin, un cours d'eau dont la mise en place date de cette période traverse la parcelle selon un axe sud-est - nord-ouest, incisant ainsi l'ensemble des niveaux anthropiques jusqu'au terrain naturel. Le gabarit important de ce chenal et son orientation nous laissent clairement envisager un tronçon du ruisseau de Trion, identifié initialement à Gorge-de-Loup Métro (Vérot-Bourelly et al,2003).

14LIAGRE Jérémie (Service archéologique de la Ville de Lyon)

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jérémie Liagre, « Lyon », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2008, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/1549

Haut de page

Responsable d'opération

Jérémie Liagre

SA de la Ville de Lyon

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals